Un 14 juillet sanglant ou le 14 juillet en polar

Un 14 juillet sanglant ou le 14 juillet en polar

Ce matin nous vous proposions une belle bibliographie autour du 14 juillet en fiction.

Cet après-midi nous complétons notre sélection avec quelques polars.

Forcément nous étions un peu obligés, non !


 L’histoire la Grande

1789, l’été de sang de Frédéric Michelet

Et si la Révolution Française n’avait pas été provoquée par le début des États généraux mais par les manifestations populaires ayant eu lieu à la suite du massacre de la rue du Faubourg-Saint-Antoine ? Y aurait-il eu un complot pour compromettre la réussite de ces États généraux et le roi lui-même ? Qui en serait l’instigateur ?

19 avril 1789, rue Cassette. Un couple est sauvagement assassiné. L’enquête est menée par le lieutenant général de la ville de Paris lui-même. Pour Joseph Beyraud, frère d’une des victimes et jeune portraitiste talentueux, il ne peut donc s’agir d’un simple brigandage. Sa famille serait-elle compromise dans une effroyable affaire ? Les désirs de vengeance et de vérité du jeune peintre vont le mener malgré lui dans un labyrinthe de conspirations et de secrets d’État dont il devra trouver la clé pour pouvoir sauver sa propre vie.

1789, l’été de sang est une œuvre de fiction qui s’inscrit dans les événements historiques de mi-avril à la nuit du 4 août 1789. De nombreux personnages, lieux, faits et actions ont réellement existé.

 

Le loup des Cordeliers,  d’Henri Lœvenbruck

Mai 1789, un vent de révolte souffle sur Paris.

Gabriel Joly, jeune provincial ambitieux, monte à la capitale où il rêve de devenir le plus grand journaliste de son temps. un enquêteur déterminé à faire la lumière sur les mystères de cette période tourmentée.

Son premier défi : démasquer le Loup des Cordeliers, cet étrange justicier qui tient un loup en laisse et, la nuit, commet de sanglants assassinats pour protéger des femmes dans les rues de Paris…

Les investigations de Gabriel Joly le conduisent alors sur la route des grands acteurs de la Révolution qui commence : Danton, Desmoulins, Mirabeau, Robespierre, personnages dont on découvre l’ambition, le caractère, les plans secrets.

Alors que, le 14 juillet, un homme s’échappe discrètement de la Bastille, Gabriel Joly va-t-il découvrir l’identité véritable du Loup des Cordeliers, et mettre au jour l’un des plus grands complots de la Révolution française ?

L’affaire des corps sans tête de Jean-Christophe Portes 

 

1791.On découvre des cadavres dans la Seine, nus et la tête coupée. Malgré l’émoi que cela provoque, Victor Dauterive, jeune officier de la nouvelle Gendarmerie nationale n’a guère le temps de s’en préoccuper : Lafayette, son mentor, l’a chargé d’arrêter Marat, ce dangereux agitateur qui en appelle au meurtre des aristocrates. Une mission qui tourne vite au cauchemar pour l’enquêteur qui joue sa vie en posant trop de questions. Les vainqueurs de la Bastille sont-ils de vrais patriotes ou des activistes corrompus ? Existe-il vraiment un Comité secret aux Tuileries, dans l’ombre de la Cour ? Et n’y aurait-il pas un lien entre Marat et ces corps flottant dans la Seine ? Peu à peu, Victor Dauterive lève le voile sur un effrayant complot. Une conspiration qui pourrait changer le cours de la Révolution… Une enquête de Victor Dauterive dans la France révolutionnaire.

 

Ça débute un 14 juillet

L’après-14 Juillet, Fabrice Guillet

Un hélicoptère de l’Armée Française s’écrase sur la tribune présidentielle à l’occasion du traditionnel défilé du 14 Juillet. Le Président de la République ne survit pas, de même que les principaux responsables politiques.

Tout accuse le pilote, un officier d’origine Algérienne.

