A l’abri du mal, Sylvain Matoré

Aujourd’hui c’est double chronique sur Collectif Polar

Après la missive de Fanny ce matin, c’est Papote de Flingueuses cette après-midi

Le livre : A l’abri du mal de Sylvain Matoré. Paru le 21 mai 2021 chez Mot et le reste dans la collection Littérature. 20€. (301 p.) ; 21 x 15 cm

4e de couv : 

Au coeur des Pyrénées, dans la vallée de la Himone, coule la Lisette, cours d’eau dont la beauté n’est altérée que par la présence de l’usine Laely et de ses rejets toxiques. C’est sur la rive, non loin de ce monstre de ferraille, que le corps d’une jeune femme brûlée au troisième degré est retrouvé. L’hypothèse de l’accident chimique est sur toutes les lèvres. Convaincus qu’il ne peut en être autrement, Mélanie, une saisonnière idéaliste en manque de combats à mener, et son petit ami Abdel, ouvrier de l’usine et lascar repenti, vont se mettre en quête d’une justice que personne ne semble vouloir appliquer. Mais leurs espoirs seront bientôt piétinés par une imprévisible spirale de violence.

L’auteur : Né en 1985, Sylvain Matoré est psychologue.  Grand lecteur (Steinbeck, Kerouac, Burroughs…), passionné depuis toujours par l’écriture, il est passé par la musique, cognant sa batterie pour plusieurs formations rock, dans des concerts en France, en Angleterre et aux États-Unis, avant de prendre la plume. Il est déjà l’auteur de Cercles (Alma, 2014) et de Emprisonnés (Le mot et le reste, 2019).

 

Extraits : 
« Et elle entend un rire qui éclate dans toute la forêt. Qui domine les cris d’animaux qu’on massacre, qui domine les bruits assourdissants des cascades d’eau en contrebas du pic de Rymare, qui domine le son des chutes de pierre qui se réverbèrent dans les gorges étranglées de l’Irouley, qui domine le grondement de l’usine, les vapeurs de ses productions toxiques. Elle entend le rire d’un homme qui va triompher, sans pitié, qui s’apprête à accélérer pour lui rouler dessus, laminer, fouler son corps, meurtrir sa chair. Mélanie se réveille en sursaut. L’horloge indique 3 h 14. Abdel est à ses côtés. Il dort profondément. »
« Sa copine n’était pas pour rien dans sa prise de conscience. Depuis leur rencontre récente, l’un et l’autre s’incitaient à prendre des positions plus radicales, à lutter contre leurs satanées tendances à la résignation. Pour une fois dans sa vie, on ne combattait pas sa réserve par une attitude virile, une injonction à faire le caïd – tout ce qu’Abdel avait toujours connu, depuis la crèche, le bac à sable, puis l’école, le collège et surtout les cages d’escalier, dans ses vingt premières années passées à la cité du Mirail à Toulouse. Que des mecs, partout, qui classent les comportements selon ce qui est homme et ce qui ne l’est pas, cette dernière catégorie étant affublée de qualificatifs allant de meuf, gonzesse, fiotte, tarlouze à tafiole. »

 

Papote entre une Flingueuse et une indic

Fanny et Maud nous parle de :

A l’abri du mal de Sylvain Matoré

Maud : Coucou

Fanny : Hello. Un ptit café ? Ou une infusion du jardin ?

Maud : Merci ce sera juste un café pour ma part. Alors mdame est ce que c’était ton premier livre de cet auteur ?

Fanny : Oui mon tout premier, et pour toi ?

Maud : Tout pareil je le découvre avec A l’abri du mal.

Fanny : Et qu’est-ce qui t’a donné envie de le lire ? Pour ma part, le titre et la couverture en premier lieu et ensuite le fait que ce soit une découverte.

Maud : Ne lisant plus les résumés avant lecture se sont en effet les paysages et le titre qui m’ont attirée. Et bien-sûre la découverte.

Fanny : Oui je lis le résumé rapidement.

Maud : Trop de fois déçue alors je le lis après ma lecture.

Fanny : Cela m’est arrivé aussi et cela peut être trompeur.

Maud : Tout à fait, du coup je me lance dans le bain de la découverte sur l’impression de la couverture… à mes risques et périls.

Fanny : J’adore ça, bien souvent ça le fait. Et là j’ai bien aimé le fait que l’auteur parle d’un sujet important comme l’écologie.

Maud : Je trouve que c’est un thème très important en effet. Surtout dans un environnement naturel tel que les Pyrénées.

Fanny : Oui car on n’en entend pas vraiment parler de problèmes dans cette région. Je me demande ce qui a donné l’idée à l’auteur. En tout cas, il a l’air de bien connaître vu comme c’est décrit.

Maud : Je n ai aucune idée sur la source d’inspiration de l’auteur. Peut-être faudra un jour lui demander. Oui l’ambiance, les paysages et l atmosphères sont très bien décrits. La nature est un personnage de l’histoire je trouve.

Fanny : Oui une question a lui posé. La nature est essentielle à l’histoire. Elle représente la beauté d’un côté, de l’autre la laideur avec la pollution.

Maud : Tout à fait d’accord avec toi et pourtant j’ai trouvé que l’auteur s était un peu arrêté en chemin… il aurait pu boucler la boucle comme on dit (je ne cite pas pour éviter les spoils).

