Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza

Le livre Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza. Traduit de l’espagnol par Serge Mestreparu. Parue le 03 septembre 2014 aux éditions Actes Sud dans la collection Actes Noirs. 23,80 €  ; (663 p.) ; 24 x 15 cm

 Réedité en poche le 1er novembre 2017  chez Babel dans la collection Babel Noir.  10,80 € ; (758 p.) ; 18 x 11 cm

 4ème de couverture : résumé de l’éditeur

«Un corps en flammes est retrouvé pendu au balcon d’un des monuments les plus emblématiques de Barcelone, La Pedrera, d’Antonio Gaudi. Bien mauvaise publicité pour la ville à quelques semaines de la consécration par le pape de la Sagrada Familia. Les services policiers sont aux abois et réintègrent l’électron libre Milo Malart, révoqué par mesure disciplinaire. Tandis qu’il enquête en binôme avec une jeune sous-inspectrice, qui semble tout droit sortie d’une série américaine à succès, les meurtres s’enchaînent selon un rituel immuable : toujours des membres de l’oligarchie barcelonaise, férocement mutilés au sein des édifices du célèbre architecte qui frit la gloire de la ville. Barcelone a vendu son âme au diable ; elle doit payer le prix de sa magnificence.

La chasse à l’homme est ouverte, mais qui cherche-t-on ? Un prédateur sadique assoiffé de vengeance ou la victime d’un système politique arrogant et corrompu, qui sacrifie les plus fragiles au faste tapageur de la ville et à sa manne touristique ? Pour répondre, il faut d’abord décrypter le symbolisme ésotérique des œuvres de Gaudi, aux formes proprement hallucinantes.

Dans une intrigue magistralement tenue jusqu’à la dernière page, orchestrant pressions politiques, énigmes maçonniques, mœurs dissolues et presse à sensation, Le Bourreau de Gaudi plante l’envers du décor d’une cité unanimement saluée pour sa beauté et sa prouesse architecturale. Une « Ville des prodiges » terriblement moderne et effroyablement archaïque.

Une enquête palpitante sur la piste de Gaudí, du symbolisme maçonnique et des expropriations subies par de nombreux habitants de Barcelone sacrifiés sur l’autel de la modernité et du tourisme. La face obscure de “la ville des prodiges”. »

 

L’auteur :  Aro Sáinz de la Maza, né à Barcelone en 1959, est écrivain.
Diplômé de l’Université de Barcelone, il écrit des polars, des essais et est co-auteur de compilations de contes traditionnels. Il a également été éditeur, traducteur et conseiller en narration de plusieurs auteurs.
Son premier roman, Le Bourreau de Gaudi (Actes Sud) a obtenu une mention spéciale du jury du V° prix international RBA du roman noir.        Un deuxième roman Les muselés paru en France en septembre 2016 se situe dans la continuité et toujours à Barcelone.

 

 

Extrait :
« Quel est le bijou le plus apprécié de la ville, celui qui la distingue de toutes les autres ? Gaudí. C’est son principal attrait. Les grands symboles sont aussi les meilleures cibles. Pourriez-vous me dire quel est le plus grand symbole de Barcelone ? Gaudí à nouveau. Vous ne comprenez donc pas que c’est sa cible principale ? »

   

La chronique jubilatoire de Dany

Le bourreau de Gaudi – Aro Sainz de la Maza

 

J’ai choisis ce roman pour son titre et pour Barcelone. Je l’ai lu début janvier 2015, alors que notre pays était sous la torpeur due aux attentats et sans savoir également que les ramblas allaient attirer les intégristes deux années plus tard… cependant, ce polar m’a bien plu malgré son extrême cruauté. On y découvre LA ville et les métamorphoses qu’elle a subies pour accueillir les jeux olympiques de 1992, qui ont, comme pour Pékin, laissé la part belle aux promoteurs, au détriment des habitants spoliés. L’évocation de Gaudi y est très documentée et force le respect. Ca c’est pour le contexte. L’intrigue quant à elle est intéressante, très prenante au début, elle traîne parfois en longueur ensuite, avec une fin un peu précipitée. Les conflits interpersonnels dans la police locale pimentent l’action tout comme les exactions d’un journaliste sans éthique. Pas nécessaire de connaître la ville pour y prendre goût encore que ça ajoute du plaisir à la lecture. Bref, un très bon moment de lecture et d’évasion !

Lu en version numérique. epub 9,99 € (569 pages en numérique)

 

Extraits :
« Beaucoup de noms illustres, de gens avec plusieurs générations respectables derrière eux, se sont laissés séduire par le chant des sirènes et ils voient à présent leur position et leur prestige menacés pour avoir donné leur appui, et peut-être un peu plus, à un escroc. Et puis il y a également les responsables politiques. Et leurs partis. Tout le monde craint que la marée noire de la corruption ne les atteigne. Pour l’instant, tout se maintient dans un calme tendu, mais le mauvais temps approche. »
« La passion et une bonne chose, mais pas lorsqu’elle se transforme en possession. »
« Les mausolées les plus luxueux étaient répartis de chaque côté d’une rue, c’étaient d’authentiques cathédrales miniatures bâties auprès d’humbles niches familiales. […]Une fois de plus, il remarqua la nécessité qu’éprouvaient certains de montrer au monde entier qui ils avaient été de leur vivant et l’argent qu’ils avaient gagné, en construisant leur dernière demeure sans regarder à la dépense. Et cela lui sembla choquant. L’être humain avait besoin de se distinguer, même dans la mort. Il fallait que sa tombe témoignât de sa classe sociale devant le commun des citoyens. »

Publicités

11 réflexions sur “Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s