En voyage avec Collectif Polar, le tag de l’été de Cécile !

En voyage avec Collectif Polar, le tag de l’été de Cécile !

Devoirs de vacances :

Mes devoirs de vacances en quelques lectures et quelques continents.

Et vos devoirs à vous ?

Voyager et parfois en VO.

Un livre en Amérique du sud :

A long petal of the sea d’Isabel Allende

disponible en anglais et en espagnol seulement

Victor Dalmau is a young doctor when he is caught up in the Spanish Civil War, a tragedy that leaves his life – and the fate of his country – forever changed. Together with his sister-in-law, he is forced out of his beloved Barcelona and into exile in Chile. There, they find themselves enmeshed in a rich web of characters who come together in love and tragedy over the course of four generations, destined to witness the battle between freedom and repression as it plays out across the world.

 

Victor Dalmau est un jeune docteur aux prises avec la guerre civile espagnol, une tragédie qui change à jamais sa vie et le destin de son pays. Accompagné de sa belle-sœur, il quitte sa bien-aimée Barcelone pour s’exiler au Chili.  Il se retrouvent au cœur d’une toile où se mêlent amour, tragédie et une riche galerie de personnages. Quatre générations seront témoins de la bataille entre la liberté et la répression qui se joue à travers le Monde.

 

Un livre d’Amérique du nord :

Dead famous de Ben Elton

 disponible uniquement en anglais

Everybody knows the rules of the televised real-life soap opera ‘House Arrest’: total strangers are forced to live together while the rest of the country watches them do it. Who will crack first? Who will have sex? Who will the public love? All the usual questions. But suddenly there are some new ones. Who is the murderer? And who will be next?

Tout le monde connait les règles de la téléréalité « House Arrest » : des inconnus forcés de vivre ensemble et le reste du pays les regarde le faire. Qui craquera en premier ? Qui aura une relation sexuelle ? Qui le public aimera ? les questions habituelles. Mais soudainement de nouvelles interrogations apparraissent. Qui est le meurtrier ? Et qui sera le prochain ?

 

Un livre africain :

Cry Freedom: The Legendary True Story of Steve Biko and the Friendship that Defied Apartheid de John Briley 

disponible uniquement en anglaise mais le film en multilangues

Under South Africa’s brutal apartheid regime, black activist Steve Biko has been working tirelessly for years to undermine the system when he meets white journalist Donald Woods. Initially suspicious of Biko and his motives, Woods finds himself united with Biko in common cause after Biko reveals to him the true extent of police atrocities in the black townships. And when tragedy strikes, the powerful bond that has been forged between them leads Woods to make a courageous stand on his friend’s behalf, risking everything to expose the horrors of this murderous regime.

Sous le régime brutal de l’apartheid sud-africain, l’activiste Steve Biko travaille sans relâche pour dénoncer et combattre le système quand il rencontre le journaliste Donald Woods. Au départ suspicieux des motivations de Biko, Woods finalement se joint à lui pour faire cause commune après que Biko a dévoilé les atrocités de la police dans les townships noirs. Et quand la tragédie frappe, le lien puissant entre les deux hommes va pousser Woods à prendre position courageusement pour son ami, et risque tout pour dénoncer les horreurs du régime meurtrier.

 

Un livre ayant pour décor un pays d’Asie :

Crazy Rich Asians de Kevin Kwan –

Saga en trois tomes disponibles en français et en anglais parce que je suis sympa 

Lorsque la New-Yorkaise Rachel Chu débarque à Singapour au bras de son boyfriend, Nicholas Young, venu assister au mariage de son meilleur ami, elle pense juste passer de paisibles vacances en amoureux. Mais le beau Nick a « oublié » de lui dire que sa famille est l’une des plus fortunées d’Asie, que le mariage prévu est l’Événement de l’année, et qu’il est l’héritier le plus convoité de tout l’Extrême-Orient! Commence alors pour Rachel un véritable parcours du combattant – en stilettos et robes de haute couture…

Best-seller aux États-Unis, cette comédie de mœurs hilarante et satirique nous plonge dans l’univers très fermé de la jet-set asiatique, son arrogance, sa cruauté, ses extravagances.

 

Jamais trop riches, jamais trop snobs, jamais trop excentriques…

À la veille d’épouser le célibataire le plus convoité de l’Asie du Sud-Est, Rachel Chu se retrouve confrontée à un redoutable secret de famille. Une découverte qui va la mener de Singapour à Shanghai et Pékin, où les nouveaux riches chinois en surenchère de bling-bling et d’excentricités relèguent nos it-girls occidentales au rang de jeunes filles rangées !

