L’exquis cadavre exquis, épisode 18


L’exquis cadavre exquis, épisode 18

Elle s’appelait Camille, avait la phobie de la chlorophylle et n’a rien trouvé de mieux que de se cacher dans une serre pour tenter d’échapper à son l’Assassin .

Les inspecteurs Leriot et Remini sont sur le coup mais de nombreuses questions restent encore inexpliquées

Pourquoi Max a-t-il été si troublé en apprenant la mort de Camille ? Qui envoyait à la victime de petits cercueils en bois ? Que sait la brigade financière sur cette mystérieuse affaire ?

La suite c’est vous qui l’inventez


L’exquis cadavre exquis

Episode 18,

by Lolo la brodeuse

Frida Gold

 

Assise en tailleur au pied du canapé, elle écoutait en boucle «  6 billionen », le succès de Frida Gold, en examinant, avec nostalgie, les photos récupérées chez Camille Longchamps, sur lesquelles elles posaient toutes les deux.

Pourtant, dès leur première rencontre, elle en connaissait déjà la fin : la mort de Camille.

Ce qu’elle n’avait pas prévu, l’attirance mutuelle qui, petit à petit, s’est immiscée dans leur vie, et placée en travers de leur chemin.

Camille, cette journaliste passionnée par son métier, mais fragilisée par la prise d’anxiolytiques et en mal d’amour, l’avait touchée ; elle, pourtant si forte, réputée insensible et déterminée à ne jamais s’éloigner du but fixé par son commanditaire : abattre Camille Longchamps.

Sa robe rouge, la perruque noire et les escarpins étaient négligemment posés sur le bras d’un fauteuil. Il était temps de passer en revue toutes les pages contenues dans l’enveloppe qu’elle avait enfin pu récupérer des mains de celui qu’elle avait été obligée de tuer, d’une balle dans la tête, pour obtenir le précieux sésame. Tout en examinant, avec attention, ce qui ressemblait à des numéros de comptes bancaires, notés sur trois feuillets, ainsi que l’alignement de chiffres qui n’avaient pour elle aucune signification, elle prenait conscience d’avoir, peut-être, été trop curieuse.

Remettant tout en place dans l’enveloppe, elle s’empressa de contacter Bruno Lalande, son commanditaire.

– Allo, Mr Lalande ?

– Bonjour, avez-vous pu récupérer l’enveloppe ?

– Oui, mission accomplie, mais ce fut plus compliqué que prévu.

– Que voulez-vous que ça me fasse ?  Je vous paie en conséquence, non ?

– Exact, mais abattre une seconde personne, pour atteindre mon but, n’était pas prévu dans le tarif !

– C’est votre boulot ! Je vous ai laissé toute liberté et cette mission était largement payée pour combler les petits imprévus, comme vous dites !

– Justement, parlons imprévus ! Camille était bien plus proche de moi que vous n’auriez pu le penser. Je la connaissais bien, suffisamment pour l’avoir mise dans mon lit avant de passer à  l’épisode final. Ces moments d’intimité furent aussi propices aux confidences ! Camille ne supportait plus le harcèlement téléphonique venant d’un numéro ouvert au nom de Carole Longchamps, sa sœur jumelle décédée. Aucun doute sur ce décès puisque les analyses ADN sont formelles. Elle savait que c’était vous qui étiez derrière ces intimidations, et que vous  aviez commandité le meurtre de la journaliste allemande qui avait découvert vos magouilles financières avec votre demi-frère, Pierre Blanchard. Tout va bien, Mr Lalande ? Une petite rallonge au paiement effectué s’impose, non ? Rendez-vous au lieu habituel, demain 21h.

Publicités

Ils vont tous mourir – Raphaël Grangier


Le livre :   Ils vont tous mourir  de Raphaël Grangier . Paru en mai 2018 chez Cairn éditions . 12 € (312 p.) ; 12 x 18 cm.

  4ème de couverture :

Juillet 86, dans le nord du Périgord. Une saison particulièrement chaude. La famille Rougier a quitté Revel en Haute‐Garonne pour se balader près du saut du Chalard et résider, le temps des vacances au camping du Château Le Verdoyer. Ces congés d’été iraient pour le mieux, si les enfants, adeptes de jeux près des bassins, ne disparaissaient pas tour à tour sans que nul ne s’en aperçoive.
Guillaume Dubreuil, jeune commandant du COB de Nontron prend l’enquête à bras le corps, mais les investigations, ici, dans ces terres de taiseux et de chasseurs, n’ont rien à envier à celles qu’il menait en région Parisienne. Pour autant, certains individus s’étaient tristement fait remarquer par le passé.
Des battues sont organisées ; des survols en hélico. Même les truffes des chiens de l’équipe cynophile ne détectent rien. Et plus les jours passent, plus les enfants s’évanouissent sans qu’aucun des gendarmes ne parvienne à trouver la moindre trace probante. Le contact surprenant de Raphaël Langlois, journaliste au quotidien Sud‐Ouest pourrait bien débloquer l’enquête. À moins que…

71wJxgwDZqL._UX250_L’auteur : Raphaël Grangier vit dans un petit coin tranquille du sud-ouest de la France. Passionné d’automatisme et de mécanique, il a travaillé pendant dix ans dans l’aéronautique avant de se reconvertir vers l’enseignement. Ils vont tous mourir est son second roman, sombre et réaliste.

 

 

 

 

 

 

Extrait :
« Gaëlle souffre en silence, sa poitrine exposée aux désidératas de cette silhouette sombre. Elle sent le froid sur son ventre. Elle voudrait hurler. Foutu bâillon ! Elle prie en silence pour que quelqu’un vienne la sauver. Tout de suite , maintenant ! Elle a senti cette peau calleuse s’arrêter un instant sur son sein puis s’en aller.
Que lui veut-il ? Pourquoi elle ? autant de questions qui ne la sauveront pas. Qui ne la sauveront plus . »

 

L’avis de Clémence , de la page « Les lectures de Clémence » :

71agPEHRYGL._UY200_

« Ils vont tous mourir » , de Raphaël Grangier :

Imaginez des familles qui se sacrifient toute l’année pour se payer leurs moments de bonheurs en vacances …

On est tous plus ou moins dans la même situation. Se donner à 200 % une année entière pour espérer se payer la tranquillité pendant au moins une semaine . Cela commence par le choix du lieu, qui doit être inoubliable. Ces familles ont trouvé leur bonheur, dans ce camping situé dans un environnement majestueux entouré d’un magnifique château …Du moins, c’est ce qu’ils pensaient car des disparitions vont brutalement avoir lieu sans que personne ne s’aperçoive jamais de rien …

On suit l’enquêteur Dubreuil qui ne lâchera rien malgré toutes les mauvaises pistes mises sur son chemin.

Thriller haletant, on plonge très vite dans l’intrigue et on ne peut pas lâcher ce bouquin tant qu’on ne sait pas ce qui arrive à ces enfants.

Première expérience avec ces éditions plus que satisfaisante !