ITW Seriale lectrice : Chantal Criscuolo

Hello mes polardeux

Je vous le disais il y a quelques jours, nous avons la chance chez Collectif Polar d’accueillir une nouvelle chroniqueuse. Aussi pour la découvrir un peu, je vous propose de suivre notre petit entretien.


ITW Seriale lectrice, Chantal Criscuolo

 

Ge : Bonjour Chantal, es tu prête à être soumise à la question ?

CC : Prête à être soumise à la question !

Ge: Alors, , peux-tu te présenter ? je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, ta vie…

 Je me nomme Chantal Criscuolo, Parisienne jusqu’à l’âge de 25 ans. Dans une autre vie, parce que je suis à présent retraitée, j’étais prof’ de français, et latin accessoirement .. Bon, je sais, ça fait sérieux ! Scolarité tout ce qu’il y a de plus normale du CP aux concours ‘(capes, puis agrégation) pour être enseignante, car, ainsi que je le dis souvent, je ne savais pas trop quoi faire d’autre ! Aujourd’hui, j’aurais d’autres envies, comme, au hasard, travailler dans l’édition ou dans une grande bibliothèque/médiathèque. Mais bon, j’ai passé de nombreuses heures dans les bibliothèques qd j’étais en fac’, (Ste Geneviève, par ex., près du Panthéon, ou celle de Censier/Sorbonne nouvelle, et même, ô joie, la bibliothèque nationale, pour ma maîtrise … ).

Quand je n’étais pas en cours ou en bibliothèque, c’était cinéma. J’ai eu la chance de suivre des cours donnés par les Cahiers du cinéma à Paris III, ils m’ont tout appris ! Bref ! L’enseignement m’a bien occupée, dans un petit collège de campagne où j’ai fait « ma carrière » de manière plutôt agréable.
Mon mari aussi. En-dehors du travail, lecture, rando et chant, mais là depuis une vingtaine d’années seulement. La vie passe vite, et j’ai l’impression que je suis en retraite depuis hier … mais c’était en 2013 ! Je ne suis donc pas une jeune lectrice.

Ge : Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

 Dans mon milieu familial, la lecture était présente, sans que mes parents soient des lecteurs assidus. Moi, oui, car étant fille unique, j’ai très tôt passé mes heures de solitude (parents au travail) à piocher dans les étagères familiales. J’ai découvert par ex., Caroline chérie de Cecil Saint Laurent à un âge qu’on jugerait précoce.
Quel délice ! Ou bien, autre style, autre genre, un auteur oublié de nos jours : Jean Hougron, que mon père lisait. Et puis ma grand-mère, qui ne lisait pas grand chose, m’achetait des livres (bibliothèques rose, verte, Rouge et Or …), ma tante aussi, un peu. Bref, je ne manquais pas de munitions, et ce dès le plus jeune âge.

Ge : Comment abordait-on le livre chez toi ?

Le livre était fort bien considéré chez moi. Je crois que cela donnait une bonne image de la famille, dans l’esprit de mes parents.

Ge : Veux tu bien me montrer ta/tes bibliothéque (s) :

Ge : Et m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées ?

Ah la la … vaste question, le rangement !Pour la bibliothèque du salon, c’est classé un peu par collection (Folio, Pléïade, brochés, art …) et par thèmes (Histoire, Amérique, Allemagne, cinéma …). Les ouvrages ont été lus ou pas encore, ou en partie … .

Dans le bureau, longtemps les livres scolaires ont dominé. Désormais, j’ai une biblio pour les non lus les plus récents, une autre pour les non lus anciens, et puis il y a des piles, dans les chambres, tous genres confondus, mais principalement des romans et des polars.

 

Ge : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

Je vais dire une banalité : la lecture est essentielle pour moi. Je ne peux passer une demi-journée sans lire qqs lignes. Où que j’aille, j’ai un livre avec moi, souvent de petit format, c’est plus pratique ds le sac ! J’aime lire le matin au petit déj’, quand je suis encore seule. Mais aussi le soir, avant de m’endormir. Et puis à l’heure du thé ! Heureusement, j’ai un compagnon qui me ressemble, bien que ne lisant pas la même chose.

Ge : Es-tu papier ou numérique ?

 Je suis 90% papier et 10% numérique. Oui, j’ai une liseuse, mais je ne prends pas autant de plaisir à l’utiliser qu’à ouvrir un livre fait de papier et d’encre !

Ge : En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

J’ai bcp fréquenté les bibliothèques pdt mes études. Aujourd’hui, c’est pareil, pour le plaisir. Je suis fidèle abonnée des médiathèques de Clermont-Ferrand, j’essaie de m’y rendre une fois /semaine. Me promener entre les rayonnages, chercher au hasard ou mon carnet de « À lire » à la main … voilà qui me comble. Ces lieux de prédilection sont surnommés « Ste Médiathèque » par mon mari !

