Blog à Part : Portrait de Blogueuse, Ludivine de Vingt et une pages

Salut mes polardeux , Aujourd’hui je reviens avec « mes ITW Blogueur »

une rubrique qui a pris vie il y a un peu plus d’un an et demi sur notre blog et que vous connaissez bien maintenant

Blog à part : Portrait de blogueur

La Vingt deuxième blogueuse à être interrogée aujourd’hui c’est :

Ludivine de Vingt et une pages

Je vous laisse découvrir son ITW Blogueur

Ge : As-tu déjà participé à des interviews ?

Non, c’est une grande première ! Je suis un peu intimidée, et  enchantée d’y participer, merci.

 

1ère Partie

Ge : Bonjour Ludivine, es-tu prête à être soumise à la question ?

Bonjour, absolument prête !

Ge : Alors ici on va, je vais essayer de comprendre comment on en arrive à créer un blog et comment on anime celui-ci. Mais avant cela je sais que mes lecteurs et lectrices sont curieux

Peux-tu te présenter ? je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, oui je le demande même aux dames ! Surtout quand elle aime le noir !

 Ludivine : Eh bien, je m’appelle Ludivine, j’ai 29 ans. Je vis en Franche-Comté. Mon mari trouve que je suis aussi toquée que Monica Geller dans Friends et je dois admettre qu’il n’est pas loin de la vérité. J’ai fait des études de Secrétariat-Comptabilité. Une fois les diplômes en poche, je me suis retrouvée par hasard dans la vente, et j’y suis restée ! Il y a 2 ans, j’ai repris le chemin de l’école pour faire un CAP Fleuriste en formation adulte. Aujourd’hui, je suis vendeuse sur l’exploitation agricole du lycée où j’ai fait cette formation.

 

Ge : Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

 Ma mère lisait assez occasionnellement, elle commandait ses livres dans les catalogues France Loisirs. Elle aime surtout les biographies et témoignages. C’est comme ça que j’ai découvert « Flash ou le grand voyage » de Charles Duchaussoy, c’est un titre qui m’a marquée. A part ma mère et moi, personne ne lisait à la maison. Depuis, une de mes sœurs à rejoint le mouvement.

  

Ge : Comment abordait-on le livre chez toi ?

 Je n’ai pas le souvenir qu’on en parlait spécialement. Ma mère m’a bien proposée deux ou trois livres qu’elle avait aimé, mais comme la lecture n’était pas un loisir très représenté à la maison, on n’en parlait pas. Il y avait des livres dans le salon, on se servait si on avait envie et voilà.

 

Ge : Veux-tu bien me montrer ta/tes bibliothéque (s) :

Et m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées ?

Tadam ! Comment elles fonctionnent ? Bonne question ! J’entrepose mes livres comme bon me semble, sans rangement particulier. Les Beau-livres sont avec les BD, des BD sont parmi les romans, du feel-good s’est glissé près des thrillers. C’est comme les boites de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on tomber ! Je crois que c’est plus un rangement par  appréciation personnelle. Je tiens juste à réunir les titres d’un même auteur ensemble. Et malgré ce manque certain d’organisation, je retrouve toujours le titre que je cherche tout de suite.

 

Ge : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

La lecture ça m’aide surtout à canaliser mes émotions. Lire  me détend, m’offre un univers riche et des rencontres surprenantes avec des personnages parfois incroyables, parfois redoutables. On traverse des émotions variées au cours de la lecture et  ça m’aide a mieux gérer les miennes. Et puis les livres me permettent aussi de satisfaire ma curiosité.

 

 Ge : Es-tu papier ou numérique ?

J’aime les deux, tout dépend du titre, son format, le moment où je l’achète. Mais je garde une petite préférence pour le papier, rien que pour ma petite manie de frotter la tranche des pages en le lisant, et de sentir la texture glissée sous mes doigts.

 

Ge : En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

Pas tout à fait. Je ne vais pas a la bibliothèque mais comme je travaille dans un lycée, j’ai accès au CDI, comme les élèves. Alors, j’en profite, j’emprunte à mon travail.

 

Ge : Si oui qui as-tu trouvé, que t’ont-elles apportée ?

Des belles petites découvertes sur lesquelles je ne me serais pas penchés en temps normal. Comme la BD historique « Florida » de Jean Dytar que j’ai lu récemment et qui est superbe.

 

Ge : As-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une ou tu achètes tes bouquins ?

Non, je n’ai pas de librairie attitrée, j’achète plus en fonction de mes envies du moment, ou selon ce que j’aperçois dans les rayons ou les vitrines.

