L’exquis cadavre exquis, épisode 32


L’exquis cadavre exquis, épisode 32

Exquis Cadavre Exquis

Elle s’appelait Camille, avait la phobie de la chlorophylle et n’a rien trouvé de mieux que de se cacher dans une serre pour tenter d’échapper à son l’Assassin .

Les inspecteurs Lerot et Remini sont sur le coup mais de nombreuses questions restent encore inexpliquées

Pourquoi Max a-t-il été si troublé en apprenant la mort de Camille ? Qui envoyait à la victime de petits cercueils en bois ? Que sait la brigade financière sur cette mystérieuse affaire ?

Accrochez-vous, l’histoire se complique ! Camille a-t-elle été assassinée parce qu’elle enquêtait sur un vaste scandale pharmaceutique, avec Klatschmohn Aktion ? Ou bien à cause d’un détournement de fonds lié au Museum ? A moins qu’elle n’ait découvert l’escroquerie vinicole de son beau-père. Et si sa disparition était liée à celle de sa soeur jumelle ? La dépression de sa mère explique-t-elle son silence ? Quant à Costes, le privé à la réputation sulfureuse, quel rôle a-t-il joué dans l’histoire ?

Maintenant la suite c’est vous qui l’inventez !


L’exquis cadavre exquis

Episode 32

by Leeloo Dallas-multipass

Chantez, dansez, les têtes vont valser

 

Après avoir appris par Gustave que l’Inspectrice Rémini a survécu, Fantômette s’égare dans ses pensées. C’est son premier échec, jamais elle ne rate sa cible. C’était un contrat bien différent des autres. Vivement qu’elle passe à autre chose, en espérant que cette imbécile de Lalande n’entache pas sa réputation. Au pire, elle lui prend l’argent et lui fout une balle entre les deux yeux !

Le téléphone sonne. Elle sursaute et prend l’appel, en pensant à Lalande. Quand on parle du loup, on en voit la queue.

« Monsieur Lalande !… Oui, j’ai appris ! Elle n’est pas morte… Elle a eu de la chance, cette fois-ci, c’est tout ! Je vais me rendre à son chevet pour soulager ses douleurs… Non, monsieur Lalande, il n’y aura pas de prochaine fois, je vous assure. Elle sera morte avant demain soir… Je vais en finir avec elle et notre contrat sera terminé. Ne vous inquiétez pas, il n’y aura pas de suite à cette enquête ! Son remplaçant est aussi intelligent qu’un poisson rouge dans son bocal ! Et pour mes 30 000 euros ?…Pour le supplément, on oublie ?… OK ! Au revoir, oui, oui, à bientôt.  Je vous tiens informé. »

Elle raccroche sans le laisser parler. Quelle grosse merde, ce Lalande !

              ……………………………………………………………………………………………

Blanchard est à ses côtés quand Lalande appelle Fantômette. Il écoute attentivement la conversation. Il est très énervé et très mécontent que son demi-frère ait choisi cette femme pour faire le boulot.

« Franchement, tu crois vraiment qu’une nana, cette pétasse soi-disant tueur à gages, allait faire le boulot proprement, sans faire de vague ? Et en plus, tu la payes 30 000 pour ce travail ! Ecoute, je m’inquiète ! Elle ne nous a toujours pas donné l’enveloppe et en plus elle cherche à te faire chanter. Je vais envoyer mon homme de main, elle n’aura pas l’argent. Rien à faire ! Tout ce qu’elle aura, c’est une balle entre les deux yeux ! Elle veut te faire chanter ?  Ben, moi je vais la faire danser ! Et l’autre, l’inspectrice de mes deux, elle ressortira de l’hosto entre quatre planches ! »

Publicités

Je m’appelle Requiem et je t’…. – Stanislas Petrosky


Le livre: Je m’appelle Requiem et je t’….de Stanislas Petrosky. Paru le 15 juillet 2016 chez Lajouanie. 192 pages, 18 euros.

4ème de couverture:

Moi, vous ne me connaissez pas encore, mais ça ne va pas tarder. Je m’appelle Estéban Lehydeux, mais je suis plus connu sous le nom de Requiem.

Je suis curé, ça vous en bouche un coin ?

Oubliez tout ce que vous savez sur les prêtres classiques, 
je n’ai rien à voir avec eux, d’autant que j’ai un truc en plus :
je suis exorciste.

