A l’abri du mal de Sylvain Matoré

Aujourd’hui c’est double chronique sur Collectif Polar


Le livre : A l’abri du mal de Sylvain Matoré paru le 21 mai 2021 aux éditions Le mot et le reste ; 20€ ; 312 pages ; 14,8cm  x 21cm

4ème de couverture

Au cœur des Pyrénées, dans la vallée de la Himone, coule la Lisette, cours d’eau dont la beauté n’est altérée que par la présence de l’usine Laely et de ses rejets toxiques. C’est sur la rive, non loin de ce monstre de ferraille, que le corps d’une jeune femme brûlée au troisième degré est retrouvé. L’hypothèse de l’accident chimique est sur toutes les lèvres. Convaincus qu’il ne peut en être autrement, Mélanie, une saisonnière idéaliste en manque de combats à mener, et son petit ami Abdel, ouvrier de l’usine et lascar repenti, vont se mettre en quête d’une justice que personne ne semble vouloir appliquer. Mais leurs espoirs seront bientôt piétinés par une imprévisible spirale de violence.

L’auteur :  Né en 1985, batteur dans les années 2000 pour des groupes de rock, Sylvain Matoré est aujourd’hui psychologue. Passionné par l’écriture, il lit Steinbeck, Kerouac et Burroughs. Il est l’auteur de Cercles, 2014, Emprisonnés, 2019. A l’abri du mal est son troisième roman.

Extrait

Il était impossible de deviner qu’il ne s’agissait que d’une suspension dans le temps, d’une éclaircie passagère. L’a posteriori l’indiquera. Et montrera la rupture. Le moment où les choses ont basculé de nouveau. Il permettra d’en identifier l’élément déclencheur : le rapport oral de l’autopsie fait par le médecin légiste au procureur, rapport qui va se diffuser – et se déformer, comme la plupart des contenus oraux – à la façon des flocons de neige qui tapissent soudainement une route de béton froide et nue.
La neige justement, c’est bien la seule chose qui a changé alors que tout le monde voyait le printemps arriver, les bourgeons fleurir, la douceur affluer, les gelées définitivement passer.

Les missives de Fanny H

A l’abri du mal de Sylvain Matoré

 

Après plusieurs délits et un séjour en prison, Abdel retourne sur un lieu de vacances qu’il a connu enfant : Larmenvielle. La chance a l’air de lui sourire enfin. Il fait la rencontre d’une dame agée qui le loge et lui trouve très rapidement  un emploi à l’usine du coin : Laely. Il rencontre également l’amour en la personne de Mélanie, un petit bout de femme aux idées bien arrêtées.

Ils forment un couple d’écorchés vifs. Pourtant, elle vient d’une famille stable mais elle a quand même touché à la drogue, a trainé dans des squats et a visité le monde.

Chasser le naturel, il revient… lentement et sûrement. Abdel fréquente un autre couple Marco et Angèle qui trafiquent régulièrement à droite, à gauche.

Et puis un corps est découvert dans un ruisseau jouxtant Laely, celui d’une jeune femme, Marion Bourdin. Rien ne sera plus jamais pareil dans la petite vie de ce quatuor paumé. 

Les rejets de l’usine sont-ils mis en cause ? Quels méfaits se cachent en son sein ? Qui protège qui ? Mélanie reproche souvent à son compagnon son emploi dans cette entreprise polluante et destructrice de la nature…

L’enquête sera menée par le commandant Desourd, monsieur muscle, et l’officier Brunelle qui apprendront tout deux à travailler ensemble.

Sylvain Matoré détaille avec une grande attention les lieux et les paysages notamment les villages, les vallées, les cours d’eaux et leur proximité. On visualise vraiment l’endroit où se déroule l’action, il arrive à nous les faire ressentir. 

 Il installe ses personnages en nous les décrivant précisément physiquement et mentalement afin de mieux entrer dans l’histoire. Cela nous permet de bien connaître chacun d’eux pour mieux comprendre leur fonctionnement. Puis, petit à petit, nous entrons dans l’enquête qui ne sera pas facile.

L’auteur met l’accent sur l’écologie et la pollution de l’eau. Malgré les normes en vigueur, certaines entreprises ne les respectent toujours pas et arrivent à contourner le règlement. Sylvain Matoré nous explique très bien comment cela se passe en nous donnant un exemple de tricherie. Il décrit également le fait que dès qu’il se passe quelque chose de grave, on soupçonne aussitôt la personne qui a déjà connu des démêlés avec la justice ou qui a la peau colorée.

Cet auteur est une découverte pour moi et j’ai bien aimé le sujet principal dont il traite et la façon dont il l’écrit. A mon avis, la fin s’ouvre sur une suite alors donc peut-être, à suivre…

 

(Merci à Margot, Le mot et le reste)

16 réflexions sur “A l’abri du mal de Sylvain Matoré

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s