Bienvenue à Meurtreville d’André Marois

Bienvenue à Meurtreville d’André Marois, paru le 22 avril 2021 aux éditions Le mot et le reste ; prix 15€ ;  (176 pages ); 15cm x 21cm.

4ème de couverture

Mandeville, Lanaudière, Québec.
Il ne se passe pas grand-chose dans le village ces temps-ci. Les lacs et les forêts n’attirent plus les vacanciers autant qu’avant et la bourgade manque cruellement d’animation, si bien que les commerces locaux commencent à en souffrir. Tout change le jour où l’on découvre le cadavre d’un voleur de cannabis, la gorge tranchée au sécateur. Il n’en faut pas plus pour que Mandeville devienne le centre de l’attention des médias et des touristes en manque de sensations fortes. En revanche, il en faudrait plus, plus de cadavres, plus de sang, voire une série de meurtres pour entretenir la curiosité morbide des badauds et placer enfin le village sur la carte. C’est en tout cas l’idée qui germe dans l’esprit redoutablement pragmatique d’un habitant du coin.

 

L’auteur : André Marois est un écrivain français né à Créteil le 21 mars 1959. Après des études en Arts plastiques, le cinéma et la publicité, il travaille comme concepteur-rédacteur publicitaire.
Il vit avec sa famille au Québec depuis 1992. A partir de 1999, il publie de nombreux polars, science-fiction, albums jeunesse et des nouvelles. Avec Patrick Doyon, il remporte le prix du Gouverneur général pour leur livre jeunesse illustré Le voleur de sandwichs. Il a écrit dernièrement Mystère à l’école (recueil de nouvelles en 2018) Irrécupérable (roman en 2021) et Trois minutes de plus (album jeunesse en 2021). Il a également obtenu beaucoup de prix, notamment le Prix des libraires du Québec dans la catégorie jeunesse Québec 6-11 ans pour L’alerte au feu.

 

Extrait

« Soudain, le ton monte dans la salle. On crie, on s’exclame, on demande le silence. Tous les regards se tournent vers l’écran de télévision, où Monier vient d’apparaître, la mairie en arrière-plan. Bouchard augmente le volume. C’est la chaîne d’information en continu TVA Nouvelles qui diffuse en direct un reportage sur les événements de Mandeville. Le maire sourit, mal préparé, il tente de calmer le jeu, mais le journaliste en met, parle de meurtres sauvages et sanglants. Le public s’agite en entendant cela. La scène est un brin étrange : les gens paraissent presque fiers de la situation. Le niveau sonore grimpe encore d’un cran. »

Les missives de Fanny H

Bienvenue à Meurtreville d’André Marois

Bienvenue à Meurtreville : tout un programme électoral ! Et qui tient largement ses promesses…
A la tête de la municipalité, vous retrouvez Mr Monier le maire, puis dans les conseillers municipaux principaux, Mr Chevalet, Mr Bouchard et Mme Pesant secrétaire.

A Saint-Charles de Mandeville, la vie s’écoule paisiblement, trop sans doute, du moins pour certains.
La plupart des citoyens sont chasseurs ou pêcheurs, il n’y a jamais foule dans les rues, tout au plus quelques voitures dans la rue principale. Un endroit calme où quelques touristes viennent parfois voir l’orignal, le plus grand des cervidés actuels.

Tout débute avec l’affaire de Mr Réjean. Ce dernier possède le garage du village et connait actuellement de grandes difficultés financières. Il sollicite donc une aide auprès de la mairie. C’est vrai que s’il y avait plus de monde qui passait ou s’arrêtait à Mandeville, les affaires fonctionneraient mieux et cela arrangerait bien aussi les autres petits commerçants.

Et puis un crime a lieu. Ce qui s’ensuit amuse beaucoup le ou les assassins. Un ado a même l’idée de créer une application afin de tracer un parcours bien particulier. Et ensuite, c’est l’escalade. Et lorsqu’une idée s’insinue dans la tête du ou des tueurs et que le résultat est à la hauteur de leurs espérances, que se passera-t-il ensuite ?

C’est la première fois que je lis cet auteur. J’ai trouvé son style d’écriture simple, précis et très efficace. On s’imagine parfaitement les personnages, le lieu, l’ambiance qui règne à Mandeville, où devrais-je dire Meurtreville… L’histoire s’installe tranquillement et part en vrille petit à petit au fil des drames de ce petit village. Dans un environnement somme toute classique avec des personnes en apparence normale, tout est possible ! Je pense qu’André Marois a pris beaucoup de plaisir à imaginer et écrire ce roman. 
J’ai aimé également retrouvé un vocabulaire différent comme « complétement sauté » qui signifie complétement fou. 

Mais au fait, j’y pense, j’habite un village et il ne se passe pas grand-chose mais perso c’est parfait comme ça  et que rien ne change !

(Merci à Margot des éditions Le mot et le reste)

15 réflexions sur “Bienvenue à Meurtreville d’André Marois

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s