Petit retour de T(h)ermes Noir par Dany Flingueuse

Petit retour de T(h)ermes Noir par Dany Flingueuse

Vous êtes-vous déjà demandé quelle est la différence entre le pain au chocolat et la chocolatine.

Avez-vous tenté une expédition commando avec deux auteurs pour vous rendre à la première édition d’un salon polar au bout du monde ?

Avez-vous traversé des nappes de brouillard alors qu’on vous promettait 35 ° ?

Avez-vous déjà dû vous rendre au lieu de rendez-vous sur le parking d’une usine alors que dans le village il y a trois usines au même nom ?

C’est la mission qui m’était confiée par la Cheffe Geneviève pour les 12 et 13 juin et je l’ai acceptée !

Partis de Podensac en Gironde, vers 6 h 30, en compagnie de Laly Chame et Mehdy Brunet. Après une petite nuit, nous étions décidés même embrumés comme le temps.

Et attention Encausse nous voici !

Bon seulement 10 minutes de retard ce n’est pas trop grave, tout le monde est en cours d’installation.

Les auteurs font connaissance avec leurs hôtes du soir et Laly rencontre Blandine pour la première fois … Les lecteurs vont arriver tout doucement.

Nous savourons aussi le temps des retrouvailles. Geneviève, avec Sandrine Roy, nous avons pensé à toi …

Les choses sérieuses commencent alors que les dédicaces ont débuté. En toute discrétion, je suis conviée avec d’autres lecteurs à une formation à la filature en milieu naturel. Nous voici donc partis dans les jardins des villageois, pour découvrir quelques auteurs à l’accent chantant, qui vont lire un passage de leur roman er répondre à nos questions.

Ainsi nous allons pouvoir, parce que nous avons été sages et disciplinés, écouter la grande organisatrice Céline Servat

et Laurent Dencausse.

Partons pour une troisième étape et au passage admirons le village d’Encausse …

Quelle bonne idée que ces lectures itinérantes ! Elles mobilisent les habitants qui nous accueillent et même les passants entament la discussion. Ça donne drôlement envie de revenir en touriste.

Cette fois c’est Alexandre Léoty qui nous accueille

Alexandre Léoty est journaliste dans plusieurs média et traite volontiers d’économie, de tourisme et d’histoire occitane. Il n’a pas d’accent et ne parle pas occitan : un vrai passionné !

Son premier roman, Ni Dieu, ni Diable a été publié en 2018 et en a 3 ou 4 en gestation actuellement.

Sa technique est de travailler au maximum ses personnages. Il connaît tout de leur histoire et de leur psychologie même s’il n’en révèle qu’un peu à la fois au lecteur. Ces personnages sont des outils au service des paysages, d’une ambiance, d’un argument.

Même s’il est inspiré par l’histoire de la région, ses intrigues sont contemporaines.

Il est grand fan d’Agatha Christie qu’il relit régulièrement.

L’étape suivante de notre filature acharnée nous emmène sur une scène de crime et nous retrouvons Antoine Léger mal en point …

Même punition pour l’auteur : lire un passage de son roman, le dernier paru chez MPlus. Il a abandonné ses complices pour subir l’interrogatoire des lecteurs !

Une note d’exotisme nous est offerte par Clarence Pitz, qui a parcouru … beaucoup de kilomètres pour rejoindre le salon. Elle nous a apporté des sucreries belges à la framboise fondante qui laisseront des traces auprès de tous ceux qui ont osé (et n’ont pas regretté) gouter, moi par exemple … elle nous parle de son dernier roman :

Clarence a commencé sa carrière d’auteure, après avoir tenu un blog sur le sport et la culture et gagné quelques concours de thrillers. Passionnée d’histoire de l’art et d’anthropologie elle a été prof et qualiticienne.

Son prochain roman sortira le 15 octobre 2021, chez Phoenix Noir éditions et l’action se déroulera à Amsterdam dans le quartier bobo où un ancien chantier naval a été reconverti en quartier flottant et à Bali. Son héros récurrent ne vous impose pas la lecture des précédents épisodes pour entamer celui dont nous ne connaîtrons pas le titre aujourd’hui …

Barras … c’est un pseudo ?

