Le Sang ne suffit pas, Alex Taylor

Le Livre : Le Sang ne suffit pas d’ Alex Taylor. traduit de l’américain par Anatole Pons-Reumaux. Paru le 28 mai 2020 aux Editions Gallmeister. 23€. (288 p.) ; 21 x 14 cm

4e de couv :

1748. Dans les montagnes enneigées de l’Ouest de la Virginie, un voyageur affamé arrive près d’une cabane isolée. Reathel erre depuis des mois, flanqué d’un dogue féroce. Mais l’entrée lui est refusée par un colon hostile qu’il n’hésite pas à tuer. Il découvre alors à l’intérieur une jeune femme, Della, sur le point d’accoucher. L’enfant naît dans cette solitude glaciale. Pourtant, le froid, la faim et l’ourse qui rôde dans les parages ne sont pas les seuls dangers pour la mère et le nouveau-né. Car ce dernier a été promis à la tribu Shawnee : c’est le prix à payer pour que Blacktooth, leur chef, laisse les Blancs du village environnant en paix. Alors que les Shawnees se font de plus en plus impatients, le village envoie deux frères à la poursuite de Della, désormais prête à tout pour sauver son bébé.

L’auteur : Né à Rosine, Kentucky , en 1981, Alex Taylor est un écrivain, nouvelliste et romancier américain.
Il a fabriqué du tabac et des briquets, démantelé des voitures d’occasion, tondu des pelouses de banlieue et aussi été colporteur de sorgho pour différentes chaînes alimentaires.
Titulaire d’un MFA de l’Université de Mississippi, il a enseigné l’écriture créative à Western Kentucky University et à l’Université d’État McNeese à Lake Charles, Louisiane. Il est professeur à l’Université d’État de Morehead depuis 2012.
« The Name of the Nearest River » (2010), son premier recueil de nouvelles, a obtenu le prix Linda Bruckheimer de Sarabande Books.
« Le verger de marbre » (« The Marble Orchard », 2015) est son premier roman. À l’occasion du Festival International du Film Policier 2017 de Beaune, Alex Taylor a reçu le Grand Prix du Roman noir étranger.

 

Extrait : 
Dans le gris vaporeux de l’aube, une vieille ourse descendit de la montagne et tua le cheval de l’Allemand mort. La pouliche, qui endurait l’hiver dans une remise délabrée, poussa un seul cri avant d’être réduite au silence par un puissant coup de patte.
Ce devait être une grosse femelle pour qu’elle l’ait achevée aussi vite et d’un seul élan, pensait Reathel, allongé sur une paillasse miteuse à côté de la veuve de l’Allemand, qui dormait par terre. Une grosse femelle, et sans doute pas aussi vieille qu’il l’avait cru d’abord en apercevant ses traces deux matins plus tôt. Il l’avait pistée jusqu’à sa tanière, franchissant un col enneigé des Crazy Jack Mountains, convaincu qu’elle était mourante et qu’un ultime appel du sang l’avait extirpée du sommeil. À l’orée de la tanière, il n’avait trouvé qu’un ourson décharné, aveugle, qui feulait vainement. Reathel l’avait assommé d’un coup de crosse, le craquement sourd et humide de son crâne résonnant dans le froid hivernal.
Il l’avait dépecé, puis il avait cassé les os pour en sucer la moelle, au goût riche et beurré. Il avait fait rôtir le cuisseau et mis le reste de côté avant de suivre les traces de la mère, mais celles-ci s’étaient estompées presque immédiatement, comme si l’ourse avait été emportée dans les airs et miraculeusement délivrée de la lunette de son fusil Pennsylvania.
Mais voici qu’elle était de retour. Elle était revenue avec une ardeur plus impétueuse que le sang, plus terrible que la faim, qui la poussait à mordre sans relâche le cuir rugueux de la jument, et encore maintenant Reathel sentait au fond de sa gorge le goût âcre de la viande d’ourson.
— Vous n’allez quand même pas rester là à rien faire ? demanda la femme depuis sa couche sur le sol.

Le petit avis de Kris

Le Sang ne suffit pas – Alex Taylor

En 1748, Reathel voyage dans les montagnes enneigées de Virginie avec son chien. Il y rencontre Della, qui vient d’accoucher d’un enfant, promis à la tribu Shawnee en échange de la paix pour la communauté de colons. Prête à tout pour sauver son fils, elle s’échappe, poursuivie par deux frères du village.
Le petit avis de Kris
Une description de l’Amérique du 18ème siècle assez effarante et crue.
Les pionniers de cette époque ont survécu ou pas à de drôles de situations et même conté sous forme de roman, cet opus, est tout à fait époustouflant .
Le premier roman de cet auteur, « le verger de marbre » m’avait laissé une trace indélébile et j’étais curieuse de découvrir celui ci, la tâche était ardue mais la prose de cet auteur est telle qu’on ne peut rester indifférent aux « aventures » de ses héros, même si certains détails sont assez peu « ragoûtants », l’histoire par elle même les justifient pleinement.
Des us et coutumes déstabilisants si on considère l’offrande d’un bébé pour gage de paix.
Une lueur d’espoir se dessine sur la fin mais l’ensemble est bien funeste et noir.
Une prouesse d’arriver à faire passer toute la violence de cette époque sans que ce soit choquant. Âmes sensibles, s’abstenir.

13 réflexions sur “Le Sang ne suffit pas, Alex Taylor

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s