Le gibier de Nicolas Lebel

Le livre : Le gibier : une meute ne lâche jamais sa proie de Nicolas Lebel – Paru le 10 mars 2021 au Ed; du Le Masque – collection Masque grand format – broché 21.90 € – audio 23.90 € – (391 p.) ; 21 x 14 cm

4ème de couverture :

Trente ans après la chute de l’apartheid, les Furies, déesses du châtiment, viennent à Paris initier leur danse macabre. Qui sont-elles venues venger ?
La journée du commissaire Paul Starski commence assez mal : son épouse demande le divorce, son chien adoré est mourant et une prise d’otages l’attend dans un appartement parisien. L’âme morose, il se rend sur place avec sa coéquipière, la glaciale et pragmatique Yvonne Chen, et découvre les corps d’un flic à la dérive et d’un homme d’affaires sud-africain. Tous les indices accusent Chloé de Talense, une brillante biologiste. Starski n’ose y croire : Chloé était son grand amour de jeunesse. Afin de prouver son innocence, le commissaire prend l’enquête à bras le corps – et certainement trop à cœur –, tandis que les meurtres se multiplient. Car l’étau se resserre autour de la biologiste qui semble être le gibier d’une chasse à courre sanglante lancée à travers la capitale. Starski prend peu à peu conscience que rien n’arrêtera les tueurs. Pire, qu’à fureter au-delà des évidences, il vient peut-être lui-même d’entrer dans la Danse des Furies…

« Face A : une enquête dans Paris qui multiplie les fausses pistes et les vrais protagonistes. Face B : une histoire pleine de fantômes du passé, qui nous mène à ceux du temps de l’apartheid. Deux faces qui se rejoignent sur un nom. À vous de le trouver. Superbement maîtrisé. »  Hubert Artus, Le Parisien Week-End.

L’auteur :  Nicolas Lebel est linguiste, traducteur et enseignant.
Il est également auteur de romans policiers.
Nicolas Lebel a fait des études de Lettres et d’anglais puis il s’est orienté vers la traduction. Il est parti en Irlande quelque temps avant de devenir professeur d’anglais. Il enseigne aujourd’hui dans un lycée parisien.
Passionné de littérature et de linguistique, il publie en 2006 une première fiction, une épopée lyrique en alexandrins: Les Frères du serment.
En 2013, il publie aux Éditions Marabout L’Heure des fous, en 2014, Le Jour des morts, en 2015, Sans pitié, ni remords puis, en 2017, De cauchemar et de feu, Dans la brume écarlate » en 2019, cinq romans policiers caustiques où histoire, littérature et actualités se mêlent, des romans noirs qui interrogent et dépeignent la société française contemporaine avec humour et cynisme, dont le ton est souvent engagé, et le propos toujours humaniste. Ces cinq romans mettent en scène le capitaine Mehrlicht.
Il publie en 2019 La piste aux étoiles chez French Pulp dans la série de l’embaumeur.
Il vit à Paris.

Extraits :
« — On va aussi demander les factures détaillées à son opérateur téléphonique, poursuivit Starski. On a réclamé celles de Cavicci. On devrait tout avoir dans la matinée.
— Oui… Allons-y doucement quand même. Je vous rappelle que les opérateurs facturent ces services à l’État près de trente-cinq millions d’euros par an. Je ne cesse de le répéter à vos collègues : doucement sur les demandes aux opérateurs parce qu’elles ont un coût : 6,50 € pour identifier une personne à partir de son numéro et 17,50 € pour obtenir sa facture détaillée. C’est une escroquerie manifeste, d’autant que c’est l’État qui donne les licences… Bref. Nous sommes fonctionnaires et, en attendant que le ministère de l’Intérieur se dote d’une plateforme nationale propre et fonctionnelle, nous nous devons de contrôler nos dépenses. »
« S’il l’avait crue, en revanche, il aurait sans doute étendu son aile paternaliste pour la mettre en garde, rappelant quelques faits divers sordides qui, pour de nombreuses jeunes femmes, avaient commencé par une rencontre pailletée dans un bar à bitures et s’étaient terminés par une agonie glacée dans une benne à ordures… Aurait-elle pu dans ces conditions lui raconter qu’elle pratiquait couramment ce type de rencontres ? Qu’à l’heure de Tinder qu’elle avait assidument fréquenté aussi, les gens ne faisaient plus connaissance ni aux repas de mariage ni aux fêtes du Nouvel An ? Pouvait-il l’entendre, lui qui se démenait aujourd’hui pour retricoter un mariage effiloché par l’usure, un couple en lambeaux. Douze ans ! »