  • Oui

  • Mais encore, tu as un prénom ?

… Silence et sourire, je pense que ne n’en saurais pas plus sur l’identité de mon interlocuteur …

Bingo sur Babelio … la réponse est Paul-Jean-François-Nicolas, oui mais c’est le révolutionnaire celui-là et que le nôtre, celui d’aujourd’hui face à moi, se voit attribué le prénom du Député de la convention. Merci Babelio je laisse tomber : ça sera Barras tout court ! Son éditeur nous lâche tout de même « Toulousain de naissance, Bordelais d’adoption, Barras est passionné de musique et de lecture depuis toujours. »

Il est arrivé à l’écriture après avoir été bêta-lecteur pour Matthieu Biasotto. Deux passions la musique d’abord puis la lecture. Il participe à un recueil de nouvelles à la demande de Céline Servat et se lance avec son premier roman paru en début d’année chez M Plus.

Mathieu Bertrand se paye le luxe de naviguer entre deux styles … thriller et ésotérisme en ne basculant pas dit-il, dans le paranormal. Le prochain La porte d’Abbadon, sort le 08/07/21. En attendant petit flash-back.thriller

La pétillante Sandrine Roy m’accueille avec son légendaire sourire. Elle est très fière de me présenter son petit dernier à la couverture sublime Dessiner les nuages qui se passe pendant la dernière guerre dans un village du Tarn-et-Garonne « Angeville », classé littérature blanche. La phase de documentation a duré deux années au cours desquelles l’auteure a rencontré des habitants et des témoins de cette époque. Dans quelques semaines je retrouverai Sandrine au salon du Verdoyer et nous consacrerons un temps au papotage sur ses projets. Pour le moment …

Allez, une nouvelle lecture dans les jardins des voisins avec Furies de Bruno Bouzounie. Quand il présente sa couverture, non seulement il se cache mais il change de livre avec son voisin !

Frédéric Somon a enquêté pendant toute sa carrière de gendarme, spécialement sur des affaires criminelles et notamment à Lyon lors de l’enquête sur Klaus Barbie. Il s’inspire donc tout naturellement de son expérience pour imaginer ses intrigues. Une trilogie est sur les rails avec un premier tome, Quand la Dombes tue et un tome 2 annoncé La chimère de la Dombes.

Une petite table ronde, ça vous dit … cadre champêtre rafraichissant. Une déambulation plus tard de gauche à droite Nicolas Druart, Céline Denjean, Clarence Pitz, Benoit Séverac et Virginie Lloyd échangent avec le public sur leur métier d’auteur.

Ils parlent de leurs styles …

La méthode d’analyse naturaliste de Benoit lui fait dire que lui importe le contexte social et qu’il se fout des enquêtes (en Benoît dans le texte).

Céline est qualifiée de virtuose des intrigues à tiroirs, elle pose au premier plan la psychologie criminelle.

Nicolas a choisi le huis clos dans un milieu et un lieu qu’il connait bien : l’hôpital.

Virginie se dit incapable de catégoriser ses romans qui s’apparente pour l’un à un feel-good noir et déjanté et l’autre à un roman noir sur fond historique.

Clarence part d’un lieu et peu d’un personnage. Elle ne peut imaginer un lieu qui n’existerait pas.

Le lieu sert l’écriture et apporte une dose de véracité. Il peut réconforter l’auteur et gâcher la vie du lecteur : par exemple un buisson chez Céline.

Le parrain du salon, Benoit Séverac me parle ensuite de son actualité. Il a bénéficié, avec son co-auteur Hervé Jubert, d’une résidence d’auteur chez les Indiens de Oklahoma et plus précisément les Osages. C’est donc en pleine immersion qu’il a pu écrire ce western noir mettant en scène un racisme d’Etat notamment. L’ouvrage vient de sortir le 24/04/21 aux éditions Le Passage et il ne m’a pas parlé de son chantier actuel, me renvoyant à septembre 2022 chez La manufacture du livre

Quant à la marraine du salon Céline Denjean, chose rarissime je dois la voir à 3 reprises cette année … on aura donc le temps de papoter plus tard.