Mathilde, que tout le monde appelle Mina, la jeune soeur du pilote, refuse de croire en la culpabilité de son frère. Elle va se battre pour faire éclater la vérité alors que des changements politiques se mettent en place dans la France de l’après 14 Juillet.

 

 

 

 

 

Le gendarme scalpé de Thierry Bourcy

Une enquête de Célestin Louise, flic et soldat dans la guerre de 14-18

Volume 5

 

Juillet 1918. Les Américains viennent d’arriver sur le front picard pour soutenir les poilus à bout de forces. En face, les Allemands résistent encore, mais tous sentent que la fin de la guerre approche… Le soldat Célestin Louise, inspecteur de police dans le civil, est appelé sur les lieux d’un crime horrible : un jeune gendarme a été assassiné puis scalpé dans une église. Tout accuse l’Indien du régiment américain stationné à quelques kilomètres de là. Mais Célestin n’a pas de préjugés et son instinct lui dit que le véritable coupable rôde encore. En fouillant dans le passé du mort, il découvre qu’il a été mêlé à un cambriolage quelques années auparavant. Alors que les offensives meurtrières se poursuivent, Célestin, aidé du fidèle Germain Béraud, se retrouve aux prises avec une enquête délicate que les gendarmes français comme la Military Police aimeraient résoudre au plus vite.

Le dernier contrat, Olivier Maulin

 

Le dernier contrat

Laminée par une crise économique et politique sans précédent, la France est plongée dans le chaos.

Frère-la-Colère, un moine charismatique et exalté, émerge de la confusion, fédérant bientôt les rebelles de tout le pays pour renverser le pouvoir en place et hâter l’effondrement général. Prêt à tout, Frère-la-Colère engage un tueur à gages, un pro sur le retour, dépressif et alcoolique. Son contrat : assassiner le président de la République le samedi 14 juillet, pendant le défilé. L’avenir de la rébellion ne dépend plus désormais que d’un seul homme…

 

 

 

 

Le bal des pompiers, Jérôme Bellay

Le bal des pompiers

Automne 1958. Une petite ville de garnison mobilise sa population pour son grand bal de société. Le bal des pompiers qui rassemble, comme chaque année, une communauté, lourde de secrets et encore déchirée par l’Occupation et les rancoeurs de l’après-guerre. Ouvriers, artisans, paysans et notables s’y côtoient. On s’habille pour l’occasion, on se pare, on se regarde, on se jalouse, on se critique.

Seulement voilà.

Au coeur de la fête et du  bal du 14 Juillet , un incendie éclate. Une jeune femme à la beauté sauvage et provocante, qui fait tourner la tête des hommes, est retrouvée morte dans les décombres. Mais ce ne sont pas les flammes qui sont la cause de sa mort. Elles masquent un meurtre mystérieux.

Dans le décor de ce village aux soixante-dix bistrots, qui compte autant de militaires que de civils, Jérôme Bellay dessine une galerie de portraits. Et l’un d’entre eux est celui de l’assassin.

Oui, mais lequel ?

 

Le crime du 14 juillet : une enquête d’Emile Laplume, Pierre Mazet

Le 14 juillet 1919, alors que Paris fête sa victoire et célèbre la fin de quatre années de cauchemar, on découvre le cadavre d’un jeune Sammy dans un hôtel borgne du 14e arrondissement. L’enquête s’avère délicate au milieu des susceptibilités diplomatiques entre alliés. Les soupçons se portent sur un jeune noir, aide de camp de la victime, et qui a pris la fuite. Le commissaire Marin Moulin, aidé d’un célèbre journaliste de fait divers, Émile Laplume, parviendra à dénouer cette sombre histoire qui plonge ses racines dans l’affairisme et les spéculations des profiteurs de guerre.

 

 

 

 

 

 

 

Maux de tête à Carantec, Françoise Le Mer

Il est de ces professions qui aimantent les confidences. Les dépositaires de ces secrets chuchotés seront-ils les garants de votre paix retrouvée ?

