TAG – Les lecteurs veulent…# 3 Ge

Coucou mes Polardeux

Il y a quelques jours, je vous proposais un nouveau tag pioché dans le blog Muffins & Books, tenu par la si créative Marie.

Cet après-midi c’est notre porte Flingue qui répond à ces 10 questions

1 : Les lecteurs veulent … une suite.

La géométrie du tueur de Laura Sadowski

Dans la géométrie du tueur, Laura Sadowski nous happe dés le prologue mais voilà ce n’est pas là que l’auteure veut nous emmener, c’est plus loin, beaucoup plus loin. Au milieu des flash back et des douleurs des personnages elle nous emmène, insidieusement, dans les méandres de la manipulation aussi bien que dans ceux de la justice…

Aussi, développé, le prologue aurait à lui seul suffit pour être la trame d’un bon polar, mais comme je vous le disais, Laura a préférait nous offrir un autre scénario. Elle a choisi le thriller judiciaire fort, prenant, palpitant, passionnant. Mais aussi intelligent, sensible et déstabilisant. Mais voilà la lectrice que je suis aurai aimé que Laura prolonge son prologue et nous offre une suite tout aussi haletante.

 

La Géométrie du tueur

Voilà deux ans que la fille unique de Mathis Clay’h, avocat, a disparu une nuit sans laisser de traces. Depuis, divorcé, dépressif et insomniaque, il tente de surmonter sa douleur en assurant des permanences pénales qui le font errer des parloirs des commissariats aux couloirs des tribunaux.

L’apparition soudaine d’un tueur en série et maître chanteur, dont le procès est imminent, va le plonger dans un effroyable dilemme : réussira-t-il à faire acquitter ce psychopathe criminel pour obtenir la vérité sur la disparition de sa fille ? Et si elle était toujours en vie ?

Saisissant et haletant, le nouveau roman judiciaire de Laura Sadowski nous entraîne dans une enquête terrifiante doublée d’une quête bouleversante.

 2 : Les lecteurs veulent … qu’il y ait un spin-off.

Cécile nous offre avec Serial Belle-Fille une comédie policière réjouissante. Et elle tient ici un personnage de flic que j’aimerai voir dans de nouvelles aventure. Et oui Vic pourrait être au centre de petit polar féministe caustique ou humoristique. Car je vois bien notre auteur se lancer dans ce genre d’aventures.

Cécile si tu me lis ! « ??? »

Sérial Belle-Fille de Cécile Pellault

Quand Madame Belle-mère s’immisce une énième fois dans sa vie familiale, Chloé crée « le club des belles-filles en colère ».

Au cours de réunions mensuelles, Chloé et ses copines en profitent pour vider leur sac, inventer des supplices à infliger à Madame Belle-mère et voter pour le plus drôle d’entre eux. Toutes y trouvent l’exutoire nécessaire pour affronter les incessants sous-entendus teintés de reproches et les bons conseils prodigués à la pelle. Surtout, Chloé pense avoir trouvé l’alternative parfaite pour ne pas craquer face à la mère de Romain. Mais la plaisanterie tourne bientôt au cauchemar lorsqu’une invitée indésirable du Club se met à réaliser un à un les supplices primés en réunion dans le but d’obtenir le titre de Belle-fille de l’année et l’admiration de toutes !

Un jeu de piste s’engage alors pour la débusquer et arrêter les agressions de belles-mères. Chloé va pouvoir compter sur ses amies Marie, l’executive woman, Tania, la toute jeune maman perdue dans ce nouveau rôle, Sophie, la journaliste au mari volage, Vic, la flic à l’ex belle-mère envahissante, et bien d’autres…

3 : Les lecteurs veulent … une fin différente.

Cette question est difficile, imaginer une fin différente c’est ce mettre dans les pas de l’auteur. Et dans son histoire, l’auteur est seul maître à bord. Non ce que j’aimerai ce serait des fin moins convenues ou moins bâclées.