Ge : Dis-moi, qui as-tu trouvé, que t’ont-elles apportée ?

 Ces lieux m’apaisent, je m’y sens chez moi, entourée d’ouvrages si nombreux que je ne pourrai jamais tous les connaître, ms qu’importe, j’y trouve toujours du bonheur.

Ge: As-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une ou tu achètes tes bouquins ?

 Une librairie attitrée, oui : Les Volcans, à Clermont-Ferrand. C’est là que j’achète la plupart des livres. J’aime bcp aussi la librairie Grangier à Dijon, et à Lyon, la librairie Passages et aussi « Un petit noir »,que je n’ai hélas pas encore bcp fréquentée, ms le nom et le concept me plaisent. Et je rêve d’aller à Paris chez Olivier Ancel, « L’amour du noir ». Mais n’importe quelle librairie m’attire comme un aimant.

Ge : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (ça peut-être dans différent lieu, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairie où je vais voir des auteurs, des librairie que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs…mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion)

 Je privilégie donc les librairies indépendantes, ms comme je n’habite pas en ville, par ces temps de confinement, j’ai utilisé la Fnac /internet. Quand je vais au « Quai du polar » à Lyon, j’achète auprès des auteurs, j’aime discuter !

J’ai un excellent souvenir de DOA, que j’avais rencontré pour la sortie de Pukthu (Ah ! Quel bouquin !), de Dror Mishani aussi, Sonja Delzongle , et bien d’autres.

 

Ge :  Bon passons aux choses sérieux, tu es toujours prêt(e) ?

Chantal : oui

Ge : Alors Chantal !  Combien de livre lis-tu par semaine, par mois, par ans ?

 Je lis entre 90 et 100 ouvrages /an, principalement des polars, romans noirs .. mais aussi du roman plus « classique », de la BD …
Le nombre/mois dépend du volume si je puis dire ! Un roman de 400/500 pages prend un peu plus de temps .. Et puis ça dépend aussi des activités autres… pour l’heure, plus de chorale, cela ouvre des créneaux !

Ge : Tiens-tu décompte précis de tes lectures ?

 Oui, j’inscris mes lectures sur des petits carnets, avec qqs mots pour me rappeler ce que j’ai pensé du roman.-

 

Ge : As-tu une PAL ?
Combien de livre dans ta PAL ?

 Plusieurs PAL .. une à côté du lit, une autre ds la chambre d’amis, une petite ds le salon … je ne sais pas exactement combien de titres st là, en attente, mais assez pour dire qu’il me faudrait une autre vie pour les lire !

Ge : Pour toi c’est quoi ta PAL, quelles relations entretiens-tu avec elle ? Comment la vis tu ?

Une PAL, c’est rassurant. on est sûr de ne pas être en manque. Quoique …! Elles ne m’empêchent pas d’acheter ici ou là un roman, un texte inconnu mais qui me parle a priori … et encore moins d’emprunter en médiathèque. Bref ! je ne suis guère raisonnable ..

Ge: Alors…..Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

 Le polar, c’est mon genre de prédilection. Sans doute parce que Le Club des Cinq et la série des Alice m’ont parlé immédiatement, et puis Maurice Leblanc, Agatha Christie, et puis Simenon, et puis tous les auteurs que mon père lisait , J.H. Chase, Peter Cheney, D. Hammet, Paul Kenny, Jean Bruce.… Un copain m’a fait découvrir Frédéric Dard, un autre Léo Malet …À la télé, j’adorais Les 5 dernières minutes !

J’aime autant les « beaux » personnages de truands que les figures de commissaires ou de privés, de préférence un peu cabossés, alcoolos ou mis sur la touche ! Hommes ou femmes, peu importe, en solo ou duo improbable (ex. 1793 de Niklas Natt Och Dag ). J’aime l’ atmosphère des romans noirs, les polars qui nous plongent dans un milieu particulier, qui nous font voyager … Je suis assez éclectique, mais au final, c’est le style de l’auteur qui m’accroche ou pas, son écriture qui me fera dire « C’est bon ou pas », et bien sûr, l’originalité de l’histoire, sa construction… Bref, pour moi, un polar est une œuvre littéraire comme les autres ms souvent plus riche, parce qu’elle met en jeu la société ds sa complexité et ses turpitudes, n’assène pas de vérité absolue, offre des personnages qu’on aimerait bien avoir comme ami parfois !

