Papote d’auteur Fanny H était avec Charlotte Bulteel- Herman

Papote d’auteur Fanny H était avec

Charlotte Bulteel- Herman

Les rencontre de Fanny H 

Ce mois-ci, je suis avec Charlotte Bulteel- Herman dont je vous ai parlé le mois dernier à travers la découverte de sa première bande dessinée Alwilda, la princesse pirate.

L’auteure est née le 10 novembre 1992 à Lille. Après des études en 2D et 3D notamment en prépa maestris à Lille et à LISAA Paris qu’elle n’a pu continuer à son grand regret. Charlotte demeure aujourd’hui dans la région lilloise. Elle aime la mode Lolita, réalise des montages vidéos ainsi que des dessins animés.

 

Quels sont tes premiers souvenirs de lecture surtout pour la bande dessinée ? 

 Ma première BD fut un Thorgal vers mes 10 ans, et en voyant ça, ma mère m’a dit de commencer en douceur avec les Lucky Lucke et Tintin de mon père. Même si j’aimais bien ce n’était pas mon style. Mon premier grand amour de la BD fut Princesse Sara dessinée par Nora Moretti et scénarisée par Audrey Alwett qui a adapté un personnage des dessins animés de mon enfance dans un univers steampunk  propre et enchanteur. Cela m’a inspiré pour la prothèse d’Alwilda.

 

Depuis quand le style Lolita t-a-t-il séduit ?

Je porte du lolita depuis une dizaine d’années, donc dès que j’ai eu ma propre carte bleue, et le choix de mes vêtements. À l’époque de ma première robe, je cherchais une robe de bal pour le gala de mon école. Le thème était « rouge et noir ». Et en la cherchant j’ai flashé sur une robe lolita vichy bleue. Comme elle n’était pas du tout dans le thème et était courte, je ne l’ai pas prise, me disant tristement et avec résignation, que je n’aurai jamais l’occasion de la porter. La robe rouge et noire elle, est arrivée après le gala et j’étais déçue de ne pas pouvoir la mettre, surtout pour le prix qu’elle m’avait coûté. Alors je l’ai portée dans mon quotidien, c’était celle que je portais quand j’ai rencontré mon mari. Je me sentais tellement bien dans cette robe, que je me suis dit : « pourquoi ne mettre une robe qui me plait autant, uniquement aux occasions? C’est stupide! » Alors, quand j’ai eu les moyens de la prendre, j’ai pris la robe vichy bleue. Elle me plaisait tellement que je ne portais plus qu’elle les premiers jours. C’était problématique, alors  j’en ai cherché d’autres.

C’est en tombant sur des sites lolita que j’ai découvert que c’était un style vestimentaire. J’ai découvert par la suite qu’il y avait d’autres lolitas, qui m’ont donnés quelques filons, des sites d’occasion, des groupes facebook de vente ou les tea party où avaient lieu des ventes. Même si beaucoup me ventent la qualité de « baby the stars shine brigt  » qui a une boutique sur Paris, je préfère des marques plus accessibles comme « magic tea party ». Maintenant, je n’ai plus que ce type de robes dans mon placard et c’est mon quotidien.

Pourquoi une femme pirate ?

En regardant un épisode de notta bené, j’ai vu cette légende scandinave d’une princesse qui devenait pirate, et ça m’a de suite inspiré.

 

Partages-tu tes idées autour de toi ? Avec tes proches, ta famille ou tes amis. Leur demandes-tu de l’aide parfois, ou travailles-tu seule ?

Pour protéger mes droits d’auteur, je ne peux pas partager mes idées avec beaucoup de monde lors de l’étape de la création. Mais mon mari m’a beaucoup aidé à mettre un peu de piment dans l’histoire que je trouvais à la base bien trop calme pour une histoire de pirate. Donc mon mari m’a soufflé l’idée de Kang. A la base, Alwilda était sensée trouver l’amour auprès d’un autre pirate. Mais c’était du déjà vu, et je ne trouvais pas logique qu’une androphobe fuyant le mariage au point de se lancer dans l’inconnu la tête la première, trouve l’amour auprès d’un homme.  Alors j’ai complètement refait mon tome 1 et approfondi la personnalité d’Alwilda et son rapport aux autres personnages. C’est après un accident de la route que m’est venu l’idée de la jambe coupée. Cet évènement poignant me semblait nécessaire pour qu’Alwilda se rende compte de ce dans quoi elle s’était embarquée.

As-tu déjà un autre projet ou plusieurs ?

Pour l’instant j’évite d’avoir trop de projets, tant qu’Alwilda n’a pas rapporté le fruit de son travail. Faire une BD, c’est un an de travail à temps plein, donc ce serait une perte de temps et d’argent que de s’éparpiller sur plusieurs projets. Le tome 2 est déja un projet en soit, de même pour la traduction en anglais. Le problème de l’auto-édition, c’est qu’il faut s’occuper soit même de démarcher les libraires, de l’impression, et autres démarches pour la commercialisation de la BD. Pour le moment je travaille sur des motifs de tissu au mètre pour du prêt à porter.

Souhaiterais-tu t’associer avec quelqu’un pour créer une autre bande dessinée ?

Une association pour une autre bd, ça dépend de quel type d’association. Une association avec un éditeur m’aiderait pour me concentrer sur le tome 2. Mais l’histoire et le dessin doivent rester mes bébés. Même si certains estiment que mon dessin n’est pas maitrisé, c’est important pour moi d’avoir réussi mon tome 1 entièrement seule. Ça m’a prouvé que j’en étais capable.

Quel est l’auteur de Bd number one pour toi et pourquoi ? 

Audrey Alwett, elle a su donner une nouvelle vision sur un personnage qui était un peu cucul et pleurnichard, pour la transformer en femme forte et combative.

 

Qu’a apporté en positif ou en négatif, la covid et le confinement, pour Charlotte et pour Alwilda?

Covid comme confinement n’ont pas changé grand chose à ma situation car j’étais déjà au chômage au moment du premier confinement. Je travaillais déjà à temps plein. Mais cela fut bénéfique au moment de sortir la bd car il y avait plus de gens sur les réseaux sociaux. Depuis la réouverture des commerces, on voit que les réseaux sont complètement déserts, je vais donc devoir adapter ma façon de la prospecter.

Que peut-on vous souhaiter à toutes les deux pour l’avenir ?

Pour Alwilda, du courage dans le tome 2, et à moi, que la bd et les goodies se vendent pour me permettre de faire le tome 2 sans encombre.

Merci beaucoup Charlotte Bulteel-Herman, je te souhaite plein de succès dans tes démarches et à Alwilda également !

3 réflexions sur “Papote d’auteur Fanny H était avec Charlotte Bulteel- Herman

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s