J’ai lu plusieurs super thriller de Jean-Christophe Grangé. J’ai adoré l’histoire, la façon dans celle-ci est raconté, le style vif et rythmé de l’auteur mais… J’avoue j’ai souvent été déçue par les fins. Quand on a été à fond dans l’enquête et qu’on se dit à la fin : « tout ça pour ça ? » ; « Non c’est pas possible ça ne peut pas se finir ainsi !  » ; « Mais non, il a joué la facilité là »

La ligne Noire

Il existe, quelque part en Asie du Sud-Est, entre le tropique du Cancer et la ligne de l’Équateur, une autre ligne. Une ligne noire jalonnée de corps et d’effroi…

J’ai adoré ce thriller. Reverdi est un tueur en série. Il se fait arrêter en Malaisie. Marc Dupeyrat, un journaliste fasciné par le tueur mais aussi par le mal, les raisons du mal. Aussi il va imaginer un personnage pour entrer en contact avec Reverdi. Mais le tueur s’évade lors d’un transfert. J’ai aimé la confrontation entre Reverdi et Dupeyrat. J’ai aimé la tension qu’il règne dans ce roman. On sait, on sent dés le début que entre ces deux là ça ne peut que mal finir. On se laisse emporter par cet traque. Mais qui est vraiment le traqueur, qui est réellement le traqué… La Ligne noir est un thriller psychologique intense mais voilà j’ai trouvé la fin plate, fade par rapport au plus de 500 pages précédentes qui nous ont mis dans un état de stress incroyable. Et du coup, je n’ai pas eu le coup de cœur escompté. Dommage car monsieur Grangé est par ailleurs un conteur hors-pair

 4 : Les lecteurs veulent … pouvoir relire un livre / une saga comme si c’était la première fois. 

J’aimerai relire « Et toujours les forêts » de Sandrine Collette comme si c’était la première fois.

J’ai tellement adoré ce bouquin que je l’ai réécouté en livre audio. Ce fut un plaisir autre. Et je sais que je le relirai dans quelques temps, je sais aussi que je retrouverai toutes les sensations et toutes les émotions que cette histoire a fait naître en moi. Et je suis certaine que j’en ressentirai d’autres. Que je vais découvrir lors de cette relecture des détails qui n’auront échapper lors de la première lecture mais aussi lors de son écoute.

Et toujours les forêts est un livre tellement intense !

Et toujours les forêts

Corentin, personne n’en voulait. De foyer en foyer, son enfance est une errance. Jusqu’au jour où sa mère l’abandonne à Augustine, l’une des vieilles du hameau. Au creux de la vallée des Forêts, ce territoire hostile où habite l’aïeule, une vie recommence.

Propulsé à la Grande Ville pour ses études, Corentin plonge sans retenue dans les lumières et la fête permanente. Autour de lui, le monde brûle. La chaleur n’en finit pas d’assécher la terre. Les ruisseaux de son enfance ont tari depuis longtemps. Quelque chose se prépare.

La nuit où tout implose, Corentin survit miraculeusement, caché au fond des catacombes. Revenu à la surface dans un univers dévasté, il est seul. Guidé par l’espoir insensé de retrouver Augustine, Corentin prend le long chemin des Forêts. Une quête éperdue, arrachée à ses entrailles, avec pour obsession la renaissance d’un monde désert, et la certitude que rien ne s’arrête jamais complètement.

 5 : Les lecteurs veulent … un film ou une série.

La trilogieW3 

Je crois que tous les livres des CamHug pourrait faire de bon film, mais voilà cette trilogie est parfaite pour nous offrir une série remarquable. Chacun des trois tomes seraient une saisons de cette série au nombreux rebondissements. Et aux personnages déjà parfaitement campés.

Et puis l’écriture à 4 mains de nos deux auteurs et très visuels tout en restant très dense et riche.

