L’exquis cadavre exquis, épisode 31


L’exquis cadavre exquis, épisode 31

Exquis Cadavre Exquis

Elle s’appelait Camille, avait la phobie de la chlorophylle et n’a rien trouvé de mieux que de se cacher dans une serre pour tenter d’échapper à son l’Assassin .

Les inspecteurs Lerot et Remini sont sur le coup mais de nombreuses questions restent encore inexpliquées

Pourquoi Max a-t-il été si troublé en apprenant la mort de Camille ? Qui envoyait à la victime de petits cercueils en bois ? Que sait la brigade financière sur cette mystérieuse affaire ?

Accrochez-vous, l’histoire se complique ! Camille a-t-elle été assassinée parce qu’elle enquêtait sur un vaste scandale pharmaceutique, avec Klatschmohn Aktion ? Ou bien à cause d’un détournement de fonds lié au Museum ? A moins qu’elle n’ait découvert l’escroquerie vinicole de son beau-père. Et si sa disparition était liée à celle de sa soeur jumelle ? La dépression de sa mère explique-t-elle son silence ? Quant à Costes, le privé à la réputation sulfureuse, quel rôle a-t-il joué dans l’histoire ?

Maintenant la suite c’est vous qui l’inventez !


L’exquis cadavre exquis

Episode 31

by Carlo Caldo

 

Confidences devant l’étang

 

 

En cette fin d’après-midi, le parc qui borde le commissariat est traversé par tous ceux qui, ayant terminé de travailler, rentrent chez eux. Il offre cependant assez de diversité pour qu’on puisse se mettre à l’abri des regards. Comme ce banc, sous les bosquets, près d’un étang, où Fantômette a donné rendez-vous à Gaston Pichon, le jeune aspirant-inspecteur qu’elle est parvenue à embobiner. Un contact de rêve, vu qu’il est en stage à l’archivage au commissariat. Ce qui lui permet d’avoir accès aux principaux éléments des enquêtes passées et en cours, sans pour autant y participer.

Pour le coup, Fantômette s’est transformée en un de ses avatars favoris : Amanda, la jeune étudiante blonde, venue de l’Amérique profonde. Sexy, enthousiaste et naïve à souhait. Pourvue d’une incommensurable fascination pour la « poêzie fouançaise », elle est le personnage idéal pour attirer un bleu comme Gaston.

Pourtant, ce jour-là, elle a dû insister pour pouvoir lui parler.

-D’accord, mais pas au téléphone ! a-t-il chuchoté nerveusement.

Elle l’a interprété comme la conséquence logique de son geste. Un flic abattu est de nature à faire monter la fièvre dans un commissariat.

Rendez-vous dans dix minutes devant l’étang !

L’injonction était claire. Quelques semaines plus tôt, c’est là même qu’elle l’avait abordé, après l’avoir suivi depuis le commissariat. Il lui avait suffi de jouer l’ingénue perdue dans la grande ville. Les confidences s’étaient alors déversées, intarissables, sur sa vie, ses espoirs et ses rêves d’amour. À quoi elle avait répondu en jouant la carte de l’impressionnée. Elle l’avait même comparé à Clint Eastwood !

En cet instant, les yeux d’Amanda s’écarquillent soudain derrière ses lunettes rondes et sa bouche s’immobilise, béante, au-dessus du cornet de glace qu’elle s’apprêtait à croquer.

-Oh my God !… I can’t believe it ! finit-elle par dire.

De fait, Amanda a vraiment du mal à croire à ce que Gaston vient de lui apprendre. Quoi !? Non seulement cette garce n’est pas morte, mais elle vient de sortir – et, semble-t-il – indemne de son coma ! C’est pire que ce qu’elle craignait. Comment expliquera-t-elle cela à Lalande qu’elle doit voir le soir même ?  Adieu les 30.000 euros promis, adieu la rallonge prévue pour le troisième meurtre ! Quant à sa chère devise selon laquelle mieux valait ne rien faire plutôt que de mal faire, autant l’oublier pour un temps ! La honte !

C’est le problème numéro un à régler. Retourner et finir le travail. Et le plus tôt sera le mieux ! Mais avant cela, autant profiter au maximum de sa rencontre avec Gaston. D’abord, confirmer la valeur de ses confidences.

-What a story ! Thank you so much, Gaston ! Chaque fois que je te vois, tu me racontes quelque chose de nouveau et de si surprising ! C’est comme une série policière sur Netflix.

-C’est même mieux, car tout est vrai. Des indices n’arrêtent pas d’apparaître, des nouveaux personnages surgissent continuellement, des pistes inattendues s’ouvrent.

