Le top lecture 2018 d’une lectrice , Kris

Le top lecture 2018 d’une lectrice ,

Kris

 

Top 2018 kris

Le top 13 de Kris

Top Kris

Les ombres de Montelupo – Valerio Varesi

Le Simenon italien !
20 000 lecteurs déjà conquis
La troisième aventure du commissaire Soneri

Dans cette nouvelle aventure du commissaire Soneri, Varesi explore les rancœurs enfouies sous l’apparence paisible d’un petit village de montagne. Dans son travail continu sur la mémoire, il dépeint un monde en train de disparaître, un mode de vie menacé par l’exode rural des jeunes qui ne veulent plus de cette vie rude.

Les ombres de Montelupo - Valerio Varesi4e de couv :
C’est l’automne à Parme. Le commissaire Soneri décide d’échapper à la grisaille de la ville en retournant dans son village natal des Apennins pour des vacances bien méritées. Il se réjouit à l’idée de cueillir des champignons sur les pentes boisées de Montelupo, une activité jadis partagée avec son père. Sur le village isolé règne la famille Rodolfi, producteurs de charcuterie depuis des générations. Le patriarche, Palmiro, mène sa barque d’une main sûre. Mais derrière la réussite, se profile un drame familial : le fils, Paride, a d’autres projets pour son avenir… Brutalement, la famille est plongée au cœur d’un scandale financier qui touche toute la petite communauté : Palmiro aurait escroqué la plupart des habitants en leur faisant miroiter des placements financiers qui s’avèrent bidons. Peu après, un randonneur fait une découverte macabre dans les bois : le cadavre de Paride. Voilà qui signe la fin des vacances paisibles de Soneri, embarqué malgré lui dans une enquête où les relations complexes entre le père et le fils Rodolfi jouent un rôle prépondérant. Et en creusant, Soneri va se retrouver bien plus impliqué qu’il ne l’aurait souhaité, quand il découvre que son propre père et Palmiro étaient amis…

 

La guerre est une ruse – Frédéric Paulin


Editions Agullo

Ce livre est un constat, certes, mais mené tambours battants à la manière d’un thriller. Aussitôt en main, impossible de le poser.

Le début de Daesh et des hostilités ?

On suit le cheminement d’un agent de la DGSE en poste à Alger de 1992 a 1995. Inutile de préciser que les missions ne sont pas de tout repos et à hauts risques. D’autant que sa famille est restée en France et que l’éloignement ne facilite pas les choses.
Quand on est un agent de l’état français au patronyme arabe, on n’est plus loin de la
recherche d’identité, né algérien et faire partie de la DGSE à Alger n’est pas une mince affaire.

Il flaire les unions contre nature qu’il entrevoit autour de lui mais parviendra- t ‘il a en apporter les preuves ?

J’ai quitté à regret Tedj Benlazar, attachant au possible, mais mon petit doigt me dit qu’il en a encore sous le pied.

Le contenant est attirant, certes, mais le contenu le mérite grandement !

La guerre est une ruse de Frédéric Paulin4ème de couv

Algérie, 1992. Après l’annulation des élections remportées par le Front islamique du salut, une poignée de généraux, les « janviéristes », ont pris le pouvoir. L’état d’urgence est déclaré, les islamistes pourchassés ont pris les armes. Le pays sombre dans une violence sans précédent… Tedj Benlazar, agent de la DGSE, suit de près les agissements du tout-puissant Département du renseignement militaire, le sinistre DRS qui tire toutes sortes de ficelles dans l’ombre. Alors qu’il assiste à l’interrogatoire musclé d’un terroriste, Tedj apprend l’existence de camps de concentration où les islamistes seraient parqués dans des conditions inhumaines. En fouinant plus avant, il met au jour des liens contre-nature entre le DRS et les combattants du GIA. Quel jeu jouent donc les services secrets avec les terroristes ? Les massacres quotidiens sont-ils l’oeuvre des uns ou des autres ? Ou d’une instrumentalisation diabolique des seconds par les premiers ? Benlazar acquiert la certitude que les généraux sont prêts à tout pour se maintenir au pouvoir. Et la dernière phase de leur plan va commencer : exporter le chaos par-delà la Méditerranée, pour forcer la France à soutenir leur croisade anti-terroriste. Tedj parviendra-t-il à réunir assez de preuves pour convaincre sa hiérarchie avant que l’horreur ne s’invite à Paris ? Avec ce premier tome, Frédéric Paulin plonge le lecteur au coeur de la décennie noire qui ravagea l’Algérie et préfigura une nouvelle ère de terreur inaugurée par les attentats du 11 septembre.

