L’exquis cadavre exquis, épisode 15


L’exquis cadavre exquis, épisode 15

Elle s’appelait Camille, avait la phobie de la chlorophylle et n’a rien trouvé de mieux que de se cacher dans une serre pour tenter d’échapper à son l’Assassin .

Les inspecteurs Leriot et Remini sont sur le coup mais de nombreuses questions restent encore inexpliquées

Pourquoi Max a-t-il été si troublé en apprenant la mort de Camille ? Qui envoyait à la victime de petits cercueils en bois ? Que sait la brigade financière sur cette mystérieuse affaire ?

La suite c’est vous qui l’inventez


L’exquis cadavre exquis

Épisode 15

by Chantal

Ce que cachent les coquelicots

 

Quelques heures plus tôt…

L’esprit de Max était aussi vide que l’appartement de Camille. Décidément, la vie de cette femme avec qui, finalement, il aurait aimé partager plus que des histoires professionnelles, lui apparaissait de plus en plus opaque. Il était là, à renifler comme un chien policier le moindre recoin de son appartement, et puis quoi ?

Soudain, un imperceptible changement d’atmosphère alerta Max. Il se figea derrière la porte de la salle de bains juste assez entr’ouverte pour voir le couloir en enfilade. Il était pourtant sûr d’avoir refermé la porte d’entrée, mais un homme encapuchonné et ganté était là, dans le vestibule. Il entra sans hésiter dans la cuisine, située à droite. Lui aussi avait une clé ! Max retint son souffle, avec l’impression que les battements de son cœur allaient le trahir. L’occasion était trop belle pour découvrir quelques secrets de Camille et surtout de doubler les flics, d’avoir une longueur d’avance sur l’enquête !

Il franchit le couloir en trois enjambées, et sa carrure, somme toute impressionnante, s’encadra dans la porte de la cuisine. L’intrus farfouillait dans un tiroir. Alerté par le bruit, il se retourna, tenant à la main une enveloppe. Max s’avança et voulut lui donner un coup de poing mais l’autre esquiva. Le journaliste se retrouva contre la fenêtre à demi-ouverte qui donnait sur la cour. Il revint à la charge et inversa les positions. Désormais, Max maintenait fermement l’inconnu contre la fenêtre. Contre toute attente, le voleur balança en arrière son bras droit et réussit à lancer l’enveloppe dans la cour. Dans un dernier sursaut, il donna un solide coup de genou dans le bas-ventre de Max qui, de douleur, se plia en deux, le souffle coupé. L’inconnu le bouscula encore et disparut en un éclair.

Tant bien que mal, Max se releva et essaya d’apercevoir par la fenêtre la mystérieuse enveloppe dont, fugacement, son œil avait balayé le recto. Il avait remarqué le timbre allemand et les mots « Klatschmohn Aktion » inscrits sur le papier.

D’abord Max ne vit rien, seulement une poubelle à l’aplomb de la fenêtre. Il supposa que le visiteur à capuchon avait dévalé les trois étages et pris la poudre d’escampette après avoir récupéré l’enveloppe. Les mots captés lui revinrent : en Européen convaincu, Max avait toujours cultivé quelques langues étrangères, dont l’allemand, en même temps que les relations avec des correspondants devenus parfois des amis. Son confrère du Spiegel, Friedrich Sonnen, pourrait peut-être lui donner des tuyaux sur cette « Opération coquelicot » figurant sur l’enveloppe apparemment si convoitée. « Klatschmohn », ça claquait comme un coup de feu.

Sonnen habitait à Kehl, juste en face de Strasbourg. Max quitta l’appartement, encore un peu sonné par le coup reçu. Au moment où il allait prendre l’escalier, il aperçut une silhouette à l’allure trop modeste pour être honnête sur le palier intermédiaire. Instinctivement, il monta au 4ème étage et regarda à travers les montants de l’escalier. Une jeune femme s’introduisait chez Camille à l’aide d’un passe. Décidément, l’appartement était fort visité ! Max choisit d’attendre. Bien lui en prit car très vite, la discrète demoiselle sortit en trombe et dévala les marches quatre à quatre.

Max suivit, plus prudemment, et assista, à travers la fenêtre grillagée de la porte d’entrée de l’immeuble, à une étrange scène : un homme, « son » fouineur, la tête plongée dans la poubelle, se redressait triomphant, l’enveloppe à la main, tandis que la femme, bras tendu prolongé par un pistolet, le visait posément. L’enveloppe changea rapidement de main.

Max s’était tenu coi, n’ayant nulle envie de risquer sa vie à ce moment-là. Il était plus urgent désormais de découvrir ce que cachaient les coquelicots …

Publicités

2ème édition de ce festival de l’entre-deux-mers …le retour de Dany


2ème édition de ce festival de l’entre-deux-mers …

Les psychopathes du polar ont envahi la petite bourgade de Fargues-Saint-Hilaire, samedi 12 mai en plus de ses 2800 habitants, une bande de lecteurs et … de gendarmes, en manque a plus que doublé la population.

La grande prêtresse Pépita et ses aficionados associés étaient aux manettes pour nous offrir une journée « hors sol » .

Une affiche a faire pâlir plus d’un mordu et autre accro ….

 

Des tonnes de papier ont changé de mains à cette occasion grâce l’organisation remarquable de la librairie et des ses animateurs

Dans la catégorie internationale, demandez les petits Suisses, chers à Marie-Noëlle :

Marc Voltenauer

Une parution début 2019, une suite de « qui a tué Heïdi » avec les mêmes personnages

Nicola Feuz

Deux actualités pour le 30 août 2018 : Horrora borealis en livre de poche et un tout nouveau « le miroir des âmes »

Dans la catégorie motard est nommé …

Jacques Saussey

Il vient de passer une semaine de vacances avec son épouse et sa moto … ils arrivent à Fargues avec la pluie et leur sourire légendaire

Il a changé d’éditeur et m’annonce avec enthousiasme sa prochaine parution en octobre : un thriller one-shot avec pour toile fond une histoire de vie très peu traitée à ce jour, le parcours d’une personne transgenre, qui quitte le corps où elle était enfermée pendant ses vingt premières années pour conquérir sa véritable identité ! Pour cette aventure, Jacques s’inspire très largement du parcours d’une personne de sa famille, particulièrement proche, afin de témoigner des difficultés et de sa détermination à sauter le pas.

J’ai eu le droit de voir le projet de couverture, très suggestif et épuré.

Après 7/13 en janvier 2018, il nous promet de retrouver Magne et Heslin mais n’a pas voulu me dire ce qu’était devenu le petit garçon … Non je ne spolie pas !

Franck Thilliez c’est un peu comme les soldes, on va le voir une fois par an mais chez lui, on est reçu avec le sourire et on trouve toujours ce que l’on cherche … une bonne dose d’évasion et pas que …

Sortie récente d’un one-shot, nous retrouverons Sharko et Henebelle l’an prochain ainsi que toute leur équipe … il nous promet aussi que les personnages secondaires vont prendre de plus en plus d’importance.