Ensuite créer le doute.

-Mais l’histoire, reprend-elle avec son accent américain, devient aussi de plus en plus complicated, je m’y perds… Cette attaque sur ta colleague après les trois horribles meurtres de journalistes…

-Gisela Löwenbrau en Allemagne, Camille Longchamps et Romain Richard ici…

Romain Richard ! Comme elle a été contente quand elle a appris par Gaston qu’il était l’homme de la poubelle ! Camille lui a suffisamment parlé de lui pour qu’elle comprenne que ce pisse-copie avait des dents d’ambitieux à rayer le parquet et qu’il n’aurait eu aucun scrupule à lui voler ses découvertes.

-Comment vous faites pour vous y retrouver ? demande-t-elle.

-C’est en effet un véritable défi mais, crois-moi, nous mettrons tôt ou tard la main sur Fantômette. La raison comme la justice finissent toujours par triompher.

Amanda n’a pu réprimer un sourire. Sans doute Gaston pense-t-il vraiment ce qu’il vient de dire.

Le fruit étant mûr, le moment est venu de lancer de fausses pistes.

-Moi, mon instinct me dit que Fantômette n’est pas une killer. Je la vois très romantic, animée par des vraies valeurs et des grands idéaux, un peu comme toi.

-Tu penses ? bredouille-t-il.

-Oh, yes! Par contre, il y a trop de morts parmi les journalists. C’est pas normal. J’ai le feeling que c’est un règlement de compte entre eux.

-Tu chercherais du côté de Max alors ?

-Certainly ! Ou de Richard ! Et si c’était lui l’assassin de Camille et Gisela?

-Intéressant !… Merci, ça peut m’être très utile !

-Ah ! Pourquoi ?

Gaston se lève alors soudainement, le sourire fier.

Tu pars déjà ?

-Il le faut… Je ne devrais pas te dire, mais j’ai un nouveau travail. J’ai été désigné pour remplacer l’inspectrice Rémini. Je venais de l’apprendre quand tu m’as téléphoné… C’est temporaire bien sûr, mais qui sait quand elle redeviendra opérationnelle !

 

Publicités

Les larmes rouges du citron vert de Lucie Brasseur


Le livre : Les larmes rouges du citron vert de Lucie Brasseur. Paru le 9 janvier 2014 chez Bookly édition et Prisma média. 13,90€, (237 p.) ; 21 x 13 cm.

4e de couv :

Les larmes rouges du citron vert

Au Galaxie, lieu d’accueil de SDF à Paris, Amy, bénévole de 29 ans, rencontre Mélanie avec qui elle essaie de créer une relation de confiance… Mais la jeune femme est retrouvée morte quelques jours plus tard. Par la suite, tous ceux avec qui Amy tissera des liens seront assassinés violemment. L’enquête piétine, la police semble impuissante, et Amy, bouleversée par ces événements, décide de mener sa propre enquête. Formant un duo atypique avec un jeune inspecteur – entre attirance et hostilité -elle va plonger dans les eaux troubles d’un milieu dangereux et inconnu, avec ses codes et ses mystères…

Thriller, drame social, jeu de séduction… laissez-vous captiver par un roman original et surprenant que vous ne pourrez pas lâcher avant la révélation finale !

Extrait : « Dans ma cage à poule de 7m² je me sentais un peu, disons… à l’étroit. Vue sur cour, je n’ai pas beaucoup plus accès aux rayons du soleil, mais, désormais, je dispose d’un magnifique bureau de 250m². Bon, ok, il s’agit d’un open space où trente personnes s’entassent….J’ai gagné en surface utile mais perdu en intimité. Ils appellent ça la cohésion d’équipe, le DRH a même parlé de «Team building»… Si j’avais eu droit au chapitre, j’aurais probablement répliqué pompeusement, qu’à mon sens, il s’agissait plus d’une hideuse façon de donner du champ à la prolifération des ragots et autres blablatages futiles de mes collègues »
L’auteur : Lucie Brasseur, Trentenaire, parcourt le monde, et vit la où elle se sent bien pour écrire. Après avoir créé trois entreprises, elle décide, suite à deux accidents de voiture successifs, de consacrer tout son temps et son énergie à sa vraie passion : l’écriture. Les larmes rouges du citron vert est son premier roman.