Kisanga – Emmanuel Grand


Éditions Liana Lev

Prix LANDERNEAU POLAR 2018

Bon j’ai quand même été obligée de piquer Kisanga à mon mari (Joke entre Emmanuel et moi)
Traité comme un thriller, ce roman est quand même bien autre chose ! Emmanuel GRAND nous explique (et ce n’est pas simple) les jeux d’influence en Afrique sous couvert de contrats faramineux qui en réalité, cachent bien d’autres enjeux politico-vereux.

La finance, toujours la finance et elle n’est pas l’amie de tous !!

Ici déambulent politicards plus ou moins nets, jeunes loups aux dents longues, mercenaires, journaliste d’investigation qui risque gros et quand même quelques personnages honnêtes, mais rares.

Un roman bien rythmé qui ne fait que confirmer les magouilles auxquelles se livrent certainement tous ces gens bien propres sur eux. Certes c’est un roman, mais qui fait réfléchir. On se doute bien que tout ce qu’on nous montre comme des contrats mirobolants ont leur envers du décor pas joli joli.

Mais peut on tout occulter ?

Et dans tout ça, le Congo avec ses hauts placés qui se rincent et la population qui trinque.
KISANGA – Emmanuel GRAND

Kisanga de Emmanuel Grand4eme de couv
Il y a foule dans les salons du musée de la Marine. Sous les applaudissements de tout le gotha politico-économique, la compagnie minière Carmin célèbre le lancement de Kisanga : un partenariat r coexploiter un fantastique gisement de cuivre tapi au coeur de la savane congolaise.

Les ministres se félicitent du joli coup de com’ avant les élections ; les golden boys de la City débouchent le champagne. Mais au même moment, Carmin rend un dernier hommage à l’un de ses cadres décédé dans des circonstances suspectes tandis que les services français font appel à leur meilleur barbouze pour retrouver un dossier brûlant disparu à l’est du Congo.
La mécanique bien huilée s’enraye et débute une course contre la montre entre une escouade de mercenaires armés jusqu’aux dents, l’ingénieur de choc chargé de piloter Kisanga et un journaliste opiniâtre qui sait mieux que personne que sous les discours du pouvoir se cache parfois une réalité sordide.

Cette histoire de manipulation, où la vérité se dérobe jusqu’à la dernière page, se déploie sur fond de mutations économiques en Afrique et de collusion des pouvoirs autour du trésor empoisonné que constituent les richesses de son sous-sol.

Emmanuel Grand, né en 1966, vit en région parisienne. Terminus Belz (Liana Levi 2014, Points 2015, Prix Polar SNCF) et Les Salauds devront payer (Liana Levi 2016, Livre de poche

OURS – Philippe Morvan

Calmann- Levy

Un roman initiatique, d’aventures et d’hommage. Le parcours de Gabriel Morange, de son Augergne natale à l’Algérie en passant par le Viet Nam pour se terminer aux États Unis est loin d’être banal.

Contrairement à « 3000 chevaux vapeur » j’ai trouvé ce roman touchant et attachant de par l’étoffe de son personnage, son humanité et l’esprit de famille qui l’habite.

De sa toute jeunesse entourée de ses 2 frères et de sa mère, veuve, à sa fin, Gaby aura toujours privilégié l’humain. Pensant venger son père et son frère, morts a la guerre il s’engage à son tour mais est témoin de tant d’horreurs qu’il finira par devenir missionnaire auprès des Navajos.