Je chasse les démons. Bon pas tous, parce que je dois d’abord gérer les miens, surtout quand ils font du 95 D, qu’ils dandinent du prose et qu’ils ont des yeux de biche.

Chasser le diable et ses comparses n’est pas de tout repos, je ne vous raconte pas. Enfin si, dans ce livre. Ah, un dernier détail : Dieu pardonne, moi pas…

petrosky_©_bruno_hilaire

L’auteur:  L’individu qui se cache derrière le pseudonyme de Stanislas Petrosky est français et vit en Normandie, à quelques kilomètres du Havre. Sa profession, thanatopracteur, n’est probablement pas pour rien dans son goût pour le crime et l’humour… noir. Stanislas Petrosky voue un culte immodéré à Frédéric Dard. Sa plume est trempée dans la même encre. Résultat, on se passionne, on se gondole, on frémit, bref on se régale. La preuve c’est Nadine Monfils, la mère de Mémé Cornemuse et d’Elvis Cadillac qui signe la préface.

 

Extrait:
« Ma paluche remonte doucement, je quitte la soie pour rencontrer la douceur de sa peau. J’adore franchir cette frontière entre le tissu et le derme. Tu passes de l’autre coté, au pays des rêves, Neverland, mon paradis sur Terre. »
« […] quand elle pointe son museau de belette à l’église et que je ne suis pas là pour l’accueillir, faut la voir repartir la souris grise. Courbée en deux, triste comme un bonnet de nuit […] »

Le « OFF » de OPH

« Je m’appelle Requiem et je t’… » de Stanislas Petrosky aux Editions Lajouanie.

C’est l’histoire d’un mec…
Vous la connaissez? Non? Oui? Non, parce que sinon…
Non parce que dîtes-le parce que quand les gens y la connaissent après on a l’air con… (Coluche…Amen)

Et je sais que beaucoup y connaissent ce mec, ce curtanche et j’voudrais pas avoir l’air… oh ben tant pis… J’vous raconte quand même l’histoire de c’mec… Au cas où vous ne la connaîtriez pas.

Alors… c’est l’histoire de… ok ok j’y viens…
C’est l’histoire d’un gars qui s’nomme Esteban Lehydeux. Lehydeux… avec un nom pareil j’me fais nonne et discrète. Et ben lui y s’est fait curé l’gars, et la discrétion c’est pas son hobby préféré. D’ailleurs, y paraît même qu’il enfile pas que des perles si vous voyez ce que je veux dire. Si si j’vous assure, des dix commandements il n’en respecte aucun.
Bref, c’est l’histoire d’un prêtre exorciste , beau gosse, qui contrairement au Vieux, son Boss, Dieu, ne pardonne pas; et quand une de ses ouailles se fait harponner par une bande de pédophiles sadiques, il se met en mode Loi du Talion.

Estéban Lehydeux alias Requiem (ouais c’est comme ça qu’il préfère qu’on l’appelle): un prêtre comme il n’en n’existe qu’un seul et unique (et heureusement), qui malgré une morale douteuse a plutôt bon fond. Faut dire qu’il ne peut pas être mauvais le garçon vu qu’il est amateur d’un breuvage réalisé avec une plante herbacée vivace de la famille des cannabacea (le houblon).

Il m’a fait rire le zigue avec son phrasé. J’aurais vu débarquer Béru et San-A au milieu du roman que j’n’aurais pas été surprise! Je les imagine bien broutasser les trois larons, et rien qu’à l’idée je jubile.
D’ailleurs Stanislas va falloir te foutre en GAV au Collectif Polar : Chronique de Nuit pour qu’tu nous causes de c’t’inspiration!
Pourtant t’as pas choisi un sujet léger… Faire rire autour de la pédophilie et du viol, chapeau bas. C’est là qu’on reconnaît le talent.

Ce roman c’est 180 pages de bonheur, des crampes aux zygomatiques. C’est cru, c’est violent mais c’est tellement bon. Berdol Stan, le papa de San-A aurait adoré Requiem.

Si vous ne connaissez pas l’histoire de c’gars et que vous aimez rire même du pire, faites un tour chez vot’ dealer de livres préféré histoire de faire connaissance.

Quant à toi Requiem, tu as un bon palais côté houblon mais je préfère de loin me noyer le chagrin dans la Karmeliet en triple, s’il te plaît, que dans la Paix-Dieu!