ITW Sériale Lectrices spéciale flingueuse ; Ge papote avec Marc


ITW Sériale Lectrices spéciale flingueuse

Ge papote avec Marc

Et oui, amis Polardeux, j’ai l’honneur de vous présenter un nouvel apprenti Flingueuse.

Et oui Jean Paul n’ai plus notre seul Mister Flingueuse, Marc vient grossir les rangs

Et c’est avec une grande joie que je me suis faite curieuse pour mieux vous le présenter.

Et comme c’est avec sincérité et générosité que Marc a répondu à mes questions, vous comprendrez mieux pourquoi je l’ai choisi lui, et pas un autre.

 


Place à L’ITW de Marc Schraub

 

GVL : Bonjour Marc, es tu prêt(e) à être soumise à la question ?

Oh oui, je suis chaud comme une cabane à frites.

 

GVL : Alors, , peux-tu te présenter ? je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, ta vie…

Né le 29 mars 1973. J’ai eu un Bac E avec mention bien, J’ai commencé un BTS, mais ne suis pas allé au bout. Service militaire dans la gendarmerie de l’air en Allemagne. J’ai bossé deux ans comme programmeur en robotique, avant de rentrer en 1995 à la SNCF pour être conducteur de trains.

Ma vie c’est avant tout la femme qui aujourd’hui est à mes côtés, et qui est TOUT pour moi. Sinon en dehors de la lecture, j’ai deux autres passions. La plus importante, c’est les échecs, que je pratique en compétions, avec des tournois dans toute l’Europe. La photographie est la troisième de mes passions.

Et Il ne faut pas oublier ma raison de vivre, Luc mon fils de 15 ans.

GVL : Merci pour ta sincérité. Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

 Mon père à beaucoup lu dans sa jeunesse, et avait gardé la plupart de ses livres. J’allais de temps en temps piocher dans ses cartons. Mais c’était le seul contact avec les romans. On m’offrait souvent des livres, mais c’était des encyclopédie diverses et variées, j’adorais ça.

GVL : Comment abordait-on le livre chez toi ?

 Il était primordial de respecter un livre, de faire attention à ne pas l’abimer.

GVL : Veux-tu bien me montrer ta/tes bibliothéque (s) :

 Bien entendu, je vais joindre des photos…

  GVL : Parfait je les vais les insérer entre ces lignes 

 Mais Marc peux-tu m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées ?

Les livres de poche sont classé par auteur. Les Broché, je n’ai pas fait de classement, ils sont là ou j’ai trouvé de la place. Mes nombreux livres d’échecs ont un classement spécifique. Mes BD sont à part.

GVL : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

 Le livre est souvent un bel objet. J’aime les toucher, les sentir, les manipuler. Et les lire, c’est s’évader dans des aventures vraiment extraordinaires. On peut vibrer, rire, pleurer, bien plus que devant un écran de télé. On apprend également beaucoup de chose, et ils font travailler la tête, nous font réfléchir, et peuvent ouvrir notre esprit.

 

 GVL : Es-tu papier ou numérique ?

 95% papier, 5% de numérique sur la Kindle

 

 GVL : En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

 Je suis inscrit dans une médiathèque, mais comme j’aime garder les livres, je n’en prends que très rarement là-bas.

 

GVL : Si oui qui as-tu trouvé, que t’ont-elles apportée ?

 Rien de spécial

 

GVL : Aïe, ta réponse est dure là pour la bibliothécaire que je suis ! , bon passant ! Alors du coup Marc, as-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une ou tu achètes tes bouquins ?

 Oui j’achète presque exclusivement chez Bisey à Mulhouse.

 

GVL : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (ça peut-être dans différent lieu, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairie où je vais voir des auteurs, des librairie que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs…mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion)

 Comme je disais, chez Bisey, mais à chaque fois que je vais à un salon ou festival.

 

GVL : Bon passons aux choses sérieux, tu es toujours prêt(e) ?

 J’ai coupé mon téléphone pour pas être dérangé, fonce je suis au taquet.

 

GVL : Combien de livre lis-tu par semaine, par mois, par ans ?

 Je ne suis pas un très gros lecteur. Entre 40 et 50 livres par an

 

 GVL : Tiens-tu décompte précis de tes lectures ?

 Oui, mais pas tellement dans le but de compter, mais pour répertorier simplement.

 

 GVL : As-tu une PAL ?

 Oh oui

 

GVL : Combien de livre dans ta PAL ?

 Grosso merdo 300 livres

 

 GVL : Pour toi c’est quoi ta PAL, quelles relations entretiens-tu avec elle ? Comment la vis-tu ?

 Ma PAL, c’est l’enfer quand je fini une lecture pour faire le choix de la suivante. Je les prends souvent en main, les touche, décide de mettre tel ou tel livre à coté pour l’attaquer à la fin de celui qui est en cours…Mais ça change quelques heures plus tard, je change d’avis, repars sur un ou deux autres…Elle est une masse en perpétuel mouvement. Et une seule personne est autorisé à « taper » dedans, c’est ma femme.

GVL : Alors…..Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

La réponse va être très basique : c’est le genre littéraire qui me donne le plus d’émotions.

 

GVL : Marc, dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

Franck Thilliez, Stephen King, Jacques Saussey, Claire Favan, Ian Manook, Bernard Minier…Dans le non polar, Sweig, Pennac.

GVL : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

1. Chanson douce, pour des raisons très personnelles qui font aujourd’hui je suis avec la femme la plus merveilleuse de la terre.

2. Seul le silence, qui est d’une beauté narrative absolue.

3. Sukkwan Island, qui est le seul livre où j’ai eu l’impression vraiment physique qu’on me colle une vraie tarte dans le visage à la lecture d’un passage précis.