 

 

Le post-it de Ge

Les larmes rouges du citron vert de Lucie Brasseur

 

Amy 29 ans, est une jeune femme bien dans son temps, un brin égocentrique mais pourtant tournée vers le monde qui l’entoure. C’est devenu, une jeune parisienne pur jus, de ceux que l’on nomme les bourgeois bohème, les fameux bobo. Enfin Amy est sans doute plus bohème que bourgeoise. Elle est assistante de prod’ chez Téléjachète.com, genre de téléshopping sur le web. La startup a récemment été rachetée par un groupe suédois, le groupe Scaab. Les nouveaux dirigeants invitent leurs collaborateurs à s’engager dans des actions de RSE, (Responsabilité Sociale et Environnementale). L’image de la boite n’en sera que plus belle, un vrai coup de com. en fait.

Extrait : »Bref, chez Téléjachète.com, devenu Téléjachète.com-groupe Scaab, les adeptes du blabla stérile sont au paradis. Avant le rachat, nous étions déjà cinquante sept répartis sur trois étages. Au rez-dechaussée, la compta, le marketing, le dév. Au premier, la prod, les commerciaux. Au dernier, sous les toits, le studio d’enregistrement. Après opération, une vague massive de recrutements a été opérée et plus de quarante-cinq personnes supplémentaires ont rejoint la structure en six mois. Alors, voilà, on a déménagé, dans un espace plus grand et plus lumineux fait d’open spaces et de longs couloirs. Mes collègues sont sympas, franchement, mais il n’y a rien à faire, je ne suis pas comme eux. »

C’est ainsi qu’Amy atterrit un peu par hasard au Galaxie, le centre d’accueil de jour pour SDF du Xe arrondissement de Paris. Là, personne ne lui parle, personne ne semble la voir. Transparente. Pourtant, un matin, Mélanie, jeune SDF de 20 ans lui adresse enfin la parole. Amy se sent alors utile, comme investie par une mission. Le Galaxie prend le pas sur son boulot qu’elle trouve alors stérile. Elle commence à se lier avec certains pensionnaires du centre d’accueil. Mais tous ceux avec qui elle tissera enfin des liens, seront retrouvés morts, assassinés violemment. N’y tenant plus, Amy troque son costume d’assistante de prod. pour celui d’apprentie enquêtrice. Les chemins qu’elle empruntera changeront sa vie. Bienvenus au pays du Citron Vert…

Vous l’aurez compris Amy est le reflet de son auteur, pétillante, dynamique et fort sympathique. Un concentré de vitamines. Et, comme elle s’attache à ses « laissés-pour-compte, nous finissons par nous attacher à elle. Elle nous touche, car sous ces dessous pétulants on sens une certaine fragilité.

Il y a dans Amy un petit coté Bridget Jones. Et tout le roman de Lucie Brasseur est comme cela, un mixt entre un journal intime et un polar social. Car si le ton est joviale, il n’en demeure pas moins que l’auteur souligne les grandes failles et les paradoxes de notre sociétés : « Réseaux sociaux, Smartphones et startups du web y côtoient la part la plus sombre de l’humanité : les oubliés de la croissance, les accidentés de la vie et ceux qui n’ont pas

eu la chance d’être nés sous une bonne étoile. »

Bref une bien belle entrée en matière dans le petit monde du polar pour Lucie Brasseur avec ce roman policier urbain et amoureux.

Alors si vous avez envie d’un savoureux moments de lecture. Si vous n’en pouvez plus des romans noirs trop sombre, si vous voulez sortir des polars gores, alors précipitez vous sur ce roman-ci. C’est contemporain, vivant, frais et revigorant.

A oui j’allais oublier une petite anecdote qui m’a fait sourire lors de ma rencontre avec Lucie. Enfant et adolescente, quand elle venait chez sa grand-mère à Paris. Celle-ci l’emmenait à la bibliothèque de son quartier. Et vous savez quoi ?

Cette bibliothèque est celle où je travaille actuellement. Oui la bibliothèque Parmentier dans le XIe.

Oui oui, c’est possible.

Extrait :« Mon passe-temps favori ? Mes escapades à la petite librairie indépendante, cachée dans la venelle perpendiculaire à la rue Saint Sauveur. Ses étagères recèlent de surprises littéraires, premiers romans ou rééditions introuvables, traductions inattendues… Les livres ont toujours été ma grande passion. Ai-je hérité cet amour de ma grand-mère maternelle? En tout cas, sa bibliothèque aura été mon principal héritage. Un héritage encombrant mais extraordinaire de découvertes. Le plus bel héritage dont j’aurais pu rêver. Les souvenirs de nos balades parisiennes, de nos sorties ciné, de nos escapades dans les librairies ou à la bibliothèque du quartier, et ses murs de livres qui recouvrent désormais mon petit appartement du XXème arrondissement. »