1991 de Franck Thilliez

Journée spéciale sur Collectif Polar

Attention, une fois n’est pas coutume, nous allons vous parler d’un livre un peu avant sa sortie.

Alors… Attention le dernier Thilliez sort dans trois jours. Soyez déjà prêt à foncer chez votre libraire…

Le livre : 1991 de Franck Thilliez –  A paraître le 06 mai 2021 chez Fleuve éditions – collection Fleuve Noir –  22.90 € (504 pages) ;  14 x 21 cm

 4ème de couverture :

En décembre 1991, quand Franck Sharko, tout juste sorti de l’école des inspecteurs, débarque au 36 quai des Orfèvres, on le conduit aux archives, où il est chargé de reprendre l’affaire des Disparues du Sud parisien. L’état des lieux est simple : entre 1986 et 1989, trois femmes ont été enlevées, puis retrouvées dans des champs, violées et frappées de multiples coups de couteau. Depuis, malgré des centaines de convocations, de nuits blanches, de procès-verbaux, le prédateur court toujours.

Sharko consacre tout son temps à ce dossier, jusqu’à ce soir où un homme paniqué frappe à la porte du 36. Il vient d’entrer en possession d’une photo figurant une femme couchée dans un lit, les mains attachées aux montants, la tête enfoncée dans un sac. Une photo derrière laquelle a été notée une adresse, et qui va entraîner le jeune inspecteur dans une enquête qui dépassera tout ce qu’il a pu imaginer…

L’auteur : Franck Thilliez est l’auteur d’une vingtaine de romans, dont PandemiaSharkoLe Manuscrit inachevéLuca et Il était deux fois. Comptant parmi les cinq auteurs les plus lus en France, il s’affirme comme la référence du thriller français et continue d’alterner one shots et enquêtes menées par son couple phare, Lucie Henebelle/Franck Sharko. Son roman La Chambre des morts (prix SNCF du polar français) a été adapté au cinéma, et Syndrôme E en bande dessinée. Franck Thilliez est aussi scénariste. Il a créé, avec Niko Tackian, la série Alex Hugo. Ses livres sont traduits dans le monde entier.
Extraits :
« On avait montré à Sharko les photos des corps dès son arrivée, et ses équipiers avaient été là, autour de lui, pour voir sa tête et lui annoncer que toute cette crasse allait devenir son quotidien, un poids qu’il porterait partout avec lui, jusqu’au fond des toilettes quand il finirait par cuver un mauvais alcool. C’était le destin de la grande lignée des inspecteurs de la Crim et, s’il devait partir, qu’il le fasse maintenant. Il était resté. » 
« Il mit trente minutes pour rejoindre le long bâtiment du quai des Orfèvres en voiture. Quelle fierté il avait éprouvée quand, un mois plus tôt, on lui avait remis son arme de service, une paire de menottes, un plan de Paris et sa carte d’inspecteur, barrée de son ruban tricolore ! Lui, un petit gars échappé d’une ville du bassin minier et issu de générations de mineurs, marchait dans les pas des grands flics… » 
« — On en a parlé à l’école des inspecteurs. L’ADN, c’est ça ? 
— Exactement. Sa découverte ne date pas d’hier, mais on commence à peine à l’utiliser dans les enquêtes. Un truc qu’on ne peut pas voir, mais qu’on trouve dans tout ce qui est vivant. Millet se jette sur tous les échantillons qu’on lui fournit et les stocke on ne sait pas trop où pour se constituer une collection personnelle. Il pense que, dans une dizaine d’années, on pourra mettre tout ce qu’il a collecté dans un fichier et comparer des ADN comme on le fait déjà pour des empreintes digitales. 
— De la science-fiction. »

  

La chronique jubilatoire de Dany

1991 de Franck Thilliez

1991, c’est quand un copain de longue date vous raconte ses débuts de carrière, ses amitiés, ses amours de jeunesse, sa passion pour les trains électriques. Vous le saviez d’un naturel taiseux, il vous livre quelques clefs et vous allez mieux le comprendre. C’est tout ça 1991, les trente ans de Sharko, bourré de valeurs, de convictions et déjà confronté au risque de s’y perdre.

