Le Carnaval des ombres, R.J. Ellory

Le livre : Le Carnaval des ombres de R.J. Ellory ; traduit de l’anglais par Fabrice Pointeau. Paru le 3 juin 2021 chez Sonatine éditions. 24€. (604 p.) ; 22 x 14 cm.

4e de couv :

« Pourquoi avez-vous si peur, agent Travis ? »

  1. Un cirque ambulant, avec son lot de freaks, d’attractions et de bizarreries, vient de planter son chapiteau dans la petite ville de Seneca Falls, au Kansas. Sous les regards émerveillés des enfants et des adultes, la troupe déploie un spectacle fait d’enchantements et d’illusions. Mais l’atmosphère magique est troublée par une découverte macabre : sous le carrousel gît le corps d’un inconnu, présentant d’étranges tatouages.

Dépêché sur les lieux, l’agent spécial Michael Travis se heurte à une énigme qui tient en échec ses talents d’enquêteur. Les membres du cirque, dirigés par le mystérieux Edgar Doyle, ne sont guère enclins à livrer leurs secrets. On parle de magie, de conspiration. Mais l’affaire va bientôt prendre un tour tout à fait inattendu.

Avec cette magnifique évocation de l’Amérique rurale de la fin des années 1950, R. J. Ellory nous offre, une fois de plus, un roman qui touche en plein coeur.

 

L’auteur : R. J. Ellory est né en 1965 à Birmingham. Le Carnaval des ombres est son treizième roman publié en France par Sonatine Éditions.

 

Extraits : 
« Même s’il s’avère que l’affaire n’est pas du ressort fédéral, le chef Gale pourrait décider de la mener à son terme pour des questions de relations publiques.
– Quand le corps a-t-il été découvert ?
– Tout est dans ce dossier, répondit Bishop en faisant glisser l’enveloppe en papier kraft sur le bureau.
– Est-ce que j’emmène un équipier ?
– Non. Comme vous l’avez dit, il s’agit simplement de déterminer les faits. S’il s’avère que c’est bien une enquête fédérale, nous vous enverrons quelqu’un, mais pour le moment, vous êtes seul.
– Et je pars quand ?
– Oh, aux alentours de samedi dernier, je dirais.
– C’est-à-dire, je suppose, quand le corps a été découvert, répliqua Travis d’un ton neutre.
– Exact », dit Bishop, et il commença à se lever de son bureau. Mais il marqua alors une pause, comme si une idée lui était venue, et il se rassit. « Une dernière chose.
– Monsieur ?
– Quand vous rentrerez, il faudra qu’on aborde un autre sujet. »
Travis fronça les sourcils. »
« Si vous voulez entendre quelque chose de déplaisant, vous pouvez écouter mon oncle. Il prétend que la seule différence entre les États-Unis et une dictature communiste, c’est la longitude et la latitude. »
« « M. Hoover, comme vous le savez, est un fidèle franc-maçon. » Bishop sourit. « Tout comme moi, ainsi que le chef Gale. De fait, il serait juste de dire qu’il y a une relation directe entre la participation active aux entreprises humanitaires et philanthropiques de la confrérie franc-­maçonne et la rapidité et la régularité avec lesquelles on gravit les échelons du Bureau. Saviez-vous que George Washington était maître franc-maçon ?– Non, monsieur, je l’ignorais.– Eh bien, M. Hoover est maître franc-maçon depuis 1920. Et il a accumulé une vaste collection de médailles et de récompenses pour son travail. » Bishop marqua une pause. « Connaissez-vous quoi que ce soit aux francs-maçons ?– Un peu, monsieur, oui. Je connaissais la dévotion de M. Hoover à l’organisation, naturellement. Et je sais qu’on lui a attribué une fonction très élevée il y a tout juste quelques années. »

Le petit avis de Kris :

Le Carnaval des ombres R.J. ELLORY

Sonatine, 3 juin 2021 – 604 pages

1959, au Kansas. La petite ville de Seneca Falls accueille un cirque ambulant qui ravit les habitants avec ses attractions hautes en couleur. La découverte d’un cadavre couvert d’étranges tatouages sous le carrousel jette un froid sur la troupe. L’agent spécial Michael Travis est chargé d’élucider ce mystère malgré la défiance des artistes à son égard.

RJ Ellory est un orfèvre en la matière, une fois commencé, impossible de lâcher ce roman touchant.

Le chemin parcouru par Travis, déstabilisé et surpris lorsque ses convictions volent en éclats et lui révèlent que rien n’est tout blanc ou tout noir lui demandera énergie et persévérance.

Tous les mots choisis sont profonds et empreints de sincérité et de sollicitude.

Le déroulé est fascinant, l’enquête qui commence entrecoupée par différents épisodes de la vie de Travis prend aux tripes.

A sa façon l’auteur sonde les âmes toujours avec justesse et mansuétude.

Un panel de personnages hauts en couleur et plus déroutants les uns que les autres, difficiles à cerner pour certains, mais toujours lumineux fait de ce roman un « Best ». Décidément Roger Ellory, à sa façon de nous faire vivre cette Amérique rurale, on est dans un village du Kansas, de plus dans la fin des années 50, est tout simplement bluffant.

On ne voudrait jamais finir ce nouveau chef d’œuvre. Jamais déçue par ce grand auteur.

22 réflexions sur “Le Carnaval des ombres, R.J. Ellory

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s