En voyage avec Collectif Polar, le tag de l’été de Maud

En voyage avec Collectif Polar, le tag de l’été de Maud

 Par Maud Vandenbyvanghe

Coucou Cheffe,

Voici mon tag de l’été 2021

Bel été au CP !!!!!!!!!! Des bizs

En voyage avec Collectif Polar,

le tag de l’été de Maud

CHALLENGE COLLECTIF POLAR ETE 2021

 

Un livre en Amérique du Sud

(Mexique)

La ville qui tue les femmes : Enquête à Ciudad Juarez de Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal

Date de parution : 28.09.2005 aux Editions Hachette

Lien vers la chronique de Maud ICI

Les auteurs n’épargnent pas le lecteur et égrainent les faits macabres, les témoignages poignants et rendent compte des résultats d’un travail de recherche très fouillé, documenté et étayé.

La justice est gangrénée par la corruption et freinée par des lois qui empêchent de pouvoir mener des investigations car les dossiers de la police sont souvent très voire trop vides ou erronés pour être honnêtes.

 Ciudad Juárez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis. Depuis 1993, près de quatre cents femmes ont été assassinées et on compte, aujourd’hui encore, plus de cinq cents disparues. Pourtant, dix ans après la découverte du corps de la première victime, et malgré l’arrestation de dix-huit suspects, les autorités n’ont toujours pas identifié les responsables de ces meurtres. Pis encore, les crimes continuent au rythme infernal de deux victimes par mois, et
Ciudad Juárez est aujourd’hui considérée comme la capitale mondiale du « féminicide ».
Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal ont mené l’enquête au c½ur de cette ville qui tue, à la rencontre des principaux protagonistes de l’affaire – flics douteux, avocats téméraires, boucs émissaires torturés pour avouer des crimes qu’ils n’ont pas commis, familles de victimes et femmes d’honneur…. Ils reviennent sur les différentes pistes, des plus folles aux plus scientifiques, d’un dossier hélas loin d’être fermé. Car si aujourd’hui les criminels restent introuvables, une chose est certaine : les assassinats de Ciudad Juárez rendent compte de la perversité de cette ville-frontière, royaume de la drogue et de la corruption, véritable laboratoire de la mondialisation sauvage.

 

 

Un livre d’Amérique du Nord

Bienvenue à Meurtreville d’André Marois

(Canada)

Lien vers la chronique de Maud ICI

Date de publication : 22.04.2021 aux Editions Le Mot et le Reste

Ce livre est court et pourtant, le lecteur est totalement dépaysé, les personnages sont très bien travaillés, tout comme l’atmosphère. L’ensemble est porté par une écriture fluide sans déchet, tous les mots comptent et ont leur place.

Je souhaite également réveiller votre curiosité et que vous alliez vous mêler aux badauds dans cette province de Québec, je vous assure ça vous le détour, les morts tombent comme des mouches.

Mandeville, Lanaudière, Québec.
Il ne se passe pas grand-chose dans le village ces temps-ci. Les lacs et les forêts n’attirent plus les vacanciers autant qu’avant et la bourgade manque cruellement d’animation, si bien que les commerces locaux commencent à en souffrir. Tout change le jour où l’on découvre le cadavre d’un voleur de cannabis, la gorge tranchée au sécateur. Il n’en faut pas plus pour que Mandeville devienne le centre de l’attention des médias et des touristes en manque de sensations fortes. En revanche, il en faudrait plus, plus de cadavres, plus de sang, voire une série de meurtres pour entretenir la curiosité morbide des badauds et placer enfin le village sur la carte. C’est en tout cas l’idée qui germe dans l’esprit redoutablement pragmatique d’un habitant du coin.

 

 

Un livre africain

Black Cocaïne de Laurent Guillaume

(des scènes se passent au Mali)

Date de publication : 12.03.2015 aux Editions Folio

Lien vers la chronique de Maud ICI

L’auteur nous embarque totalement au Mali, j’ai découvert ce pays où je n’ai jamais mis les pieds. Mêlant très habilement ses intrigues et la présentation politique et géopolitique ; le lecteur est totalement immergé aux côtés de Solo. Il tremble et frémit pour lui tant l’ambiance est tendue.

Un livre coup de poing qui réveille, dépote, embarque et intrigue ! Une enquête rudement bien menée. Un suspense très bien incisé et maintenant jusqu’au bout.

« Au Mali, tout est possible et rien n’est certain », ainsi parle Solo, ce Franco-Malien recherché par la police française qui a laissé derrière lui un passé obscur pour recommencer une nouvelle vie sur le continent noir.