Il assiste, impuissant, à leur extermination et s’attache à un jeune Navajo, Ahiga, qu’il considèrera comme son fils et que toute sa vie il cherchera à protéger, même contre lui.

La raison de son engagement sans faille lui apparaîtra a la fin de sa vie comme une mission, celle d’être le témoin d’une époque.

Une bien belle fresque qu’on quitte à regret.

OURS - Philippe Morvan4eme de couv

Le parcours initiatique d’un jeune Français
dont les yeux s’ouvrent peu à peu devant
la barbarie des hommes
Désert américain. 1880. Tandis qu’il regarde, impuissant, son dernier compagnon agoniser sous un ciel où tournoient déjà les vautours, Gabriel Morange se souvient. Le chemin a été long depuis son enfance en Auvergne jusqu’à ce défilé où il s’apprête à mourir. Un chemin marqué au fer rouge des violences du siècle.
Bouleversé par la mort de son père et de son frère dans les guerres coloniales, le jeune Gabriel quitte son village pour s’engager à son tour. Mais sa soif de vengeance vacille bientôt devant les combats abjects, les atrocités, les horreurs commises par son propre camp, en Kabylie d’abord, au Vietnam ensuite. Jurant de ne plus jamais prendre les armes, Gabriel part comme missionnaire auprès des Indiens Navajos. Hélas, là-bas aussi les hommes s’entretuent pour dominer les terres et les esprits. Restera-t-il indifférent à la disparition annoncée de ce monde indien où il a enfin sa place ?
Hymne à la liberté des peuples, Ours nous emmène dans les pas d’un homme qui aura cherché et trouvé beaucoup plus que la rédemption : une raison de vivre et de lutter.
Un roman d’aventures plein de souffle,une émotion poignante

René Manzor – Apocryphe

Calmann- Levy

Jérusalem. An 30.
Un petit garçon regarde avec rage son père agoniser sur une croix.
Son nom est David de Nazareth,
et ceci est son histoire.

Une fresque épique, violente et émouvante, sur les traces d’un adolescent en quête de justice et de vérité.

Un thriller biblique à couper le souffle, relecture stupéfiante de l’histoire officielle

 

Apocryphe de René ManzorRésumé

Jérusalem, an 30. Un petit garçon de 7 ans reste sur le Golgotha, les yeux rivés sur l’homme cloué sur la croix centrale. Il est le fils de Yeshua. Plus tard, le jeune David de Nazareth, qui a grandi dans le désert de Judée auprès de sa mère, Mariamné, est lassé de vivre caché. Sa révolte intérieure le pousse à s’enfuir afin de rejoindre Jérusalem.

 

 

 

 

 

 

 

top 13 kris

Derniers jours à Alep – Guillaume Ramezi

Original – Captivant – Flippant
Pour un premier roman, c’est juste WAOUH !
Ces derniers temps je suis allée de déceptions en déceptions sauf pour 2 « La guerre est une ruse » et « Prodiges et Miracles mais là, carton plein !!

Tout en étant un thriller captivant (Je sais je l’ai déjà dit) ce roman aborde quand même une des grandes inquiétudes de notre temps.

On peut bien sûr, ne pas penser, c’est tellement plus facile, il n’empêche que quand on est au pied du mur …

Bref, je sais que certains diront que c’est d’actualité et patati et patata, que c’est du roman mais combien de fois avons nous dit que la réalité dépassait la fiction. Eh bien là, si vous souhaitez vous distraire tout en restant dans les préoccupations de notre époque, n’hésitez pas ! Tout se tient dans ce récit et Dieu sait si ce n’est pas toujours le cas.

Oui il est question en effet de terrorisme, de cellules dormantes, d’attentats, de virus mais c’est intelligemment écrit et pertinent.

Un coup d’essai qui est un coup de maître, bravo Monsieur Ramezi.

