Rhapsodie des oubliés, Sofia Aouine

le livre : Rhapsodie des oubliés de Sofia Aouine. Paru en poche le 19 août 2020 chez le Livre de Poche. 7€40. (209 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Rhapsodie des oubliés

« Ma rue raconte l’histoire du monde avec une odeur de poubelles. Elle s’appelle rue Léon, un nom de bon Français avec que des métèques et des visages bruns dedans. »

Abad, treize ans, vit dans le quartier de Barbés, la Goutte-d’Or, Paris XVIIIe. C’est l’âge des possibles : la sève coule, le coeur est plein de ronces, les sentiments et le sexe torturent la tête. Pour arracher ses désirs au destin qu’on lui réserve, Abad devra briser les règles. À la façon d’un Antoine Doinel, qui veut réaliser ses 400 coups à lui.

Dans une langue explosive et universelle, influencée par le roman noir, la littérature naturaliste, le hip-hop et la soûl music, Sofia Aouine nous conte une radioscopie, sans concession mais avec tendresse, d’une génération, d’un quartier et l’odyssée de ses habitants.

  Les premiers romans du Kawa

Rhapsodie des oubliés, Sofia Aouine

Retours croisés avec Geneviève B , Camille A et Ge

Abad, 13 ans, vit dans le quartier de Barbès. Rêvant de vivre pleinement sa vie et d’échapper à son destin, il tente de briser les règles imposées par sa famille.

Livre choc, brillant avec des passages profondément émouvants comme l’histoire d’Ida. Dans une galerie de damnés quelques fleurs comme Odette ou Gervaise mais les fleurs s’accordent mal de la souffrance même si elles parviennent à redonner un peu d’espoir ou de vie à l’être en errance. Horreur de l’exil. Blessure indélébile. Cancer du salafisme parfaitement observé. Deux bémols : quelques passages avec profusion de termes ‘halal’ non traduits et incompréhensibles. Une fin pirouette qui déçoit après un tel travail. Nous savons tous que c’est la partie la plus difficile à réussir…

Avec une belle plume colorée, Sofia Aouine nous livre un premier roman plein de tendresse et de fureur où elle donne la parole aux laissés pour compte, les délinquants, les égarés, les putes, les mécréants, les apprentis jihadistes, les dealers, les clodos, les maquereaux, les petits vieux, les travailleurs immigrés…. Un livre qui nous transporte dans le quartier de la goutte d’or et nous laisse entrevoir un peu d’espoir.

 C’est l’histoire d’un Gavroche des temps modernes. Sofia Aouine dresse un portrait truculent du 18eme arrondissement de Paris et de ses habitants. Délinquants, égarés, dealers, clodos, putes, maquereaux, vieux, immigrants…elle leur donne une voix avec une langue de la rue, imagée, créative, irrésistible. Un livre beau, fort et bouleversant.  Un grand et gros coup de cœur!

7 réflexions sur “Rhapsodie des oubliés, Sofia Aouine

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s