Les morts de la Deûle de Toma Statius

Le livre : Les morts de la Deûle de Toma Statius- Paru le 20 janvier 2021 chez JC Lattès – collection Les invisibles . 17€90 . (250 pages) 21,5 x 13,5 cm

4ème de couverture :

Entre octobre 2010 et novembre 2011, les corps de cinq hommes ont été repêchés par la Brigade Fluviale dans le canal de la Deûle, à Lille. On a parlé d’accidents, d’ivresse, d’un hasard malheureux, d’un tueur en série.
Tomas Statius livre une enquête passionnante sur ces affaires classées sans suite à l’époque. Il a retrouvé les familles désemparées, les policiers perdus, une ville qui n’a jamais cru à la thèse de l’accident. Il nous mène au cœur des milieux skins du Nord qui sont une clé essentielle pour comprendre ces morts.

 

 

L’auteur : Toma Statius est journaliste né à Lille
Extraits :
« Pourquoi y a-t-il, encore aujourd’hui, des skins dans le Nord ? Partout en France, le mouvement né dans les années 1970 en Angleterre semble, soit en perte de vitesse, soit complètement absorbé par la mode qui vide de son sens ses plus précieux totems : les Dr. Martens, les bombers, les polos Fred Perry ou les Fly Jacket. Il y a certes bien les Hammer Skins ou Blood & Honour. Mais ces deux fédérations skins, implantées en France depuis des années, ne rassemblent plus que quelques dizaines d’unités. »
« L’interview du combo, formé de Laurent, ouvrier agricole, Francky, metteur en rayon, David, vitrier et David, étudiant, est éclairante pour évaluer la vitalité du mouvement dans le Nord. Ces derniers se félicitent ainsi de l’existence « d’une union des skins » dans la région, qu’ils espèrent réaliser dans toute la France. Invité à donner son avis sur les hooligans, le groupe affirme qu’ils sont pour, « tant qu’ils se défoulent sur du nègre ou du coco ». »
« Il y a le cas de cet aveugle, qui en octobre 2011, se retrouve dans l’eau après un long black-out. Un homme se tient face à lui sur la berge. Il lui parle même. Il le soupçonne de l’avoir poussé. Il y a aussi l’exemple de ce jeune homme repêché par une septuagénaire du côté de Lambersart, à l’automne 2010. Le garçon a l’air commotionné, troublé, indique la vieille dame. Ce dernier lui explique qu’il a été jeté dans l’eau par un inconnu. Il y a également cet étudiant en école de commerce, Henri, qui s’est réveillé le 22 juin 2010 à 6 heures du matin, la gueule en vrac, non loin du jardin Vauban, sans aucun souvenir de sa soirée. » 

La chronique jubilatoire de Dany

Les morts de la Deûle de Toma Statius

Ne vous méprenez pas lecteurs, ceci n’est pas un roman et donc encore moins un polar. C’est le fruit d’un travail journalistique d’investigation sur une suite de noyades n’ayant entrainé aucune enquête de police parce que qualifiées d’accidentelles. L’auteur a repris l’ensemble des témoignages des proches des victimes et des témoins potentiels. Il les a presque tous rencontrés. Il a exploré la réalité du Lille souterrain de la dernière décennie, où la ville était l’un des centres névralgiques de la propagation de l’idéologie ultra droite. Nous sommes bien loin de l’image que donne Lucienne Cluytens de la capitale des Flandres françaises dans son roman Le vent se lève quand Lille était le berceau de l’écologie et de l’économie alternative. Dans la fin des années 2000 tout n’est que noirceur. Les skinheads tiennent le haut du pavé d’abord pour en découdre avec les homos et les nègres, puis ensuite plus largement avec les fils de riches ou tout simplement les faibles. La violence est érigée en outil de prosélytisme des idées d’extrême droite. C’est à une plongée dans cet univers marginal certes mais nauséabond qui vous convie l’auteur. Les faits et les personnages sont réels, les sources produites. Bigre, la Lilloise que je suis, expat depuis 23 ans a pris une sacrée claque à cette lecture : tout fout le camp !
Un regret : pour les lecteurs qui ne connaissent pas la ville, un plan, même sommaire, indiquant la localisation des principaux lieux cités, aurait été bienvenu. Saluons enfin l’intérêt de la liste des personnages en tête d’ouvrages.
Nul doute que cette enquête pourrait faire un remarquable scénario pour une adaptation ciné ou télé, j’y verrais bien la signature d’Olivier Marchal … on peut rêver !

Lu en version numérique 14.99 €

Je remercie les éditions JC Lattès pour m’avoir confié cette découverte.  

#LesmortsdelaDeûle #NetGalleyFrance

 

7 réflexions sur “Les morts de la Deûle de Toma Statius

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s