Sidéral de Antoine Blocier

 

La Journée Fantastique sur Collectif Polar

 

Le livre : Sidéral de Antoine Blocier. Paru le 15 mars 2021 chez les Editions du Horsain. 18€. (299 p.) ; 21 x 13 cm. Avant-propos de Didier Daeninckx.

4e de couv :

Dans un futur très proche, notre vieille planète usée par des décennies d’exploitation sans vergogne, de pollutions gigantesques, d’épidémies hors de contrôle, de famines aux millions de victimes, de terrorismes aveugles et une guerre économique sans merci est devenue invivable.

Certains cherchent comment fuir vers un astre plus accueillant, d’autres croient encore possible d’y faire cohabiter huit milliards d’individus.

Ultime tentative de réconcilier l’Homme avec l’Humain, la mission Rencontre est envoyée dans la Nouvelle Station Spatiale. Or, deux morts suspectes à bord de ce fleuron de la technologie internationale vont envenimer la situation.

Ancien de Scotland Yard, reconverti en auteur à succès, Eliott Purcell va mener l’enquête, quatre cent quinze kilomètres plus bas. Une investigation sous tension internationale, où la rapacité du capitalisme mondialisé et les expérimentations transhumanistes seront de rudes adversaires.

S’il faut un jour quitter la planète, qui en aura la possibilité ? Si les cerveaux sont numérisés pour voyager dans l’espace sur de longues durées, qui sera légitime pour les reconnecter ? Si une exoplanète est à portée d’imagination, sera-t-elle gérée selon les principes libertariens, discrètement à la manœuvre dans le projet Rencontre ?

L’auteur : Antoine Blocier est né le 21 mars 1955 à Viroflay dans les Yvelines. Autodidacte dans tous les domaines, Antoine Blocier a dû entamer des études à l’âge de 30 ans. Il est, depuis, titulaire de deux diplômes d’Etat dans les domaines de l’Animation socioculturelle et du Développement… Sans compter son Brevet de pilote de vol libre, qui lui permet de prendre de la hauteur sur les noirceurs et les mesquineries du monde.
Militant politique et élu municipal, il traque les dysfonctionnements de la société. Le quotidien et l’actualité ne sont jamais bien loin de son travail d’auteur, que ce soit dans les romans, dans ses nouvelles ou ses pamphlets…
Il fut le créateur à Roissy-en-Brie du festival du Polar d’une durée de deux semaines, ville où un de ses romans pour la jeunesse se situe d’ailleurs.

 

 

Extraits :
« Le rôle du Norvégien était des plus précieux. Il connaissait la station sur le bout des doigts. Aucun tuyau, aucun câble électrique, aucun ordinateur, aucun boulon ne lui était étranger. Il avait étudié en détail tous les dysfonctionnements répertoriés de l’histoire de la conquête spatiale : les drames des 24 octobre à Baïkonour à trois années d’intervalle, le désastre d’Apollo 13 évité de peu, la panne du moteur principal du Soyouz 33, l’évacuation en urgence de MIR suite à une puanteur insupportable et inex-pliquée, l’explosion du Challenger soixante-treize secondes après son décollage, de Columbia à son retour atmosphérique, celle du Soyouz en 2018 avec éjection des deux cosmonautes, ainsi que tous les incidents de vol recensés, y compris ceux qui avaient semblé anodins sur le moment. Il s’était même passé en boucle les films catastrophe de l’espace, dont certaines fictions plutôt crédibles. »
« Ce décès parut trop naturel pour être honnête. À bord de la NSS, on se posait autant de questions que les scientifiques et les plus pointus des techniciens réunis d’urgence sur La Base : comment un professionnel, surentraîné, sélectionné pour sa résistance physique avec une rigueur absolue, pouvait-il passer aussi facilement de vie à trépas ?
La presse spécialisée fut la première à mener la surenchère : les réglages assurant une existence sereine à bord étaient-ils fiables ? Aurait-on caché un dysfonctionnement dans le système des données ? Quelle application avait failli ? Douze voyageurs, était-ce trop pour les capacités d’accueil de la CNSS ?
Le doute s’installa. »

La Kronik d’Eppy Fanny

Sidéral de Antoine Blocier

Sous couvert de SF, l’ami Antoine nous offre un roman engagé qui dénonce l’état de notre planète et l’appétit des plus puissants.

L’histoire : Dans un futur très proche, notre planète exsangue se meurt de pollutions incontrôlables, d’épidémies galopantes, de famines, de terrorisme et de guerres économiques où les notions de nature et d’humain n’ont aucune place.

La solution serait-elle dans les étoiles ? Sur une autre planète où tout recommencer.