 

Ge : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (Ça peut-être dans différent lieu, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairies où je vais voir des auteurs, des librairies que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs…mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion)

                 Je dois bien avouer que depuis le confinement l’année dernière, j’utilise beaucoup plus internet pour mes achats et les livres en font également partis. J’aime beaucoup Gibert Joseph pour ces livres d’occasions. Sinon je peux très bien acheter dans une grande enseigne en faisant mes courses, si un titre m’interpelle, ou chez un libraire quand je passe en centre ville.

 

2ième Partie

  

Ge :  Bon passons aux choses sérieux, tu es toujours prêt(e) ?

Ludivine : Toujours !

 

Ge : Combien de livre lis-tu par semaine, par mois, par ans ?

Je dirais un par semaine, parfois plus, si c’est un roman court, une bande-dessiné ou un beau-livre. Mais généralement, c’est un livre par semaine.

 

Ge : Tiens-tu décompte précis de tes lectures ?

 Je les note dans un carnet depuis quelques années. Et je les enregistre aussi sur l’application Collibris.

 

Ge : As-tu une PAL ?

Oui, j’en ai une.

 

 Ge : Combien de livre dans ta PAL ?

Actuellement, elle en compte 12, tout genre confondu.

Ge : Pour toi c’est quoi ta PAL, quelles relations entretiens-tu avec elle ? Comment la vis-tu ?

 C’est surtout une pile des lectures imminentes. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris cette fois, je me suis emballée sur les achats et les emprunts. Car d’habitude j’en ai 3 ou 4 – grand maximum – dans cette pile ! Je préfère acheter un livre et le lire dans les jours qui suivent, ça entretien l’euphorie de la découverte. Je n’aime pas les voir attendre dans un coin de la bibliothèque. Je sais, c’est étrange.

 

 Ge : Alors…. Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

 J’ai découvert cet univers quand j’étais jeune adolescente. Je venais de découvrir le plaisir de lire des romans avec Harry Potter. Avant ça, je ne lisais que des livres jeunesses, comme Chair de poule  ou Futékati . Mais les aventures du sorcier ne suffisaient pas, j’avais besoin d’autre chose. Avec mon beau-père, on regardait souvent la série Dead Zone qui passait dans La Trilogie du Samedi sur M6. Alors, de J.K. Rowling, je suis passée naturellement à Stephen King grâce à cette série TV. Et là, quelle rencontre, j’avais trouvé le genre qu’il me fallait ! Même si mes envies de lectures sont plus étendues maintenant, j’affectionne toujours autant ce genre de livre !

 

Ge : dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

Tous genres confondus ?  J’aime beaucoup Matthieu Biasotto (notamment pour ces thrillers), Sophie Jomain (pour sa délicatesse), Olivier Norek (pour son ton incisif) et Armelle Carbonel (pour sa sensibilité macabre). Je n’ai pas lu tous leurs romans mais ça viendra !

 

 Ge  : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

Avec plaisir, je dirais :

« Yell » de Matthieu Biasotto. J’aime beaucoup son univers froid, sombre, pluvieux et ce silence qui gravite entre les deux sœurs.

« A crier dans les ruines » de Alexandra Koszelyk. C’est touchant de voir comment Léna doit réapprendre à vivre et trouver sa voie après la catastrophe de Tchernobyl.

« Columbine, comment mon fils a-t-il pu tuer ? » de Sue Klebold. Découvrir l’horrible fusillade de Columbine à travers les yeux de Sue Klebold, la mère d’un des assaillants, a été une vraie claque. Car avant d’être un assassin, c’était surtout son fils.

« Criminal Loft » de Armelle Carbonel. Là, j’avoue, c’est un plaisir coupable ! J’ai adoré ce roman sombre à souhait, où des criminels sont lâchés dans un des lieux abandonnés les plus réputés au monde, le Sanatorium de Waverly Hills. Tout ça pour satisfaire la curiosité macabre de la télévision. Un gros coup de cœur !

 

Ge : Fréquentes-tu les festivals et autres salons…Si oui depuis quand ?

 Non, étrangement malgré mon travail dans la vente, je ne suis pas à l’aise avec la foule et les rassemblements. Alors je n’ai jamais osé me rendre dans un salon. Avec le recul, depuis la crise sanitaire, je me dis que j’aurais peut-être dû oser, rien qu’une fois. On verra dans les années à venir.

 

Ge : Que t’apportent ces salons, ces rencontres ?