Ascension sociale, milliardaires en mal d’amour et de folies, scandales en tous genres… Kevin Kwan nous entraîne dans l’univers argenté et déjanté d’une jet-set asiatique qu’il connaît comme personne. Cinglant, fascinant et jubilatoire, un roman où (presque) rien n’est inventé.

« Un concentré de Gossip girl, Dynastie et de famille royale d’Angleterre. Les personnages de Kevin Kwan se conduisent de façon atroce – et c’est absolument hilarant. On adore ! »

 

Et un océanien ou en antarctique :

La trilogie : Le Pays du nuage blanc de Sarah Larke

Saga en trois tomes disponibles en français et en anglais parce que je suis toujours sympa 

Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l’aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle sympathise avec Gwyneira, une aristocrate désargentée promise à l’héritier d’un magnat de la laine. Ni l’une ni l’autre ne connaissent leur futur époux.

Une nouvelle vie, pleine d’imprévus, commence pour les deux jeunes femmes, qu’une amitié indéfectible lie désormais…

Cette saga portée par un puissant souffle romanesque révèle le talent d’une nouvelle auteure, dans la grande tradition de Colleen McCullough et de Tamara McKinley.

 

 

 

 

– Le Pays du nuage blanc (768 p.) Londres, 1852. Hélène part pour la Nouvelle-Zélande, pour épouser un homme qu’elle ne connaît même pas.
Sur le bateau qui la mène au pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gwyneira, promise au même sort qu’elle. C’est alors le début d’une amitié indéfectible entre les deux jeunes femmes…

– Le Chant des esprits (672 p.) Elaine et Kura, les deux petites-filles d’Hélène et de Gwyneira, vivent toutes deux en Nouvelle-Zélande, mais Kura rêve d’une carrière de chanteuse, quitte à partir de son île, où elle se sent à l’étroit. Quant à Elaine, elle rencontre l’amour en la personne de William. Mais celuici tombe éperdument amoureux de Kura au moment même où il la voit…

– Le Cri de la terre (720 p.) Gloria, la fille de Kura, a connu une enfance idyllique dans la ferme familiale de Kiward Station. Mais à 12 ans, ses parents décident de l’envoyer en Angleterre dans un austère pensionnat pour apprendre les bonnes manières et devenir une lady. Mais Gloria s’y morfond et, quelques années plus tard, échafaude un plan pour retrouver sa terre natale, et Jack, qui l’espère-t-elle l’attend…

Un livre ayant pour décor un pays d’Europe :

Idiss de Robert Badinter

Robert Badinter retrace le destin de sa grand-mère, Idiss, qui fuit l’empire tsariste pour se réfugier à Paris en 1912. Elle y vit les plus belles années de sa vie avant d’être rattrapée par les affres de la guerre et le nazisme.

« J’ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss.

Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition des

immigrés juifs de l’Empire russe venus à Paris avant 1914.

Il est simplement le récit d’une destinée singulière à laquelle jai

souvent rêvé.

Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage

d’amour de son petit-fils. »

 

 

Et cinq livres asiatiques dans cinq pays différents :

Petite variation rien que pour moi.

Merci, chère bibliothécaire tortionnaire.

Taïwan :

Formosana, Histoire de démocratie à Taïwan (recueil collectif)

Neuf nouvelles pour neuf auteurs :Chen Yu-hsuan, Chou Fen-ling, Huang Chong-Kai, Lai Hsiang-yin, lay Chih-ying, Walis Nokan, Wu Ming-yi, Wube, Yang Chao.

A l’heure d’une crise mondialisée où la voix singulière de Taiwan commence à se faire entendre, le recueil de nouvelles Taiwan, Démocratie ! permet aux lecteurs francophones de comprendre les trajectoires historiques et sociales de cette île dont la situation détonne dans le concert des états-nations du monde. La littérature apparaît ainsi comme un média privilégié pour voir ce que l’expérience taïwanaise a à offrir au monde. A l’heure où la prise de parole est souvent réduite à son strict minimum (une phrase, un tweet, un post), la parole littéraire, en donnant à voir la complexité d’une société et du monde, est plus que jamais essentielle. Dans cette anthologie, dirigée par Gwennaël Gaffric, sont proposés dix textes d’auteurs différents et représentatifs de la scène littéraire taïwanaise actuelle, tous écrits après 1987 et qui abordent une multitude de facettes de l’histoire et de la société taïwanaise : son histoire politique (la colonisation japonaise, les événements du 28 février 47, la terreur blanche, le mouvement des  » hors-parti « , la levée de la loi martiale, le processus de démocratisation du pays…) et son histoire sociale (mouvements aborigènes, ouvriers, féministes, LGBT, étudiants, écologistes…).