Guy Rechenmann

(qui a fait l’objet d’une garde-à-vue du collectif polar en avril

***LA GAV de Guy Rechenmann***

Il était venu avec Anselme. Il a changé d’éditeur avec « Même le scorpion pleure » et l’ensemble de ses romans va sortir sous un nouveau format chez Cairn … En cours également la réécriture du « choix de Victor » accommodé à la sauce polar ! Une nouvelle vie annoncée donc pour les romans de Guy.

Sandrine Roy confirme : elle est toujours addicte au chocolat et l’assume ! Linwood Miller revient en forme, pour une troisième aventure en fin d’année 2018 avec un mort, un vilain méchant, une double intrigue et des souffrances pour l’ancien agent secret.

Céline Denjean a sorti « Cheptel » début 2018 c’est donc l’actu de l’année pour la toulousaine. Elle est fascinée par la description de l’emprise mentale et avoue commencer l’écriture de ses romans sans en connaître la fin ni le cheminement.

************* panier à salade Céline embarque Sandrine **************

Jean-Luc Bizien a toujours plein de projets … un huis clos en prison, noir, opposera un méchant à un maton, puis un one-shot au Mexique sur le trafic d’organes … puis, pour notre plus grand plaisir une suite de « crotales » en 2018, en nous embarquant à nouveau en Corée mais seulement en Corée du Sud cette fois, pays où tout se clone, les chiens et bien d’autres choses aussi et où tout ce qui vous semble blanc peut tout à fait devenir noir, très noir, même noir foncé ! Enfin une série dans le genre thriller historique à l’époque de Louis XIII pour la fin 2019 … Faudra prévenir nos banquiers,  vos cartes vont chauffer amis lecteurs !

Laurent Scalese a consacré beaucoup de temps à la TV depuis la naissance de Samuel Moss mais de nouvelles aventures de ce névrosé hypocondriaque (qui fera l’objet d’une adaptation en série TV – attendre 2 ans pour sa diffusion et dont je n’ai pas pu extirper le nom de l’acteur même en insistant très fort), sont attendues début 2019 !

Par ailleurs, « la voie des âmes » va devenir une série TV canadienne

René Manzor … plein de mystère, m’a tout de même lâché qu’un « one-shot » devait paraître en octobre, qu’il ne se passera pas aux USA, ni en Europe et c’est tout ! Pour les autres indices il faudra attendre (Dalhia, pas Dalhia …)

Et parce que les intrigues de leurs deux romans m’inspirent une certaine filiation … ils ont échangé pour la photo

Simonne Gélin qui trouve toujours que son premier roman « la fille du port de la lune » a été bâclé, a décidé de le réécrire et il sortira dans sa nouvelle version au  « livre de poche » en septembre. Son actualité du moment c’est « sous les pavés, la jungle » qui lui a permis de plonger le lecteur dans une évocation de mai 68 dans la capitale girondine, mais pas que … Un nouveau polar annoncé et, elle sera à Gradignan pour « lire en poche » en octobre.

Patrick Bauwen vient de sortir « la nuit de l’ogre » et termine tout juste d’un stage avec le groupe d’enquêteurs spécialisés de la police des sous-sols de Paris « Evangile » par opposition aux autres policiers surnommés « la surface ». Le troisième tome des aventures du docteur Kovak sortira en 2019, plus glauque, plus sombre et donc toujours en sous-sol …

Santé Patrick

Niko Tackian est heureux, il laisse Tomar se reposer et propose en tout début 2019 un « one-shot » qui se passe en Suisse, à Montreux plus précisément mais … qui aurait tout à fait pu se situer ailleurs ! Un flic insignifiant, tout le contraire de Tomar, va grandir au fil de l’intrigue qui nous réserve semble-t-il de belles surprises et des nuits blanches !

A noter pour les abonnés Netflix que « la nuit n’est jamais complète » fera l’objet d’une adaptation (un film) et que les paysages seront australiens …

Jérôme Camut et Nathalie Hug … que ceux qui se sont régalés avec Isla Nova préparent leur carte bancaire … la suite est prévue pour début 2019 … suite et préquel à la fois, « Silverback » donnera les clefs des personnages d’Isla Nova et nous fera voyager en France, aux USA, en Allemagne et en Afrique.

Pas d’actualité « poche » pour 2018 … 2019 sans doute pour Islanova et … adaptation au cinéma pour « Prédation »

La nouveau Marin Ledun vient de sortir «  Salut à toi ô mon frère », plus caustique et déjanté que ceux auxquels il nous a habitué, nous retournons cette fois en Ardèche. Il s’est beaucoup amusé avec cette famille et tous les ingrédients sont réunis pour en faire une série …

Laurent Loison, pour « Chimères » son troisième « one-shot » traîne ses héros dans les forêts de l’Île de France où vont s’opposer journalistes et flics. Après une série d’énigmes sous forme de charades dans son premier roman,  puis un dénouement individualisé et personnalisé par internet pour « cyanure », nouveau pari avec une incorporation de type « cadavre exquis » de 14 textes de blogueuses, quasiment sans retouche … Mystère, mystère quand tu nous tient ! Pas de date …

Jeanne Faivre d’Arcier, une multicarte pour cette régionale d’étape … fiction, jeunesse, thriller pour adultes et même des crayons de couleurs pour les enfants qui lui rendent visite sur le salon … Après le jubilatoire « les encombrants » en 2017, en 2019 elle annonce un polar adulte qui se passera à Paris, Bordeaux et sur les bords de Garonne plus en amont. Elle a choisi un chasseur de têtes pour nous accompagner, métier qui fut le sien il y a quelques années.

Sacha Erbel , Sacha chroniqueuse de collectif polar, Sacha la bonne humeur,  accueille tout les lecteurs avec le sourire, à côté de Cicéron qui empiète un peu sur son territoire.

Elle promet de se venger dans quelques années quand elle aura publié autant de volumes que son voisin. Talia de retour à la Nouvelle-Orléans va suivre les traces de Marie Laveau, l’action se situera de 1837 à nos jours. « L’ombre de Nola », écrit et en cours de correction sera disponible fin 2018.

Ghislain Gilberti me provoque … il n’a pas de parution numérique depuis son 3ème roman, du coup en 2018 c’est 738 pages et 750 grammes qui vont aggraver mon durillon de lectrice compulsive. Bah « les sœurs «  de Bernard Minier font dans les 760 g alors va pour « sa majesté des ombres » tome 1 de la trilogie. Trilogie vous avez dit monsieur Gilberti ? La suite, il l’annonce pour la fin de cette année. J’ai eu une longue conversation avec lui, sous ses allures de bad boy, c’est un hyper sensible que j’ai face à moi. Je m’en doutais un peu après « la dynamique du chaos » … oui, ses souvenirs encore à fleur de peau me touchent.

Dans les mois à venir, il va nous rendre une longue visite au collectif polar en participant à une « Garde-à-vue version flingueuse » ! Hâte … volontaire,

… tout comme sa voisine de stand, Ingrid Desjours, toute en douceur et en écoute de ses lecteurs.