Fanny : Peut-être une suite est-elle prévue ?

Maud : Juste sur la pollution de la rivière ? Ça serait très très pauvre comme suite : avisdemoiquinengagequemoi

Fanny : Non sur l’ensemble en général

Maud : Je ne suis pas convaincue mais je ne suis pas dans la tête de l’auteur.

Fanny : A voir, plusieurs personnes continuent leur petit jeu en tout impunité, j’aimerai bien qu’ils le soient punis !

Maud : Voilà ça m’a manquée ce côté-là… et les personnages qu en as-tu pensé ?

Fanny : L’auteur nous les présente bien, on voit bien à qui on a affaire. Ils sont plusieurs à avoir de belles blessures en eux. Et toi ?

Maud : Comme toi ils ont un passé, chacun le leur qui leur pèse, j’apprécie beaucoup l « étoffage psychologique » de celui de Mélanie

Fanny : Oui, perso j’ai bien aimé les enquêteurs. L’auteur a pas mal creusé côté psy pour ses personnages.

Maud : Aussi… les enquêteurs ont des profils singuliers très intéressants

Fanny : Les pauvres, ils galèrent avec l’enquête qui n’est pas facile.

Maud : Oui même si certains personnages pour moi relèvent un peu de la caricature et l’angle choisi de la facilité. L’intrigue en elle-même est très bien ficelée

Fanny : Je n’ai pas trouvé pour la caricature, ces personnages-là existent bel et bien. Oui l’intrigue est pas mal.

Maud : Je n’ai pas dit que cela n’existe pas mais j’ai trouvé caricatural : le patron présenté comme un connard habitant une belle maison sur les hauteurs, avec grosse voiture, père de 2 enfants, qui emmène bobonne au restaurant pendant que la baby-sitter s’occupe des loupiots…qui paie mal ses employés qui travaillent dans des conditions très difficiles, vivent dans des endroits limite taudis… C’est un catalogue facile et caricatural à mon sens…cela existe certes…

Par rapport aux autres personnages qui ont des profils originaux j’ai trouvé dommage celui-ci…

Fanny : Je n’ai pas eu le même ressenti. Autre question pour l’auteur, s’est-il basé sur des personnages existants ? Ce serait amusant pour le directeur.

Maud : Si c’est le cas on serait justement en pleine caricature… Je ne nie pas l’existence mais je pense que le raccourcis est un peu facile Je sais que nous n’avons pas les mêmes points de vue justement et c’est très intéressant

Fanny : Oui car le directeur je l’ai identifié de suite à des personnes que j’ai pu rencontrer dans le milieu professionnel donc c’est sans doute pour cela que je n’ai pas vu la même chose que toi.

C’est vrai qu’il se porte bien en plus alors que les autres sont plus écorchés vifs.

Maud : Je ne nie pas l’existence de ce profil de personnage…. J’ai beaucoup apprécié dans le déroulé de l’histoire l’enchaînement des causes- conséquences, chaque acte réalisé en découle une conséquence. C’est bien mené par l’auteur

« Il se porte bien » on n’en sait trop rien… il ne respire pas le bonheur non plus

Fanny : Non mais psychologiquement par rapport aux autres, et sa vie perso n’a pas l’air mal.

Maud : Bah justement malgré l’aisance il ne respire pas le bonheur…

Fanny : Je voulais dire il se porte bien par rapport à ce qu’il fait d’illégal surtout. ¨Pour lui c’est cool la vie.

Maud : On ressent assez bien l’atmosphère tendue dans la recherche du tueur tout le monde est interrogé et pourtant

Fanny : Tout le monde se pose des questions et ils se soupçonnent les uns les autres. Je ne pensais pas à cette tournure là pour les personnages vers la fin. C’est bien fait dans le sens bien écrit.

Maud : Oui tout à fait et l’écriture est fluide, dynamique même si parfois quelques longueurs. La lecture s enchaîne. Oui l’auteur a su surprendre par ces aspects et redonner du souffle également

Les spirales s’enchaînent bien.

Fanny : Pour ma part c’est une découverte intéressante, je suis curieuse de lire ce qu’il a fait d’autre.

Rien que pour voir par exemple si la nature tient une place essentielle dans ses autres romans ou s’il pousse aussi loin ses personnages.

Maud : J’avoue même si je suis plus mitigée que toi sur mon ressenti global. Il est clair que l’auteur m a rendu très curieuse sur ses autres écrits

Fanny : Ah, donc une autre papote à prévoir alors !

Maud : Oui l’autre thème sous-jacent des violences faites aux femmes…

Oui oui avec plaisir !

Fanny : Trop sous-jacent alors pour moi

Maud : Je comprends.

Fanny : Donc pourquoi pas à refaire pour le prochain Sylvain Matoré ?

Maud : Avec plaisir ou d’autres livres en commun avant.

Fanny : Yes, faudra juste bloquer un créneau mais on y arrivera !

Maud : Oui la preuve ! En tout cas je te remercie c’était chouette de papoter avec toi sur ce livre. A refaire quand tu veux !

Fanny : Merci à toi, idem.

38 réflexions sur “A l’abri du mal, Sylvain Matoré

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s