L’exquis cadavre exquis, épisode 28


L’exquis cadavre exquis, épisode 28

Elle s’appelait Camille, avait la phobie de la chlorophylle et n’a rien trouvé de mieux que de se cacher dans une serre pour tenter d’échapper à son l’Assassin .

Les inspecteurs Lerot et Remini sont sur le coup mais de nombreuses questions restent encore inexpliquées

Pourquoi Max a-t-il été si troublé en apprenant la mort de Camille ? Qui envoyait à la victime de petits cercueils en bois ? Que sait la brigade financière sur cette mystérieuse affaire ?

Accrochez-vous, l’histoire se complique ! Camille a-t-elle été assassinée parce qu’elle enquêtait sur un vaste scandale pharmaceutique, avec Klatschmohn Aktion ? Ou bien à cause d’un détournement de fonds lié au Museum ? A moins qu’elle n’ait découvert l’escroquerie vinicole de son beau-père. Et si sa disparition était liée à celle de sa soeur jumelle ? La dépression de sa mère explique-t-elle son silence ? Quant à Costes, le privé à la réputation sulfureuse, quel rôle a-t-il joué dans l’histoire ?

Maintenant la suite c’est vous qui l’inventez !


L’exquis cadavre exquis

Épisode 28

by Nathalie S.

Synthèse

 

Impossible de partir en Allemagne avec Costes et Max, dans ces conditions-là !

Sebastián Lerot ne pouvait se résoudre à laisser Valérie seule, à l’hôpital. Il ne pouvait pas non plus rester à côté d’elle à lui tenir la main. Il fallait que cette enquête avance. Il fallait que le salaud qui avait tué Camille Longchamps, et tiré sur Valérie, soit arrêté avant de faire d’autres victimes…

– Mais qu’est-ce qu’on a loupé, bordel !?

Lerot, assis au bureau de Valérie, la tête entre les mains, le dossier de l’affaire largement étalé devant lui, parlait tout seul, espérant un déclic :

– On a une journaliste d’investigation, Camille Longchamps, spécialisée en criminalité financière. Elle a reçu de nombreuses menaces, mais nos recherches n’ont rien donné de probant de ce côté là. Du côté de la fameuse robe rouge, rien de nouveau non plus. On ne sait même pas si c’est le tueur qui la portait !

Les seules choses dont on soit sûr finalement, c’est que le meurtrier est un pro, qu’il est grand, et qu’il a probablement déjà semé plusieurs cadavres en Europe… Et que tout cela est sans doute lié à une grosse magouille industrielle. Reste à trouver laquelle !! On sait aussi que Camille a envoyé un mail à Xavier Costes, et qu’il enquête de son côté avec Max. J’espère qu’ils vont partager leurs infos avec nous, ces deux-là, parce que j’ai la très nette impression qu’ils nous cachent des trucs, l’un comme l’autre ! Valérie aurait pu les amadouer. Elle est diplomate, Valérie. Mais elle est à l’hôpital, et vu l’opération qu’elle vient de subir, elle y est pour un moment.

– Ma Valérie…

Lerot enrageait. Il se sentait impuissant et il avait horreur de ça.

– Il faut que je trouve une piste rapidement.

Mais d’abord, une douche et un café s’imposaient. Il aurait les idées plus claires ensuite.

Il sortait du bureau quand le téléphone se mit à sonner.

Publicités

Mala Vida de Marc Fernandez


 La double chronique: 2/2

Le livre : Mala Vida de Marc Fernandez. Paru le 7 octobre 2015 chez Prélude. 13€60 ; (279 p.) ; 20 x 13 cm