En plus, comme si cela ne suffisait pas, Jérôme Camut et Nathalie Hug nous ont déjà donné un spin off avec  Illya Kalinine

Lara Mendès, jeune chroniqueuse télé, enquête sur le marché du sexe et ses déviances. Elle disparaît sur un parking d’autoroute… Désemparés par la lenteur de l’enquête, ses proches reçoivent le soutien de Léon Castel, fondateur d’une association de victimes. Sa fille Sookie, policière hors norme, a enquêté sur une triple pendaison qui semble liée à cette affaire. Qui a enlevé Lara ? Pourquoi ? Où sont passés ces enfants et ces jeunes femmes dont les portraits s’affichent depuis des mois, parfois des années, sur les murs des gares et des commissariats ? Réseaux criminels ou tueurs isolés ? Partout, le destin d’innocents est broyé sans pitié. Ils auront bientôt une voix : W3. Le premier volet de la nouvelle série démentielle des auteurs de Prédation.

 

 

 

Sous le choc de la découverte du responsable de sa séquestration, la journaliste Lara Mendès décide de se reconstruire loin du site d’info W3 fondé avec ses proches pour dénoncer les dysfonctionnements de la justice. Pendant que Léon Castel, porte-parole du site, poursuit ses actions coups de poing, une vague de meurtres violents cible des officiers de police partout en France. Alors que tout semble mis en oeuvre pour étouffer l’affaire, la Web TV est convaincue de tenir sa nouvelle bombe médiatique. Fragilisée par des tensions internes et de fortes pressions extérieures, l’équipe de W3 se retrouve bientôt plongée en plein chaos.

 

 

 

 

 

W3 le calice jusqu’à la lie

Les locaux du site d’info W3 ont été soufflés par une terrible explosion. Qui a voulu museler la voix des innocents ? S’agit-il d’un complot d’État comme tous le pensent ? Ou bien de tout autre chose, que les membres de W3 n’ont pas su voir ? Les survivants comprennent vite qu’ils ne sont pas sortis d’affaire. Car ceux qui ont voulu les détruire sont toujours là.

Sur les décombres encore fumants de l’immeuble, les drames se nouent et les destins s’entrelacent ou se heurtent. La plus unie des familles peut-elle résister à tant d’horreur ?

Après les succès du Sourire des pendus (sur lequel une option a été posée pour la télévision) et du Mal par le mal, Jérôme Camut et Nathalie Hug clôturent la saga W3 sans laisser le moindre répit à leurs personnages. Les meilleures choses ont une fin… pas les pires. Il faut boire le calice jusqu’à la lie.

 6 : Les lecteurs veulent … oublier qu’il y a eu un film ou une série. 

Eragon

Plus j’ai aimé les livres de cette série, plus j’ai trouvé le film grotesque, sans relief, fade. Alors vous savez quoi, lisez ce premier roman, vous risquez juste d’être surpris et pris par l’histoire et d’avoir envie de lire la ou plutôt les suites.

L’héritage Volume 1, Eragon de Christopher Paolini

Un garçon… Un dragon… Une épopée…

Depuis des décennies, le mal règne dans l’Empire d’Alagaësia. Or, un jour, Eragon, un jeune fermier, découvre au coeur de la forêt une pierre magnifique. Elle est si bleue, si lisse ! Fasciné, il l’emporte à Carvahall, le village où il vit avec son oncle et son cousin. Comment pourrait-il deviner qu’il s’agit d’un oeuf, et qu’un dragon porteur d’un héritage ancestral, aussi vieux que l’Empire lui-même, va éclore. ? Dès lors, la vie d’Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, il s’engage dans une quête qui le mènera aux confins de l’Alagaësia. Guidé par les conseils de Brom, un vieux conteur, le garçon devra affronter, avec son dragon bleu, les terribles ennemis envoyés par le roi dont la malveillance démoniaque ne connaît aucune limite. Eragon n’a que quinze ans, mais le destin de l’Empire est désormais entre ses mains.

Un livre hors du commun, oeuvre d’un très jeune écrivain qui, avec le premier roman de cette saga « l’Héritage », s’inscrit d’ores et déjà parmi les grands auteurs de Fantasy !

Eragon, le film

Heureusement, il me semble qu’on a pas tenter d’adapter la suite de la saga d’Eragon en film

 

7 : Les lecteurs veulent … une couverture différente.

