« Les d’ici – Les 10 si… » Jean Luc Bizien

« Les d’ici – Les 10 si… » Jean-Luc Bizien

Par Sylvie K

LES D’ICI…….Jean-Luc Bizien

Si vous étiez un personnage de Roman/fiction ?

Paik Dong-Soo ou Simon Bloomberg. Ils sont, chacun à leur manière, mes doubles littéraires.

 

Si vous n’étiez pas auteur ?

J’aurais tout fait pour jouer dans un groupe de rock et vivre de la musique au quotidien… « Or die trying » comme disent les Anglais.

 

Si vous étiez un personnage homme ou femme de polar/Roman noir ?

L’un des deux cités plus haut… ou le Hunter, de Roy Braverman.

 

Si vous aviez écrit le roman d’un autre lequel serait-il ?

Le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier, ou bien Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll.

 

Si vous pouviez rencontrer un auteur mort ou vivant ?

Rudyard Kipling, avec qui j’aurais aimé évoquer son merveilleux poème, IF.
Ce serait également un véritable bonheur de parler de sa vision de l’existence et de comprendre ce que la Franc-Maçonnerie lui a apporté.

 

Si on vous proposait d’adapter un de vos livres en film ?

WonderlandZ, Les Veilleurs ou Crotales. Impossible de choisir.
Avis aux éventuels producteurs : deux de ces titres réclament davantage d’effets spéciaux, mais j’ai déjà le casting en tête.

 

« Dehors, la nuit est opaque. Il fait froid, c’est idéal pour voler au-dessus des immeubles : les Parisiens engoncés dans leurs manteaux pressent le pas, il s’en trouve peu pour flâner le nez en l’air.

J’éclate de rire, je me transforme et je m’envole. Le vent glacial chante dans le cuir de mes ailes. Je vais retrouver celui qui a essayé de m’avoir, je vais lui faire payer tout ça. Ça devrait m’occuper un moment. Tout ça tombe très bien ! Je manquais d’exercice, ces derniers temps… »

Malgré les apparences, Wayne est un dragon. Son plaisir : l’odeur de peur que les humains sécrètent avant la mort. Sa loi : ne jamais se révéler à eux. À moins de s’assurer de leur totale adhésion… ou d’un silence définitif. Pour traverser les millénaires, il se nourrit de l’imaginaire des écrivains. Sarah l’apprend à ses dépens…

 

Alors que Paris est victime d’un virus qui transforme ses habitants en monstres, et notamment les adultes, quelques groupes de jeunes « immunisés » tentent de survivre dans ce qui est devenu un enfer. À l’extérieur, l’armée a entouré la ville d’une immense muraille pour éviter la propagation de l’épidémie. Aucune fuite n’est possible… Et dans ce cauchemar, Marie se découvre enceinte. Attend-elle un bébé ou un monstre prêt à la dévorer de l’intérieur ?

Auteur bien connu en polar (L’Évangile des ténèbres), ancien directeur de collection, Jean-Luc Bizien propose un roman young adult aux images fortes et prenantes.

 

 

Crotales

Ciudad Juarez, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Ciudad Juarez, ses gangs armés, ses combats clandestins, ses cadavres exposés au soleil.

Ciudad Juarez, ses policiers corrompus, ses agents infiltrés et depuis plusieurs semaines maintenant, son mystérieux sniper qui tue impunément le long de la frontière de métal. Le paradis pour les truands, l’enfer pour les autres.

Voilà où Paik Dong-Soo, ex officier du Renseignement nord-coréen, a décidé de trouver refuge après avoir quitté New York.

Mais c’est là aussi que débarque Nero, le représentant des familles italiennes de la côte Est, pour conclure un important marché avec le patron du cartel local, Torres. Un homme sanguinaire qui parade devant ses affidés, au bras de sa compagne, l’intrigante et sculpturale Salma.

Quand Nero reconnaît un jour en Dong-Soo l’homme qui a tué son ancien patron, il n’a plus dès lors qu’un seul projet : rapporter à ses maîtres la tête du Coréen.

Seul et affaibli, Dong-Soo devra faire appel à toutes ses ressources pour échapper à ses poursuivants. Autant de crotales pour qui trahir est une seconde nature… Et tuer un véritable plaisir.

Si vous aviez peur ?

Ma principale peur, c’est de perdre l’un des miens, de ne pas parvenir à protéger ceux qui me sont chers.

 

Si vous deviez fuir, combattre ou vous adapter ?

Combattre. Je suis trop vieux pour m’adapter.

 

Si vous pouviez proposer le « Goncourt » du polar ?

J’en profiterais pour sélectionner des titres différents, dans tous les style de ce genre merveilleux, sans jugement de valeur autres que littéraires. Dans la continuité de l’action de ce fabuleux bonhomme qu’était Claude Mesplède.

 

Si vous nous présentiez votre dernier livre ou celui en cours d’écriture ?

J’en écris quatre en ce moment :

j’ai achevé le tome 2 des Veilleurs,

Les veilleurs

Tome 2

Dans un futur proche, un virus a poussé les autorités à confiner Paris derrière une gigantesque enceinte. À l’intérieur, des humains transformés en goules, loup-garous ou autres vampires rôdent tandis que quelques survivants tentent de s’organiser. Marie et sa grossesse arrivant douloureusement à terme, le docteur Paoli désespéré de trouver un remède ou Steiner, sniper désormais seul, essayant de sauver sa peau et celle de quelques chanceux adolescents..

et un roman noir , un polar d’actualité mêlant revendications sociales et vengeance personnelle – sur fond de Paris en état d’urgence.

Et puis mourir

Plusieurs samedis d’affilée, alors que tous les services de police de France sont mobilisés par les manifestations des gilets jaunes, des meurtres sont commis dans les beaux quartiers de Paris. Cela pourrait être l’oeuvre d’un déséquilibré qui aurait poussé jusqu’à la vengeance les revendications de justice sociale, mais le commandant Jean-Yves Le Guen n’y croit pas.

Avec son adjoint, le capitaine Patriziu Agostini, ils jouent contre la montre. Car l’idée d’un « meurtrier gilet jaune » menace de faire l’objet de récupérations politiques qui ne feraient qu’empirer la situation – et le prochain samedi de protestations se rapproche …

je travaille à un prochain Justin Case inédit,

j’avance en parallèle sur un roman noir dont l’action a pour décor les villages troglodytes des Amérindiens Anasazis, près de la frontière entre les USA et le Mexique.

Et je suis depuis longtemps sur une nouvelle série de thrillers historiques qui me passionne, mais je n’en dirai pas davantage.

4 réflexions sur “« Les d’ici – Les 10 si… » Jean Luc Bizien

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s