 Je ne peux malheureusement pas répondre à cette question, on la retente dans 4 ou 5 ans ? 😉

 Ge : Ok, mais j’espère avant, hein !

 

3ième Partie Un blog ? Pourquoi un blog ?

 

 Ge: Nous voilà dans le dur, on va sans doute enfin comment pourquoi, et comment on en vient à créer un blog.

 Chouette ! Les secrets de fabrication !

 

Ge : Alors dis-moi :  qu’elles ont été la motivation à la création de ton blog ? Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans la création d’un blog

 J’avais cette idée qui trottait dans un coin de ma tête depuis peut-être 3 ou 4 ans, mais je n’avais jamais trop poussée la réfléxion. Je me disais que je n’avais aucun crédit dans ce monde là, que je n’apporterais rien de plus à la blogosphère. Et puis l’idée s’est imposée d’elle même, de plus en plus forte. En faite, j’avais surtout besoin de partager mes lectures avec d’autres personnes, et de le faire pour moi, pour me prouver que moi aussi, j’avais le droit de parler de livres.

  

Ge: Comment ont choisi le nom de son blog ?

 Je pense que ça doit être quelque chose de propre à soi, quelque chose qui nous parle déjà à nous. Car finalement un blog, c’est très personnel. Donc autant qu’il soit comme on aime, non ?

    Ge : Quelle est la date de création et l’origine du nom de ton  blog ? J’aimerai une brève histoire pour expliquer comment a débuté son blog ?

J’ai créé mon blog fin Janvier 2021. Et oui, c’est un bébé sur internet. Je ne sais pas quel a été le déclic, j’y pensais de plus en plus et j’ai eu besoin de le faire. Alors je me suis lancée sans vraiment savoir où j’allais. J’ai passé les premiers jours à chercher comment utiliser WordPress, et en me demandant si ça valait le coup de se donner tout ce mal.  Au final, je suis contente de l’avoir fait, c’est une belle expérience et j’espère la continuer encore longtemps.

 

Ge : Pourquoi l’avoir nommé ainsi 

 Ça va paraître bizarre comme explication mais j’aime beaucoup le groupe musical Twenty One Pilots et leurs univers. Leurs musiques m’inspirent beaucoup. Alors quand j’ai créé mon blog, le nom avait déjà germé dans ma petite tête, sans aucune difficulté. Une contraction entre l’univers musical et l’univers littéraire. Twenty One Pilots m’a donc inspirée Vingt et une Pages.

  

Ge : Quel est le but de ton blog ?

 Le but premier : Parler de livre et partager avec d’autres lecteurs.

Le but secondaire : Me faire plaisir !

 

Ge : Ben voilà qui est franc !  Ludivine raconte nous comment fonctionne celui-ci ?

 Comme mes bibliothèques !

On choisit, on lit, on repose et on fouille pour trouver son bonheur.

Bon, j’avoue que sur mon blog, j’ai mis plus de forme que dans ma bibliothèque. Au moins là, c’est rangé par catégorie.

 

Ge : Où trouves-tu ton inspiration pour écrire tes articles ?

Dans le ressenti au moment de la lecture ou au moment de refermer le livre. Pour certains, je prend le temps de digérer ce que j’ai traversé et pour d’autres, j’écris mon avis dans la foulée.

 

Ge :Comment les prépares-tu ?

J’écris déjà mon article sur mon portable, dans mes notes. Et j’attends avant de le relire. Je le relis à tête reposée, le lendemain en général. Si ça me convient, je copie mon texte sur mon blog, je met en page et je choisi une photo. Car bien sur, avant j’ai passé 30 minutes à essayer de prendre LA photo qui me conviendrait. Après ça, je met l’article en attente. Le jour où je décide de le publier, je le relis une dernière fois et si ça me convient, j’envoie. Et le tour est joué.

 

Ge : À quelle fréquence postes-tu et comment tu t’organises ?

Je poste une ou deux fois par semaine, je n’ai pas de programme précis. Encore une fois c’est en fonction de mes envies, et de mes lectures aussi.

 

Ge : Comment fais-tu la promotion de ton blog et de tes posts ?

Je n’en fais pas vraiment. Au début, j’ai lancé une page Facebook, un compte Instagram, Pinterest et Babelio pour aller avec le blog. Moi qui ne les utilise pas à titre personnel, mal m’en a pris, j’ai cru devenir folle. Les réseaux sociaux, ça va beaucoup trop vite pour moi ! Il y a de l’info en continu, je trouve ça anxiogène. Alors j’ai tout enlevé pour me concentrer sur le blog.