En mieux cette fois… C’est la raison qui a conduit à créer la Mission Rencontre, un beau projet International, qui porte les espoirs de beaucoup.

Une éclaircie dans des quotidiens de violence où l’espoir en l’avenir ne signifie plus grand chose pour la majorité des habitants de la planète bleue.

L’ISS, devenu le NSS (New Space Station), abrite les nouveaux pionniers de l’espace. Telle une Babylone interstellaire. Mais même dans les étoiles, la hiérarchie et l’ego des dirigeants des pays les plus puissants, les plus avancés dans la conquête de l’espace, s’expriment. Et même si la guerre froide est finie depuis bien longtemps, la concurrence entre les deux premiers pionniers de l’espace est toujours aussi vive. L’équipage composé de 12 membres a fait l’objet d’âpres négociations.

Il y a Sven, un Norvégien qui connaît la station jusqu’au plus petit écrou. Il est le garant de la survie de tous. Vassili, le pro des équations et de l’informatique ; Florence, médecin chercheur française ; Indrayani, brillante jeune femme indienne ; Xia, jeune chinoise, formée en accéléré pour intégrer l’équipe ;  Azhar, géographe iranien ; John, afro-américain « augmenté » ; Nkhele, sud-Africaine brillante ; Bob ou 007, comédien australien; Alejandro, botaniste cubain qui hait prodigieusement les États-Unis ; Dafna, géologue israélienne ; Ebony, canadienne et prix Nobel de médecine. Un équipage où les tensions entre les membres sont présentes, politiques comme religieuses.

Bien loin des étoiles, dans un lieu isolé connu d’une poignée d’initiés, neufs personnes surveillent au plus près cette mission. Pour eux point de rêve d’un monde meilleur pour tous. Ce sont des financiers, des grands patrons, des décideurs, pour qui les dirigeants d’États, qu’ils ont choisi de faire élire, sont aux ordres. De ceux qui voient dans cette conquête d’une nouvelle planète la possibilité de gains faramineux. Ils rêvent d’un nouveau monde indépendant de tout régime politique. Et ce nouveau monde commence avec le NSS. Il va en falloir des années avant de trouver une planète. Il est évident, pour eux, que lorsque la planète bleue sera sur le point d’imploser, seuls ceux qui pourront payer (cher) auront droit à une autre chance. Et bien sûr eux seront du 1er voyage.

Extrait partiel p.55 : « Ce qu’ils estiment LEUR Nouvelle Station Spatiale est opérationnelle, les voyageurs qu’ils contrôlent sont opérationnels, leur plan de communication est opérationnel… Leurs récentes certitudes de la présence ancienne d’eau sur Mars relancent leur appétit de colonisation de la planète rouge…Tout semble aller pour le mieux et au diable les grincheux, ils devront bien faire avec. Tôt ou tard. »

 

Dans les étoiles des incidents techniques se produisent. Puis Sven est retrouvé mort. Ce décès va avoir l’avantage de souder l’équipe de la NSS. Le clap de fin sera actionné pour Bob. Deux cadavres dans l’espace ça fait désordre. Sur terre, un ancien de Scotland Yard, devenu auteur à succès, est diligenté pour résoudre l’enquête. A distance évidemment.

Ses interrogatoires vont mettre en lumière un réseau de concordances où le hasard n’a pas sa place. Mais il est des secrets et des rencontres qui ne doivent pas sortir de l’ombre.

Avec ce roman très documenté, Antoine nous parle d’un avenir proche peu reluisant et en marche vers le pire. De ces merveilles qui disparaissent chaque jour de la surface de la terre par la faute de l’être humain. De cette Société de consommation et de surabondance qui pervertit tout. De ces états moralisateurs qui sont les 1ers responsables des dégâts écologiques et sociétaux mais qui refusent que des pays émergents puissent se développer. Ils leur refusent les moyens techniques et technologiques, pire encore, les avancées médicales et les médicaments… Antoine aborde également les guerres (religieuses ou pas) et économiques ainsi que leurs conséquences. Puis cette conquête de l’espace, dont il est évident que les guerres de pouvoir et le libéralisme sont les moteurs des financiers privés, au détriment des avancées scientifiques et technologiques.

Un roman passionnant qui, je l’espère, sera une prise de conscience pour un monde meilleur dont il est un formidable plaidoyer.

9 réflexions sur “Sidéral de Antoine Blocier

  1. Super,un véritable Echo à mes préoccupations concernant le monde comme il va « mal »!Sur qu’on ne va pas laisser ce roman sur l’étal de notre libraire prendre la poussière et qu’on va partager l’événement!Merci mon vieux pote.Georges.

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s