Là aussi la question est embarrassante, car souvent l’auteur ne choisi pas la couverture de son livre.

Et pourtant la couverture a toute son importance, c’est elle qui attire l’œil du lecteur flâneur dans la librairie.

Il m’est arrivé de rentrer dans une librairie sans avoir de titre en tête, et de fouiner au gré des tables de présentation et de me laisser séduire par une couverture sans savoir de quoi parlait le bouquin

Il y a bien des polars régionaux qui souffrent d’un manque de belles couvertures, pour autant il m’arrive régulièrement d’en acheter quand je passe dans ces régions. Et je me régale !

Au bout du monde, dans le petit port de pêche du Conquet, la saison estivale approche à grands pas et attire les premiers touristes, impatients de séjourner sur ce littoral sauvegardé. Pourtant, alors que les estivants s’adonnent au farniente, une sommité locale appréciée de tous est assassinée, noircissant le tableau bucolique des vacances. Qui peut bien en vouloir à cet homme, discret et taiseux et à sa famille ?

Le lieutenant Darcival est dépêché sur les lieux pour résoudre cette affaire mais la machine meurtrière s’emballe, la haine se déverse, meurtrissant les âmes et les corps, mettant à rude épreuve le calme de ce si joli coin de Bretagne.

 

 

 

 

 

8 : Les lecteurs veulent … moins de clichés. 

C’est clair, aujourd’hui hors de question de mettre en scène des polars où les femmes ne seraient que des potiches, ne serviraient que de faire valoir à ses messieurs ou alors qui seraient le mal incarné comme dans de nombreux romans policiers que j’ai eu l’occasion de lire dans les années 80 et 90.

Je pense notamment à la collection engrenage au Fleuve Noir mais pas que

9 : Les lecteurs veulent … une saga moins longue. 

Le trône de fer

Depuis des années (la fin de année 90) je suis l’épopée de George R.R. Martin, le « Le trône de fer ». 15 volumes sont parus chez Pygmalion. 15 volumes et l’aventure n’est toujours pas finie.

Depuis 2013 et le dernier opus paru, plus rien, si ce n’est la réédition en poche sous forme d’intégrale en 5 tomes.

Dans la lignée des Rois maudits et d’Excalibur, Le Trône de Fer plonge le lecteur, sans lui laisser reprendre souffle, dans un univers de délices et de feu. L’épique et le chevaleresque côtoient sans cesse le vil et le démoniaque. La bravoure et la loyauté se heurtent à la duplicité et à la fourberie. Mais dans ce tourbillon d’aventures cruelles, ce sont finalement l’amour, la tendresse, l’indestructible force de l’amitié qui rayonnent au-dessus des ténèbres.

Le royaume des Sept Couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le Mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage.

Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer.

Tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors, s’en sortiront indemnes…

Il était une fois, perdu dans un lointain passé, le royaume des Sept Couronnes… En ces temps nimbés de brume, où la belle saison pouvait durer des années, la mauvaise, toute une vie d’homme, se multiplièrent un jour des présages alarmants. Au nord du Mur colossal qui protégeait le royaume, se massèrent soudain des forces obscures ; au sud, l’ordre établi chancela, la luxure et l’inceste, le meurtre et la corruption, la lâcheté et le mensonge enserrèrent inexorablement le trône convoité.

Le royaume des Sept Couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le mur qui garde sa frontière nord. Une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer. Tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors, s’en sortiront indemnes…

Après avoir tué le monarque dément Aerys II Targayen, Robert Baratheon est devenu le souverain du royaume des Sept couronnes.

 

 

 

 

 

La confusion règne dans le royaume des Sept Couronnes alors que des monstres maléfiques tentent d’éradiquer l’espèce humaine.