Cheffe, je n’ai pas non plus rempli ma mission auprès des grands organisateurs Céline Servat et Guillaume Coquery, je reviendrai vers eux ultérieurement : 2 jours c’est définitivement trop court les amis … va falloir faire quelque chose pour la deuxième édition ! Mais vous êtes tellement rayonnants sur cette photo que je vous pardonne !  Il n’en demeure pas moins que dans un village de 600 habitants, se retrouver avec 2 auteurs de polars, c’est plus que suspect.

D’autant qu’en plus ils ont entraîné les enfants comme bénévoles. J’ai discuté avec Faustine, Ulysse, Yaël et Axel. Ils ont lu Laly Chame au collège et d’autres ont rencontré Benoît Séverac en classe. Ils ne lisent pas beaucoup de romans noirs pour le moment mais avouent être intéressés. L’un sera cuisinier comme Papa, l’autre voudrait être dans l’organisation, la logistique ou au moins un boulot où l’on rencontre du monde … dis-moi tu as de l’avenir comme organisatrice de salon Faustine !

On fait des rencontres étonnantes partout, même au restau où par 35° j’ai mangé …un couscous ! Xavier Verdier est un passionné, un surprenant libraire de Toulouse qui vend à la fois du neuf et de l’occasion, qui chronique pour donner envie. On aura l’occasion de discuter prochainement avec lui sur le collectif polar.

  https://www.facebook.com/search/top?q=des%20livres%20%26%20vous

à ses côtés, un visiteur auteur de SF Jean-Bernard Patrick, auteur de l’ordre de Foix

https://www.facebook.com/jeanbernard.patrick.1

De retour au salon pour la dernière ligne droite et l’occasion de discuter avec Virginie Lloyd, déjà rencontrée pendant la table ronde. Elle est auto-éditée volontairement et assume toutes les étapes. 2 feel-good et 1 roman noir historique au compteur, son prochain sera « gris », parlera de la société, de l’automne … Mon cœur, ce John Doe. John Doe étant le nom donné aux USA aux « morts anonymes ».

Sa dernière parution date de l’année dernière et traite des colonies pénitentiaires où de très jeunes enfants pouvaient être emprisonnés. Un roman d’ambiance s’intéresse à deux enfants au début du siècle dernier.

Franck Leduc est auteur de thriller, édité aux nouveaux auteurs. Son premier titre Le chaînon manquant sortira chez Pocket en juillet 2021, le deuxième Cléa est lui aussi un thriller et enfin La mémoire du temps sorti il y a un peu plus d’une année, avec une touche de fantastique traite de la mémoire transgénérationnelle et d’hypnose.

Pour terminer la revue de détail, allons directement en fin d’alphabet avec Christophe Vasse. Il a publié 3 romans, dont une sortie très récente Celle qui ne pardonnait pas. Un seul titre en fantastique La porte de Bosch. Notons que son projet maintenant c’est un titre en littérature blanche.

Enfin pour le fun, la marraine qui fait les gros yeux à sa voisine

Mais rassurez-vous elle n’a pas effrayé les lecteurs !

Bien sages les auteurs ou alors fatigués ?

Et n’oublions pas de remercier la formidable équipe de bénévoles, vous avez été formidables ! Merci pour tout. Je me permets ici une mention particulière à mon chauffeur et pourvoyeur de café !

Enfin je vous parle rapidement de ma rencontre inclassable avec l’éditeur Marc Duteil. Venant de l’entreprise, et partant du postulat que la matière grise est inépuisable, après avoir eu cette révélation au cours d’un rêve, il a fondé, créé son concept de maison d’éditions. M + plus éditions a trois ans, mais a réellement pendu la crémaillère en mars de cette année.

Son activité est domiciliée à Lyon. Son équipe est composée d’une cinquantaine d’auteurs. Par la présence de ses auteurs, il a contribué à la réussite de ce salon. Je pense que nous aurons à parler de nouveau avec lui prochainement.

on rentre et même sur les aires de repos de l’autoroute on parle polar …

8 réflexions sur “Petit retour de T(h)ermes Noir par Dany Flingueuse

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s