Le vase rose – Eric Oliva

Le livre : Le vase rose de Eric Oliva. Paru le 3 mai 2018 aux Editions Taurnada dans la collection le tourbillon des mots. 9.99€ ;  (240 p.) ; 18 x 11 cm

4ème de couverture :

Et si votre pire cauchemar devenait réalité ?

Quand votre vie bascule, vous avez le choix : sombrer dans le chagrin ou tout faire pour vous relever.

Frédéric Caussois a choisi.

Pour lui, aucun compromis, il doit savoir, connaître la vérité.

 

 

 

L’auteur : Éric Oliva est …Né à Casablanca en 1967, il embrasse très tôt une carrière dans la Police nationale. Exerçant à Paris puis à Marseille, il travaille aujourd’hui à la PJ de Nice. Passionné par son métier et les fonds sous-marins, c’est après avoir lu les livres de Clive Cussler que se déclenche sa passion pour l’écriture. S’ensuivent 4 romans très bien accueillis, dont « Du soleil vers l’enfer » qui obtient le Prix Fondcombe 2014. Avec « Le Vase rose », Éric Oliva nous entraîne dans une sombre histoire d’un père en quête de vérité.
 Extrait : 
Comme souvent, les actualités nationales amenèrent leur lot d’argumentations sur la politiques très approximative du moment. Rien ne semblait plus aller dans ce pays au bord de la crise de nerfs et bienheureux seraient ceux qui parviendraient a s’en tirer sans trop de dommages. Heureusement, la famille Caussois n’avait pas a se plaindre, sauf peut-être au mois de septembre, lorsque Bercy, énorme machine à la mémoire indéfectible, s’empressait de lui faire parvenir ses fameuses feuilles d’imposition.

 

Le petit billet de Fanny

Le vase rose, Eric OLIVA, Editions Taurnada,

ISBN 978-2-37258-042-7, 9.99€

J’adore découvrir de nouveaux auteurs, de nouvelles plumes et cette fois, je pars à la découverte d’une histoire écrite par Eric Oliva. Inconnu jusqu’à lors pour moi, je vais découvrir cet auteur qui nous vient tout droit de la Police Nationale. On peut d’ailleurs saluer cette corporation, qui nous fournit nombre d’auteurs de polar de qualité !

Eric Oliva, après avoir exercé à Paris puis Marseille, travaille aujourd’hui à Nice. « Le vase rose » est son cinquième roman, dans lequel il nous entraîne dans une tragique histoire, celle d’un père en quête de la vérité sur la mort de son fils.

Tout commence avec l’histoire d’un papa lambda, comme il en existe beaucoup. Pris par un rythme de vie prenant de chef d’entreprise, Frédéric Caussois veut malgré tout profiter de son fils, Tao, qu’il adore. Sa vie et celle de sa femme Luan s’organisent donc autour de celle de leur fils, qui est le centre de leur monde.

Un soir, Frédéric couche son fils, lui lit son histoire, lui administre son traitement anti allergique et sa vie bascule dans l’horreur. Tao suffoque, convulse et s’éteint dans les bras de son père. Malheureusement, ce genre de réaction allergique fatale peut arriver à n’importe qui.  Sauf que les secours appelés à l’aide détectent une odeur suspecte sur le corps de la petite victime, celle du cyanure. Ils en arrivent vite à la conclusion, confirmée par l’autopsie, que Tao a été assassiné. Son médicament a été empoissonné à dessein.

Par qui ? Pour quel motif ? Qui pouvait en vouloir aux Caussois au point d’aller jusqu’à empoissonner leur fils ?

Ces questions, Frédéric Caussois va se les poser au péril de son équilibre mental, au péril de sa santé physique et il va payer sa quête de vérité au prix fort. Sa vie, son couple vont voler en éclats.

Extrait page 51 :

« -Je ne veux plus te voir ! Je veux rester seule ! J’ai besoin d’être seule ! 

Ses derniers mots se bousculèrent dans sa tête, résonnèrent à l’intérieur. Lui qui, avec ses quelques noms apposés sur une feuille de papier, commençait à entrevoir une raison de vivre, encaissait un nouveau coup de massue. Après la perte de son fils, celle de sa femme poignait à l’horizon. Il s’assit au milieu des débris de verre et de bois. Le sort s’acharnait sur sa famille et une lassitude sans borne étalait de longs et impétueux tentacules sur ses épaules. »

On va le suivre dans l’enquête qu’il va mener pour découvrir qui a pu commettre l’innommable.

On suit la dérive d’un « Monsieur Tout le Monde » qui devient vite son propre justicier. Car impuissant et en colère face à la lenteur de l’enquête, Frédéric va décider de se lancer sur les traces de l’assassin de son fils. Sa route va croiser celle de la pharmacienne qui lui a vendu l’arme de ce crime. Elle sera son alliée dans cette quête de vérité.

Dans ce roman, la vie des gens et leur tranquillité apparentes sont trompeuses. Tout le monde ment ou a des choses à cacher. Mais tout finit aussi par se savoir et quand Frédéric va s’approcher de la vérité, il va y avoir un prix à payer…

La suite et la conclusion de cette histoire, je vais laisser aux futurs lecteurs le soin de les découvrir et le final en laissera plus d’une ou d’un perplexe.

C’est bien écrit, bien documenté, bien construit, les éléments clés du polar sont présents, mais je n’ai pas réussi à pleinement entrer dans cette histoire et la conclusion m’a désemparée. Ce n’est que mon ressenti personnel, surement dû au sujet si sensible qu’est la perte d’un enfant et nos différentes manières d’aborder ce deuil. Cependant, j’encourage les lecteurs à lire ce roman et se faire leur propre opinion. Me concernant, je sors de ce roman avec un goût d’inachevé mais la curiosité de lire les écrits précédents d’Eric Oliva.

Publicités

6 réflexions sur “Le vase rose – Eric Oliva

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s