Encore une multitâche avec un sourire d’ange qui dézingue plus vite que son ombre … et use d’un pseudonyme pour commettre des sagas fantastiques.

Elle parle de ses vidéos où elle raconte des histoires …  https://www.facebook.com/idesjours/videos et annonce la parution d’une nouvelle dans le cadre de l’anniversaire de la griffe noire en juin 2018.

C’est fini pour les indiscrétions de nos chouchous, parce que je n’ai pas eu le temps d’en susciter d’avantage … l’affiche tellement alléchante de cette journée qui laissera de beaux sourires en mémoire, on a parlé collectif polar et cadavre exquis avec Danielle Thiery

Le tréport de Cicéron avec Claude Picq

Des tonnes de papier ont changé de mains, les auteurs ont évoqué leurs personnages comme s’ils les connaissaient dans la vraie vie … oui il y a du monde dans leurs têtes … comme dirait Marie Manzor-Lalanne  :  oui,  une vraie troupe de saltimbanques … C’est fou ce que j’aime la magie de ces rencontres !

Pépita et Marie-Noëlle dans leur superbe panier à salade nous disent déjà à l’année prochaine

Tout comme eux

Avec déjà la présence assurée de

PS : j’ai perdu une partie de mes fiches au retour … mes notes sur un régional d’étape … désolée Mehdi Brunet … il va me pardonner avec le sourire

 

 

Plus de photos :

Dany : Notre mamie Flingueuse heureuse de cette journée …

Hunter de Roy Braverman


Le livre : Hunter de Roy Braverman. Paru le 16 mai 2018 aux Editions Hugo thriller. 352 pages, 14 x 21, 19,95 €

4ème de couverture :

Plus personne ne s’arrête à Pilgrim’s Rest. Une vallée perdue dans les Appalaches. Un patelin isolé depuis des jours par le blizzard. Un motel racheté par le shérif et son frère simplet. Un bowling fermé depuis longtemps. Et l’obsédant souvenir d’une tragédie sans nom : cinq hommes sauvagement exécutés et leurs femmes à jamais disparues. Et voilà que Hunter, le demi-sang indien condamné pour ces crimes, s’évade du couloir de la mort et revient dans la vallée. Pour achever son œuvre ?

Après douze ans de haine et de chagrin, un homme se réjouit pourtant de revenir à Pilgrim’s Rest. Freeman a compris le petit jeu de Hunter et va lui mettre la main dessus. Et lui faire enfin avouer, par tous les moyens, où il a caché  le corps de Louise, sa fille, une des cinq disparues.

Pilgrim’s Rest sera peut-être le terminus de sa vengeance, mais ce que Freeman ignore encore, au volant de sa Camaro rouge qui remonte Murder Drive, c’est qu’il n’est pas le seul à vouloir se venger. Et que la vérité va se révéler plus cruelle et plus perverse encore. Car dans la tempête qui se déchaîne et présage du retour de la terreur, un serial killer peut en cacher un autre. Ou deux.

L’auteur : Plus connu sous le pseudo Ian Manook, Patrick Manouckian, alias Roy Braverman est l’auteur de la trilogie à succès Yeruldelgger chez Albin Michel (385.000 exemplaires). Le premier opus de la série a été récompensé en 2014 par le Prix des Lectrices de ELLE, le Prix SNCF du Polar et le Prix Quai du Polar. Hunter est le premier titre d’une nouvelle trilogie, à paraître chez Hugo Thriller.

Extrait : « Ce jour-là, en désespoir de cause, il s’st couché contre elle, en sanglots dans la poussière de la cabane, et a bercé Eileen jusqu’à ce qu’elle ne saigne plus. Et beaucoup plus tard dans la nuit, sous un ciel démesuré d’étoiles et de constellations, alors que rôdaient les coyotes, il a déshabillé son amoureuse en pleurant et l’a enterrée loin de la grange abandonnée. Puis il a bredouillé une prière de colère contre sa putain de famille. Contre ces putains de blancs. Contre cette putain d’Amérique toute entière. Et il est parti […] »

L’accroche de Miss Aline :

Hunter  ça débute comme une série que tu aurais prise en cours de route. Les sourcils froncés tu cherches à intégrer les lieux, les liens, les personnages. Très vite t’es mordue.  352 pages pour choper Hunter (c’est lui le méchant, on le sait d’emblée) ? T’es septique, trop simple !

T’enfiles ta parka et tu vas t’intégrer à la vingtaine d’habitants du bled perdu en pleine forêt sous une tempête de neige.  Huis clos. Freeman perdu dans sa haine suit Hunter. Hunter perdu dans son désir de vengeance ? Son envie de revenir sur les lieux du crime ? Un shérif, son frangin, Denise, les locataires de la chambre 5…tout ce petit monde va se télescoper et recommence la ritournelle des disparitions et des meurtres. Hum, petit bémol. On dirait que ce n’est pas tout à fait le même mode opératoire.  Quelqu’un se servirait-il de la cavale de Hunter pour se faire un petit plaisir meurtrier ?

L’auteur te mène dans un rythme effréné. Tout comme un train peut en cacher un autre, l’auteur te cache un autre serial killer. Euh, y en a combien ? Y a pas, tu veux connaître la fin. Tu dévores le bouquin en quelques heures. T’as tout « vécu » : la course poursuite, l’étonnement, la trouille, la traque,  t’as même franchement pleuré de la page 3.. à la page 3…Il est fort l’auteur pour te balader d’émotion en émotion.  Il est fort aussi pour te laisser sur la résolution de cette affaire (ou presque) et les prémices d’une autre. Vite l’opus suivant…

Un très grand merci aux Editions Hugo Thriller pour m’avoir fait entrer dans le monde noir de Hunter.

 

Jeu 5 épisode 18 : Votre librairie préférée avec La Griffe Noire


Jeu 5 épisode 18 : Votre librairie préférée avec La Griffe Noire

Bonjour !

Alors voilà ma contribution à la liste des librairies préférées … !

Je n’habite pas Dijon, mais je m’y rends régulièrement, et j’ai un faible pour cette grande librairie, peut-être la plus grande de Bourgogne ! Elle a ouvert ses portes il y a quelques années et j’ai tout de suite été séduite par son espace et sa circulation entre les rayons, sur 5 étages. Même si la lumière n’entre que côté façade, on a une impression de luminosité partout ! Ce doit être le propre des livres ….

Je visite régulièrement le rayon littérature et le rayon polar, bien sûr, toujours bien fournis, où l’on peut dénicher aussi bien nouveaux titres que titres plus anciens, relégués dans un coin de notre mémoire et que l’on est content de retrouver brusquement.

J’adore aussi le rayon papeterie … Je ne peux m’empêcher d’y acheter un stylo, une gomme, un crayon de papier que je ne trouverai nulle part ailleurs ….. Ma dernière acquisition : avant-hier, un pupitre de table ! pour que ma lecture en cours soit bien calée, ouverte comme il faut sans casser le dos … J’ai tendance à lire en petit-déjeunant, si je suis la première levée ! C’est un plaisir absolu pour moi, et une super manière de commencer la journée ! Bref, ce pupitre est mon deuxième … le premier ayant déjà été découvert chez Grangier !

