Le syndrome de Stockholm, Philémon Le Bellegard

Le syndrome de Stockholm de Philémon Le Bellegard paru dans la collection Clair-Obscur aux éditions Evidence le 16/10/2020 ; prix 15€ ; 256 pages ; 14,8 cm x 21 cm.

4ème de couverture :

De Stockholm à Los Angeles, Stendriëk Börgen, artiste suédois génial et mystérieux, entretient une relation occulte avec Enstenov Khalinek, puissant homme d’affaires aux méthodes discutables. A l’apogée de sa carrière, Börgen dévoile son grand œuvre, un ensemble monumental de plus de 3 000 toiles occupant la gigantesque Gallery of the Immortality du Titanium Palace de Los Angeles.  Börgen et Khalinek jubilent, mais aussitôt surviennent de nombreuses questions : quels liens unissent vraiment les deux hommes ? Comment une telle entente, aussi inattendue que suspecte, est-elle possible ? Quelle est cette étrange matière dont les œuvres sont faites… ? Anna James, journaliste et critique d’art de haute renommée, se retrouve malgré elle au centre d’une histoire qui dépasse le monde de l’art. Elle va en effet découvrir que, derrière la création et le travail de Stendriëk Börgen, se cachent de sombres vérités…

L’auteur : Philémon Le Bellegard est d’origine bretonne et vit en région parisienne. Il travaille dans le secteur du numérique cependant il aime les livres papiers. Il s’intéresse à énormément de domaine comme le cinéma, le théatre, etc. Le syndrome de Stockholm est son premier roman. Il a obtenu le prix du meilleur roman indé 2018 toutes catégories confondues.

 

Extrait:
« Je veux que vous rentriez dans la vérité et l’intimité du peintre, que vous compreniez ce qu’il est au plus profond de son être, et ce qu’il a au plus profond de son âme pour que chacun puisse comprendre avec intelligence et sensibilité, l’intégralité et la complexité de son Œuvre. A part moi, vous serez la seule au monde à savoir qui est véritablement Stendriëk Börgen et je peux vous assurer que la connaissance et la découverte de ce secret valent bien le prix de votre disparition et le sacrifice de votre liberté. »

 

Chronique d’une flingueuse : l’Avis de Sylvie K

Merci à Evidence Editions pour ce roman gagné lors du live de Philémon.

Encore un nouveau premier roman atypique dans celui-ci le polar est dans l’art.

Stendriëck Börgen est une star ; une star de l’art crée de toutes pièces par Eustenov Khalinek. Eustenov est l’un des hommes les plus influents du monde, milliardaire, amateur d’art, surtout de peinture. Il encense son protégé et lui organise une exposition dans un gigantesque pôle culturel, le Titanium Palace, lieu qu’il a fait édifier juste pour la promotion de l’art.

Sont conviés six mille personnes triées sur le volet à coup de publicité ravageuse et de menaces sous-jacentes. Les curieux, critiques et les faux culs viennent voir l’artiste qu’Eustenov avait gardé à l’écart pendant dix années, temps nécessaire pour qu’il puisse livrer une Œuvre unique au monde.

Anna James une jolie et brillante journaliste rédactrice en chef Arts et Culture au Time Magazine découvre les toiles et est intriguée par la matière utilisée dans les tableaux. Ce rendu rouge vif ressemble tellement à du sang !… Elle pose la question à Stendriëck qui acquiesce. Anna en est retournée du sang ! mais Eustenov veille et Anna se retrouve malgré elle biographe du peintre et de sa folie créatrice. Un trio infernal qui ira jusqu’à l’extrême pour mettre à jour l’histoire du peintre et de ses œuvres.

L’originalité de ce roman est dans la réflexion sur l’art et la création, jusqu’où peut-on aller au nom de l’art ? Peut-on être fasciné et défendre la création telle qu’elle soit ?

L’intrigue psychologique des trois personnages est machiavélique et parfois déroutante, vénération, dépendance, domination, soumission, folie. Toutes les émotions font jour d’abord avec Anna tour à tour récalcitrante puis consentante, Eustenov dominateur, dominé, amoureux et Stendriëck avec son génie destructeur. Chacun des personnages devenant otage de l’autre, le bien alterne avec le mal.

Ce thriller psychologique est servi par une écriture riche et rythmée avec un vocabulaire abouti et une construction originale.

Un premier roman captivant qui remue les sens, certains passages sont difficiles et intenses et malgré tout addictifs, je me suis posée en voyeuse avide connaître le dénouement.

Un premier livre à découvrir et un auteur à suivre je vous le dis on en reparlera….

30 réflexions sur “Le syndrome de Stockholm, Philémon Le Bellegard

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s