Le cercle de Finsbury de BA Paris

Le livre : Le cercle de Finsbury de BA Paris ; traduit de l’anglais par Vincent Guilluy – Paru le 04 mers 2021 chez Hugo Roman – collection Thriller – 19.95 €. (411 pages) ; 22 x 15 cm

4ème de couverture :

Alice croyait avoir trouvé la maison de ses rêves…

Quand Léo et elle emménagent au Cercle de Finsbury, une résidence haut de gamme en plein Londres, la jeune femme est persuadée de prendre enfin un nouveau départ. Et tant pis si les choses sont allées un peu vite avec Léo et si celui-ci a pris en charge leur emménagement sans véritablement la consulter. La maison est parfaite, la résidence idéale, et les voisins semblent si accueillants !
… Mais ce fut celle de ses pires cauchemars.
Lorsqu’Alice apprend que Nina, qui vivait dans la maison avant qu’ils n’emménagent, y a été sauvagement assassinée, le vague sentiment d’insécurité qu’elle ressentait jusqu’alors se transforme en peur, puis en terreur. Une présence étrange semble hanter les murs et ni Léo, qui semble lui cacher beaucoup de choses, ni les voisins, qui consacrent le plus clair de leur temps à s’épier les uns les autres, ne la rassurent.
Et puis l’on passe bien trop facilement d’une maison à l’autre, à l’intérieur du Cercle, pour pouvoir y dormir en paix.

L’auteur : B. A. Paris a vendu plus de 2 millions d’exemplaires de son premier thriller, Derrière les portes. Traduite dans 37 pays, elle est devenue une star mondiale. En France, après l’immense succès de Derrière les portes en 2016, Défaillances a été retenu dans la sélection du Prix des lectrices de Elle en 2017. Depuis sa sortie en mars 2018 en Angleterre puis aux États-Unis, Dix petites poupées rencontre à son tour un succès phénoménal.

 

 

 

 

 

Extraits :
« Je grimace. « Il arrive à me culpabiliser en me faisant sentir que je suis injuste avec lui.
— C’est lui qui est injuste. Il aurait dû commencer par ne pas te mentir à propos de la maison.
— Oui, je sais. Mais s’il n’avait pas menti, je ne serais pas ici. Je ne t’aurais pas rencontrée, toi, ni aucun de vous. Tu ne trouves pas ça incroyable, la façon dont fonctionne le destin ? »
Elle s’immobilise et me regarde curieusement. « Tu crois que c’est la destinée qui t’a conduite ici ?
— Oui. Je crois vraiment que le sort nous mène là où nous devons être.
— Tu veux dire qu’il y a une intentionnalité ?
— Oui, même si je ne vois pas vraiment ce que ça peut être. »
                                               
« Sauf que ça ne s’est pas passé comme ça. C’est lui qui est parti et moi qui suis restée. Alors il est passé à la vitesse supérieure et s’est mis à rôder dans la maison la nuit, en cherchant à me terroriser pour me pousser à partir. Je me répète qu’il était à Birmingham la plupart du temps, pas à Londres. Mais rien ne prouve qu’il était vraiment là-bas. Il pouvait très bien être ici à l’hôtel, la nuit, et faire des allers-retours à Birmingham tous les jours, comme il le faisait avant. J’essaie de superposer l’image du Leo que je connais à celle de quelqu’un qui rôde la nuit dans la maison où dort son ex pour lui faire peur et la pousser à partir : impossible. Je suis ridicule ! Si Leo avait voulu que je parte plus tôt, il me l’aurait dit. Et après tout, la maison est à lui. »
« Je ne peux pas croire que ça recommence. Juste au moment où je pense qu’elles sont à moi, elles me filent entre les doigts. Je ne comprends pas. J’ai toujours choisi très soigneusement mes victimes, je les ai observées pendant des mois en attendant le bon moment pour m’immiscer dans leur existence. À cause des circonstances dans lesquelles je me suis trouvé, celle-ci allait forcément poser plus de problèmes. Mais je ne peux pas croire que je me suis trompé aussi sur elle. » 

La chronique jubilatoire de Dany

Le cercle de Finsbury de BA Paris

Alice a tout pour être heureuse. Un compagnon intentionné, un métier de traductrice qui lui permet d’organiser ses journées comme elle l’entend. Elle a accepté de s’installer à Londres avec Léo car leur liaison souffrait de leur éloignement en semaine. Elle a gardé ses anciennes amies et va sans aucun doute s’en faire de nouvelles dans cette résidence « sécurisée », où tout le monde de côtoie, s’entraide … du moins lui semble-t-il. Est-elle vraiment la bienvenue ? Cette micro-société aurait-elle des secrets ? Elle n’en doute plus quand elle découvre que Léo lui a caché le meurtre de l’ancienne propriétaire dans la chambre qu’elle partage maintenant avec lui. Un huis clos va s’installer, les non-dits vont surgir et elle arrivera à entretenir sa propre paranoïa à force de secrets qu’elle n’arrive pas à percer et d’une suspicion généralisée. A moins qu’il ne s’agisse d’une conspiration.
Dès lors, toutes les extrapolations sont possibles et Alice va projeter ses craintes tour à tour, sur chaque résident, potentiel meurtrier !

B.A. Paris sait très bien ce qui se passe dans le cerveau de ces femmes seules, en proie à leurs fantasmes. Les hommes ne sont pas mieux traités d’ailleurs. Alice saura-t-elle se faire un ami de Tom ?

Un suspense implacable et dans la tête d’Alice, une foule de scénarios alternatifs coupent court aux possibles alliances avec ces Desperate Housewives version « so british ». J’ai beaucoup aimé me faire embarquer dans ce roman psychologique noir et plein de rebondissements, comme j’avais été séduite par Derrière les portes.

Lu en version numérique 9.99 €

Je remercie les éditions Hugo Roman pour ce roman bien flippant !

2 réflexions sur “Le cercle de Finsbury de BA Paris

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s