Confession d’une « Tite vengeance livresque » à Marc Fernandez

Confession d’une « Tite vengeance livresque »

à Marc Fernandez  

Par  notre Indic Maud Vandenbyvanghe

Journal : Bonjour Maud, je pense que tu as besoin de soulager ta conscience !

Maud : Hello Journal, oui je le pense, car je ne sais pas si je peux raconter ce 7 Juin 2021.

Journal : Je te lis et te conseillerai au mieux, mais pour que je comprenne tout, il faut que tu me racontes tout depuis le début ! Car lors de votre dernière papote , je n’ai pas eu l’impression que tu préparais une « vengeance livresque ».

Maud : D’accord, j’ai eu l’occasion de rencontrer Marc Fernandez lors d’un salon où j’ai pris Mala Vida , le premier volet d’une trilogie que j’ai beaucoup apprécié. Puis, Guerilla Social Club  )

Journal : Je me souviens qu’avec Ophélie vous aviez papoté sur Bandidos 

Maud : Voilà, tu resitues bien !

Journal : Narco Football Club a même terminé dans ton top 10 de tes lectures 2020  Alors que s’est-il passé ?

Maud : Bah justement, comme tu le constates, j’ai découvert l’auteur tardivement et peu à peu j’ai rattrapé mon retard. Il me tardait qu’une nouvelle sortie arrive !!!

Journal : Hum…. D’accord et pourtant, il restait deux livres que tu n’avais pas lus !

Maud : Voilà on y arrive, les deux premiers n’étaient plus disponibles et donc je me suis mise en chasse de les trouver !! J’ai surfé sur tous les sites de vente d’occasions en quête, j’ai laissé des alertes afin d’être avertie si quelqu’un avait la gentillesse de s’en séparer… Y avait plus qu’à patienter !

Journal : Marc Fernandez ayant plusieurs lignes à ses pages, en Juin 2020, tu as découvert Alibi, vous en avez même papoté avec Geneviève ( )

Maud : Oui, je ne connaissais pas du tout et depuis je ne loupe aucun numéro !!

Journal : Tu es juste en retard pour nous en parler… Donc on en arrive à la sortie Le nouveau Western ?

Maud : Oui, des kilomètres avalés en vélo, en terre espagnole, oui ce livre me rendait très curieuse. Pour avoir croisé Marc au retour de son périple, son état… Et les grève où le vélo était mon moyen de déplacement. Bref, je me procure ce livre et lorsque je l’ai lu…

Journal : Et je ne vois toujours pas l’objet d’une vengeance !

Maud : Grâce ou à cause de ce périple sportif et historique. J’ai eu sincèrement envie de découvrir la vie et les batailles du Cid, Sidi, en dehors de la pièce de Corneille.

Journal : Et où le problème ?

Maud : Malgré de nombreuses recherches, j’ai même demandé l’aide de Marc, la seule œuvre que j’ai trouvé n’était pas traduite, donc en espagnole !

Journal : Oh !!!! Je commence à démêler les pages et comprendre. Tu l’as lu !

Maud : Oui et j’avais prévenu l’auteur que je me vengerai d’une manière ou d’une autre ! Et pendant cette période j’ai enfin trouvé et reçu les livre qui me manquaient !!

Journal : Les pièces du puzzle se dessinent et tu avais donc la ta vengeance ! Tu ne l’avais pas vu depuis quand ?

Maud : Lors de la soirée Alibi () . Oui, tout à fait. Lorsque cela fut possible, je lui ai proposé d’aller prendre un café en terrasse.

Journal : Ah oui, c’était où ?

Maud : Place des Martyrs à Clichy…

Journal : Oh le pauvre, il était loin de se douter de ce que tu lui avais préparé. Je vois sous les lignes le contenu de ton sac. Tu as tout prémédité…

Maud : Oui tout à fait, j’avoue avoir ri sous masque en lisant le lieu.

Journal : Donc vous vous êtes retrouvés, c’était sympa ?

Maud : Oui très, on a pris des nouvelles, échangé sur l’actualité littéraire, on a bien ri aussi. Et je lui ai demandé de me dédicacer son petit dernier. Il faut bien qu’il reprenne l’habitude, les salons vont reprendre.

Journal : Ha, ha et en suite ?

Maud : J’ai demandé à Marc s’il me faisait confiance et s’il acceptait de fermer les yeux ! J’ai glissé La Ville qui tue les femmes et Pinochet un dicteur modèle devant lui…

Journal : N’ayant aucune idée de tes intentions, je suppose qu’il a accepté… Comment a-t-il réagi en voyant ses deux premières œuvres ?

Maud : En ouvrant les yeux, je le cite « Oh, putain ! » dit spontanément !

Journal : Quelque chose me dit qu’il a pris le temps de redécouvrir ces couvertures et leurs contenus. Il y avait des témoins ?

Maud : Oui oui, il m’a expliqué le contexte de leurs rédactions, quelques anecdotes… J’ai beaucoup apprécié ce moment. Pas de témoin bien évidement, et une photo floue… Donc pas de trace…

Journal : Les gribouilles ?

Maud : Oups… oui…

Journal : J’avoue que tu as poussé les lettres un peu loin cette fois-ci… Je comprends que tu ne sois pas très fière de ta bêtise… Tu as des regrets ?

Maud : Oh mais pas du tout !! Je suis tout à fait contente de ce très bon moment, j’ai beaucoup ri et aussi, j’en ai appris un peu plus sur ces précieux premiers ouvrages. Tu crois qu’il me faut un avocat pour me défendre ?

Journal : Ah… Donc tu ne présenterais pas d’excuses ? Même si tu avais peut-être de bonnes raisons… Je ne vois qu’une seule solution, faire appel à Death Note… Un avocat ne suffirait pas…

Maud : Ah non non non ….

Journal : Alors je te condamne à lire ces deux livres d’ici la fin de l’année…

Maud : Je signe où ?  

4 réflexions sur “Confession d’une « Tite vengeance livresque » à Marc Fernandez

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s