 

Chine :

Chemins de poussière rougede Ma Jian.

Victime de la répression menée par les autorités chinoises sur les artistes dans les années 1980, Ma Jian a trente ans quand il décide de quitter Beijing. Au cours d’un périple de trois ans, il découvre un pays aux multiples facettes déchiré entre ses traditions et les effets de sa modernisation. Des plaines de l’extrême ouest au Tibet aux côtes du sud, l’artiste-aventurier livre une vision sans concession du pays qui l’a vu naître, mais dans lequel il n’est plus qu’un étranger.

 

 

 

 

 

 

 

 

Malaisie :

La somme de nos folies de Shih-Li Kow:

Cette année-là, entre un déluge et une éclipse solaire, l’impétueuse Beevi hérite d’une grande demeure et adopte Mary Anne, débarquée sans crier gare de son orphelinat. Aidée de l’extravagante Miss Boonsidik, Beevi reconvertit la bâtisse – quatre tourelles, dix toilettes, des bibelots à foison et un jardin extraordinaire – en bed & breakfast pour touristes égarés… Une chronique absolument tendre, libre, drôle et incisive, d’un petit monde quelque part en Malaisie, aujourd’hui.

 

 

 

 

 

 

 

Japon :

Yukiko d’Asada Jirô

Sur une petite ligne de chemin de fer sur le point d’être désaffectée, quelque part en Hokkaidô, au bout du monde, un vieux chef de gare… Alors que les souvenirs se pressent en cette nuit de réveillon, une tempête de neige fait surgir du passé le fantôme de la petite fille du vieil homme, Yukiko, morte en bas âge, en même temps que tout ce qui était resté enfoui au fond de lui pendant un demi-siècle. Repli du temps juste avant la mort, comme pour achever un souvenir qui aurait ici le goût de l’enfance.

D’un récit à l’autre, voici le quotidien transfiguré par la grâce d’une rencontre. Comme si notre monde matérialiste et désabusé pouvait être aussi fertile en miracles que celui de jadis. Comme s’il ne fallait pas désespérer, alors même qu’on s’y attendrait le moins, de voir s’allumer l’étincelle dans la nuit.

Paru en 1997, Asada Jirô a reçu au Japon le prestigieux prix Naoki pour ce livre. Cet écrivain prolifique, né en 1951, est l’auteur de romans historiques, dont le best-seller, Le Roman de la Cité Interdite, est paru aux Éditions Philippe Picquier.

 

Corée du Sud :

Le Placard de Kim Un-su

Le jeune homme, les mutants et la société secrète

Le narrateur est un jeune type, pas bien ambitieux, plutôt lent, tranquille. Il a traîné après ses études, le temps passe, la trentaine arrive quand enfin il décroche un boulot, dans un laboratoire privé. De fait, il n’a pratiquement rien à faire, juste réceptionner les arrivages quotidiens. Au tout début il est gêné, jusqu’à ce qu’il découvre que, grosso modo, personne ne fait rien dans ce laboratoire, si ce n’est faire semblant d’être occupé.

Un jour, il trouve un placard fermé par un cadenas à combinaison. Par pur désœuvrement, méthodiquement, il va essayer de l’ouvrir. Et quand il y parvient soudain, il tombe sur des dossiers fascinants. Des personnes consultent un certain Dr Kwon, du laboratoire. Mais les  » maladies  » de ces gens sont tout sauf habituelles. L’un a un ginkgo qui pousse au bout de son doigt, un autre fait des sauts abrupts dans le temps, une femme devient plusieurs personnes à la fois.

Et ces dossiers semblent intéresser une étrange société secrète, prête à tout pour les récupérer.

Sur fond de société secrète et de dossiers cachés, délicieusement fantastique, savamment paranoïaque, Le Placard est un roman noir unique en son genre, du pur Kim Un-su.

 

 

Bonnes vacances à tous !

Et surtout de belles lectures estivales.

9 réflexions sur “En voyage avec Collectif Polar, le tag de l’été de Cécile !

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s