 

Ge : : Combien de temps consacres-tu à ton blog par jour ?

 Par jour, je ne sais pas. Je regarde sur l’appli au moins une fois, pour répondre aux commentaires. Mais pour le contenu du blog, il y a des jours où je n’y vais pas et des journées où je consacre quelques heures à préparer mes futurs articles.

 

Ge : Que t’a-t-il apporté depuis sa création ?

 Des beaux partages d’avis avec d’autres lecteurs, et une liste d’envie bien chargée grâce aux autres blogs !

 

Ge : Qu’est-ce que ton blog a changé dans ta vie ?

C’est un peu tôt pour le dire, pour l’instant. Mais je passe beaucoup plus de temps devant l’ordinateur maintenant !

 

Ge : Quel est ton meilleur souvenir de blogueur ?

Quand j’ai eu mes premiers abonnés de la part d’inconnus. Et comme je suis nouvelle sur la blogosphère, je suis toujours agréablement surprise de voir que d’autres s’intéressent à mes articles. Ça fait chaud au cœur.

 

Ge : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi ! sur toi ou ton blog ?

 Je passe des heures à refaire la présentation de mon blog, pour toujours revenir à celle de départ. Je ne suis jamais satisfaite de mon travail, au grand désespoir de mon mari. C’est mon petit côté Monica…

Ge  :  Dirais-tu que tes habitudes de lecture ont changé depuis que tu tiens

 Pas vraiment, pour le moment. Sauf qu’au lieu décrire mon avis dans mon petit carnet, rangé dans ma table de nuit, je les écris sur internet maintenant.

 

Ge  : Dis-moi quand on a un blog, on est beaucoup sollicité(e) ? On a beaucoup de propositions ? D’ailleurs quel genre de propositions ? Et les SP, comment on les gère

 Çà prend pas mal de temps, oui. Il faut penser à rédiger les articles, faire des photos, mettre en page, voir les commentaires. Mon blog est trop frais pour avoir le sentiment d’être beaucoup sollicitée. Je suis au stade encore où j’apprends à gérer mon temps de blog pour le concilier au reste. Et pour l’instant je n’ai eu qu’un service presse donc la question de les gérer ne s’est pas encore posée.

 

Ge : Te considères-tu comme un influenceur ? Pourquoi ?

Pas du tout et ce n’est pas le but.

En revanche, si mes avis de lectures donnent envie de découvrir des livres, ce sera déjà beaucoup pour moi.

 

Ge  : Quelle est pour toi la définition du bon blogueur ?

Je ne me suis jamais vraiment posée la question. Je dirais quelqu’un qui le fait avec envie et parce qu’il aime le faire, et non  quelqu’un qui le fait par habitude ou dans le but d’obtenir quelque chose. Oui, je pense que ça pourrait être ça.

  

Ge :  A ton avis : Quel est l’avenir des blogs dans l’avenir du livre ?

Joker ! Tout va tellement vite sur internet que c’est difficile de se prononcer sur l’avenir d’une plateforme.

 

Ge : Ne penses-tu pas que la blogosphère livresque sera saturée un jour

Non, je pense pas. Les blogs finalement c’est comme les livres et les films. Il y en a plein, de tous les goûts et toutes les couleurs. Il y en a pour chaque lecteurs, et il y a un public pour chaque blog. Chacun choisit ce qu’il lui plaît, c’est bien aussi !

 

Ge : Peux-tu donner deux conseils aux nouveaux blogueurs ?

Faites le pour vous. Clairement, faites ce que vous aimez, comme vous aimez. Ne cherchez pas à vous conformer, vous comparer à d’autres. On est tous différents et votre blog n’appartient qu’à vous. Faites vous plaisir !

 

Ge : A par la lecture et ton blog, quelles sont tes autres passions dans la vie ?

J’aime aussi la musique. Je joue du Ukulélé en autodidacte, rien d’extraordinaire mais ça me plaît, et je fais du chant en école de musique. Dans un futur proche, j’aimerais apprendre à jouer du piano.

 

Ge : Pour terminer, y a-t-il d’autres questions que tu aurais aimé que je te pose sur ton blog ?

Et si oui, lesquelles, et peux-tu y répondre du coup !

 Je crois qu’on a bien fait le tour de la question déjà, hihi !

  

Ge : Sinon…rien à ajouter ?

 Gardez le sourire et soyez heureux !

 

Ge : Tu es certain(e) que c’est ton dernier mot ?