Le docteur Clément Martin-Déroches, psychiatre de son état, partage sa vie entre Morlaix où il exerce, et Carantec où il passe ses vacances en famille. Il a tout pour être heureux : une jolie jeune femme épousée en secondes noces, deux enfants intelligents et vifs. Est- ce le baccalauréat de son fils David qui trouble à ce point le médecin ? Le passé de sa compagne ? La souffrance d’un patient ? Clément Martin-Déroches est un homme trop discret… Hélas pour lui…

La nuit du 13 au 14 juillet, un second drame vient troubler la quiétude estivale. Dépêchés à Carantec, le commissaire Le Gwen et le lieutenant Le Fur auront bien du mal à se mettre dans l’esprit d’un homme torturé…

 

 

Larguez les anars, Hervé Sard

Ça devait bien arriver un jour. Alors qu’il enquêtait sur une affaire d’épandage aérien malveillant, Léo est tombé dans un guetapens. Et c’est bien lui, notre Léo, qu’on enterre aujourd’hui, alors que la «Marche», un cortège pacifique, prend de l’ampleur et se dirige vers Paris dans l’intention de perturber le défilé du 14 juillet. Une hétéroclite galerie de personnages truculents et savoureux se jette alors sur les routes, tandis que l’assassin de Léo court toujours. Le réchauffement climatique, la prolifération des OGM, les basses manoeuvres de certains politiques peuvent se poursuivre impunément, puisque notre enquêteur n’est plus là pour les contrecarrer. Jusqu’où iront-ils ?

Cet été, le défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées s’annonce… musclé !

 

 

La commissaire n’a point l’esprit club , Georges Flipo

Une enquête de la commissaire Viviane Lancier

La commissaire Viviane Lancier est envoyée incognito sur l’île de Rhodes pour enquêter sur le meurtre de King, le chef tyrannique d’un village de vacances.  Celui-ci a été poignardé alors qu’il était pendu en lieu et place du mannequin autour duquel les estivants devaient danser toute la soirée lors du bal du 14 Juillet.  Alors que son nouveau lieutenant, Willy Cruyff, se fond avec enthousiasme dans la masse des joyeux vacanciers, Viviane s’efforce tant bien que mal de tirer les fils de cette sombre affaire, entre cours d’aquagym et leçons de tango. Assommée par la chaleur et déprimée à l’idée de se promener en maillot de bain, elle ne cesse de rudoyer son pauvre adjoint. Et pendant ce temps-là, les morts s’accumulent…

 

 

 

Du sang dans les vignes, Claudie Berger-Duval

 

« Son coeur demeura silencieux.

Il ne respirait plus.

De la plaie béante qu’il portait à la tête, le sang s’échappait régulièrement et, ruisselant sur la joue, se mêlait à la terre, formant une flaque de boue brunâtre et visqueuse.

– C’est vrai que tu n’as jamais rien gagné… »

Dans le village provençal de Fontfraiche, au pied du Luberon, la vie s’écoule au rythme de la vigne et des saisons.

Sur les Champs-Élysées, Cécile Fabre, l’enfant du pays devenue maire, assiste au traditionnel défilé du 14 juillet lorsqu’un appel sur son portable met brutalement un terme à son séjour.

Christian Renoux, son adjoint a été retrouvé mort… assassiné !

Plongée malgré elle au coeur d’une affaire criminelle d’envergure, Cécile, dans un climat exacerbé de suspicion générale, décide de mener sa propre enquête au péril de sa vie.

En plein défilé du 14 juillet à Paris, la maire du village de Fontfraiche, dans le Luberon, reçoit un appel téléphonique : son adjoint vient d’être assassiné. Elle va mener l’enquête dans ce pays où la vigne est reine et où tout le monde va se suspecter.

 

 

Implacables vendanges, Philippe Bouin

Les aventures de soeur Blandine.