La chronique jubilatoire de Dany

Le gibier de Nicolas Lebel

Ce roman ne dépareille pas dans l’intégrale de Nicolas Lebel : les personnages prennent fort ! Des petits nouveaux pour ce cru 2021, non exempt de références aux virus même s’il a en grande partie été écrit avant notre cirse sanitaire, un savant masqué joue une scène d’anthologie.

Qu’y a-t-il de commun entre l’intrigue policière et la chasse à courre ? Le mode opératoire des malfaiteurs qui rusent avec les bêtes sans défense au nom d’une éthique douteuse, suivent scrupuleusement les étapes jusqu’à la mise à mort et les rituels qui l’accompagnent.

Starski avec un « i » est par hasard à proximité d’une prise d’otages à l’issue dramatique et se voit projeté dans une enquête en compagnie de Yvonne, son adjointe d’origine asiatique, toute en rudesse, sans fioriture, sans « merci » et sans « s’il vous plaît », qui a raison … souvent.  Il semble bien qu’un complot international, relie les meurtres parisiens à des événements vieux de trente ans s’étant déroulés en Afrique du Sud au moment de la fin de l’Apartheid. Des Afrikaners à Paris, « le MK … le fer de lance de la Nation », non ce n’est pas une nouvelle comédie musicale mais bien du sang que vont découvrir nos enquêteurs, le tout noyé dans un scandale sanitaire.

Straski a connu Chloé dans sa jeunesse, il a vécu avec elle plusieurs années et la retrouver au cœur d’une machination va ébranler notre policier, bien en peine déjà avec sa vie privée. Nous aurons de la compassion pour lui, de l’admiration pour la réactivité d’Yvonne, nous serons partagés sur la justice et ses fantassins et circonspects sur les autres acteurs de cette traque.

Un très bon moment de lecture auquel nous pouvions nous attendre avec cet auteur facétieux et attachant, précis, inattendu et percutant.

Au fait Nicolas, comment va Mehrlicht ?

Lu en version numérique 14.99 €

Je remercie les éditions Le Masque

 #LeGibier #NetGalleyFrance

Autres extraits :
  « Ce carnet de chasse sera le compagnon idéal de votre vie de chasseur. Vous pourrez y raconter vos rencontres avec le gibier, mais aussi les bons moments que vous aurez passés avec vos amis, vos collègues, vos chiens et vos chevaux, inscrire sur le papier les anecdotes et les bons mots qui auront émaillé ces journées pleines de rebondissements et d’ambiance. Étape après étape, vous pourrez détailler le déroulement de votre chasse, du rendez-vous à la retraite. Il sera le livre d’or des aventures que vous aurez vécues, le recueil de photos des paysages lointains que vous aurez explorés en France ou à l’étranger. Il contient pour chaque partie de chasse un tableau de chasse permettant de consigner le souvenir de vos exploits et, à chaque étape, une page pour noter vos observations et remarques ainsi qu’un espace pour coller vos photographies : scènes de chasse, portraits de vos amis, images de vos trophées. »
« Les fourrières sont des lieux de colère. Personne ne s’y promène par plaisir. On y vient persuadé d’avoir subi une injustice au plus haut niveau, une injustice d’État, déterminé à obtenir réparation. On y vient gonflé d’indignation, prêt à parler haut, à insulter, à en venir aux mains peut-être, parce qu’on se refuse à être la victime d’un système sourd et aveugle. Les fourrières sont aussi des lieux de résignation, soit parce qu’on accepte après tout d’être la victime d’un système sourd et aveugle, soit parce qu’on travaille pour lui et que chaque jour, confronté à la vindicte, on entend les mêmes rengaines et justifications »

7 réflexions sur “Le gibier de Nicolas Lebel

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s