1991, Franck Thilliez

Le livre : 1991 de Franck Thilliez – Paru le 06 mai 2021 aux éditions Fleuve dans la collection Fleuve noir – 22.90 € (504 pages) ;  14 x 21 cm

4e de couverture :

La première enquête de Franck Sharko !

En décembre 1991, quand Franck Sharko, tout juste sorti de l’école des inspecteurs, débarque au 36 quai des Orfèvres, on le conduit aux archives où il est chargé de reprendre l’affaire des Disparues du Sud parisien. L’état des lieux est simple : entre 1986 et 1989, trois femmes ont été enlevées, puis retrouvées dans des champs, violées et frappées de multiples coups de couteau. Depuis, malgré des centaines de convocations, de nuits blanches, de procès-verbaux, le prédateur court toujours.
Sharko consacre tout son temps à ce dossier, jusqu’à ce soir où un homme paniqué frappe à la porte du 36. Il vient d’entrer en possession d’une photo figurant une femme couchée dans un lit, les mains attachées aux montants, la tête enfoncée dans un sac. Une photo derrière laquelle a été notée une adresse, et qui va entraîner le jeune inspecteur dans une enquête qui dépassera tout ce qu’il a pu imaginer…

L’auteur : Franck Thilliez est ingénieur informatique. Il décide de devenir écrivain et sort son premier roman en 2003, « Train d’enfer pour Ange rouge ». Avec ce livre commence une saga de ses personnages phares que sont Lucie Hennebelle, et Franck Sharko. Une vingtaine de roman plus tard, il est un des auteurs le plus lu dans le monde du thriller.

 

Extrait :
Les Fleurs du mal. Des poèmes. Il n’avait jamais rien lu de Baudelaire – depuis quand n’avait-il pas ouvert de livre, d’ailleurs ? Celui-là, tout neuf, sentait encore l’encre d’imprimerie.
Il feuilleta le recueil jusqu’à la page indiquée, la 122. Le poème s’intitulait « Femmes damnées ».
À la pâle clarté des lampes languissantes,
Sur de profonds coussins tout imprégnés d’odeur
Il compta, son regard tomba sur le quatorzième vers.
Delphine la couvait avec des yeux ardents,

L’arrêt sur image de Marc :

1991 de Franck Thilliez

 

Nous sommes en 1991 (Tiens un nombre palindrome, un hasard vous pensez ?), Sharko sort de l’école de police et intègre une brigade au 36. Il a tout à apprendre, notamment les codes tacites qui régissent le fonctionnement entre flics d’une même équipe, ou avec ceux des autres groupes. Il n’aura pas à attendre longtemps pour se prendre de plein fouet la réalité du terrain, si différente de la théorie des salles de cours.

Comme si ce n’était déjà pas assez compliqué, le tueur que va devoir traquer Sharko, pour sa première enquête, semble particulièrement doué pour déjouer la logique ou le bon sens. Un maitre de l’illusion qui semble insaisissable, avec plusieurs coups d’avances pour laisser la police sur des impasses.

Et si ce tueur malicieux avait aussi une emprise sur le lecteur, au point de l’interpeler, de s’immiscer dans son esprit ? Faites attention à vous en ouvrant les pages de ce livre, restez sur vos gardes, car une fois que l’illusionniste est en vous, votre esprit ne vous appartient plus…

J’ai beaucoup apprécié ce retour en arrière sur la frise du temps, avec parfois l’impression d’inhaler une bouffée d’air comme il n’en existe plus aujourd’hui. L’odeur de ce qui pour moi était la période heureuse de mon adolescence.

1991 nous rappelle qu’il n’y a pas si longtemps communiquer n’était possible qu’avec le téléphone fixe, ou par fax. La police scientifique n’avait pas les moyens actuels pour confondre un coupable. Les distances couvertes en deux heures de TGV aujourd’hui, demandaient 6 ou 7 heures d’autoroute avec des voitures sans GPS. Une simple vérification qui ne demande guère plus d’une petite heure aujourd’hui grâce à l’informatique pouvait demander plusieurs jours de travail.

Une nouvelle fois la magie Thilliez a opéré sur moi, un excellent cru, qui hisse ce roman parmi les plus abouti de l’auteur.

15 réflexions sur “1991, Franck Thilliez

  1. En 1991, pas de réseaux sociaux, le temps n’avait pas la même rapidité qu’aujourd’hui. Je suis curieuse de voir comment Thilliez mène son récit et donc l’enquête avec cette dimension étendue du temps. Comme une illusion.

    Aimé par 2 personnes

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s