Derniers jours à Alep de Guillaume Ramezi4eme de couv

Mathias est un jeune cancérologue émérite. Cancérologue par vocation. Ce mal a emporté son père lorsqu’il était enfant. Seulement quand 25 ans plus tard, il voit apparaître le visage de son père sur une chaîne info, sa vie bascule. D’autant que l’homme est recherché pour terrorisme… Mathias se lance alors dans une traque hasardeuse pour retrouver son géniteur. Il ne peut se douter des dangers qui l’attendent. Il arrive au moment même où cette organisation s’apprête à semer la terreur sur l’Occident, à le mettre à ses pieds… Mathias aura-t-il le courage d’aller jusqu’au bout ? Saura-t-il affronter les secrets qu’il veut percer ?

Entre deux mondes – Olivier Norek

Humanité, compassion, tristesse, violence, Amour. …. tout un panel de sentiments viennent vous envahir au long de ce livre.

La fameuse « Jungle » de Calais en est l’acteur principal ! On ne juge pas qui ou qui, ce livre est un constat et c’est pas joli joli !!

Ça m’a rappelé Maxime Le forestier avec son « Né quelque part » , cette chanson du passé m’est revenue en pleine figure après 30 ans alors qu’on croit , à chaque époque, avoir connu le pire.

Un « beau » témoignage sur notre société et ses dérapages.

Décidément, Olivier a le don d’éclairer tous les côtés sombres de notre époque.

Entre deux mondes4eme de couv

Adam a découvert en France un endroit où l’on peut tuer sans conséquence

 

 

 

 

 

 

 

Au cinquième étage de la faculté de droit Christos Markogiannakis,

 


Un polar qui surprend du fait de son cadre, la faculté de droit d’Athènes, service criminologie, un comble !!
Il est dit, a un moment que la communauté académique est la reproduction de notre société en miniature, avec ses rivalités et ses conflits. L’enquête démontrera que les deux meurtres commis au sein du département de criminologie en est le parfait exemple .La fin est une apothéose dans le sens où tous les scénarios sont exposés, décryptés, décortiqués et dévoilés à tous les suspects. Une gourmandise pour ceux qui aiment le suspense.Bref encore du très bon !!Christos Markogiannakis Au 5e étage de la faculté4eme de couvCinquième étage de la faculté de droit d’Athènes, section de criminologie. Anghélos Kondylis, doctorant en criminologie, découvre le corps sans vie de la professeure Irini Siomou… avant d’être tué à son tour. Chargé d’enquêter sur ce double meurtre, Christophoros Markou, jeune capitaine fraîchement diplômé, entre dans l’univers secret de l’Université : un effrayant dédale où s’entrelacent ambitions professionnelles, compromissions, lâchetés et vanités. Markou trouvera-t-il la lumière ? Puisant dans sa propre expérience, Christos Markogiannakis, diplômé de criminologie et de droit, auteur d’un essai remarqué, Scènes de crime au Louvre, signe un brillant premier polar qui dévoile la personnalité atypique du capitaine Markou, empêcheur de tourner en rond dans une Grèce au bord du chaos.

 

Les retournants Michel Moati

Cette guerre 14/18 fut bel et bien un cataclysme humain. Même traité sous forme de roman, On peut imaginer facilement la destruction physique et morale qu’elle aura eu sur nos compatriotes, même si le trait est parfois forcé.

Quand on sait le sort réservé aux déserteurs pendant la guerre 14/18 , en suivant ces deux hommes (même si l’un d’eux semble un être malfaisant) on est comme pris dans un étau !

Comment vont ils pouvoir s’en sortir ?

Michel Moatti est passé maître dans l’art de conter des histoires qui vous prennent aux tripes.

Les retournants - Michel Moatti

4eme de couv

Août 1918, deux soldats décident de fuir le front.

