Disparaître de Mathieu Menegaux

Le livre : Disparaître de Mathieu Menegaux. Paru le 8 janvier 2020 aux éditions Grasset. 18€. (208 p.) ; 21 x 13 cm

4e de couv :

Une jeune femme met fin à ses jours à Paris, dans le XVIII° arrondissement.
Un homme est retrouvé noyé sur une plage, à Saint-Jean Cap Ferrat, sans que personne soit en mesure de l’identifier : le séjour en mer l’a défiguré, et l’extrémité de chacun de ses doigts a été brûlée.
Quel lien unit ces deux affaires ? Qui a pris tant de soin à préserver l’anonymat du noyé, et pour quelles raisons ? Qu’est-ce qui peut pousser un homme ou une femme à vouloir disparaître ?
Avec ce roman impossible à lâcher, Mathieu Menegaux rejoint ceux qui pensent que les histoires d’amour finissent mal, en général.

 

L’auteur : Mathieu Menegaux est né en 1967. Il est l’auteur de trois romans, publiés chez Grasset : Je me suis tue (2015), primé aux Journées du Livre de Sablet, Un fils parfait (2017), prix Claude Chabrol du roman noir, porté à l’écran pour France 2 en 2019, et Est-ce ainsi que les hommes jugent ? (2018), prix Yourcenar.

 

 

 

 

Extrait : 
Un silence brutal vient de s’abattre sur les Abbesses. Quelques instants auparavant, la rue des Trois-Frères grouillait de monde, des hommes et des femmes riaient, s’apostrophaient, trinquaient, s’embrassaient, fumaient et parlaient fort. Ils occupaient tout l’espace des trottoirs étroits, traînant parfois sur la chaussée, au risque de se faire klaxonner par les automobilistes qui osent affronter les coteaux de la butte Montmartre un soir de juin. En une seconde toute cette foule s’est figée. Les joyeux drilles se sont statufiés. Le cri les a glacés. Tous ont tourné la tête, cherché à localiser d’où il provenait. Il retentissait encore, alors qu’il n’avait duré que quelques secondes. Un hurlement de femme, primitif et inoubliable. Certains, rares, ont vu le corps chuter. La plupart n’en ont pas eu le temps. Mais, au silence qui a suivi le choc, tous ont compris qu’elle était morte.

Le petit avis de Kris

Disparaître de Mathieu Menegaux


A Paris, dans le 18e arrondissement, une femme se suicide. A Saint-Jean-Cap-Ferrat, un homme, impossible à identifier, est retrouvé noyé, sur une plage. Malgré la distance, les deux disparitions semblent liées.

Mathieu Menegaux est un homme d’aujourd’hui, qui ressent et nous diffuse habilement les travers de la société actuelle. Sous forme de roman, en chantant sans rien dire, il sait très bien nous avertir sur les dangers qui guettent l’Humain en voulant toujours monter plus haut … toujours rechercher la perfection, essayer de capter le meilleur mais… l’homme est un loup pour l’homme et ne parlons pas pour la « Femme » !

Ça m’a fait penser à la chanson de Bernard Lavilliers « Bon pour la casse », si réaliste pour ce « pauvre cadre supérieur » .

J’ai avalé ce livre en rien de temps tant il est passionnant, voici un auteur qui nous sert un 4eme opus encore des plus réussi. 

12 réflexions sur “Disparaître de Mathieu Menegaux

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s