4. Power, pour le travail monstrueux de recherche qu’il a fallu pour écrire ce roman.

5. Replay de Ken Grimwood, qui est juste exceptionnel, beaucoup on essayé d’aborder le même sujet, aucun n’a réussi à s’approcher de cette merveille.

GVL : Fréquentes-tu les festivals et autres salons…Si oui depuis quand ?

 Depuis deux ans j’ai pris gout à ces événements, et j’essaye d’en faire régulièrement, même si c’est à plusieurs centaines de km de chez moi.

GVL : Que t’apportent ces salons, ces rencontres ?

 J’y rencontre des passionnés, j’y découvre des auteurs pas encore lus. Et je m’y suis fait des amis.

GVL : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Si ce n’est rien qu’à moi je ne peux pas le partager.

Bon alors je dévoile un truc de dingue qui c’est passer au FSN, quand avant 9h du mat un dimanche matin tu entame une partie d’echec avec les maître du thriller français en personne, monsieur Franck Thilliez

GVL : Sinon…rien à ajouter ?

 Être flingueuse, c’est un merveilleux cadeau que vous me faites.

  

GVL : Tu es certaine que c’est ton dernier mot ?

 On ne peut jamais être certain de rien, d’autres mots viendrons plus tard…

 

GVL : Allez un petit coup de gueule. 

Mon coup de gueule : Les auteurs ne touchent pas assez d’argent sur le prix d’un livre.

GVL : ET Un gros coup de cœur… ?

Mon coup de cœur : Ce sont les gens formidables qui sont rentré dans ma vie depuis quelques mois grâce à la lecture. Je ne vais pas les nommer de peur d’oublier un nom…Mais depuis une semaine il y en a quelques-uns (unes) en plus que j’apprécie déjà énormément.

3 Flingueuses pour un porte Flingue. De droite à Gauche : Sofia, Marc, Ophélie et Ge

GVL :  Merci pour ces petites confidences, et à très vite sur collectif Polar

C’est moi qui te dit merci…

Marc

Deux mister Flingueuses : Jean Paul et Marc

Publicités

Aller simple Paris-Corrèze de Marie Wilhelm


Le livre : Aller simple Paris-Corrèze de Marie Wilhelm. Paru le 16 Mars 2018 aux Editions le Geste – Collection Le Geste Noir. 13.90 euros. 312 pages. 18 x 11 cm

4ème de couverture :
Nommé à Paris après son succès dans l’affaire dite « de l’Américain » à Limoges, le commissaire Savigny vit un drame familial qui le conduit à revenir en Limousin pour des vacances avec ses enfants. Il y croise un profes­seur déchu, une vieille institutrice altruiste, un bébé cou­rageux, un adjudant de gendarmerie chevaleresque, une épouse écrasée, un notaire tyrannique. Ce qui les relie ? Anna Lestrade, une jeune femme en butte à la malveillance générale au sein de la charmante bourgade de Meymac, en Corrèze. Le poids des préjugés et de l’envie empêchera-t-il l’émergence de la vérité ? C’est tout l’enjeu de cette his­toire dont le rythme s’accélère pour passer peu à peu du coup de vent à l’avis de tempête.

L’auteur : Agrégée d’histoire, Marie Wilhelm a enseigné pendant vingt ans. Elle se consacre désormais à l’écriture. Parisienne, elle a opté pour le Limousin où elle vit désor­mais avec sa famille. Elle a fait de sa terre d’adoption le théâtre de ses histoires policières. Elle s’est aussi impliquée dans un journalisme engagé, a collaboré avec le journal La Décroissance et avec quelques autres journaux culturels locaux.
A présent, elle écrit, milite en politique et profite de la nature, de sa famille et de ses amis. Le commissaire Savigny est son per­sonnage récurrent. Dans sa première aventure, il se heurte à un psychopathe américain qui sème la terreur dans Limoges. Les hasards de la vie le conduisent cette fois à Meymac, ancienne bourgade pleine de charme située en Haute-Corrèze.
Extraits :
« Les directives gouvernementales du moment donnaient la priorité au spectaculaire : surveillance ostentatoire des routes, patrouilles fréquentes dans certains quartiers dits à risques, sauvetages à la James Bond si possible filmés. Avec l’intensification des actions classifiées terroristes en France et dans toute l’Europe, il fallait donner au public le sentiment que tout était mis en œuvre pour renforcer la sécurité. »

Les Lectures de Maud :

Aller simple Paris-Corrèze de Marie Wilhelm


Le commissaire Savigny après avoir perdu sa femme part à la dérive et le voici parti en vacances avec ses enfants pour se ressourcer. Dans un village à priori calme, il pose ses bagages. Mais son flair de flic va vite être en éveil, il se passe des choses bizarres. Une femme disparaît laissant son enfant pour aller déposer plainte contre son mari et depuis demeure introuvable. Une rencontre avec un professeur dans le même état que lui va le sortir de sa routine.

Des personnages attachants, d’autres perclus de préjugés, certains austères ; voici la composition de ce village de Corrèze. Ici règnent en maître le « qu’en dira-t-on », les ragots, et les secrets. Un duo va très vite se former et nous apporter une enquête incroyable, pleine de rebondissements et de surprises (agréables et mauvaises).

Une belle promenade en province que nous livre ici l’auteur avec une plume entraînante, un rythme qui correspond parfaitement au thème et au ressenti de l’intrigue. Je lirai avec grand plaisir le premier opus de cette série car ce livre a été pour moi un bon moment de lecture et de découverte. Un conseil : Méfiez-vous des apparences et de ce que l’on peut vous colporter, la vérité est sûrement ailleurs !!

Je remercie l’auteur pour sa confiance

Version lue : Broché