L’empereur blanc d’Armelle Carbonel

Le livre : L’empereur blanc d’Armelle Carbonel. Paru le 17 mars 2021chez Mazarine collection Thriller. 19€. (406 p.) ; 22 x 14 cm

4e de couv : 

L’empereur blanc

Cinq auteurs de romans noirs se retrouvent à Crescent House, une maison isolée, érigée au creux d’une vallée perdue de l’Arkansas pour un week-end de création dans une ambiance propice à l’imagination la plus lugubre De fait, la rumeur locale prétend qu’en 1965, un écrivain, nommé Bill Ellison, y aurait été assassiné par des membres du Ku Klux Klan D’autres disent qu’ii aurait lui-même tué son épouse avant de se donner la mort

Alors que le week-end passe, les nouveaux habitants de Crescent House disparaissent l’un après l’autre Une famille entière, bien sous tous rapports, est massacrée dans la ville voisine. Quel est le lien entre passé et présent, entre locataires d’hier et d’aujourd’hui – entre légende et réalité ?

L’auteur : Née en 1975, Armelle Carbonel travaille pour le Ministère des Armées Surnommée la «nécromancière », elle voue une affection particulière aux huis-clos. Cette grande fan de Stephen King dissèque les pulsions criminelles d’une plume glaçante et brosse leportrait du voyeur qui sommeille en chacun de nous Elle a écrit plusieurs romans dont Criminal Loft, Majestic Murder et Sinestra
Extraits : 
« La folie capturait bien souvent l’imprudent qui s’en approchait. Personne n’était à l’abri de son abord sournois. Autant l’admettre. »
« L’obscurité s’asphyxie derrière les volets clos. Les huis grippés de rouille emprisonnent la lumière, leurs lames grossières matérialisent les ombres sur les cloisons tapissées de moisissures. Le parquet craque, les portes gémissent dans le brouillard de mes angoisses, les particules d’air s’étouffent dans un nuage de poussière nourri par les saisons et glissent le long des fenêtres condamnées. »
« Comme lui, je fais partie des êtres inférieurs, ceux de nature sombre et vicieuse. C’est ce qu’ils prétendent. Je suis l’ennemi de la suprématie blanche incarnée par des hordes de fous encapuchonnés »
 » Je couche mes derniers mots sur le papier. Coucher des maux sur du papier, c’est mon métier. Ma vocation. Ma folie. La leur aussi. Celle qui unit les hommes en dépit des différences, partager des frissons au fond d’un lit, un train bondé, une cave immonde.
Ils ont le choix du lieu, j’ai le choix des mots.
Ici s’arrête ma liberté. »
« Il n’existe pas plus belle souffrance que celle d’un bonheur caressé avant qu’il ne vous soit ôté. »

 

Chronique de Flingueuse, l’Avis d’Isa

Chronique : L’empereur blanc d’Armelle Carbonel

 

Il y a assez peu d’auteurs dont j’attends la sortie d’un nouveau roman avec impatience et Armelle Carbonel en fait partie. J’ai découvert Armelle avec « Criminal loft » pour lequel j’avais eu un énorme coup de cœur. Puis vint « Sinestra » que j’avais adoré. Petit bémol pour « Majestic murder » mais rien de bien grave. 48 heures après avoir atterri dans ma liseuse, je vous livre ma conclusion sur cet Empereur blanc : un immense coup de cœur. Le premier de 2021.

😊 : 1. Une magnifique couverture intrigante à souhait

  1. Un titre énigmatique

  2. Une histoire incroyable : lorsque vous lisez le pitch « 5 auteurs de romans noirs se retrouvent dans une vieille maison hantée par un lourd passé », vous vous dites « OK, c’est du déjà vu », mais je savais bien qu’Armelle allait nous concocter une aventure de dingue. J’ai été servie !

  3. Des personnages attachants et tous parfaitement identifiables

  4. Une merveilleuse écriture, fluide, naturelle, poétique, sensible et dure à la fois. Les descriptions sont parfaitement dosées. Aucune fioriture. Tout est à sa place. Vous êtes transportés aux Etats Unis dans cette bâtisse au fin fond de l’Arkansas. Vous ressentez la peur, le dégoût, la haine, l’étonnement, la surprise et vous terminez par un Whaou !

  5. L’allusion au conte méconnu d’Andersen « Le rossignol et l’empereur de Chine » que ma maman me lisait petite et qui m’a réchauffé le cœur.

  6. Un roman où la partie historique est très présente et ça j’adore. La période des années 60 aux USA est passionnante et la documentation fouillée.

☹ 1. pourquoi avoir choisi le nom de Dudley pour ton inspecteur ? J’ai pensé à chaque fois au visage grossier et antipathique de l’oncle et du cousin de Harry Potter 😊

  1. rien d’autre…

En bref, précipitez vous sur cet Empereur blanc. Armelle Carbonel a frappé fort pour notre plus grand plaisir.

5 réflexions sur “L’empereur blanc d’Armelle Carbonel

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s