Et puis, dans cette librairie, il y a un espace qu’on trouve rarement : un coin café ! Peut-être commence-t-on à en voir davantage désormais (encore que …), je trouve ça extra. Les premiers coin-café que j’ai vus étaient dans des librairies en Allemagne, à Münich par exemple, et cela m’a toujours donné envie d’y passer des heures ! J’aime donc la librairie Grangier pour cela, en plus des livres !

Je joins quelques images, qui donneront une idée, certes imparfaite de cette librairie. J’aime beaucoup aussi les citations qui accompagnent le visiteur-lecteur quand il monte les escaliers …. J’en ai choisi une que j’adore !

Aurai-je donné envie de connaître la librairie Grangier ? Je l’espère ! Si par hasard, l’un ou l’autre du collectif polar se rend à Dijon ….  Et peut-être y a-t-il parmi tous les abonnés des dijonnais ? Alors, ils pourront, j’espère confirmer mes dires !

Bonnes découvertes, en tout cas !

Tu ne dormiras plus de Eric Dupuis


Le livre :  Tu ne dormiras plus de Eric Dupuis . Paru le 7 mai 2018 chez Ravet – Anceau . 13€ (328 p.) ; 11 x 17 cm.

4ème de couverture :

CAVALE MEURTRIERE DANS LE BASSIN MINIER

Le major de police Iwan Kaczmarek est en danger : François-Xavier de Montjarrieux vient de s’évader de prison et le menace. Malgré tout , le flic doit avancer sur son enquête en cours. Avec le lieutenant Belinda Bordas , il traque dans le Pas-De-Calais le « barbare du bitume », un tueur sanguinaire qui s’en prend aux automobilistes.

Dans le même temps, une chute de silo puis des explosions dans un centre de stockage de munitions sont signalées. Des indices laissent penser qu’un attentat se prépare sur le Paris-Roubaix, ravivant le souvenir du gang de Roubaix qui a sévi des années auparavant.

Pris dans ce tourbillon de violence , Kaczmarek s’en sortira-t-il ?

 

L’auteur :  Eric DUPUIS est dans la Police Nationale depuis 30 ans et officie actuellement comme Major-Instructeur des forces de l’ordre en Tir, Self-Défense et Gestes et Techniques Professionnels. Il a eu l’opportunité de devenir figurant, conseiller technique et acteur pour les séries télévisées et le cinéma, notamment dans « Polisse » de Maïwenn.
Ayant travaillé sur des projets de séries policières pour une société de production pendant quatre ans, il s’est lancé dans l’écriture de romans retraçant sa profession à travers des fictions.

 

Extrait :
« Des études honorables malgré un retard considérable , rattrapé à la force du poignet grâce notamment au temps consacré à son enrichissement personnel. Il rêvait de devenir policier. Il allait s’en donner les moyens pour combattre l’injustice et rétablir l’ordre vérolé par le genre de personnages ayant vécu dans son entourage. Il ne pouvait plus supporter cet état de fait. »

 

L’avis de Clémence , de la page « Les lectures de Clémence » :

« Tu ne dormiras plus » , de Eric Dupuis :

 

Dans ce troisième opus , Eric nous gâte ! nous voilà emportés dans une histoire pleine de rebondissements …

On y suit notre cher Iwan , embarqué dans une enquête à la recherche d’un tueur en série qui sévit sur la région .Mais sa tranquillité est mise à mal depuis l’évasion de son pire ennemi , FX , de prison …Son quotidien est mis en danger et sa famille également …malgré tout il doit se concentrer sur son travail et faire face à des épreuves douloureuses pour lui …

On y retrouve sa force de caractère et sa détermination à toutes épreuves …

Parallèlement on y découvre l’histoire d’un jeune flic en pleine quête de justice …

J’ai adoré cette vision idéaliste qu’a le jeune concernant le métier de policier . Son seul but dans la vie est de rétablir la justice pour tous…Il en fait son histoire personnelle et n’hésite pas à se frotter aux barrières du mal pour faire le bien …

On y redécouvre les horribles attentats dont notre pays a été la victime , et on ressent bien l’importance de nos forces de l’ordre en France . Souvent dénigrés , appelés les « poulets » , ne pensant qu’ils ne servent qu’à mettre des amendes et nous embêter , ce livre retrace bien la bonne volonté de ces fonctionnaires à essayer de nous rendre un monde meilleur …

On ne salue pas assez leur courage et ne les remercions pas assez alors voilà avec cette chronique , c’est le message que je souhaite délivrer « Aimons nos policiers et remercions les à leur juste valeur » , eux , qui se battent pour nos vies parfois au détriment de la leur …

Enquête merveilleusement bien ficelée , rebondissements jusqu’à la dernière page ! Du grand Eric Dupuis !

Vous l’aurez compris ce livre est un de mes coups de cœur 2018 , je suis déprimée à l’idée de le ranger dans la bibliothèque …Vivement la suite , car c’est certain il y ‘en aura une !!

 

 

 

L’exquis cadavre exquis, épisode 14


L’exquis cadavre exquis, épisode 14

Elle s’appelait Camille, avait la phobie de la chlorophylle et n’a rien trouvé de mieux que de se cacher dans une serre pour tenter d’échapper à son l’Assassin .

Les inspecteurs Leriot et Remini sont sur le coup mais de nombreuses questions restent encore inexpliquées

Pourquoi Max a-t-il été si troublé en apprenant la mort de Camille ? Qui envoyait à la victime de petits cercueils en bois ? Que sait la brigade financière sur cette mystérieuse affaire ?

La suite c’est vous qui l’inventez


L’exquis cadavre exquis

Episode 14

By Yvan Fauth d’Emotions

 

SEBASTIAN PÈTE LES PLOMBS (POUR RIEN)

« France Info, bonjour, il est 10h. Le développement des titres du jour :

Un corps sans vie a été retrouvé hier en bas du domicile de Camille Longchamps, la journaliste spécialisée dans les affaires de malversations financières, elle-même morte assassinée récemment.

Le corps a été retrouvé dans une poubelle de l’immeuble avec une balle dans la tête. La police se refuse à tout commentaire sur l’identité de la victime, et sur ce triste rebondissement qui rend encore plus opaque cette affaire déjà trouble. »

Le téléphone de l’inspecteur Sebastián Lérot se met à sonner sur l’air de la Lambada, comme pour contrebalancer la grisaille de sa vie. Énervé, il éteint la radio et se gare sur un emplacement réservé aux bus.

Mais aujourd’hui, ce n’est pas juste irrité qu’il est, c’est hors de lui ! Son eczéma le démange comme jamais, certaines plaies en deviennent purulentes. Son visage tourne au rubicond, on dirait les joues d’un alcoolo, lui qui ne boit pas une goutte d’alcool.

