Une deux trois de Dror Mishani

Le livre : Une deux trois de Dror Mishani. Traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz. Paru le 12 mars 2020 chez Gallimard dans la collection Série Noire. 19€; (336 p.) ; 21 x 14 cm. Réédité en poche le 3 juin 2021en Folio. 8€10. (336 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Une deux trois

Une mère en proie à la solitude, une Immigrée éprise de religion, une universitaire emprisonnée dans un mariage terne. Trois femmes que tout sépare, unies pourtant par un secret.

Après un douloureux divorce, Orna cherche à tourner la page et fait la connaissance de Guil sur un site de rencontre. Mais, à mesure qu’elle découvre la part d’ombre de cet homme providentiel et qu’elle persiste dans ses propres mensonges, un piège se referme sur elle…

L’auteur : Dror Mishani
Né à Holon, Dror Mishani enseigne l’histoire du roman policier et la littérature Israélienne à l’université de Tel-Aviv, où il vit. Un temps responsable de la rubrique littéraire du Haaretz ainsi qu’éditeur, il occupe une place de premier plan parmi les auteurs Israéliens contemporains. est né à Holon, Dror Mishani enseigne l’histoire du roman policier et la littérature Israélienne à l’université de Tel-Aviv, où il vit. Un temps responsable de la rubrique littéraire du Haaretz ainsi qu’éditeur, il occupe une place de premier plan parmi les auteurs Israéliens contemporains.
Extrait :
Ronen la regarda. Dit qu’il en était parfaitement conscient. Que personne ne savait mieux que lui à quel point Orna était une mère extraordinaire. Elle fut soudain saisie d’une violente envie de le frapper, de poser les mains sur son cou, de planter les ongles dans sa chair et de serrer, exactement ce qu’elle avait ressenti pendant des semaines, juste après l’annonce de sa rencontre avec Ruth et la demande de divorce.

La chronique Fantôme de Marianne

Une deux trois de Dror Mishani

( titre original : Shalosh , traduction de de l’hébreu par Laurence Sendrowicz)

Série noire – Gallimard

Dans ce thriller doux-amer sous le soleil de Tel-Aviv, le danger se précise lentement, par des détails presque insignifiants, les aventures amoureuses de femmes solitaires tournent au cauchemar, dans l’indifférence générale, jusqu’à ce qu’une enquêtrice curieuse et obstinée repère ce que personne n’avait su voir avant elle…

  • Un suspense à trois temps.

Trois femmes, trois histoires, trois rencontres amoureuses qui se terminent mal. Un seul homme.  Orna se suicide dans un hôtel en Roumanie, Emilia est retrouvée morte près d’une gare routière, Eva rencontre un homme charmant au café. Les enquêtes de la police avancent à petit pas, en arrière-plan. Tout le suspense se joue dans le décalage entre ce que sait déjà le lecteur et ce que les protagonistes ne réussissent pas à voir et à éviter, aussi prudentes, sympathiques et avisées soient-elles. Cela fait penser aux enquêtes de Columbo, qui démasque un criminel que l’on connaît déjà oubien à un film sur Landru, où l’on suit les victimes en sachant très bien ce qui va arriver, où se trouve le danger et combien cela va mal se terminer.

  • Un roman étonnamment sensible et réaliste

Dror Mishani décrit avec une grande finesse les ressorts psychologiques de chacune des protagonistes, les sentiments, les peurs, les rêves qui les font avancer, explorer un jeu amoureux qui n’aurait jamais dû s’avérer fatal.  L’auteur prend le temps de raconter ses personnages féminins, leur vie, leur détresse ou les défis auxquels elles sont confrontées : surmonter un divorce avec un enfant à garder, survivre dans un pays dont on ne connaît pas la langue, continuer à travailler et à étudier avec des enfants encore petits….

Ce temps donné à ses personnages, à leurs rencontres, il l’accorde aussi au déploiement de son histoire.  On découvre la vie de mère célibataire, l’exploitation des femmes d’Europe de l’Est recrutée pour s’occuper des personnes en fin de vie, le fonctionnement d’un service de police à Tel Aviv …Les jours, les semaines, les mois, les années s’écoulent. Plus de quatre années séparent les deux premières disparitions. Alors que le travail de la police dépend des affectations et du hasard, les enquêtes sont tributaires de enquêteurs qui se relaient, et les personnes concernées ne verront pas toutes la fin de l’enquête, que ce soient les personnes âgées dont s’occupe Emilia, venue de Lituanie travailler en Israël – et témoins possibles mais disparus avant qu’on les interroge, ou bien un personnage secondaire atteint par un cancer. … Le roman y gagne me semble-t-il en densité et en réalisme

 A découvrir, pour ses portraits de femmes, la description de la vie en Israël et un suspense mené de main de maître. Un charme certain.

Extrait :
« Mais si elle avait décidé pour l’instant, de ne parler de Guil à Personne sauf au psychologue, c’était parce qu’elle ne savait pas quoi en dire : elle n’était pas amoureuse et rien ne s’était encore passé entre eux. Et puis, peut-être y avait-il une part de superstition, peut-être espérait-elle que si elle n’en parlait pas il se passerait justement quelque chose. Ne recommandait-on pas, pour qu’un mets mijote bien sur le feu de recouvrir la casserole ?  Exactement comme cette écrivaine qu’elle entendue un jour expliquer à la télévision pourquoi, pendant le temps de l’écriture, elle ne montrait jamais ses textes. » (Première partie ‘ Une’, chapitre 3, p 32)

Pour aller plus loin : Trois étages, un  roman d’Eskhol Nevo , compatriote de Mishani qui fait écho étrangement à Une deux trois, par sa structure et son sujet : une roman à trois temps, avec trois  personnages qui prennent la parole à tour de rôle, imposant des voix, des phrasé très distincts,  trois habitants d’un  même immeuble , quelque part en Israël…  Contraintes de la vie de famille, crises existentielles, manifestations, Kibboutz et amours improbables , leurs vies à la fois s’imbriquent et se différencient au fil des pages.  Très réussi !

11 réflexions sur “Une deux trois de Dror Mishani

  1. De lui, j’avais lu « une disparition inquiétante » mais j’avais été mitigée pour le solutionnement de cette disparition, mais j’avais apprécié en apprendre un peu plus sur la ville de Tel-Aviv.

    J'aime

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s