Viré des stups en France, Solo vivote comme détective à Bamako, capitale du Mali, en noyant ses souvenirs dans l’alcool. Une jeune touriste qu’il avait aidée à faire sortir de la prison où elle croupissait pour trafic de cocaïne, est retrouvée égorgée. Solo veut comprendre pourquoi, comme il veut comprendre pourquoi quelqu’un s’attaque à ses proches. Tandis que les cadavres se multiplient, il se lance à la poursuite des assassins à travers ce pays de chaleur, de poussière et de violence…

 

 

 

 

Un livre ayant pour décor un pays d’Asie

Une terre pas si sainte de Pierre Pouchairet

(des scènes se passent en Israël et en Palestine)

Date de publication : 15.09.2014 aux Editions Jigal – 20.05.2021 aux Editions Jigal Poche

Lien vers la chronique de Maud ICI

 

J’ai terminé ce livre à la fois bouleversée et attendrie par cet ensemble de sentiments, ressentis, cette violence… J’ai été happée et transportée au milieu de cette culture que j’ignore et les descriptions des villes ou coutumes nous permettent de nous immerger aux côtés des personnages principaux.

La famille de sang ou de coutumes prend tout son sens dans ce récit qui montre ou démontre le pouvoir ou la puissance de la communauté. Certains aspects que je soupçonne être vrai m’a glacée le sang.

Dany et Guy, deux flics de la police judiciaire israélienne, enquêtent avec le Shabak – la sécurité nationale – sur le massacre d’une famille de colons juifs installée en Cisjordanie à proximité de Naplouse.

De son côté, Maïssa, flic palestinienne, fille d’un ancien compagnon d’armes d’Arafat, mène elle aussi, avec obstination, ses propres investigations.

Très vite et bien que le doute subsiste, un groupe de jeunes Palestiniens est mis en cause et accusé de ce crime sordide.

Mais parallèlement, après la découverte d’un arrivage massif de drogue de synthèse à Nice, à Jérusalem et dans les Territoires, Gabin, flic français des stups, est envoyé sur place pour démanteler un possible trafic international issu d’un camp de réfugiés.

Allant de surprise en surprise, c’est sous pression permanente et dans un climat délétère que flics israéliens, palestiniens et français vont devoir unir leurs forces pour combattre ce réseau mafieux…

 

Un océanien ou en antarctique

Le grand vertige de Pierre Ducrozet

(des scènes se passent en Australie)

Date de publication : 19.08.2020 aux Editions Actes Sud

Lien vers la chronique de Maud ICI

Une lecture bouleversante à différents niveaux, où s’entremêlent réflexions et questionnements ? L’émergence de la violence n’est pas une nouveauté, mais on se rend bien compte jusqu’où certaines personnes sont prêtes à aller soit pour un idéal, pour de l’argent ou du pouvoir. Nous sommes proches de la folie. Les contextes géopolitiques ici mis en scène sont d’un criant réalisme qui m’ont fait frémir à plusieurs reprises. Je remercie Geneviève pour cette découverte qui m’a totalement sortie de ma zone littéraire habituelle et qui m’a franchement marquée.

Une lecture dont je me souviendrai longtemps, très longtemps.

 

Pionnier de la pensée écologique, Adam Thobias est sollicité pour prendre la tête d’une « Commission internationale sur le changement climatique et pour un nouveau contrat naturel ». Pas dupe, il tente de transformer ce hochet géopolitique en arme de reconstruction massive. Au coeur du dispositif, il crée le réseau Télémaque, mouvant et hybride, constitué de scientifiques ou d’intuitifs, de spécialistes ou de voyageurs qu’il envoie en missions discrètes, du Pacifique sud à la jungle birmane, de l’Amazonie à Shanghai… Tandis qu’à travers leurs récits se dessine l’encéphalogramme affolé d’une planète fiévreuse, Adam Thobias conçoit un projet alternatif, novateur, dissident.

Pierre Ducrozet interroge de livre en livre la mobilité des corps dans le monde, mais aussi les tempêtes et secousses qui parcourent notre planète. Sa narration est vive, ludique, rythmée. Elle fait cohabiter et résonner le très intime des personnages avec les aspirations les plus vastes, la conscience d’un pire global, d’une urgence partagée. Le grand vertige est une course poursuite verticale sur une terre qui tourne à toute vitesse, une chasse au trésor qui, autant que des solutions pour un avenir possible, met en jeu une très concrète éthique de l’être au monde. Pour tous, et pour tout de suite.