L’histoire : le 13 juillet 2000, maître Blanchon, notaire, lit un codicille étrange aux héritiers d’Edmond Ruteboeuf. Il remet des enveloppes blanches à chacun, et trois enveloppes bleues aux chefs de famille principaux. Ces enveloppes devront être ouvertes en même temps le 14 juillet 2000 à midi. Mais quelqu’un en a décidé autrement…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cartago, Jean-Hugues Oppel

Agent : nom de code « Phalène ». Sexe : féminin. Mission : se dévouer corps et âme au locataire de l’élysée – mais comme on dit dans le métier, la protection rapprochée d’un chef d’état ne saurait être garantie à 100 %. A sang pour sang, c’est une autre paire de manches.

En ce moment même, les régiments blindés de l’eurocorps rugissent au pied de l’obélisque devant les officiels massés dans la tribune d’honneur. Le vacarme est assourdissant. L’index du tireur se coule sous le pontet ; épouse la détente…

Nom : inconnu. Sexe : masculin. Nationalité : indéterminée. Profession : tueur à gages. Date du contrat : 14 juillet 1994. Lieu : place de la concorde. Cible : le président de la république française.

Après deux textes très noirs, six-pack et ténèbre, Jean-Hugues Oppel signe un roman qui s’apparente au thriller de politique-fiction, dans l’esprit de chacal de Frederick Forsyth. Un duel dans les allées du pouvoir où tous les coups sont permis. Où il s’agit peut-être plus de sauver l’humanité qu’un homme.

 

 

Via delle Oche, Carlo Lucarelli

Un souteneur suicidé avec une corde trop courte, un photographe d’art communiste poignardé en pleine rue, quelques putes qui changent de maison et de ville sans raison apparente, il se passe beaucoup de choses Via delle Oche, la rue des bordels dans la Bologne d’après-guerre. Mais allez mener une simple enquête criminelle dans une Italie agitée par les élections de 1948, la tentative d’assassinat de Togliatti et le maillot jaune de Bartali…

La via delle Oche, à Bologne, est une rue renommée. Dans le temps, il y avait des maisons closes. L’histoire se passe entre le mercredi 14 avril et le jeudi 15 juillet 1948. Au cours des derniers mois ont eu lieu en Italie des événements décisifs : les élections de 48, l’attentat contre Togliati… Une enquête policière qui part d’un simple crime pour déboucher sur une panique générale.

Comme d’habitude, De Luca entrevoit la vérité au moment où la raison d’Etat et l’histoire de l’Italie viennent l’engloutir.

 

 

 

Et pour les plus jeunes d’entre nous

 

Les enquêteurs du Net Volume 4, Course-poursuite à la Bastille , Philippe Barbeau ;illustrations Jérôme Brasseur

Sara et Fabio se servent du Net afin de mener les enquêtes qu’ils réalisent pour le journal de leur classe. C’est ainsi qu’ils se retrouvent en 1789, le 14 juillet, et rencontrent Charlotte dont la maman va bientôt accoucher. Ils vont l’aider à retrouver son papa dans la foule.

Le feu de joie du Clan des Sept de Enid Blyton

 

Le feu de joie du Clan des Sept

Quatre garçons et trois filles qui ne manquent ni de courage ni d’audace. Les voici sur la piste du mystérieux voleur qui a dérobé tout l’argent de leur caisse, devant servir à préparer un magnifique feu d’artifice pour le 14 juillet.

Triste 14 juillet pour les Sept ! Voilà qu’on a pris tout l’argent dans leur caisse. Eux qui avaient prévu un superbe feu d’artifice avec fusées et feu de joie… On a aussi déshabillé Bélisaire, leur mannequin qui devait s’enflammer sur le bûcher.

Mais quel est donc cet individu qui contrarie ainsi les projets de Pierre et de ses amis…

6 réflexions sur “Un 14 juillet sanglant ou le 14 juillet en polar

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s