Tous les lecteurs de Franck Thilliez ont une représentation du flic fétiche de l’auteur et là, celui-ci nous convie à l’accompagner lors d’une plongée dans la police d’avant, récente certes mais d’avant l’ADN, d’avant le téléphone portable et la triangulation, d’avant les balises … d’avant quoi ! Avec en plus quelques références subliminales aux scandales de l’époque ou du moins ce qui avec le temps s’apparente à une grande injustice (l’affaire de Buay-en-Artois où la notoriété a éclipsé la perversité, tout comme Matzneff dont les errements sont heureusement dénoncés maintenant), l’intrigue est bien ancrée dans son époque.

Lors de son arrivée au 36, Sharko va devoir se faire accepter de ses nouveaux collègues. Il est le dernier arrivé, le numéro 6, il doit subir le bizutage par autopsie, les planques, la résolution ardue du cold-case qui fait tache à l’image du groupe, l’astreinte et la visite d’archives au pied du Mont-Blanc un 31 décembre … Il va souffrir aussi dans sa chair, proie d’un pervers dont le groupe Crim’ aura beaucoup de mal à percer le secret, inattendu et improbable qu’il est. Nous connaissons l’appétit de l’auteur à utiliser avec une grande précision les anomalies génétiques, physiques et psychiques. Le lecteur ne sera pas déçu car les personnages forment un beau ramassis de tordus et d’anormaux qui utilisent leur « don » au profit du mal. Ils sont aidés par les agissements malsains de psychopathes. Et que fait la police ? Elle galère … elle galère pendant 504 pages d’angoisses, de frissons, de fausses pistes, de dégoût, de soulagement final avec l’ultime allumette.

Oui nous avons donc fait connaissance avec le jeune Sharko : qu’est-ce qu’il est attachant ce mec ! Un bon cru que 2021 pour le Boss … beaucoup d’émotion et de pudeur. Excellent moment de lecture !

Lu en version numérique 17.99 €

Je remercie Fleuve éditions et 12/21 pour leur confiance.

Autres extraits
« Y a plus rien qui va. Le Front National, là, tout ça, c’est pas bon pour les jeunes. Je les entends cracher à longueur de journée sur les immigrés. Nos voisins, c’est des Arabes, t’as qu’à regarder comment les nouveaux venus les lorgnent aujourd’hui. Ils ont l’œil noir. Toi, t’es plus là, mais moi, je le vois bien. Vingt dieux, c’est quand même eux, les Italiens, les Polacks, les Algériens, qui sont descendus avec nous au fond de la fosse et qui y ont laissé leur peau. On les collait aux pires endroits, ils ressortaient de là cassés. Et à c’t’heure que le sale boulot est fait, on veut les renvoyer chez eux ? Pfff… »
« Les Haïtiens sont quelques dizaines de milliers en France, dont un bon paquet répartis dans la banlieue et Paris, notamment à la Goutte-d’Or. Le vaudou est bel et bien pratiqué sur notre sol, avec ses codes, sa hiérarchie, mais vous vous en doutez, c’est difficile de savoir précisément de quoi il retourne : c’est une religion initiatique basée sur le secret… En tout cas, il existe de vrais temples destinés aux cérémonies, pour beaucoup planqués dans des caves de maison, à l’abri des voisins, parce que les bestiaux, ça gueule, quand tu les égorges. Pour leurs rituels, ces gens se fournissent surtout dans des boutiques de Belleville ou font importer leurs produits de l’étranger… Des croyants paient cher pour assister à ces offices ou solliciter les services des prêtres pour des ensorcellements, ce genre de conneries. »
« Elle avait le souvenir d’une des diffusions de l’émission de Bernard Pivot, « Apostrophes », il y avait un an peut-être, dans laquelle il avait reçu cet écrivain, Maznef, ou un nom dans ce goût-là. Celui-ci avait prôné en toute impunité la pédophilie dans un programme littéraire, devant des millions de téléspectateurs. Tout cela existait, en pleine lumière qui plus est, elle le savait. Et en huit ans à la Crim, forcément, elle en avait vu… Quelque part, elle était heureuse de ne pas être mère. « 

 

9 réflexions sur “1991 de Franck Thilliez

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s