Dans cette troisième intégrale, George R.R. Martin continue de nous entraîner dans un monde fabuleux où les familles de ses héros se ramifient au cœur de régions plus mystérieuses les unes que les autres : grottes, collines creuses, hameau de feuilles, forteresses imprenables. Ici entrent également en scène des monstres terrifiants, esclaves de forces maléfiques qui n’ont qu’un but sur terre : éradiquer toute trace d’humanité. Odieuses mutilations, drames sanglants, mariages imposés, traîtres sans vergogne, vengeances cruelles longuement mûries, équipées punitives, se succèdent au fil de ces pages éblouissantes. Car rien n’arrête l’imagination foisonnante de George R.R. Martin qui poursuit là l’un des cycles romanesques et visionnaires les plus originaux de tous les temps.

 

Le royaume de Sept Couronnes ne cesse de s’enliser dans la guerre civile. Sur le Mur, l’intervention armée de Stannis Baratheon contre les sauvageons place le nouveau lord-commandant de la Garde de nuit dans une situation difficilement tenable.

Cette quatrième intégrale poursuit l’exploration de destinées tragiques et grandioses, où les péripéties foisonnent et tiennent le lecteur en haleine, parfois au cœur d’événements cruels.

 

 

 

 

 

Daenerys règne sur une cité de mort, entourée d’ennemis, tandis que Jon Snow doit affronter ses adversaires des deux côtés du Mur.

Daenerys a eu beau se plier à toutes les exigences du peuple de Meereen, rien n’y fait : la paix précaire risque à tout moment de dégénérer en un siège sanglant. D’autant plus que la jument pâle, cette peste incurable, continue de faire des ravages aux portes de la ville. Yezzan zo Qaggaz, le maître de Tyrion, figure parmi les dernières victimes en date. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, le nain y voit une occasion unique de prendre la poudre d’escampette. Pendant ce temps, au Nord, les portes de Winterfell demeurent obstinément closes, tandis que la forteresse disparaît peu à peu sous un épais manteau de neige. Ses remparts servent-ils à protéger ses occupants de l’assaut de moins en moins probable des troupes de Stannis Baratheon, ou à sceller leur tombeau ?

 

C’est vrai qu’en 2011 Game of Thrones sort sur les petits écrans. 

L’histoire de la série, située sur les continents fictifs de Westeros et Essos à la fin d’un été d’une dizaine d’années, entrelace trois grandes intrigues. La première intrigue raconte l’histoire de Jon Snow et de la future menace croissante de l’hiver approchant, des créatures mythiques et légendaires venues du Nord du Mur de Westeros qui sépare le Royaume des Sept Couronnes de la menace située au-delà. La deuxième intrigue relate la démarche de Daenerys Targaryen, au sud d’Essos, (la dernière représentante en exil de la dynastie déchue) en vue de reprendre le Trône de Fer; symbole du pouvoir absolu. La troisième intrigue conte l’histoire des membres de plusieurs familles nobles, dans une guerre civile pour conquérir le Trône de Fer du royaume des Sept Couronnes. À travers ces personnages « moralement ambigus », la série explore les sujets liés au pouvoir politique, au changement climatique, à la hiérarchie sociale, la religion, la guerre civile, la sexualité et à la violence en général.

8 saisons et puis voilà !

Mais George R.R. Martin lui n’a pas fini d’écrire la fin de sa saga. Et bien au contraire il nous propose préquelle et autres génèses 

Feu et sang : intégrale


 Les 2 volumes réunis ici

Trois cents ans avant les événements du Trône de Fer, Feu et sang raconte l’unification des sept royaumes, c’est aussi le récit de la conquête des sept royaumes par la dynastie des Targaryen

 

 

Le chevalier errant

Suivi de L’épée lige : préludes au Trône de fer 

Situés quatre-vingt-dix ans avant les événements du Trône de fer, voici trois récits qui explorent des pans méconnus du passé des sept royaumes.

Qu’il joute ou qu’il guerroie, le chevalier errant n’a d’autres attaches que celles de son cœur, d’autre code que celui de l’honneur. Il loue ses services aux causes les plus nobles et prend la défense des opprimés. Une ligne de conduite qu’a toujours suivie Ser Arlan de Pennytree, et qu’il s’est efforcé d’inculquer à son écuyer, Dunk. Mais la rencontre de ce dernier avec un garçon étrange, qui se fait appeler l’Œuf, changera à jamais son destin. Un an plus tard, Dunk et l’Œuf, désormais son écuyer, s’engagent au service de Ser Eustace Osgris, un petit seigneur acculé à la défaite par la Veuve Rouge. Leur mission, déjà ardue, va se compliquer du fait des relations qu’entretiennent les deux forces en présence !