 

Et cinq livres européens dans cinq pays différents

Royaune-uni

Sur la piste de Sherlock Holmes d’Anne Martinetti

(des scènes se passent en Angleterre)

Date de publication : 07.11.2019 aux Editions Hugo Image

Un véritable bijou graphique que les pages qui se déroulent sous nos yeux. J’ai été ravie d’en apprendre sur l’auteur de ce personnage mythique.

Et découvrir qui se cache derrière, l’auteur Arthur Conan Doyle dont j’avoue je m’étais peu penchée sur sa vie, ses inspirations et son univers.

Lien vers la chronique de Maud ICI

Sur la piste de Sherlock Holmes

Depuis 1900, Sherlock Holmes est le personnage de cinéma le plus représenté dans les films ou séries, soit près de 300 fois. Pourtant, il n’apparaît que dans 4 romans et 56 nouvelles de Sir Conan Doyle. Que sait-on de lui ? On l’imagine souvent comme le détective londonien par excellence, ne sortant de son antre du 221b Baker Street que pour traquer de mystérieux criminels.

Voilà qui ne reflète que très peu son univers imaginaire et géographique. Et en partant sur la piste de Sherlock, c’est évidemment celle de Sir Conan Doyle que nous suivons, tant les univers se juxtaposent.

Avec eux, nous allons arpenter restaurants et clubs de Londres, la verte campagne d’Angleterre (Devonshire, Cornouailles, Downs), mais aussi la Suisse où Sherlock disparaîtra, l’Allemagne, le Portugal et nous traverserons les océans pour les États-Unis (Une Étude en rouge), le continent africain…

Russie

Tu entreras dans le silence de Maurice Gouiran

(des scènes se passent en Russie)

Date de publication : 15.02.2020 aux Editions Jigal – 20.02.2021 aux Editions Jigal Poche

Lien vers la chronique de Maud ICI

Je suis passée par de nombreuses émotions lors de cette lecture, la curiosité historique, la vie dans les tranchées, la vie en dehors des zones de guerre. Mais aussi, la colère, et énormément de tristesse. Touchée par le récit, façon journal de guerre, jour par jour, ressentis face à d’atroces réalité. La violence, la mort, le quotidien des soldats. Les réflexions évoluent, comprendre la guerre, mais quand la motivation se disperse… Les drames pleuvent…

 

Avril 1916. Les 11000 hommes de la 1ère Brigade russe débarquent à Marseille où ils seront acclamés avant d’être envoyés sur le front de Champagne et le Chemin des Dames.

Kolya, l’anarchiste amoureux de la France, Slava, le meurtrier d’un bourgeois moscovite, louri, obsédé par une étrange vengeance, et Rotislav, qui lui n’avait rien demandé, y partagent souffrances, angoisses et espoirs.

C’est là que leur parviennent les premiers échos de la révolution russe. S’ensuivent les premières mutineries et la déportation des fauteurs de troubles au camp de la Courtine dans la Creuse.

Kolya ne rêve que de filer vers Marseille pour rejoindre la Révolution à Moscou en y entraînant ses frères de combat. Y parviendra-t-il ?

Quels impacts laisseront ces années laminées par la barbarie d’une guerre et l’utopie d’une révolution sur ces amis ?

« Jusqu’où doit-on, ou peut-on aller, pour être fidèle à son idéal ? » Maurice Gouiran.

Avec ce trentième roman, Maurice Gouiran, conteur d’histoires dans l’Histoire, professionnel de la littérature noire, peint avec un extraordinaire talent une fresque humaniste passionnante.

Belgique

Le carrousel du sucre de François David

(des scènes se passent en Belgique)

Date de publication : 24.09.2020 aux Editions Temporis

Lien vers la chronique de Maud ICI

Ici, l’auteur nous dessine un parfait tableau mêlant suspense, back off européen. Mêlant fiction et réalité, je me suis laissée embarquer dans les rouages de Bruxelles tout en étant comme le personnage principal aux aguets, sur les gardes. Je n’ai pas cherché à trier le vrai du faux, même si certaines situations m’ont à la fois estomaquées, jusqu’à être révoltée. L’influence britannique n’est tout simplement pas une surprise, sans se préoccuper des conséquences sur l’Europe, depuis la sortie de ce livre, le Brexit est effectif et nous réserve pas mal de surprises