Depuis qu’on lui a annoncé le mort de la poubelle, il ne décolère pas. Cette affaire va le rendre dingue, tout part à vau-l’eau. C’est bien simple, il n’en peut plus, craque complètement, décroche avec rage et se met à hurler sur Valérie Remini :

– J’en ai ras la casquette, Valérie, tu m’entends ! Par-dessus les épaules, plein le cul, plein les bottes, cette affaire me sort par tous les trous, alors arrête de venir m’annoncer des mauvaises nouvelles tout le temps, arrête !

– Mais…

– Y a pas de « mais » qui tienne ! Trop, c’est trop ! Tu crois quoi ? Que je peux tenir longtemps comme ça ? Toi, tu gères tes mouflets, moi, je me retrouve seul dans ce marigot à m’enfoncer toujours plus profond !

– Je…

– « Je », toujours « je » ! Ça t’arrive de penser à quelqu’un d’autre qu’à toi ? Tu penses à moi un peu, des fois ? Entre la pension de mes trois ex-femmes, mes problèmes de peau qui vont bientôt m’empêcher de sortir à l’air libre, si je ne veux pas faire peur aux gamins dans la rue, et cette affaire qui me bouffe de l’intérieur, je pète un plomb !

– Oui, mais Seb…

– Arrête de m’appeler Seb, bordel ! Tu sais que, même avec tes marmots, on aurait pu imaginer quelque chose d’autre entre nous… Mais non, toi, tu ne penses qu’à me pourrir la vie en m’annonçant tous les jours une autre catastrophe ! Alors, s’il te plaît…

– MAIS TU VAS LA BOUCLER, SEBASTIÁN, OUI ?! Tu vas me laisser en placer une ? Je t’appelais pour t’annoncer qu’on avait une nouvelle piste prometteuse, et qu’on allait enfin pouvoir avancer ! Alors, laisse mes marmots où ils sont, et arrête de me parler de tes bottes et de ton cul. C’est bon, tu m’écoutes là, Sebastián ?

Sa colère incontrôlable se calme dans l’instant. Son éréthisme cardio-vasculaire disparaît d’un coup. Sa tension chute au point que la tête lui tourne. Il n’a jamais réagi comme ça, encore moins contre Valérie qu’il apprécie plus que tout.

Parfois, il se dit qu’il n’est plus fait pour ce boulot, qu’il a passé l’âge, et qu’il ne remplit que le vide intersidéral de sa triste vie. Peut-être que s’il avait fait d’autres choix par le passé, lui aussi serait entouré de marmots au lieu de se retrouver seul dans une voiture banalisée, qui tombe en ruine, à écouter France Info lui balancer son impéritie à la figure. Quand on commence à avoir l’impression que le journaliste du poste vous parle directement, c’est qu’il est temps de prendre du recul.

Il se promet d’aller se ressourcer en Alsace durant quelques jours, auprès d’amis qu’il a bien trop délaissés, lorsque cette enquête sera bouclée (ou qu’il sera viré pour incompétence). Parce que derrière son caractère bourru, Sebastián est un peu du genre solitaire solidaire (enfin il l’était jusqu’à présent).

– Je t’écoute, Valérie, pardon…

– Tu sais, l’empreinte qu’on avait retrouvée sur la douille de l’arme qui a tué Camille Longchamps ? Ben, on vient de retrouver la même sur celles laissées sur la scène du crime de la poubelle. Les deux meurtres sont bien liés.

– Quelle surprise… Tu as une drôle de conception des bonnes nouvelles, toi…

– J’ai pas fini ! La coopération européenne, ça a du bon. Figure-toi qu’on a retrouvé la même empreinte sur une affaire de meurtre d’une journaliste en Allemagne, juste à la frontière alsacienne, elle aussi en charge des histoires de magouilles financières. Nos collègues teutons nous font parvenir le dossier complet de leur enquête. Décidément, notre meurtrier ne cherche vraiment pas à se cacher, c’est à se demander s’il ne signe pas délibérément ses assassinats !

Paul Colize à l’Honneur # 11 mai


Le onzième et cinquième « Auteur à l’honneur » de l’année 2018 est un auteur belge

C’est donc Paul Colize que j’ai choisi de mettre en avant ce mois-ci.

Mais avant de vous expliquer pourquoi c’est Paul qui poursuit cette nouvelle rubrique sur notre blog, je vous en rappelle le principe.

L’idée est que chaque mois, on se fasse découvrir un auteur qui nous tient à cœur. Étant tous des lecteurs d’horizons différents, cela permet aux uns et aux autres d’explorer d’autres univers qui nous tentent ! Pour participer, rien de plus simple :
  • une photo de l’auteur
  • une bref biographie de lui
  • Et enfin, deux ou trois livres que vous avez aimés et pourquoi !
Pour participer, vous n’avez plus qu’à me laisser un commentaire avec le lien vers votre article et je l’ajouterai au mien 🙂 Alors à vos claviers !

 

Mais revenant à notre auteur à l’honneur

Paul Colize

Pourquoi je mets Paul à l’honneur.

Ben simplement,  j’ai eu le privilège de le recevoir à la bibliothèque. Oh, il n’est pas resté longtemps, mais le peu qu’il est intervenu, il a fait marrer son auditoire. Il faut dire qu’il a un humour irrésistible. La belge attitude en somme. Pour ne pas dire la belgitude.

Paul Colize à l’honneur # 11 mai

Biographie

Paul Colize est né en 1953 à Bruxelles. Originaire de l’Est et de Belgique, Paul Colize a fini par se sédentariser près d’espaces boisés nécessaires à son équilibre. Omnivore, il a une propension marquée pour le sucré. Il migre parfois pour rencontrer ses congénères, sources d’inspiration. En général il produit un polar une fois par an.

Auteur prolifique donc, il a déjà écrit une douzaine de romans noirs, dont Back Up (2012). Un long moment de silence, paru en 2013 à la Manufacture de livres, a été récompensé par trois distinctions prestigieuses : le prix Landerneau Polar, le prix Boulevard de l’Imaginaire et le prix Polars Pourpres. Avec Concerto pour quatre mains, il fait son entrée au catalogue de Fleuve Éditions.

Polars fétiches

 Livre : Un long dimanche de fiançailles de Sébastien Japrisot

  Film : Heat de Michael Mann

 Ecrivain : William Lashner

 

Bibliographie

 

 

Colize, Paul

Back up

Gallimard

Bruxelles, 2010. Devant la gare du Midi, un sans-papiers est renversé par une voiture et transporté dans un état grave dans une clinique où il est déclaré atteint du locked-in syndrom. Il ne peut plus communiquer que par le mouvement des paupières. Sur les débuts du rock’n’roll des années 1960 et les dérives narcotiques des années. 1970. Prix Saint-Maur en poche 2013 (catégorie polar).

 

 

 

Colize, Paul

Back up : roman noir

la Manufacture de livres

A Bruxelles, en 2010, devant la gare du Midi, un sans-papiers est renversé par une voiture et transporté dans un état grave dans une clinique où il est déclaré atteint du locked-in syndrom. Il ne peut plus communiquer que par le mouvement des paupières. Un roman sur les débuts du rock’n’roll des années 1960 et les dérives narcotiques des années 1970.

