Disparition de Nicolas Nutten

Le livre : Disparition de Nicolas Nutten. Paru le 28 mai 2020 aux Nouveaux Auteurs. 18€95. (387 p.) ; 21 x 14 cm

4e de couv : 

Disparition

Quand la perte de tous vos repères vous mène au bord du gouffre, jusqu’ou irez-vous pour découvrir la vérité ?

Paris 31 juillet 2018. La canicule a transformé la capitale en fournaise et les couloirs du métro en étuve. Un incident sur la ligne 1 contraint une rame à s’arrêter en urgence entre deux stations, prenant au piège des dizaines de passagers. Lors de l’évacuation de ces derniers, Célia n’atteindra jamais le quai de la station suivante. Comme happée par l’obscurité des tunnels, elle semble s’être volatilisée. Malgré le peu d’indices dont il dispose, Maxime, son compagnon, se lance à sa recherche dans une course infernale où les secrets et les doutes l’entraîneront vers un univers macabre et dangereux…

Un suspense imprévisible à couper le souffle !

« Un premier roman bluffant ! »
Bernard Minier

L’auteur : Nicolas Nutten vit dans l’Hérault et travaille dans l’informatique. Nicolas Nutten travaille en tant qu’architecte de système d’information au sein d’une société éditrice de solutions de gestion de patrimoine, AS-Tech Solutions, depuis 2012.
Ce passionné de thrillers, policiers et romans noirs a puisé dans son imaginaire pour écrire son premier roman.

 

Extrait :
« Quelques mètres plus loin, des touristes italiens discutaient bruyamment d’autour d’un immense plan en papier qui donnait du fil à retordre à celui qui tentait de le replier. À droite de Célia, un parisien pur jus d’une soixantaine d’années, cheveux grisonnants et journal sous le bras, regardait la scène d’un œil goguenard. On reconnaissait les habitués, qui sans même quitter des yeux l’écran de leur smartphone ou lever le nez de leur bouquin, s’avançaient instinctivement vers le bord du quai au moment exact où le prochain métro était signalé en approche. Maxime attribuait cela à un sixième sens urbain acquis par celles et ceux qui survivaient depuis de trop nombreuses années dans les entrailles de ces mégalopoles. »

Chronique d’une Flingueuse : l’Avis d’Isa

Disparition de Nicolas Nutten

Je ne connais pas personnellement Nicolas, mais nous avons échangé plusieurs fois sur les réseaux. Nous avons parlé polars, écriture… Alors c’est tout naturellement que j’ai voulu découvrir son univers.

Disparition est son premier roman et son premier prix ! Le prix du suspens 2020. Pour être tout à fait honnête, ce n’est pas pour le bandeau que j’ai acheté le livre, car je suis très souvent déçue par ce type de prix.

Dès les premières pages de ce roman, je me suis donc retrouvée bloquée dans cette rame de métro parisien (que je connais et fréquente depuis plus de 30 ans…). La fameuse ligne 1 ! En pleine canicule… Les sentiments des personnages dans cette partie sont très bien exprimés : l’interrogation, l’attente, l’impatience, l’angoisse, la panique. L’ambiance est angoissante. Suffocante. Puis intervient la disparition de Célia, dans les bas-fonds du métro. Son compagnon la cherche partout. En vain. Et lorsque j’ai rejoint la surface, j’ai réalisé que j’avais lu ces chapitres en peu en apnée. Toute cette partie sous terraine du roman est franchement excellente et aussi très originale. Des couloirs du métro aux catacombes en passant par les égouts, tout est parfaitement décrit. Parfaitement dosé. Par la suite, j’avoue avoir eu un petit coup de mou. L’arrivée de méchants beaucoup trop méchants et un peu caricaturaux, la mafia, la drogue, le sexe… mais Nicolas Nutten est parvenu à me récupérer, ce qui je dois l’avouer est assez rare, car je voulais connaitre le sort qu’il avait réservé à Célia. Son style est vraiment très agréable à lire, fluide et très visuel. Tout ce que j’aime. Pas de fioriture dans les descriptions. Des dialogues réalistes. Des personnages attachants, en particulier Chloé et Yann.

Franchement pour un premier roman, Nicolas a frappé fort. J’ai hâte de lire le prochain, car mon petit doigt m’a dit que le monsieur allait se lancer dans le polar. Mon impatience est donc à son comble ! Un grand bravo !

 

Autres extraits : 
« Devant la porte du numéro 34, l’homme retenait son souffle, guettant le moindre bruit suspect. À part les pétarades étouffées d’un scooter qui s’éloignait dans la nuit parisienne, aucun son ne venait troubler la quiétude de l’étage. Il pouvait commencer. D’un geste rapide, il sortit de son sac à dos un kit de crochetage et se mit au travail. La serrure céda en moins de quinze secondes. Aucun autre verrou ne protégeait l’accès au logement. Comment un esprit aussi brillant que celui de Berg, capable de s’introduire dans les réseaux informatiques les plus sécurisés, pouvait-il faire confiance à une simple serrure à goupilles pour protéger sa vie privée ? »
« Une respiration bruyante résonnait contre les murs de la chambre à coucher. La fenêtre laissée entrouverte laissait passer une légère brise qui venait caresser les rideaux. Aussi discret qu’une ombre, l’homme contourna le lit et referma les deux battants, puis les verrouilla en tournant la poignée. Sans même s’en rendre compte, Arthur Berg venait de vivre ses dernières secondes de sérénité. »

12 réflexions sur “Disparition de Nicolas Nutten

  1. Qui sait ? Comme j’aime les premiers romans. 😀
    Je note dans ma liste. 😊
    Merci pour cet avis personnel et cette présentation. Aimer les bas-fonds et en faire un polar, sur ces souterrains Parisiens, je trouve l’idée bonne. À expérimenter.
    Bises gente dame et à la Compagnie des Lapins Bleus. 🍀🍀🍀🍀

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s