Coupable, Reginald Dwayne Betts

Le jour décalé sur Collectif Polar

En voyage avec Collectif Polar

En route pour les Etats-unis d’Amérique


Coupable de Reginald Dwayne Betts. traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Héloïse Esquié paru le 2 septembre 2020 aux éditions Globe ; 105 pages ; 14€ ; 15cm x 22cm
4ème de couverture
2 200 000 prisonniers aux États-Unis. 50 000 enfants derrière les barreaux traduits en justice devant des tribunaux pour adultes. 32 000 mineurs incarcérés chaque année dans des prisons adultes. Ce sont seulement des chiffres, ni des noms ni des visages. Pourtant, de temps en temps, un héros s’extrait du monde froide des statistiques pour montrer sa tête et crier haut et fort son patronyme : c’est l’exploit qu’a réalisé Reginald Dwayne Betts.Condamné à l’âge de 16 ans à en passer 8 dans les quartiers de haute sécurité pour un crime dont il était coupable. 30 minutes ont suffi pour anéantir l’avenir de cet adolescent, pauvre mais brillant et scolarisé. Le besoin de témoigner de sa propre histoire et de dire l’impact de la prison et du regret lui inspire des ghazals – ces poèmes arabes tout à la fois chants d’amour et cris de désespoir – où le mot prison est maintes fois répété mais aussi les silences et le vide persistant entre les hommes et les chiffres et les lois. Nombreux sont les poètes sauvés par leur vocation. Celle de Reginald Dwayne Betts l’a sauvé du rouleau compresseur des statistiques qui broie en masse des milliers de mineurs – principalement noirs – dans un système carcéral industrialisé.
L’auteur : Reginald Dwayne Betts est né en 1980 dans le Maryland. A 16 ans, lycée boursier, il commet un vol de voiture à main armée. Considéré comme majeur, il est condamné à 8 ans de prison. Il se trouve en cellule d’isolement pour agressions sur gardien quand quelqu’un lui glisse un livre, une anthologie de poètes noirs. Il découvre un monde insoupçonné. Sa vocation de poète est née. Parallèlement, il poursuit ses études. A sa sortie, en 2005, il est embauché dans une librairie puis fonde un club de lecture pour ados noirs. Son ascension sociale ne s’arrêtera plus. Il devient avocat, professeur, et il est nommé par Obama dans une commission sur la réforme de la justice des mineurs. En 2012, Betts a été nommé membre du Conseil de coordination sur la justice pour mineurs et la prévention de la délinquance par l’ancien président Obama.
Extrait
Raconter une histoire d’innocence ne déclenchera pas
l’acquittement. & après l’interrogatoire & les menottes
& les promesses de flics assez vernis pour se faire une arrestation
avant la fin de la première messe du matin, j’étais devenu
un criminel. L’enregistreur me répétait mon chant
comme un moineau pépie, sauf que la culpabilité n’a pas de melodie.
Ecoute, qui n’a pas attendu que quelque chose
se produise ? Je sais qu’il y a des gens qui sont morts attendant. Je sais
que la souffrance est un chant itinérant. J’étais perdu dans ma peur.
Etrange comme la violence a cet effet, rend le revolver
vulnérable. Je ne pouvais attendre, & je n’avais aucune idée de qui je devenais.

Les missives de Fanny H

Un recueil de poèmes écrit par un ancien prisonnier, condamné à huit ans de prison pour vol à main armée avant de devenir avocat et poète pendant son incarcération. L’auteur évoque la paternité, la criminalisation de la pauvreté et l’industrialisation du système carcéral aux Etats-Unis.

Coupable, Reginald Dwayne Betts

Ado, Reginald a fait une énorme bêtise,
Elle restera en lui comme une hantise. A 16 ans il sera mis longtemps au mitard,
Sans doute à cause de sa peau de couleur noire. Noire comme l’abîme de la prison,
Où aux côtés des adultes sont enfermés de jeunes garçons, Noire comme l’obscurité de ces couloirs,
Et la froideur de ces parloirs. Pour eux pas de pitié,
Dans la noirceur, ils seront noyés. Pour Reginald, adieu l’école,
Cela ne l’empêchera pas plus tard de prendre son envol. Car pour cette couleur, il est l’espoir
De ne jamais cesser d’y croire, De se lever, de se relever,
Malgré les coups de bâtons, les langues acérées.

Derrière les barreaux,

Derrière ce ghetto,

Il découvrira la poésie.

Ainsi démarrera pour lui une nouvelle vie.

Des conneries de la rue il se détournera,
Il apprendra, il étudiera.

Fier de sa peau comme un étendard,
Il deviendra avocat, se dressera contre tous ces bâtards.

Professeur et orateur,

Obama lui donnera son heure.

Coupable est un recueil de ghazals.

Il exorcise une partie de son mal.

L’ enfermement de ces si jeunes garçons

N’augure pour eux rien de bon.

Il crie et décrit la dure réalité

Pour tous ces mineurs dans une Amérique minée.

Minée par un tel racisme,

Qu’il faudrait 10 000 ans d’exorcisme.

Son histoire m’a touché,
Et sa musicalité de la rue m’a parlé.

Belle leçon d’humanité
Face à ceux dont l’esprit est emmuré.

17 réflexions sur “Coupable, Reginald Dwayne Betts

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s