 

Mon petit avis sur Back-Up

 

 

Colize, Paul

Zanzara

Fleuve éditions

Fred, 30 ans, pigiste pour le service web d’un journal belge, rêve de l’article qui lui apportera la gloire. En attendant, il se contente de tester ses limites dans sa vie privée. Un appel téléphonique à la rédaction au sujet d’un fait divers banal va tout changer.

 

 

 

 

Colize, Paul

La troisième vague
Suivi de Les tueurs du Brabant

Nouvelles éditions Krakoen

Vassili Sokolovski quitte Bagdad pour l’Europe, bien décidé à élucider la mort de son ami. Il met à jour les dessous d’une affaire criminelle de grande envergure liée aux attaques survenues entre 1982 et 1985 dans un supermarché du Brabant wallon. Un dossier sur les Prix Arsène Lupin 201

 

 

 

Colize, Paul

Un long moment de silence

la Manufacture de livres

Ce thriller historique, qui se déploie de 1920 à nos jours, met en scène une organisation clandestine, The Owl, chargée de poursuivre la traque des criminels nazis abandonnée par Israël après 1960.  En 2012, Stanislas Kervyn se met sur sa piste pour résoudre le mystère de la mort de son père dans un attentat. Stanislas Lejeune, l’un des héros, verra son destin s’accomplir au travers de cette aventure. Prix Landerneau polar 2013, prix du Boulevard de l’imaginaire 2013, prix Polars pourpres 2013.

Mon billet sur un long moment de silence

 

Colize, Paul

L’avocat, le nain et la princesse masquée

la Manufacture de livres et en poche chez Pocket

Hugues Tonnon est un avocat bruxellois réputé, spécialisé dans les affaires de divorce. Nolwenn Blackwell, top-modèle, est fiancée à Amaury Lapierre, un chef d’entreprise de 30 ans son aîné. Quand ce dernier est photographié en compagnie d’une strip-teaseuse, le mannequin dîne avec l’avocat, qui la raccompagne chez elle. Au petit matin, elle est assassinée.

 

 

 

Colize, Paul

Un parfum d’amertume

Pocket

Antoine Lagarde est heureux en famille et dans son travail. Jusqu’au jour où il retrouve son père assassiné. Une annotation sur une carte à jouer entraîne Antoine sur une piste qui le mène vers l’enfer…

 

 

 

 

 

Colize, Paul

Concerto pour 4 mains

Fleuve éditions

D’un côté, Jean Villemont, avocat pénaliste amoureux des sommets, et sa consoeur Leïla Naciri. De l’autre, Franck Jammet, braqueur virtuose, et son amie Julie Narmon, discrète et efficace. Et cette affaire. Où se trouvait Jammet la nuit du 18 au 19 février 2013 ? Pourquoi maître

 

 

 

Colize, Paul

Le baiser de l’ombre

Nouvelles éditions Krakoen

En 2008, Antoine Lagarde, coach d’industriels fortunés, malgré les difficultés rencontrées par la police, accepte d’enquêter sur le meurtre de Martin Desmarets, célèbre metteur en scène de théâtre et père de la belle Ava.

 

 

 

 

Colize, Paul

Le valet de coeur

Nouvelles éditions Krakoen

Antoine Lagarde a réussi sa vie sur tous les plans : financier, professionnel, sexuel, familial. C’est aussi un fils attentionné qui rend visite régulièrement à son père, un ingénieur retraité et hypocondriaque. Tout bascule le jour où Antoine retrouve son père assassiné. Sur une carte à jouer, un valet de pique, figure une mystérieuse annotation.

 

 

 

Voilà vous savez presque tout sur Paul Colize, enfin vous savez l’essentiel

J’espère que j’ai réussi à vous donner envie de le découvrir.

Et si c’est le cas revenez me voir pour me dire ce que vous en avez pensé.

A très vite mes polardeux.

 

 

 

Notre soirée cauchemardesque en compagnie de l’Ogre Patrick Bauwen


Notre soirée cauchemardesque en compagnie de l’Ogre Patrick Bauwen

Retour de chez l’ogre par deux flingueuses

Notre nuit cauchemardesque en compagnie de l’Ogre Patrick Bauwen.

By Ophélie et Jean Paul

Comme nous vous l’avions annoncé le 22 mai au soir, c’était le lancement officiel du dernier roman de Patrick Bauwen « La nuit de l’ogre » aux Éditions Albin Michel. 

La possibilité de voir un auteur autrement que dans un salon est vraiment un moment privilégié pour ceux qui l’ont déjà vécu.

Au programme : rencontre avec l’auteur et dégustation de cocktails « médicaux ».

Jean-Paul: C’était une grande première pour moi… J’attendais avec impatience depuis plusieurs jours. J’avais déjà fait plusieurs salons, mais là, c’était très différent. 

Oph: Je bouillais d’impatience aussi, autant pour revoir Patrick, que pour rencontrer enfin notre nouvelle flingueuse Jean-Paul, mais aussi les copains blogueurs !

Pas de stress, on prend son temps, on reconnait certains visages déjà rencontrés et le plaisir de discuter avec d’autres qui sont là pour les mêmes raison que nous !

Jean-Paul: Malgré ”quelques“ difficultés pour me rendre en temps et en heure au restaurant “Les Blouses Blanches”, gros embouteillages, pont de Gennevilliers en partie condamné, un gros orage et pluies diluviennes, inondations sur l’autoroute, manifestations, et toute une légion de policier et de CRS qui essayaient tant bien que mal de faire régner l’ordre… 

J’ai cru que le sort (l’ogre peut-être ?) s’acharnait sur moi !

Mais enfin au bout de trois heures, j’ai enfin aperçu le sourire et le regard pétillant d’Ophélie, qui m’attendait sous son parapluie avec deux de ses amies (Mylène, lectrice, et Maud de la page « les lectures de Maud »)… Après les présentations d’usages, nous sommes finalement entrés dans le repaire de l’Ogre, qui nous attendait pour cette soirée exceptionnelle…

Patrick Bauwen himself !

Oph: Le temps était aussi en mode « Nuit de l’Ogre », tu as raison! Mais braver les éléments déchainés est un moindre mal pour partager ce moment d’exception 😉

Jean-Paul: Que vous dire de Patrick ?

D’abord il est grand, très grand ! En même temps à coté de moi tout le monde à l’air grand !!!

Patrick donne toujours une impression de timidité, de ne pas être à sa place toujours un peu gêné. Je pense que c’est sa gentillesse qui se traduit de cette façon. 

Très à l’écoute des gens et toujours en train de rire… Il est adorable !

Oph: Là, je ne peux que confirmer, ta description est très juste. Patrick est toujours d’humeur joyeuse et il transpire la gentillesse par tous les pores. Non seulement c’est un auteur de talent et d’une grande modernité avec un style qui monte en puissance, mais en plus l’homme qu’il est, est foncièrement bon.