L’Oeuf de dragon

Chevalier sans terre et sans nom, Dunk a choisi la voie de l’errance. Lui et son écuyer, un certain Aegon Targaryen, qui cache son illustre ascendance sous le sobriquet de l’Oeuf, louent leur épée aux causes les plus justes au hasard de leurs pérégrinations. Leurs pas les conduisent cette fois aux noces de Lord Beurpuits, où doit avoir lieu un tournoi rassemblant la fine fleur de la chevalerie, et dont le vainqueur se verra attribuer un trophée sans prix : un oeuf de dragon ! Mais les dés sont pipés, et les deux hommes vont se retrouver malgré eux au coeur d’une conspiration visant les plus hautes instances du royaume.

 Ces trois histoire sont reprises dans

Chroniques du chevalier errant : Trois histoires du trône de fer

Un siècle avant les évènements du Trône de fer, Dunk, un jeune écuyer, reprend l’épée et le bouclier de son maître défunt et participe à un tournoi. Pourtant, il ignore tout des coutumes du monde de la chevalerie et de la noblesse. Réunit trois récits explorant le passé méconnu des sept royaumes.

Bon c’est quand que George R.R. Martin va nous finir son histoire.

Et j’espère vraiment qu’elle sera différente de celle insignifiante de la série. Mais vite car vous n’êtes plus tout jeune Mister Martin

10 : Les lecteurs veulent … que le prochain tome soit déjà sorti. 

Des deux livres Isabelle Bourdial

Chasseurs d’esprits

Chasseurs d’esprit

Un chercheur d’or, de retour du Venezuela, est kidnappé en plein coeur de l’Espagne. La Guardia civil interpelle un étranger qui semble ne pas comprendre le moindre mot de castillan. Le commissaire Fontanillas, chef de la brigade de police scientifique, est chargé de l’enquête. Avec sa jeune co-équipière, une criminologue experte en neuropsychologie, ils projettent de sonder le cerveau du suspect… Les résultats de 1 examen particulièrement novateur auquel ils soumettent leur cobaye vont les entraîner jusqu’au plus profond de la forêt amazonienne…

Progrès scientifiques incroyables mais vrais, rencontre houleuse avec les indiens Yanomami (peuple qui fut décrit comme le plus agressif du monde !), découverte de l’univers interlope des orpailleurs… rien ne manque à ce polar scientifique mais pas que…

Et

Sale temps pour les Grenouilles

Je m’appelle Hadrien Lapousterle et je travaille aux Éditions Galvani. De l’avis général, je suis un type posé et pacifique.

Pourtant, il n’a fallu que quatre mois pour faire de moi un tueur.

Ma cible, c’est mon chef, Grégoire Delahousse. Il vient d’être nommé à la tête du pôle Arts et Savoirs. Un harceleur, un costkiller

Cerise sur le gâteau, c’est le parfait sosie du Dr House, et il est aussi toxique pour son entourage que son modèle cathodique. Au bout de quelques mois, le service entier est en burn-out.

Pas le choix ! Je dois me débarrasser de ce boss machiavélique. Souhaitez-lui bonne chance…

 

Une comédie noire contre le harcèlement au travail et le burn-out, un hommage aux séries télévisées et à la culture populaire.

Ah ben je suis bête la suite sort dans quelques jour, vite alors !

45 réflexions sur “TAG – Les lecteurs veulent…# 3 Ge

  1. Moi je voudrais juste plus de temps pour lire tout ce que je veux lire ou alors, qu’on invente une machine qui pourrait me faire lire encore plus vite…. 😆

    Rien de pire que des romans super prenants, denses, magnifiques et dont la fin fait pchiiiiitttt…. ça me fait hurler aussi ! 👿

    Aimé par 2 personnes

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s