Formosana, Histoire de démocratie à Taïwan (recueil collectif)

Le livre : Formosana, Histoire de démocratie à Taïwan (recueil collectif). Paru le 3 février 2021 aux Éditions L’Asiathèque. 19,50 € ; (288 pages) ; 14 x 18 cm. Traduit du chinois (Taïwan)  Stéphane Corcuff, Gwennaël Gaffric, Coraline Jortay, Matthieu Kolatte, Damien Ligot, Lucie Modde, et Emmanuel Péchenart .

4ème de couverture :

A l’heure d’une crise mondialisée où la voix singulière de Taiwan commence à se faire entendre, le recueil de nouvelles Taiwan, Démocratie ! permet aux lecteurs francophones de comprendre les trajectoires historiques et sociales de cette île dont la situation détonne dans le concert des états-nations du monde. La littérature apparaît ainsi comme un média privilégié pour voir ce que l’expérience taïwanaise a à offrir au monde. A l’heure où la prise de parole est souvent réduite à son strict minimum (une phrase, un tweet, un post), la parole littéraire, en donnant à voir la complexité d’une société et du monde, est plus que jamais essentielle. Dans cette anthologie, dirigée par Gwennaël Gaffric, sont proposés dix textes d’auteurs différents et représentatifs de la scène littéraire taïwanaise actuelle, tous écrits après 1987 et qui abordent une multitude de facettes de l’histoire et de la société taïwanaise : son histoire politique (la colonisation japonaise, les événements du 28 février 47, la terreur blanche, le mouvement des  » hors-parti « , la levée de la loi martiale, le processus de démocratisation du pays…) et son histoire sociale (mouvements aborigènes, ouvriers, féministes, LGBT, étudiants, écologistes…).

L’auteur :Neuf nouvelles pour neuf auteurs :Chen Yu-hsuan, Chou Fen-ling, Huang Chong-Kai, Lai Hsiang-yin, lay Chih-ying, Walis Nokan, Wu Ming-yi, Wube, Yang Chao.

 

 

 

 

 

 

Extrait : Les Titi de Chen Yu-hsuan
« Sous la lumière blafarde et tremblante des néons suspendus au plafond, les machines à coudre posées sur les tables piaillent sans arrêt, on dirait des bestioles ouvrant grand la bouche pour croquer un doigt, les doigts à chaque coup se replient agilement, reviennent à la charge, esquivent encore, reviennent de nouveau. Les bêtes hochent la tête comme on pile l’ail.
Dans l’usine de vêtements, on élève un grand nombre de ces bêtes avec lesquelles se bat Titi l’ouvrière.
Bien sûr la Titi n’est pas une seule personne. Seulement, chaque fois que le contremaître demande : « Qui reste demain pour faire des heures supplémentaires ? », la Titi à serre-tête lève timidement la main : « Titi OK. »  Alors il semble qu’une foule de Titi travaillent dans cette usine de vêtements. Le contremaitre est trop heureux de ne pas avoir à retenir tous les prénoms ; même quand il verse les salaires, il se contente d’appeler les numéros de chacune des machines à coudre, qui sont au nombre de neuf cent trente-cinq : machine n°I, machine n°504n machine n°935, il crie les numéros les uns après les autres et ensuite les Titi entrent à la queue leu leu dans son bureau, par l’entrée de droite de l’usine, pour recevoir leur salaire du mois. L’enveloppe de papier Kraft est lourde de merveilleux espoirs. Mais à l’heure où il faut bien l’ouvrir, le montant est à pleurer de désolation. »

Les émotions de lecture de Cécile

Pour le nouvel an lunaire, je me suis offert un voyage pour Taïwan avec Formosana, histoires de démocratie à Taïwan.

Un recueil qui retrace l’histoire de cette île qui aujourd’hui, tel notre célèbre village gaulois, résiste à son impitoyable et liberticide voisin. Neuf auteurs pour neuf nouvelles retraçant l’histoire politique et sociale de Taïwan : la colonisation japonaise, les évènements du 28 février 1947, la terreur blanche, le processus de démocratisation, les mouvements aborigènes, féministes, LGBT, étudiants…

Le concept de la petite histoire dans la grande pour nous faire comprendre, faire vivre les implications, les peurs, les détresses, ou même la légèreté des événements qu’a ou pourrait traverser Taïwan ! On y croise autant de destin brisé par la dictature, l’emminence d’un conflit avec la Chine, le productivisme. La préface en début du recueil explique le contexte. La chronologie des évènements historique également aide à comprendre où se situent les personnages du professeur qui disparait, à l’ouvrière anonyme, aux chasseurs de papillons, à l’amoureux d’un cabai en pleine tempête d’une guerre fictive avec le voisin chinois. La conclusion éclairée resitue quant à elle les nouvelles et les auteurs.

 J’ai été embarquée. De la stupidité de la vénération d’une statue à l’envol de millions de papillons en passant par le bruit des machines à coudre et l’amour d’un père, je ne peux que fortement recommander d’attacher sa ceinture pour un décollage immédiat pour Taïwan avec ses talentueuses plumes !

3 réflexions sur “Formosana, Histoire de démocratie à Taïwan (recueil collectif)

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s