Les Éditions Albin Michel ont donc organisé cette rencontre qui permettait à des lecteurs de gagner une soirée avec l’un de leur auteur fétiche, ainsi qu’à différents blogueurs et chroniqueurs de passer un moment en bonne compagnie.

Jean-Paul: Malgré le coté un peu exigu des lieux, qui du coup favorisa (vous noterez l’emploi du passé simple, petite blague perso, elles se reconnaitront), favorisa disais-je, diverses rencontres…Notre hôte a tenu son rôle parfaitement, allant de tables en tables et se prêtant volontiers aux jeux des selfies, photos et diverses dédicaces.Tout d’abord en arrivant, j’ai été surpris/déçu qu’il n’y ai pas sur place, son dernier roman en vente pour dédicace, mais cela aurait donné un ton complètement différent à cette soirée, finalement c’était très bien comme ça.

Oph: Il est vrai que ce côté exigu, nous a un peu déstabilisé au départ. Difficile d’être proche de David (blog: C’est contagieux) ou de Delphine (Mes évasions livresques). Néanmoins nous nous sommes trouvés une petite place fort agréable et avons pu échanger entre nous, avec Patrick qui a pris le temps de nous dédicacer nos « épreuves non corrigées » qui deviennent ainsi des collectors, mais aussi avec l’équipe d’Albin Michel, avec qui notre porte flingue, Geneviève, échange régulièrement.

Nous nous sommes “soumis” à un interview en duo, fort sympathique de la part de l’équipe d’Albin Michel, qui a aussi fait des pieds et des mains sur l’organisation durant toute la soirée. Cette interview a, non seulement permis de donner nos avis sur Patrick et son œuvre, mais aussi de mettre en avant la particularité du Collectif Polar, son caractère participatif.

Imaginez un groupe de potes constitué d’une porte Flingue, exclusivement de “flingeuses” féminines et d’une “flingueuse” pas comme les autres, plus masculine !

Les images seront bientôt disponibles sur le site d’Albin Michel.

JP: Je ne sais pas pour les filles, je ne me permettrai pas de parler en leur nom (quoique je commence à les connaître, clin d’oeil ), mais moi je m’amuse bien ! 

J’ai l’impression d’avoir trouvé une famille comme moi, en total décalage, et se terme de “flingueuses”, commence à m’aller comme un gant, à défaut de m’aller comme une paire de chaussures rouges à talons !

Oph: Aaaah ! Les fameux talons rouges. Pour ceux qui auraient du mal à suivre, comme l’a dit JP, les flingueuses, plus qu’un collectif, c’est une famille. Nous échangeons quotidiennement et sur tous les sujets. L’une de nos discussions a porté, un jour, sur des escarpins rouges. Figurez-vous que JP est quasiment la seule flingueuse à ne pas en avoir, effronté

NDLR : La porte Flingue non plus n’en a pas.

Mais bref, fermons la parenthèse.

La soirée s’est poursuivie ainsi, mélange de discussions, d’échanges, de contacts et de nouvelles rencontres en croisant Patrick régulièrement, qui de son côté évoluait dans cette sorte de labyrinthe humain. C’est ce genre de réunion à dimension “humaine” qui favorise tout ça, en toute simplicité.

Nous avons vu des visages de lecteurs s’illuminer de joie, avons entendus des rires et des fous rires. C’était une soirée vraiment réussie, dans tous ses aspects.

Espérons que d’autres auteurs suivent cette idée…

L’exquis cadavre exquis, épisode 13


L’exquis cadavre exquis, épisode 13

Elle s’appelait Camille, avait la phobie de la chlorophylle et n’a rien trouvé de mieux que de se cacher dans une serre pour tenter d’échapper à son l’Assassin .

Les inspecteurs Leriot et Remini sont sur le coup mais de nombreuses questions restent encore inexpliquées

Pourquoi Max a-t-il été si troublé en apprenant la mort de Camille ? Qui envoyait à la victime de petits cercueils en bois ? Que sait la brigade financière sur cette mystérieuse affaire ?

La suite c’est vous qui l’inventez


L’exquis cadavre exquis

Episode 13

By Caroline Noel alias Carobookine *

Tant qu’à faire, bien faire, sinon rien faire

En raccrochant, elle esquisse un léger sourire. Quel que soit son métier, avoir des relations a du bon ! Non seulement son contact lui permet de savoir précisément où en est la police – elle piétine – mais en plus elle connaît le petit nom que les enquêteurs lui ont donné : Fantômette. Ce qui, à vrai dire, lui convient assez bien car tant qu’ils ne l’ont pas identifiée, elle est libre comme l’air, la meurtrière sans nom !

Vivre dans l’ombre est son rayon. Numéro deux d’une fratrie de trois filles, elle a toujours été entre-deux. Ni l’aînée aux facultés exceptionnelles qui réussit en toutes circonstances, ni la petite dernière choyée par ses parents pour qu’elle ne grandisse pas trop vite. Au milieu, c’est la mauvaise place ; elle a toujours dû se débrouiller seule et vite. Ce qui finalement ne lui a pas causé que du tort car si elle est aujourd’hui l’une des femmes les plus réputées dans son domaine, celui des tueurs à gage, c’est certainement grâce à la carapace qu’elle s’est forgée au fil des années.

Tant qu’à faire, bien faire, sinon rien faire est sa devise. Ses pensées guident ses pas tandis qu’elle se rend avec entrain chez celle à qui elle a ôté la vie : Camille Longchamps. La perfection n’est pas un objectif en soi, mais la précision est au cœur de la réussite. En préparant cette opération, elle a tellement étudié sa victime qu’elle pourrait se targuer d’être celle qui la connaissait le mieux, sans même jamais lui avoir adressé la parole. Jusqu’à présent, tout s’est passé comme prévu, mais si elle veut mener son projet au bout, il va falloir être précis dans une somme de détails. A commencer par récupérer un élément de preuve bien caché chez Camille.

La passiflore retrouvée sur les lieux du crime remplit pour l’instant son rôle de leurre à merveille. Oh les nazes ! ces enquêteurs qui foncent tête baissée vers le crime passionnel… Mais tant qu’ils soupçonneront Max Lindberg, ils ne risquent pas de remarquer que Camille en consommait de façon régulière. Cette plante aux vertus sédatives lui était devenue nécessaire pour calmer l’anxiété et le stress dus à son métier éreintant. Finiront-ils par le savoir ? S’apercevront-ils que ses doses quotidiennes avaient augmenté de façon conséquente et qu’elle était devenue sujette à une légère somnolence, des céphalées et même quelques troubles de la vision ? Fantômette remercie intérieurement la passiflore qui lui permet de jouer avec la police comme avec une marionnette.

Toutefois, lorsqu’elle entre chez sa victime, elle sait que quelque chose cloche. Son instinct ne l’a jamais trompée et là elle en est persuadée : la police mise à part, elle rage de savoir que quelqu’un d’autre est passé avant elle. Qui est-ce ? Camille avait-elle senti qu’elle était devenue une cible ? S’était-elle confiée à quelqu’un ? Et ce quelqu’un serait-il venu subtiliser la pièce à conviction qu’elle est venue récupérer ?

