Les trente ans de la Griffe Noire, bis repetita

Les trente ans de la Griffe Noire, bis repetita

Le 27 septembre dernier ma librairie proposé à ses clients et lecteurs de venir une nouvelle fois fêter ses 30 ans.

Nous étions conviés à venir à la rencontre de 6 auteurs de la team Robert Laffont et Nil éditions

Ce soir là nous étions 2 flingueuses à la Griffe Noire, il y avait là aussi Notre Plume noire, Sylvie K.

Comme deux andouille nous avons oublié de faire une photo flingueuse ensemble, prise que nous étions dans nos discutions avec les auteurs

Au printemps dernier, nous étions déjà invités par la Griffe Noire et les éditions Le Livre de Poche à souffler les 30 bougies de ma librairie , souvenez vous !.

La belle équipe, libraires, auteurs, éditeurs…

Une nouvelle fois…

L’occasion était belle pour découvrir de nouveaux auteurs

J’avais déjà eu la chance de rencontrer Romain Slocombe et Yasmina Khadra

Je connais un peu Jérôme Atal

Mais Claire Norton, Joy Raffin  étaient inconnu à mes yeux.

Quand à  Sarah Cohen-Scali son nom ne m’était pas totalement inconnu, j’avais lu 2 polars de cette auteurs au début des années 2000. Mais je n’en ai gardé aucun souvenir. Et c’est c’est quand est sorti Max, il y a trois ans et qu’on a beaucoup parlé de ce bouquin que je me suis souvenue de son nom. L’occasion était belle de la rencontrer et de discuter avec elle qui a beaucoup écrit pour la jeunesse mais pas que !

Un beau moment d’échange avec Sarah Cohen-Scali

 

Bien sur je n’ai pas pu m’empêcher d’aller dire tout le bien que je pense de sa trilogie à monsieur Slocombe. Romain est un type timide mais passionnant. Je comprends mieux pourquoi j’adore ses bouquins.

J’ai laissé Romain entre de bonnes mains, celle de mon acolyte Sylvie K  qui le matin même me demandait si je voulais une interview de cet auteur.

 

 

J’ai poursuivi mon petit tour.

Ecouter Jérôme Attal avec ses fans, leur parler de son dernier roman 37, étoiles filantes

Paris, 1937. Ayant appris que Jean-Paul Sartre médisait de lui à travers les cercles intellectuels de la capitale, Alberto Giacometti est décidé à le retrouver et à se battre avec lui. Il est détourné de sa quête par une rencontre fortuite avec une jeune femme en danger.

Chercher à comprendre pourquoi le premier roman de Claire Norton marche si bien ? Même l’auteur reste surprise par le succès, elle ne si attendais pas surtout. En ton âme & conscience… Un Premier roman est déjà un best seller

Evan, chirurgien renommé, est hanté par un souvenir d’enfance traumatisant. Sa soeur Kelsie a été enlevée sous ses yeux. Vingt-cinq ans plus tard, un enfant l’aborde et lui annonce qu’il connaît Kelsie. Mais le garçonnet est un être décorporé dont le corps adulte est plongé dans le coma. Il le met sur le chemin de Lena, Susan et Angie, trois femmes en souffrance

 

cof

Papoté trop rapidement avec la voisine de Yasmina Kadra, Joy Raffin.

Il y a des fois comme ça des rendez-vous manqué, on ne sait pas pourquoi, c’est vrai que je voulais rentrais de bonne heure. Et pourtant j’ai très envie de lire son premier roman. J’espère que j’aurai l’occasion de la revoir après avoir lu son livre.

Née sous Reagan, Joy Raffin est une fille du bord de mer. Elle a grandi sur l’île d’OIéron, les États-Unis en horizon. Chroniqueuse sur France Inter où elle nous fait partager ses goûts pour le sport, la littérature, la bande dessinée ou le cinéma, elle vit aujourd’hui à Paris. Atlantic City est son premier roman

Atlantic City, Etats-Unis, 22 septembre 2017. Alors qu’un terrible ouragan menace de s’abattre sur la ville, différents personnages abîmés par la vie se succèdent au fil des chapitres, tels que le clochard Clarence Gambino, le présentateur de radio Richard Chaeer, un médecin humaniste ou une lycéenne rêvant d’évasion.

Enfin je suis allez revoir Yamina Khadra, on ne se lasse jamais d’une rencontre avec Monsieur Kadra, il es si bienveillant, si attentionné pour ses lecteurs. Sans oublier les lectrices…

Et justement j’avais une petite commande en ce jour de dédicace.

Mes petites soeurs Jumelles, Maud et Ophélie (pour ne pas les nommer) voulaient le dernier roman de cet écrivain. Et chacune pour des raisons différentes. Maud pour découvrir Khadra, et oui c’est possible chez les Flingueuses, et Oph parce qu’elle est une inconditionnelle de cet auteur.

Aussi pour l’occasion je ne pouvais pas ne pas leur offrir une petite photo de leur porte flingue avec Yamina Kadra.

Et puis comme souvent quand je me rend à la Griffe Noir pour un événement j’y retrouve quelqu’un que j’aime énormément. C’est d’ailleurs grâce à mes libraire mais aussi à cause de mon ami Frédo Fontes que j’ai découvert cet auteur atypique. Ce grand monsieur d’une gentillesse sans commune mesure. Je vous parle de Bernard Prou. L’unique Bernard Prou.

On est pas beaux là, Bernard Prou et moi !

Voilà fin de soirée pour moi, j’ai pas pris de champagne, juste laisser tentée par un ou deux petits fours salés.

Et pareil pour mes achats j’ai étais très raisonnable, 7 bouquins, 3 pour les flingueuses, 2 pour offrir lors de prochains concours sur Collectif Polar et 2 pour moi !

Rien de bien méchant en somme

 

Allez à très vite pour de nouvelles aventures

4 réflexions sur “Les trente ans de la Griffe Noire, bis repetita

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s