Truc vert, Simone Gélin

Le livre : Truc vert de Simone Gélin, préface Danielle Thiéry. Paru le 6 mars 2019 chez Cairn éditions dans la collection du Noir au Sud. 13€50. (363 p.) ; 18 x 12 cm

4e couv :

Truc Vert

Un roman sur la parole des femmes.

Quand la justice, engluée dans un engrenage de malversations immobilières, dérape et ferme les yeux sur des affaires de disparitions dans le train de nuit Bordeaux-Montpellier.

Corruption, trafics d’influence, chantage et mensonges pour camoufler le crime. Valentine, prise au piège, viendra se replier dans la tanière, cabane de ses parents ostréiculteurs, et puiser dans les eaux du bassin d’Arcachon le courage de se battre.

À ses côtés, Simon, flic opiniâtre, va enquêter malgré l’avis contraire de sa hiérarchie, et découvrir des éléments édifiants.

Une mère désespérée tentera elle aussi de faire entendre sa voix.

Mais parviendront-ils à déjouer les connivences des puissants ? À obliger la justice à faire son travail ?

Valentine devra-t-elle aller plus loin et mettre sa vie dans la balance pour dénoncer le crime ? Lorsque les mots n’ont plus de pouvoir, il ne reste comme ultime résistance que la force du silence.

Un silence de mort.

L’auteur : Après une carrière dans l’enseignement, Simone Gélin se consacre à l’écriture de romans dont le cadre privilégié est Bordeaux et le bassin d’Arcachon, où elle vit et puise son inspiration. Ses écrits ont reçu plusieurs récompenses : Prix de la nouvelle au salon du livre de Hossegor en 2012, et au Festival Paris Polar en 2016 ; Prix Augiéras en 2014 à Périgueux et prix du jury au salon de Saint-Estèphe pour le roman Le Journal de Julia ; Prix de l’Embouchure au festival international de littérature policière de Toulouse en 2017 pour L’Affaire Jane de Boy. Sous les pavés la jungle est son cinquième roman.

 

Extraits :
« Il se délectait de son pouvoir : il était le maître des lieux et elle dépendait de son bon vouloir. Elle le trouvait antipathique, hautain, presque méprisant. Elle secoua la tête, brusquement saisie du désir de le remettre à sa place. Elle était frappée par une évidence : il se figurait être quelqu’un et il n’était qu’un homme. Cela prenait du sens tout à coup. Elle aurait pu le moucher à cet instant, parce qu’elle était une femme justement. »
« C’est drôle, avec le recul, ou peut-être parce que je m’approche de l’abîme, il me semble que j’ai toujours su que je mourrais jeune.
Je vous demande pardon.
Je me doute bien que je prends cette fois des risques insensés, mais je pense que l’on doit ne jamais transiger avec sa conscience et faire ce que l’on considère comme juste, ce que l’on croit important.
En tout cas, ils peuvent bien user de toutes leurs manoeuvres, menaces, combines ou autres et tout tenter pour me faire entendre ou dire autre chose, je ne braderai rien.
J’irai jusqu’au bout et j’imagine ce qu’il peut m’en coûter, je n’ai pas peur.
Non, ce n’est pas vrai. J’ai peur, bien sûr, j’essaie seulement de l’oublier. Et de m’y préparer parce que je n’ai pas le choix.
Ils ne m’ont pas laissé le choix »

Le petit avis de Kris

Truc vert, Simone Gélin

Le corps de Sophie Bertin a été retrouvé dans un buisson à proximité de la voie ferrée. Elle habitait à Bordeaux et avait pris le train deux jours plus tôt. Simon mène l’enquête.

Simone est une conteuse. Une fois en main il est impossible d’abandonner ses livres.
Ses personnages sont fouillés, attachants et romanesques même si souvent on a l’impression que ce pourrait être notre voisin, un ami, une connaissance qui sont la trame de ses livres. La vraie vie quoi ! Je ne suis jamais déçue quand j’entreprends un livre de cette auteure. Elle a un don et ce don nous fait dire « Non, déjà la fin »
La vie de Valentine, Simon, Maria, Rémi, Max même si ce n’est pas celui qu’on préférera, ne vous laisseront pas indifférents, c’est impossible. Comme dans le « Journal de Julia » on s’attache à ces personnages comme s’ils faisaient partie de notre vie. Merci Simone pour ta belle écriture qui nous apporte ces moments d’évasion et d’émotion

 

Autre extrait :
« Prologue
Vous qui m’aimez, je vous en prie, essayez de vous mettre à ma place.
Pour vous, j’essaie de découdre le passé.
Je tire sur le fil, je défais les coutures afin de vous faire comprendre comment les événements ont pu se lier pour tisser cette toile solide du temps.
Mais, c’est vrai, j’ai tendance à commencer par la fin.
Et je sais pourquoi.
Il paraît que je suis dans le coma… enfin, c’est ce que j’ai entendu. Ils parlent devant moi comme si je n’étais pas là, mais ils se trompent, je comprends tout ce qu’ils disent.
C’est sans doute pour cela que je n’arrive pas à mettre mes idées dans l’ordre. »

5 réflexions sur “Truc vert, Simone Gélin

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s