Sur le front de la Somme, la guerre n’en finit plus de finir. Vasseur et Jansen, deux lieutenants français terrorisés par l’imminence d’une dernière grande offensive qu’on annonce terriblement meurtrière, décident de fuir le front. Les voilà déserteurs, et bientôt, pour préserver leur retraite, assassins.
Sous de fausses identités, ils trouvent refuge à l’Arrière, dans une étrange propriété forestière, à l’abri de la guerre et du monde. Là vivent un vieil industriel anobli désormais ruiné par la suspension des activités économiques, et sa fille Mathilde, poitrinaire et somnambule.
Mais François Delestre, dit  » le Chien de sang », un capitaine de gendarmerie, traqueur de déserteurs, est déjà sur leur piste. Comme les limiers de chasse au flair infaillible, il a la réputation de ne jamais lâcher sa proie…

Lauréat du prix du polar de Cognac 2017 avec Tu n’auras pas peur.

La nuit de l’ogre – Patrick Bauwen


Un tabac il va faire ce bouquin !!
Où l’on apprend comment « Le chien » est devenu « Le chien » ….Chris Kovak a le chic pour se retrouver embarqué dans des situations compliquées. Mais ne les recherche-t-il pas aussi un peu ?? Depuis sa séparation d’avec Audrey il semble que chacun cherche un peu sa place.L’originalité tient aussi au fait que c’est Chris Kovak médecin urgentiste , qui mène l’enquête en parallèle avec la police.L’auteur décrypte également un peu pour nous le milieu estudiantin de la médecine avec ses rites initiatiques et ses confréries où on essaie de dédramatiser les situations tragiques qui ne manqueront forcément pas de se produire dans l’exercice de leur métier.Et Patrick ne nous a pas menti, photo post mortem et situations glaçantes garanties !!Moi je dis « Pari plus que tenu », un auteur au faîte de son art mais ne vous y trompez pas, il en a encore sous le coude !!

La nuit de l'Ogre- Patrick Bauwen4eme de couv

La mort est un art.
Vous en êtes le spectateur.
Et vous pourriez être sa prochaine victime.

Des sous-sols de Paris aux recoins obscurs des facultés de médecine, Chris Kovac, médecin urgentiste, se lance à corps perdu dans une enquête qui ressemble à une nuit sans fin.
Après Le Jour du chien, Prix polar 2017…

 

 

 

 

Changer l’eau des fleurs – Valérie Perrin
Éditions Albin Michel

 

Merci à Philippe Fournier et Marc Clot pour la découverte de ce très beau roman

Des gens simples (pas des peoples) mais qui, quoiqu’en pensent certains, ont leurs joies et leurs peines.
Et au milieu de tout ça, l’amour
L’amour, celui réparateur, celui des amours contrariés, des rendez-vous ratés et l’amour des autres.
Mais ce n’est pas un roman d’amour à l’eau de rose (tiens pas fait exprès mais ça va bien avec Le titre) ce sont des tranches de vie , des tranches de mort aussi …
C’est gai, c’est triste, c’est sombre et lumineux a la fois, l’auteur fait passer un tas de frissons, de sentiments, c’est d’une grande humanité et plein de poésie, mais attention ce n’est pas mièvre, bien au contraire. C’est d’un grand réalisme.

Valérie Perrin a écrit une petite musique, tantôt triste, tantôt gaie que vous garderez longtemps au fond de vous.

4ème de couv

Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.
Après l’émotion et le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin nous fait partager l’histoire intense d’une femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur. Avec ce talent si rare de rendre l’ordinaire exceptionnel, Valérie Perrin crée autour de cette fée du quotidien un monde plein de poésie et d’humanité.

Un hymne au merveilleux des choses simples.

Le douzième chapitre – Jerome Loubry

 

Quel plaisir de découvrir cet auteur !

Un roman passionnant aux multiples rebondissements, original comme je les aime.

Ces souvenirs d’enfance qui ressurgissent alors qu’ils étaient enfouis bien secrètement et un suspense bien mené assorti d’une fin un peu pressentie mais attendrissante en font un roman attachant.

