Les divinités, Parker Bilal

Le livre : Les divinités de Parker Bilal. Traduit de l’anglais par Philippe Loubat-Delranc. Paru le 11 février 2021 chez Gallimard dans la Série Noire. 22€. (464 p.) ; 21 x 14 cm

4e de couv:

Howard Thwaite, promoteur immobilier arrogant et influent, a lancé à Battersea, face à la Tamise, la construction d’un complexe d’appartements de luxe. À l’aube, arrivé sur le site avant l’embauche des travailleurs clandestins, le gardien kurde découvre au fond d’une vaste excavation deux corps ensevelis sous un monceau de pierres. L’épouse du promoteur et un collectionneur d’art, citoyen français d’origine japonaise, sont identifiés. Le sergent Khal Drake, musulman, enquête, flanqué contre son gré d’une psychologue anglo-iranienne, Ray Crane. Ni l’un ni l’autre ne sont blancs. Crane songe à la lapidation, châtiment prévu par la charia. Drake lorgne du côté de la cité multiraciale de Freetown et de l’incendie d’une mosquée jadis synagogue. Sur fond de tensions communautaires et d’argent nouveau venu d’ailleurs, Bilal dresse le portrait cinglant d’une société anglaise divisée, aux repères traditionnels brouillés.

L’auteur : Parker Bilal est le pseudonyme de Jamal Mahjoub, romancier anglo-soudanais. Après avoir vécu au Caire, au Soudan, à Londres (où il est né), au Danemark et à Barcelone, il est maintenant établi à Amsterdam et se consacre au roman policier.

 

 

 

 

Extrait : 
Leurs torses étaient déformés comme s’ils s’étaient débattus pour tenter de se dégager des gravats. Pendant combien de temps avaient-ils eu conscience de ce qui leur arrivait ? On les avait entortillés dans de la toile comme dans un linceul et ligotés avec de l’adhésif. La main tendu vers le ciel révélait que l’homme avait réussi à libérer un de ses bras. On voyait qu’il avait lutté jusqu’au bout à l’approche de la mort. Le visage de la femme exprimait sa souffrance, la bouche ouverte en un cri perpétuel.

Le billet de Chantal

Les divinités, Parker Bilal

On avait suivi avec plaisir le personnage de Makana dans ses tribulations au Caire. L’auteur abandonne (momentanément, espère-t-on ) et son personnage et la ville du Caire, pour nous entraîner à Londres, terrain plus familier, aux côtés d’un sergent musulman, Khal Drake, un peu mis sur la touche en raison d’une affaire dans laquelle il est soupçonné d’être passé du mauvais côté. Il fait le gros dos et s’accroche à son boulot de flic. Une occasion se présente : le meurtre étrange de deux personnes, la femme d’un promoteur immobilier et un amateur d’art, entre autre, franco-japonais.
Ces deux corps sont retrouvés sur un chantier, ensevelis sous des gravats, comme s’ils avaient été lapidés. Drake va être secondé par une psychologue anglo-iranienne. Le tandem, plus ou moins bien assorti dans un premier temps, va plonger dans les arcanes de l’immobilier de luxe et les sombres histoires de quartiers démolis destinés à accueillir une population aisée. Tensions entre quartiers populaires et quartiers riches, tensions entre Drake et sa hiérarchie, notre nouveau héros finira par résoudre l’affaire, aidé de sa co-équipière et de ses collègues proches.
C’est un roman qui évoque le terrorisme, le changement des cœurs urbains, l’évolution des populations. L’intrigue se déroule, mais sans surprise véritable, et j’avoue ne pas m’être « attachée » à ce nouveau personnage comme je l’avais été avec Makana. La belle psy a beau chevaucher sa moto telle une guerrière, là encore, on n’a pas l’impression d’une nouveauté absolue. La dernière séquence est cependant assez haletante pour faire un bon final.
Bref. Les divinités se lisent bien mais sans ce petit plus qui fait que l’on adhère totalement à un roman. Ceci dit, l’écriture est assez cinématographique, et, qui sait, ces « Divinités » pourraient devenir un bon film

3 réflexions sur “Les divinités, Parker Bilal

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s