DUST de Sonja Delzongle

En voyage avec Collectif Polar

Un livre qui se passe en Afrique

Le livre : Dust de Sonja Delzongle. Paru en poche le 1er avril 2016 chez Gallimard en Folio Policier n° 796. 8€60. (555 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Dust

Installée à New York, Hanah Baxter, profileuse française de renom qui traque les tueurs en série, est appelée en renfort par la police de Nairobi dont l’enquête piétine. Depuis plusieurs mois, on retrouve des croix de sang tracées dans la poussière, mais aucun cadavre. Crimes de psychopathe ? Meurtres rituels ? Sorcellerie ? Dès son arrivée au Kenya, Hanah découvre que des hommes et des femmes albinos sont massacrés à la machette. Cette double enquête conduira la profileuse aux confins de la folie humaine…

L’auteur : Née en 1967 d’un père français et d’une mère serbe, Sonja Delzongle a grandi riche de deux cultures. Diplômée de l’école des Beaux-Arts de Dijon, elle expose pendant une quinzaine d’années puis devient journaliste en presse écrite à Lyon, où elle vit toujours. Elle se consacre aujourd’hui exclusivement à l’écriture de ses thrillers dont le succès a fait d’elle « l’étoile noire du polar français ».
Extrait : 
 » Le jeune Salim avait déjà vu du sang dans sa courte vie. À commencer par le sien, qui coulait d’une plaie après qu’il se fut entaillé un doigt ou écorché les genoux. Il savait même que les filles, à la puberté, en perdaient tous les mois et que c’était le signe qu’elles étaient devenues des femmes. Il en avait vu aussi à la télévision et dans la rue. Des images gluantes, le bitume ou la terre, rougis du sang versé lors de combats fratricides. Des crimes, des guerres sans fin.
Le sang était la vie et la mort. »

 

La Kronik D’Eppy

DUST de Sonja Delzongle 

Suite à SMEP, une autre belle rencontre : Sonja Delzongle Perso avec qui j’ai échangé sur l’Afrique. Je ne connais pas ce continent mais je suis en relation au quotidien avec l’Afrique francophone dans le cadre de mon métier nourricier. Je la remercie encore pour sa disponibilité et la passion qu’elle dégage et qui donne envie de rentrer dans son univers. Dont acte via son roman Dust.

On fait connaissance de son héroïne Hanah Baxter, profileuse française vivant aux États-Unis, qui traque les tueurs en série. Hanah est un personnage complexe, attachant, fragile, hantée par sa propre histoire et son passé. Un personnage avec de la substance comme je les aime, de ceux qui retiennent l’attention et la conserve.

Dust nous entraîne au Kenya où Hanah vient en renfort de la police de Nairobi, à la demande de son ami Ti Collins. Leur enquête piétine. Des croix de sang tracées dans la poussière fleurissent depuis quelques mois et restent inexplicables. Sorcellerie ? Meurtres rituels ? Que cachent ces croix ? Qui peut être fou au point de dissoudre les corps via le froid extrême du nitrogène liquide dans ce pays de chaleur pour qu’il n’en reste que poussière ? A quoi sert le poison mortel du mamba noir ? Un des membres de l’équipe de Collins, Mendoza, du fait de sa relation compliquée aux femmes, freine Hanah et l’enquête. Mais il se rattrapera tout à la fin…

Le récit de Sonja nous plonge dans la violence de l’Afrique, ses odeurs, bonnes comme mauvaises, ses croyances, les pires, celles faites au détriment d’autres humains, enfants inclus. Elle nous parle de ces enfants, élevés dans la violence, qui passent leurs journées à se droguer dans les vapeurs d’essence ou de trichlo, prêts à toutes les actions pour gagner un peu d’argent, pour qui la vie d’autrui n’a aucune importance et qui haïssent le blanc pour ce qu’il représente. Des manipulations génétiques sur fond de nazisme. La haine à l’état pur !

Elle aborde toutes les exactions commises à l’encontre de la population albinos : enlèvements, mutilations, voire le meurtre, au titre de croyances d’un autre temps qui perdurent au Kenya mais aussi en Tanzanie et au Burundi. De ces hommes et femmes qui tentent de les sauver en mettant leur propre existence en danger.

Extrait : « Ni noirs ni blancs, âmes damnées… Tu fais de nous des ombres fragiles à la peau de papier, brûlée par le soleil et rongée par les tumeurs. Comme notre sœur Aka, les démons viendront nous chercher ! Nos membres mutilés, nos organes dérobés à l’intérieur de nos corps, réduits en poussière, finiront dans le ventre de nos frères africains. Africains, comme nous ! »

Ce livre m’a habitée. Pendant ma lecture j’ai souvent pensé au roman de Caryl Ferrey « Zulu » lu il y a plusieurs années et qui m’habite encore. Merci Soja pour cette claque Africaine ! Hâte de retrouver Hanah dans d’autres aventures !

** Pour ceux comme moi qui auront été touchés par ce que vivent les albinos : C’est ICI

16 réflexions sur “DUST de Sonja Delzongle

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s