Vol AF 747 pour Tokyo, Nils Barrellon.

Hello les polardeux et autres amies lectrices de Collectif Polar

Une nouvelle fois aujourd’hui, notre porte flingue va venir vous parler de deux romans policiers sortis en ce début d’année et qu’elle a beaucoup aimé.

Aujourd’hui elle vous présente deux polars français.


Le livre : Vol AF 747 pour Tokyo de Nils Barrellon. Paru le 20 février 2021 chez Jigal dans la collection Jigal Polar. 18€50. (239 p.) ; illustrations en noir et blanc ; 20 x 13 cm

4e de couverture :

Polar

Ce n’est pas de gaîté de coeur que Pierre Choulot est dans cet avion en direction de Tokyo : le billet lui a été offert par ses collègues à l’occasion de son départ à la retraite.

Lui qui adorait son boulot de commandant à la brigade financière de la PJ parisienne, n’a accepté ce voyage que pour faire plaisir à son épouse, d’origine japonaise.

Mais en plein vol, quand on retrouve le cadavre du pilote, seul, dans le cockpit verrouillé, le commandant Choulot va vite reprendre du service.

Très rapidement, il découvre qu’aucune autre issue ne permet d’accéder au poste de pilotage ! Suicide ou assassinat ? L’enquête commence et chacun des cinq cents passagers, chacun des vingt membres d’équipage devient un suspect potentiel.

Comment élucider ce qui ressemble – dixit son épouse, grande amatrice de romans policiers – à un meurtre en chambre close ?

Peut-être en prenant la raison et l’avion par le bon bout…

L’auteur : Nils Barrellon est né à Bron en 1975 . Il est professeur agrégé de sciences physiques au lycée Montaigne à Paris. Il est marié et père de trois enfants.
Il obtient le Capes de Sciences Physiques à 21 ans. Puis c’est l’exil en région parisienne pour ses premiers postes d’enseignant. Il enchaîne avec le conservatoire d’art dramatique puis se met à écrire, tout d’abord des comédies avant de se lancer dans la littérature, la noire !
Il signe avec « Le Jeu de l’Assassin » (2014) son premier roman qui a été finaliste du Prix Quai des Orfèvres 2013  et du Prix Polar Lens 2015.
En mars 2015 sort le deuxième épisode des enquêtes du Commissaire Kuhn intitulé « La fille qui en savait trop ». Deux romans en 2016 ! « La position des tireurs couchés » chez Fleur Sauvage et « La lettre et le peigne » aux éditions Jigal. Dans ces deux one shot, on y croise le commissaire Kuhn.
Mai 2017, roman policier jeunesse chez Thierry Magnier, « I invade you », écrit à quatre mains, sur l’univers du street artist Space Invader. En septembre 2019, il publie un nouveau polar avec « Le neutrino de Majorana », un thriller scientifique qui se déroule au CERN et convoque la modèle standard des particules.
En 2020, « Who’s Banksy ? » (roman jeunesse) s’invite dans le monde du plus célèbre street-artist britannique. En 2021, « Vol AF747 pour Tokyo » remet au goût du jour le meurtre en chambre close… Au lecteur d’être plus rapide que le détective pour trouver le coupable !
Il est également l’auteur de nouvelles et de pièces de théâtre dont l’une a gagné le Prix de la Comédie au Festival de Dax en 2004.

 

Extraits : 

« –  Qui est dedans ? demandait une hôtesse, grande, lunettes aux montures noires assez épaisses, foulards mauves, à l’une de ses collègues.
 –  Capitaine et copilote.
 –  Pourquoi ils n’ouvrent pas ?
 –  Je n’en sais rien »
 » Il ne se passa rien pendant une dizaine de seconde puis un clic se fit entendre.
Lestrade posa sa main sur la poignée d’accès au cockpit et tira.
La porte s’ouvrit. »
« Pierre nota la désinvolture dans le vocabulaire du docteur. La mort n’était plus un tabou, il la côtoyait quotidiennement et ne prenait plus de pincettes pour en parler. Un mort était un mort, c’est-à-dire un tas de cellules destiné à nourrir vers et larves de mouches. « Tu es poussière et tu redeviendras poussière… Ainsi parlait Dyson, l’inventeur danois des aspirateurs sans sac ! » disait souvent le commissaire Larsan en agitant les bras comme s’il avait été sur uns scène de théâtre. »
 » Ton livre ? Toujours bien ? dérangea-t-il sa femme.
– Terrible, tu veux dire, osa Elizabeth.
– Ils ont trouvé l’assassin, il était caché dans l’armoire ? plaisanta Pierre..
– Que tu es bête…
– C’est n’importe quoi ton truc, faut dire.
– Mais pas du tout ! Le meurtre en chambre close est un classique de la littérature policière. De nombreux auteurs s’y sont essayés, Christie, Conan Doyle…
– Des Anglais. Il n’y a qu’eux pour inventer des trucs pareils, persifla Choulot.
– Oui… Et non… Si le premier meurtre en chambre close est « Double assassinat dans la rue Morgue » d’Edgar Allan Poe, américain pour ta gouverne, dont l’intrigue se passe à Paris, le plus connu est peut-être bien « Le Mystère de la chambre jaune », de Gaston Leroux. Qui est, inutile de te le rappeler, français… »

Le post-it de Ge

Vol AF 747 pour Tokyo, Nils Barrellon.

Ah Nils tu me surprendras toujours ! Il faut dire que tu as plus d’une corde à ton arc. Et ici une nouvelle fois tu en apportes la preuve.
Dans l’avion en direction de Tokyo, Pierre Choulot, commandant de police à la retraite, reprend du service lorsque le corps du pilote est retrouvé sans vie dans le cockpit verrouillé. Le coupable se trouve vraisemblablement parmi les passagers ou les membres d’équipage
Nils tu n’as peur de rien, t’attaquer à un mystère en lieu clos comme à la grande époque des énigmes policière en chambre close. Quand des auteurs comme Agatha Christie, Edgar Allan Poe, Sir Arthur Conan Doyle, John Dickson Carr ou Gaston Leroux pour ne citer qu’eux aimaient confronter leurs lecteurs à des problèmes quasi insolubles où la déduction et la logique plus que l’action étaient à l’honneur.
Des énigmes de meurtres en chambre close auxquels ont été confrontés, Dupin, Rouletabille, Sherlock Holmes, Ellery Queen et le Père Brown, Hercule Poirot et maintenant Pierre Choulot pour ne citer que ces héros. Héros que tout grand lecteur de roman policier comme toi et moi avons eu le plaisir de suivre et lire les exploits dans nos jeunes années.
Ces énigmes ont toutes pour caractère commun de nous proposer un problème dont on sait d’avance qu’il n’a pas de solution réelle. Aussi, l’auteur s’impose à lui-même une sorte d’exploit littéraire : raconter ce qui ne peut arriver. Et j’avoue là tu m’as bluffée. Tu t’en tires avec brio. Et je vais te dire franchement, je suis super contente que tu ais eu cette belle idée de rendre hommage avec ce titre aux grands précurseurs de notre genre de littérature de prédilection. Et je recommande vivement la lecture de ton Vol AF 747 pour Tokyo. J’ai vraiment passé un super moment avec ton ex commandant Choulot et avec sa femme.
Ah, j’allais oublier, ton humour légendaire. Et bien une nouvelle fois, ici, il fait mouche forcément !

11 réflexions sur “Vol AF 747 pour Tokyo, Nils Barrellon.

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s