Un Thriller politique tiré d’une histoire vraie. Au début des années 2000, des centaines de milliers de tonnes de sucre frauduleux en provenance de l’ex Yougoslavie se déversent sur le marché européen. La commission de Bruxelles s’émeut et saisit le conseil européen. Dans toute cette séquence se révèlent plusieurs personnages: Le fonctionnaire français de la Commission qui dévoile le scandale et que l’on cherche à briser, le Ministre français sous la coupe de l’industrie betteravière et sucrière, le Ministre Britannique qui ne joue pas le jeu européen et annonce déjà les prémices du Brexit, les autorités serbes complètement infiltrés par la mafia, la traductrice d’origine russe qui joue les Mata Hari, les pays membres incapables de se mettre d’accord alors que le coût des importations se montera à plusieurs milliards d’euros au budget. Bref, une plongée dans les dédales des centres de décision à Paris et à Bruxelles qui révèlent l’ombre portée de Washington sur les Britanniques, les incessantes querelles interministérielles qui freinent les processus de décision en France, l’influence des lobbies sur les décideurs politiques, l’égoïsme des Etats et leur incapacité à forger un projet européen : en somme une belle pagaille qui culminera…avec un mort.

 

Danemark

Octobre de Søren Sveistrup

 (des scènes se passent au Danemark)

Date de publication : 27.02.2019 aux Editions Albin Michel – 26.02.2020 aux Editions Livre de Poche

Lien vers la chronique de Maud ICI

Un livre qui peut impressionner dès le départ. Une belle pavasse, et pourtant c’est une lecture à la fois fluide et très dense. On alterne le passé et le présent. L’ambiance nordique, le temps météorologique a sa place très importante, tout tourne autour de cette saison l’automne.

Il est clair que cette lecture commune m’a à la fois plu et percutée. C’est incontestable je surveillerai de très près les futures sorties de l’auteur en français, j’espère qu’il récidivera car franchement je suis prête à me reprendre une claque (littéraire bien sûre).

 

Le premier thriller du créateur de la série culte The Killing

Début octobre, dans la banlieue de Copenhague, la police découvre le cadavre d’une femme amputée d’une main. À côté du corps, un petit bonhomme fabriqué à partir de marrons et d’allumettes. Chargés de l’enquête, la jeune inspectrice Naia Thulin et l’inspecteur Mark Hess découvrent vite que cette figurine est porteuse de mystérieuses empreintes : celles de la fille de Rosa Hartung, ministre des Affaires Sociales, enlevée un an plus tôt et présumée morte.

Thulin et Hess explorent toutes les pistes qui leur révèleraient un lien entre la disparition de la fille de la ministre et la victime à la main coupée. Lorsqu’une autre femme est tuée, selon le même mode opératoire, ils comprennent que le cauchemar ne fait que commencer…

 

 

Allemagne

Bienvenue à Gomorrhe de Tom Chatfield

(des scènes se passent en Allemagne)

Date de publication : 15.10.2020 aux Editions Hugo Thriller

Lien vers la chronique de Maud ICI

Tous les ingrédients étaient réunis pour que ce livre soit une bonne lecture.

» Gomorrhe. Un nom murmuré dans les recoins les plus sombres des forums les plus tordus. Un endroit que la lie du Darknet rêve de visiter. Un mot prononcé sur un ton ironique, quand on plaisante sur ce qu’aucun darknet ne vous vendra jamais. Tout le monde sait comment on se divertissait à Sodome, mais de quelle nature étaient les mœurs de Gomorrhe pour mériter, elle aussi, d’être détruite par « une pluie de souffre et de feu’ ? « .
Infiltrer des néo-nazis occupés à faire de notre planète un endroit infréquentable suffisait largement à remplir la vie d’Azi Bello, et à lui permettre de faire la démonstration de ses talents de hackeur.
Mais lorsque la mystérieuse Anna s’invite dans l’abri de jardin qui lui sert de bureau, la vie d’Azi prend une toute autre tournure.
Car Anna et l’organisation secrète pour laquelle elle travaille en savent suffisamment sur Azi pour qu’il n’ait pas d’autre choix que de leur obéir. Et ceux qu’on lui ordonne de mettre hors d’état de nuire sont considérablement plus dangereux que la meute de suprémacistes qu’il combattait derrière ses écrans.
De Londres à Raqqa en passant par Berlin, Athènes, San Francisco et l’Allemagne, pourchassé par des ennemis d’autant plus terrifiants qu’ils sont souvent invisibles, Azi va découvrir que le monde réel est infiniment plus dangereux que le virtuel. Et que d’un monde à l’autre, Gomorrhe se nourrit avec la même avidité de l’argent des uns et de l’idéologie des autres pour étendre son règne de terreur.

 

59 réflexions sur “En voyage avec Collectif Polar, le tag de l’été de Maud

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s