La loi des hommes, Wendall Utroi

La double chronique de Collectif Polar

La missive de Fanny H :

La loi des hommes de Wendall Utroi, paru aux éditions Slatkine & Cie le 1er octobre 2020 ; 18€ ; 398 pages ; 14 cm x 21 cm.

4ème de couverture :

Jacques est cantonnier à Houtkerque, dans le Nord. Ce qu’il découvre ce matin-là dans la sépulture centenaire de J. Wallace Hardwell va bouleverser sa vie.Une enquête secrète aux relents nauséabonds menée par un inspecteur de Scotland Yard dans les bas-fonds du Londres de Jack l’éventreur. Entre crimes et passions, amour et trahison, là où s’affrontent l’honneur et l’horreur de la loi des hommes.

 

 

 

 

L’auteur : Wendall Utroi, comme il se décrit lui-même, a toujours été un grand fan de lecture de toutes sortes depuis le plus jeune âge. Grâce à l’argent de poche que lui donnait son grand-père, après la messe, il courait aussitôt à la librairie. Il pense que c’est grâce à sa tante (qui vivaient encore chez ses parents) qu’il s’est passionné pour la lecture. Il est passé (comme beaucoup d’entre nous) de Pif Gadget à Jules Verne entre Alexandre Dumas, les livres de la bibliothèque verte, puis la science-fiction. 
A 16 ans, il obtint son diplôme de dessinateur industriel et ce fût la rentrée dans la vie active.
L’auteur est l’heureux papa de 3 enfants. En 2001, ce fût les débuts de son premier roman après avoir publié quelques nouvelles. Il est l’auteur d’ Un genou à terre, l’Enjeu, Mama Finger, Wanda, Comme un phare dans la tourmente, La tête du lapin bleu et de La loi des hommes. Ancien policier formateur, il vit aujourd’hui à Romans-sur-Isère.

Extrait :
J’ai découvert la rue avec un regard différent. Tout me semblait étranger désormais. Là où j’appréciais l’effervescence ne se trouvaient plus que misère, relents de bière et obscénité. Les cours, si animées, n’étaient plus que dépotoirs immondes où les déchets se mêlaient aux pavés branlants. Les travailleuses et les mères de famille respectables me dégoûtaient ; elles se baladaient sans corset, dépoitraillées sous un châle à l’odeur de sueur âcre, les chausses crottées, et les jupes rapiécées.  Elles s’étaient muées en de vulgaires païennes, sans avenir, résignées à leur médiocrité.

Les missives de Fanny H :

La loi des hommes, Wendall Utroi

C’est le premier livre de Wendall Utroi que je lis et c’est aussi en même temps une découverte totale de l’auteur. Ce roman est annoncé comme un thriller mais pour moi pas du tout. C’est plutôt une histoire policière sur fond de réalité historique. Oui car les faits terribles dont nous parle Wendall Utroi ont bel et bien existé.

L’histoire commence par Jacques, employé d’un petit village du nord de la France, qui découvre les mémoires cachées d’un policier anglais ayant vécu deux siècles auparavant. Il fait traduire les pages par sa fille et se presse de les lire.

Il va cependant totalement plonger, comme nous lecteurs, dans cet univers lourd et l’affreuse noirceur des bas-fonds de ce Londres des années fin 1800. Il va suivre petit à petit l’enquête de J.Wallace Hardwell, un policier intègre et humain, qui essaye de faire de son mieux face à tout ce qu’il va apprendre de sordide, notamment le fait qu’un membre de la famille princière et de nombreux nobles fréquentaient un établissement aux mœurs plus que condamnables en y retrouvant de jeunes garçons.

Le pouvoir a eu, comme à l’époque ou de nos jours également, gain de cause sur la presse. Déjà, de ce temps, on apprend que certains journalistes étaient prêts à faire éclater la vérité mais que les plus riches et les plus puissants (ici dans ce pays en l’occurrence la royauté) savaient très bien faire taire qui ils souhaitaient et de n’importe quelle façon. 

Cette histoire est bien écrite, j’ai pris plaisir à retrouver ce livre et ses personnages dès que je le pouvais. Cependant, j’attendais plus de suspense ou de tension dû au fait de l’évocation de Jack l’éventreur en 4ème de couverture et je suis restée un peu sur ma faim. 

L’auteur évoque des sujets graves et met l’accent sur des points importants comme la pauvreté engendrant la prostitution, des grossesses non désirées, des soins inexistants car trop cher, des avortements commis dans des conditions d’hygiène épouvantables menant ainsi à la mort de la jeune mère.

La condition de la femme et de l’enfant pauvre est terrible à l’époque victorienne en Angleterre et partout en Europe. Malheureusement, ce sujet est toujours d’actualité. Dans de nombreux pays dit civilisés ou non, la prostitution, même enfantine sévit toujours et l’accès aux soins comme nous avons la chance en France n’est pas identique partout en 2020. Wendall Utroi nous dépeint un bien triste tableau mais réel. Et vous, avez-vous envie de suivre cette enquête dans les abimes de cette Angleterre du XVIIIème siècle ?

11 réflexions sur “La loi des hommes, Wendall Utroi

  1. Bianca me l’a proposé en LC et ce sera pour janvier, mais dommage si on n’a pas beaucoup de Jack, je pensais que… Maintenant que je le sais, je n’aurai pas de grandes attentes sur l’éventreur et je profiterai du côté social du roman 😉

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s