Les cicatrices de la nuit, Alexandre Galien

Le livre: Les cicatrices de la nuit de Alexandre Galien Paru le 6 novembre 2019 chez Fayard, 8,90€. 357 pages, 13x21cm.

4ème de couverture:

En se faisant muter à la brigade criminelle après vingt ans de “Mondaine”, le commandant Philippe Valmy espérait s’éloigner des bars et des boîtes où il restait jusqu’à l’aube, et ainsi sauver son mariage. Mais quand il découvre que la victime de sa première affaire de meurtre est une de ses anciennes indics, il comprend tout de suite qu’il va devoir replonger dans les eaux troubles du Paris nocturne. Pour le pire. Les cicatrices de la nuit sont de celles qui ne s’effacent pas.

 

 

 

L’auteur : Alexandre Galien est un fonctionnaire de police français, né en 1989.
Il a fait des études de droit et de sciences criminelles, puis intégré en 2015 la Direction Régionale de la Police Judiciaire. Il a par la suite pris une disponibilité pour se consacrer à l’écriture.
Il a déjà publié deux romans à quatre mains sous le pseudonyme d’Alex Laloue avec son ex-compagne Marie Talvat : À corps perdu et Comme des bleus en 2019.
Il a remporté le prix du Quai des Orfèvres 2020 pour son roman Les cicatrices de la nuit, qui s’est vendu à plus de 200 000 exemplaires. Le deuxième volet de la saga, Le souffle de la nuit, est sorti en septembre 2020 aux éditions Michel Lafon.
Il est depuis la rentrée 2020 en charge du cours « Roman Noir, époque sombre » à la Chaire d’écriture et de rhétorique de Sciences Po
Extraits :
« Amusé, Philippe ne peut s’empêcher de remarquer qu’il a l’attitude typique de celui qui se retrouve dans les bureaux de la BRP. L’endroit où les néons agressifs éclairent de façon brutale la misère qu’il fait le choix d’ignorer lorsqu’elle est habilement dissimulée derrière du mousseux tiède et des lumières tamisées. Depuis plusieurs heures, il a vu les filles qui l’entouraient pendant la partie fine défiler sous le regard protecteur des enquêteurs, qui les ont entendues l’une après l’autre pour étayer leur dossier et caractériser plus précisément encore les faits de proxénétisme dont il s’est rendu complice. En dehors de la pénombre, leurs visages juvéniles sont encore constellés de boutons d’acné à cause du maquillage cheap qu’elles utilisent pour les masquer. Leurs yeux sont tristes et cernés, comme si elles avaient perdu de vue la possibilité de consentir à ce que demandent leurs clients. À vingt ans, ces gamines en ont déjà trop vu. »
« Les flics sont des chasseurs, les voyous des gibiers, et chacun a développé des capacités de perception qui vont dans le sens de sa survie. Un voyou est capable de repérer un flingue mal caché sous un tee-shirt, un flic pourra capter la peur d’être traqué dans le regard du moindre passant. Et c’est la sélection naturelle qui conduira le voyou à se faire interpeller en flag, et le flic à se faire détroncher… ou pire. Quand le banditisme rencontre le darwinisme, les flics divorcés se mettent à théoriser. »

La chronique jubilatoire de Dany

Les cicatrices de la nuit, Alexandre Galien

Un prix du quai des orfèvres, c’est l’assurance d’un polar tiré au cordeau. Tradition oblige, c’est une immersion dans la procédure à laquelle nous convie l’auteur. Un peu trop de procédure parfois nuit à l’intuition, même si Philippe Valmy n’en manque pas, lui qui revient à la Crim’ après une longue escapade aux « cabarets ». Il mettra tout son répertoire d’indics, toutes ses relations professionnelles, au service de cette enquête sanglante.
Au-delà d’une relation des faits dans un ordre chronologique sans faille, servie parfois par deux narrateurs, Philippe et le tueur, les flics vont tout faire pour que ces meurtres ritualisés ne fassent pas basculer leur qualification en « meurtres en série ».
Nous vivons cette enquête de l’intérieur, avec les personnages contrastés sans excès, des flics qui font preuve de leur complémentarité car ne nous trompons pas, il y a bien une typologie complexe dans la catégorie flic, même si l’objectif ultime est de « rendre justice » à la victime, ou au moins permettre à la justice de faire son œuvre pour lui rendre sa dignité. Et bien sûr il y a Philippe, écorché dans sa vie privée, mais tellement habité par son métier, en rupture avec Elodie à cause d’un secret qu’il n’a pas osé lui révéler à temps.

Un très bon moment de lecture proposé par un vrai flic, un nouvel auteur qui signe là son premier roman et qui a commis une suite sortie en 2020 Le souffle de la nuit. Une belle découverte pour ma part.

Lu en version numérique 6.99 €

Je remercie les éditions Fayard

4 réflexions sur “Les cicatrices de la nuit, Alexandre Galien

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s