Réédité en poche le 8 mars 2017 aux Livres de Poche dans la collection Policie

4e de couv :
De nos jours en Espagne. La droite dure vient de remporter les élections après douze ans de pouvoir socialiste. Une majorité absolue pour les nostalgiques de Franco, dans un pays à la mémoire courte. Au milieu de ce renversement, une série de meurtre est perpétrée, de Madrid à Barcelone en passant par Valence. Les victimes : un homme politique, un notaire, un médecin, un banquier et une religieuse. Rien se semble apparemment relier ces crimes … Sur fond de crise économique, mais aussi de retour à un certain ordre moral, un journaliste radio spécialisé en affaires criminelles, Diego Martin, tente de garder la tête hors de l’eau malgré la purge médiatique. Lorsqu’il s’intéresse au premier meurtre, il ne se doute pas que son enquête va le mener bien plus loin qu’un simple fait divers, au plus près d’un scandale national qui perdure depuis des années, celui dit des «bébés volés» de la dictature franquiste
……………………
L’auteur : Marc Fernandez est né en 1973, l’année du coup d’état de Pinochet au Chili et deux ans avant la mort de Franco. Et si ces deux événements sont mentionnés ici ce n’est pas pour rien. Depuis son enfance, l’auteur a été bercé par la presse et le journalisme, ce qui a eu pour lui réveiller une vocation. Pendant près de 12 ans, il a été journaliste au Courrier International, où il était en charge de traiter de l’actualité de l’Espagne et de l’Amérique latine. En parallèle, Marc Fernandez s’est lancée dans l’écriture de livres en duo avec Jean-Christophe Rampal. Parmi ses écrits on trouve Pinochet, un dictateur model, La ville qui tue les femmes, deux enquêtes de fonds, et enfin la fiction Narco Football Club qui ravira les amoureux du ballon rond sur fond de corruption. Par la suite, pendant quatre ans, Fernandez se consacrera à la revue Alibi qu’il créait avec Paolo Bevilacqua, consacrée à la littérature noire et aux crimes. Mais l’envie d’écrire ne le quitte pas, et c’est là qu’est né son premier roman en solo Mala Vida.
……………………
Extrait : 
“Tout de suite après une cérémonie courte et émouvante, dans l’intimité, Isabelle décide de faire une ultime visite à l’appartement de la rue Lamarck. Là où elle a vécu une bonne partie de son enfance. Jeter un dernier coup d’œil à l’endroit où elle a quasiment été élevée par ses grands-parents, où elle a tissé des liens si fort avec Emilia. Des heures de jeux, de discussions, de lectures. Des liens qui ont fait d’elle la femme qu’elle est devenue aujourd’hui, influencée par cette grand-mère qu’elle vénérait par-dessus tout, qui lui a appris à lire, à écrire, qui lui a transmis son savoir tout en la laissant libre de faire ses propres expériences. Prendre quelques souvenirs. Il y en a tant ! Récupérer des vieilles photos. Avant de fermer la porte définitivement.”
PS. J’ai habité moi-même dans la rue Lamarck pendant ma petite jeunesse, que de souvenirs !
……………………

Le “ressenti” de Jean-Paul 

Mala Vida 

de Marc Fernandez (Auteur)

Poche – 8 mars 2017

España es mi país de corazón, así que fue con placer y emoción que muy rápidamente me acerqué a esta novela* …

J’avais déjà lu il y a quelques mois un roman de Franck Thilliez qui traitait de la même thématique, et déjà j’avais été réellement surpris des bassesses qui pouvaient être perpétrées par les hommes… Mais ici, il y a quelque chose de différent, quelque chose de poignant, dans cette uchronie/polaro/historique.

L’action se déroule à notre époque, mais, un retournement politique nous replace dans le contexte hispanique de la fin des années 30 qui ne furent pas les plus glorieuses. L’esprit franquiste est de retour… Le malaise s’installe très vite, la peur, la délation, le pouvoir d’une certaine “Église” qui retrouve ses marques perdues avec délectation.

Les personnages sont très attachants, et le rythme du roman par des phrases très courtes et percutantes, voir poétiques parfois, menées par un bon scénario ne peuvent que me “scotcher” à mon fauteuil !

L’affaire policière aussi m’a troublée, car dans l’impossibilité de me placer juge, face aux situations décrites.

Justice,… Vengeance ?

Les deux me direz-vous…

 En tout cas j’ai été porté tout le long du roman, entre tristesse et désir de punir ceux qui le méritent.

¡Muchas gracias Marc por el placer de leer que me ofreciste!

«Mala Vida» es una novela muy fuerte y llena de vida a pesar de una atmósfera pesada e inquietante** …

* L’Espagne est mon pays de cœur, donc ce fut avec plaisir et émotion que très vite que j’ai abordé ce roman…

** « Mala Vida » est un roman fort et plein de vie malgré une ambiance lourde et inquiétante…

 

Et si vous avez loupé le Off de OPH sur Mala Vida c’est ICI