Excellent

Le douzième chapitre - Jerome Loubry4eme de couv
Eté 1986. David et Samuel ont 12 ans. Comme chaque année, ils séjournent au bord de l’océan, dans le centre de vacances appartenant à l’employeur de leurs parents. Ils font la connaissance de Julie, une fillette de leur âge, et les trois enfants deviennent inséparables. Mais une ombre plane sur la station balnéaire et les adultes deviennent de plus en plus mystérieux et taciturnes. Puis alors que la semaine se termine, Julie disparaît. 30 ans plus tard, David est devenu écrivain, Samuel est son éditeur. Depuis le drame, ils n’ont jamais reparlé de Julie. Un jour, chacun reçoit une enveloppe. A l’intérieur, un manuscrit énigmatique relate les événements de cet été tragique, apportant un tout nouvel éclairage sur l’affaire..

Là où vivent les loups – Laurent Guillaume

Editions Denoël – 304 pages

Un thriller/polar comme je les aime !!

Les personnages sont fouillés (normal y a des policiers 😁😁) mais c’est beaucoup plus qu’une simple histoire de gendarmes et de voleurs !

J’aime beaucoup la lucidité de l’auteur sur les choses de la vie. L’expression « prélever un loup » m’a fait bondir et puis je me suis rendue compte que Laurent voyait les choses de la même façon que moi, que maintenant on n’appelle plus un chat, un chat mais qu’on aime endormir les gens en employant des termes qui dissimulent la vérité.

Bref le temps des petits seigneurs qui font la pluie et le beau temps dans leur fief n’est pas révolu. C’est de la fiction, je sais, mais qui reflète bien notre société.

Et Priam est un flic atypique qui me plaît bien.

Franchement si vous hésitiez, allez y, vous passerez un excellent moment, en tout cas, pour moi ce fut le cas.

Là où vivent les loups4eme de couv
Le train arrive dans la petite gare de Thyanne, terminus de la ligne. Priam Monet descend pesamment d’un wagon. Presque deux mètres pour un bon quintal et demi, mal sapé et sentant le tabac froid, Monet est un flic misanthrope sur la pente descendante. Son purgatoire à lui c’est d’être flic à l’IGPN, la police des polices. Sa mission : inspecter ce petit poste de la police aux frontières, situé entre les Alpes françaises et italiennes. Un bled improbable dans une vallée industrieuse où les règles du Far West ont remplacé celles du droit. Monet n’a qu’une idée en tête, accomplir sa mission au plus vite, quitte à la bâcler pour fuir cet endroit paumé. Quand on découvre dans un bois le cadavre d’un migrant tombé d’une falaise, tout le monde pense à un accident. Pas Monet. Les vieux réflexes ont la peau dure, et le flic déchu redevient ce qu’il n’a cessé d’être : un enquêteur perspicace et pugnace. La victime était-elle un simple migrant? Qui avait intérêt à la faire disparaître? Quels lourds secrets cache la petite ville de Thyanne? Monet va rester bien plus longtemps que prévu.

À propos de l’auteur (2018)

Laurent Guillaume a débuté sa carrière comme commandant d’une unité spécialisée en anticriminalité et en violences urbaines dans le Val-de-Marne. Après un passage aux stups, il passe quatre ans au Mali dans le cadre de la coopération pour les affaires de stupéfiants. Il travaille depuis 2011 à la brigade financière d’Annecy

– avec laurent Guillaume.

Soeur- Bernard Minier

 

Pauvres âmes déchues.
Il a fallu que je vous tue…

Mai 1993. Deux soeurs, Alice, 20 ans, et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d’arbres.

Le jeune Martin Servaz, qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’oeuvre aussi cruelle que dérangeante.

Les deux soeurs n’étaient-elles pas ses fans ? L’un de ses plus grands succès ne s’appelle-t-il pas La Communiante ? … L’affaire connaît un dénouement inattendu et violent, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête, estime-t-il, une pièce manque, une pièce essentielle.

Février 2018 Par une nuit glaciale, l’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée… elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu’à l’obsession.

Une épouse, deux soeurs, trois communiantes… et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ?

Pour Servaz, le passé, en resurgissant, va se transformer en cauchemar. Un cauchemar écrit à l’encre noire.

 

Publicités

6 réflexions sur “Le top lecture 2018 d’une lectrice , Kris

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s