 Absolument ! C’est une conclusion qui me plaît bien, tu ne crois pas ?

 

Ge : Oh oui,  ça aurait pu faire une belle conclusion. Mais…j’en ai pas fini avec toi , non !  Alors dis-moi as-tu un petit coup de gueule. ET Un gros coup de cœur… ? (Mais pas des livres, hein !)

Pas de coup de gueule. On voit déjà beaucoup de négativité à travers les infos, la situation actuelle et dans le monde. Alors je passe mon tour.

 Le coup de cœur par contre, je veux bien ! Il est pour cette petite fille, que je ne connais absolument pas, qui m’a fait offert un sourire radieux et un coucou de la main dans la rue, en rentrant du travail. Un sourire, ce n’est pas grand-chose, mais ça peut faire beaucoup parfois !

 

Ge :  Ah et comme tu as un blog autour des polars, peux-tu répondre à cette dernière question : Que pensez-vous de l’évolution du roman noir-policier et thrillers en ce moment ?

Je vais peut-être paraître décevante mais je n’ai pas de réponse à cette question, désolée…

 

Ge : Ok, si jamais une réponse te venait n’hésite pas à revenir par ici. Bon Pour conclure : Que penses-tu de ces questions ?

C’était vraiment sympa ! J’ai l’impression que je n’ai jamais autant parler, c’est fou comme les langues peuvent se délier par écrans interposés !

NdlR : Ludivine à réfléchi depuis et voici sa réponse sur l’évolution du genre polar :

Avec le recul, j’ai bien une réponse pour l’évolution du polar 🙂 le jour de l’interview je sortais du boulot, je n’avais pas la tête en place 🤭 Je pense que le public a toujours été fasciné par les enquêtes criminels et les faits divers, c’est le propre de l’homme, ce qui nous effraie suscite aussi notre curiosité. Suffit de voir l’affaire Jack l’éventreur. Mais avec l’avènement de l’informatique, l’arrivée d’Internet et l’évolution des médias et du cinéma, le public a accès à beaucoup plus d’informations et le sujet est moins « tabous ». Tout le monde peut voir des films plus violents, rechercher une information sur une affaire criminelle ou un tueur en série beaucoup plus facilement maintenant. Et les auteurs bénéficient aussi de cette mine d’informations, ils peuvent écrire plus librement certains détails, certaines intrigues, sans peur de choquer ou de dépasser la bienséance. Et ainsi nous offrir des moment d’adrénaline et de sensations fortes, pour notre plus grand plaisir. 😊

Voilà ma réponse à cette grande question 🙂

Ge :  Merci à toi pour ces petites confidences, et à très vite sur collectif Polar et sur Vingt et une pages

Merci à toi Ge pour cette belle proposition ! Et aux amis lecteurs de nous avoir lues ! A très vite.

43 réflexions sur “Blog à Part : Portrait de Blogueuse, Ludivine de Vingt et une pages

  1. Merci pour l’interview, j’adorais Monica Geller dans Friends !!! Trop manique pour moi, mais je l’adorais tout de même.

    12 livres dans sa PAL ?? Dire qu’un jour je n’en avais pas plus que ça… que s’est-il passé pour que ça explose ? Les enquêteurs cherchent encore 😆

    Aimé par 1 personne

  2. Merci Ge pour cet interview, c’était un plaisir ! 😊 (Désolée un de mes commentaire s’est déposé en doublon)
    Avec le recul, j’ai bien une réponse pour l’évolution du polar 🙂 le jour de l’interview je sortais du boulot, je n’avais pas la tête en place 🤭 Je pense que le public a toujours été fasciné par les enquêtes criminels et les faits divers, c’est le propre de l’homme, ce qui nous effraie suscite aussi notre curiosité. Suffit de voir l’affaire Jack l’éventreur. Mais avec l’avènement de l’informatique, l’arrivée d’Internet et l’évolution des médias et du cinéma, le public a accès à beaucoup plus d’informations et le sujet est moins « tabous ». Tout le monde peut voir des films plus violents, rechercher une information sur une affaire criminelle ou un tueur en série beaucoup plus facilement maintenant. Et les auteurs bénéficient aussi de cette mine d’informations, ils peuvent écrire plus librement certains détails, certaines intrigues, sans peur de choquer ou de dépasser la bienséance. Et ainsi nous offrir des moment d’adrénaline et de sensations fortes, pour notre plus grand plaisir. 😊
    Voilà ma réponse à cette grande question 🙂
    Encore merci Ge pour ce partage, passes une belle soirée !

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s