A pas de loup, Isabelle Villain

Le livre : A pas de loup d’Isabelle Villain – Paru le 14/01/2021 chez Taurnada – collection Le tourbillon des mots – 9.49 € (241 pages) ;  11 x 18cm

4ème de couverture :

Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s’installer à La Barberie, un éco-hameau niché en plein cœur des Alpes-de-Haute-Provence, c’est bien pour fuir un quotidien devenu trop pesant. Pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons.
Mais l’équilibre de cette nouvelle vie va un jour se fissurer. Un grain de sable va s’infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.
Et ce très beau rêve va se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.
Votre pire cauchemar…

 

L’auteur : Née en 1966, Isabelle Massare Villain est auteure de romans policiers.
Après une école de commerce et un troisième cycle de publicité, elle a travaillé pendant une quinzaine d’années dans la publicité, la presse, l’événementiel et l’organisation de salons professionnels.
En 2000, elle se lance dans l’écriture de romans policiers. Des romans « régionalistes » à diffusion locale dans un premier temps, puis en diffusion nationale.
Son quatrième roman Peine Capitale« (2014), publié aux Éditions Auteurs d’Aujourd’hui, a reçu le prix Maurice Bouvier 2015, prix destiné chaque année à récompenser un auteur de polar.
Ames battues (2016), le second volet des enquêtes du commandant de Lost, découvert dans Peine capitale a reçu le prix polar du festival Jeter l’Encre.
Mauvais genre est le troisième volet des enquêtes du groupe de Lost. Il est publié aux éditions Taurnada en novembre 2018.
Extrait :
Un simple panneau de bois gravé annonce la présence du lieu-dit, situé au bout d’un chemin, niché au milieu d’un cirque de montagnes, entre alpages et forêts de pins.
 Bienvenue au hameau de La Barberie
 Un véritable havre de paix. Un petit coin de paradis. Quelques vieilles maisons en pierres sèches. Une grange. Une fontaine. Un lavoir et un séchoir à foin. Le vert tendre des prairies alterne avec celui plus sombre des pins et des argousiers. Au printemps, les genêts apportent une touche de couleur jaune soleil. Un parfum de miel. Envoûtant. Des villages comme celui-ci, le département des Alpes-de-Haute-Provence en compte plusieurs dizaines, mais La Barberie a une particularité. C’est un écohameau. Un endroit où les habitants tentent de vivre en harmonie avec les saisons. Avec la nature. En autonomie presque totale. Un troupeau de brebis, quelques poules, des chiens, un potager diversifié et des ruches. Un paradis créé à la fin des années 90…

Le post-it de Ge

A pas de loup, Isabelle Villain

Un de mes premiers coups de coeur de 2021.

Pardon de vous le livrez seulement maintenant

Quand Rosalie, Philippe et leur fils Martin s’installent à La Barberie, un éco-hameau au cœur des Alpes-de-Haute-Provence, le rêve tourne rapidement au cauchemar.
Avec ce roman Isabelle Villain m’a totalement surprise en changeant de registre, passant du roman policier procédural au thriller psychologique. Mais ce qui ne change pas chez Isabelle c’est sa plume toujours aussi fluide. C’est aussi cette façon qu’elle a de personnaliser ses héros. D’entrer dans leur tête. Car ce qui fait la particularité de ce polar c’est sa forme mais aussi la merveilleuse façon que l’auteur a de camper ses personnages.
Et l’on comprend comment ces idéalistes, ses simples quidams qui aspirent simplement à vivre plus librement, plus sainement, peu à peu dérivent vers un futur qui au lieu d’être enchanteur et enchanté devient sectaire, étriqué et en total replis sur lui-même.
Oui vraiment si la tendance du « retour au source « semble être une porte de salut pour notre survie c’est sans compter sur les travers de notre humanité. Ne dit-on pas que l’homme est un loup pour l’homme. Et ici… Le loup est le personnage emblématique de cette intrigue.
Alors merci Isabelle pour ce roman fort, empreint d’espoir mais aussi de réalisme.

 

Autres extraits :
« À La Barberie, les repas se prennent en communauté, dans une grande salle à manger construite dans la grange. Chaque famille doit gérer un menu par semaine en respectant un planning et un horaire stricts. Et malheureusement, tout le monde sait bien que Nadia n’est pas la meilleure cuisinière du groupe.
« Tu es trop gentille, Fabienne. Ce n’était vraiment pas terrible. Je me demande quand Nadia va comprendre qu’il est préférable de suivre une recette plutôt que d’improviser et de nous servir une bouillie infâme. »
La bouche de Fabienne s’arrondit dans un « oh » indigné.
« Tu exagères un peu quand même. Nadia se donne beaucoup de mal, et je trouve qu’elle fait beaucoup de progrès.
– Arrête d’être hypocrite. C’était franchement dégueulasse. » »
« Elle fronce les sourcils. Mais au loin, ce n’est malheureusement pas la silhouette de son fils qui se dégage, mais celle d’Arthur, le mari de Fabienne. Son voisin.
Rosalie court dans sa direction. Ce dernier remarque instantanément son extrême pâleur. Sans parvenir à reprendre son souffle, elle lui fait comprendre que son fils a disparu. Qu’il faut aller sonner la cloche ! La cloche de La Barberie accrochée au mur du lavoir : un signal d’alarme fort, utilisé à de très rares occasions comme lors d’un décès, d’une intrusion ou bien de l’arrivée d’un prédateur. »

10 réflexions sur “A pas de loup, Isabelle Villain

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s