Ge : Chantal, dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

 Auteurs favoris : Connelly, Deon Meyer, Dennis Lehanne, les regrettés Philip Kerr et Mankell, DOA, Don Winslow, Norek, Caryl Ferry, Ingrid Astier, Victor del Arbol, Dolores Redondo (que je viens de découvrir, et …je trouve ses romans scotchants !), Romain Slocombe, R.J. Ellory, le Ellroy du Dahlia noir, Greg Iles, Grisham, Thilliez, Maurizio di Giovani, Valerio Varesi, Jo Nesbø, Nele Neuhaus …
Tous ces auteurs ont une écriture riche et dense.

Ge : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

 5 livres qui m’ont marquée ces dernières années :

Le plus récent : La face nord du cœur, Dolorès Redondo. Une vraie découverte, un personnage principal féminin très attachant, complexe, une intrigue qui mêle serial killer et superstitions (on est en Louisiane, à la Nouvelle Orléans), des situations originales. Et une écriture solide.

Nuit bleue, de Simone Buchholz. Là encore, une héroïne atypique, entourée d’une bande de presque paumés, des lieux poétiques, une construction intéressante. Bien aimé !

Pukhtu 1 & 2 , DOA. Un vrai « coup de poing ». Milieu de la guerre en Afghanistan, des personnages très borderline, des situations éminemment hors du commun. Pour moi, un grand bouquin !

La trilogie de Don Winslow, La griffe du chien, Cartel et La frontière. La guerre des cartels mexicains entre eux, la lutte d’un Américain presque seul contre eux, les relations troubles entre USA et Mexique … Formidable et violente épopée.

Haute voltige, Ingrid Astier. Son Quai des Enfers m’avait déjà bien plu, et là, son personnage de grimpeur de façades et coureurs de toits m’a conquise !

Ce sont des romans différents, mais qui m’emportent absolument ! Ils ont l’épaisseur charnelle, la passion, la violence extrême parfois, qui provoquent une certaine addiction.

Ge : Fréquentes-tu les festivals et autres salons…Si oui depuis quand ?

Je ne fréquente pas beaucoup de salons, bien moins que je ne voudrais. C’est souvent trop loin pour moi… Mais je suis fidèle au « Quai du polar ».

Ge : Que t’apportent ces salons, ces rencontres ?

Les rencontres avec les auteurs, les conférences, les signatures, l’ambiance, les discussions avec les gens dans les files … J’adore ! Quand je suis au QDP, je me sens vivre un peu plus ! Je vais aussi au tout petit salon du livre de Royat/Chamalières, qui reçoit des plumes diverses. J’y ai rencontré et découvert Maud Tabachnik.

Ge : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Une anecdote ? Rien d’exceptionnel …

J’ai rencontré Romain Slocombe, en signature à Clermont-Ferrand, c’était avant le Covid, et on a bavardé longtemps, il n’y avait pas bcp de monde. Il est hélas moins populaire que d’autres .. Et en bavardant, on s’est aperçu que l’on était du même quartier à Paris , que l’on était allés dans deux lycées proches, quasi en même temps (on a presque le même âge). on a donc évoqué le quartier, dans les années 60-70. Et en plus, on avait un intérêt commun : le Japon. J’avais lu Un été au Kensaï, que j’avais beaucoup aimé.
Voilà ! Je ne sais si on peut appeler cela une anecdote …mais en tout cas, c’est un bon souvenir pour moi.

 

GVL : Sinon…rien à ajouter ?

Il me semble que j’en ai dit beaucoup … et sans doute oublié beaucoup.

Ge : Tu es certaine que c’est ton dernier mot ?

Une question /
T’arrive-t-il devenir au Quai du Polar ? on pourrait se rencontrer !

Ge : J’y suis allée 3 fois dans ma vie, c’était il y a déjà quelques temps. Depuis quelques années, il y a trop de monde pour moi à QPD. Je n’irai pas cette année, en 2022 on verra. Mais si j’y refais un tour promis on s’y voit c’est certain !

Ge : Allez un petit coup de gueule. ET Un gros coup de cœur… ?

 S’il faut conclure sur un coup de gueule, je dirai que les auteurs de polar sont trop peu présents sur les rares plateaux littéraires télévisés. On a pu voir Franck Bouysse, DOA (une fois), Hannelorre Cayre .. et qqs autres mais si peu !

Et mon coup de cœur le plus récent, c’est La face nord du cœur, de D. Redondo. C’est un roman qui m’a vraiment marquée, de par la description de La Nouvelle Orléans pendant la tempête Katrina, et le personnage principal, Amaïa Salazar.

Ge :  Merci  Chantal pour ces petites confidences, et à très vite de te retrouver sur collectif Polar. Je suis tellement contente de t’y accueillir.

4 réflexions sur “ITW Seriale lectrice : Chantal Criscuolo

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s