Au moment où elle se penche pour accéder à la trappe secrète cachée dans un tiroir de la cuisine, elle entend du raffut dans la cour intérieure. Discrètement, elle s’approche de la fenêtre, sillonne du regard la cour pavée et tombe des nues en voyant un homme la tête dans les poubelles et les pieds en l’air ! Mue par une pulsion, elle dévale les escaliers quatre à quatre et s’approche, sur la pointe des pieds, près de l’intrus. Impossible de savoir qui il est, mais il a l’air de savoir ce qu’il cherche. Peut-être même l’a-t-il déjà trouvé. Alors, elle se planque dans un coin et l’observe attentivement. Elle est encore en train de chercher l’identité de l’usurpateur lorsqu’il se redresse avec un sourire victorieux, tenant dans ses mains une épaisse enveloppe. Celle-là même qu’elle était venue chercher…

Complot – Nicolas Beuglet


Le livre :  Complot de Nicolas Beuglet. Paru le 16 mai 2018 aux Editions XO.  19.90€ ; (496 pages) ; 24 x 16 cm

4ème de couverture :

Un archipel isolé au nord de la Norvège, battu par les vents. Et, au bord de la falaise, le corps nu et martyrisé d’une femme. Les blessures qui déchirent sa chair semblent être autant de symboles mystérieux.

Quand l’inspectrice Sarah Geringën, escortée par les forces spéciales, apprend l’identité de la victime, c’est le choc. Le cadavre est celui de la Première ministre.

Qui en voulait à la chef de gouvernement ? Que cachait-elle sur cette île, dans un sanctuaire en béton enfoui au pied du phare ? Sarah, très vite, le pressent : la scène du crime signe le début d’une terrifiante série meurtrière. Dans son enquête, curieusement, quelqu’un semble la devancer. Comme si cette ombre pouvait lire dans ses pensées…

De la Norvège à la vieille cité de Byblos, et jusqu’au cœur même du Vatican, c’est l’odeur d’un complot implacable qui accompagne chacun de ses pas. Et dans cette lutte à mort, Sarah va devoir faire face à ses peurs les plus profondes. A ses vérités les plus enfouies…

 

© Bruno Lévy

L’auteur : Nicolas Beuglet est écrivain et scénariste.  Il a publié un premier roman sous le nom de Nicolas Sker : ‘Le premier crâne‘ (2011). Son deuxième roman, Le Cri, a connu un très grand succès.

Extrait :
Sarah et Christopher déboulèrent en bas du sentier qui rejoignait leur propriété. Une confortable maison moderne de plain-pied, à l’architecture de bois, aux larges baies vitrées qui permettaient d’avoir une vue à 180 degrés sur la mer et le vaste jardin depuis le salon. Debout devant le canapé, face à la vitre qui donnait vers l’arrière de la demeure, un enfant d’environ dix ans se tenait immobile, comme hypnotisé par l’invraisemblable spectacle qui se déchaînait devant lui.
Dans des bourrasques de tempête, l’hélicoptère venait de se poser dans le jardin. Les flashs des feux de signalisation irradiaient leur luminosité sanguine contre les vitres de la maison, crevant la pénombre avec une régularité épileptique.

Le petit billet de Fanny

Complot, Nicolas Beuglet, Editions XO,

ISBN 978-2-84563-981-22, 19.90€

ALERTE GENERALE : nous sommes en présence d’un bon, d’un très bon, voire d’un excellent roman !! Vous l’aurez compris en une phrase, j’ai adoré ce livre.

J’ai rarement été happée par une histoire aussi rapidement que je l’ai été par celle de Complot. Du pur divertissement, dans le très bon sens du terme, tant cette histoire embarque le lecteur dès les premières lignes.

Nicolas Beuglet, que je lisais pour la première fois (et pas la dernière c’est certain), sait captiver le lecteur et l’entraîner dans une histoire folle aux multiples rebondissements.

L’histoire nous plonge au cœur d’une enquête menée par l’inspectrice Sarah Geringën. Cette femme, forte, au caractère bien trempé, se voit confier la lourde mission de découvrir qui a bien pu assassiner la Première ministre de Norvège, dans des conditions pour le moins très troublantes. Car il s’agit là d’un crime peu commun, qui parait suivre un rituel bien précis et dont l’énigme et la signification sont mystérieuses et semblent emmenées sur la piste d’une organisation très particulière.

Extrait page 44 :
Du bout de ses doigts gantés, Sarah fit délicatement pivoter le visage vers le ciel et sentit son cœur rater un battement. Tout devint clair : les Forces spéciales, l’urgence et le sceau du secret.
Malgré le choc, elle demeura impassible. Non pas qu’elle soit insensible. Elle mesurait la crise majeure qui allait bouleverser le pays d’ici quelques heures. Mais elle savait aussi combien seul le sang-froid vient à bout des situations critiques.
Elle perçut la présence immobile des membres de la police scientifique, qui observaient sa réaction, guettant le moment où elle allait laisser transparaître sa confusion.
Mais lorsqu’ils la virent reposer la tête de la victime et se lever pour demander calmement où était le légiste, ils comprirent pourquoi on avait fait appel à elle.
Aux pieds de Sarah, assassinée, gisait Katrina Hagebak, la Première ministre norvégienne.
 

Dans sa recherche de la vérité, Sarah va être épaulée par Christopher, son compagnon journaliste, le seul à qui elle peut se fier, et dont les connaissances en Histoire vont lui être précieuses pour démêler les fils de cette enquête au bout de laquelle, une nouvelle ère pourrait s’ouvrir pour l’humanité. Cette enquête va les mener dans un périple qui les mènera de Norvège au Liban puis l’Autriche et enfin le Vatican.

Je n’en dirai pas plus sur cette intrigue, aux nombreux rebondissements, qui poussent le lecteur à vouloir arriver très vite au bout de l’histoire pour enfin en connaitre le dénouement.

Et quel dénouement !! La fin est magistrale, à couper le souffle et laisse présager d’une suite, qu’on espère découvrir prochainement.

Ce roman est rythmé, haletant. Les chapitres s’enchaînent et happent le lecteur dans une histoire passionnante, menée tambour battant par des personnages complexes, imparfaits et terriblement attachants. On ne s’ennuie pas une seule seconde, même (et surtout je dirais) lorsque l’auteur décrit avec minutie des événements historiques de manière détaillée, comme pourrait le faire un maître de conférences passionné par son sujet.

Aucune lassitude ici, aucune page n’est lue en diagonale. Les lecteurs habitués aux thrillers sortiront repus de cette lecture, qui va leur procurer tous les bons ingrédients d’un excellent moment de lecture.

Je vais pour ma part courir lire Le Cri, précédent roman de Nicolas Beuglet, qui mettait déjà en scène les héros de Complot. Mais n’avoir pas lu Le Cri n’empêche en rien de plonger dans Complot. Les références au précédent opus étant rares et suffisamment claires pour ne pas déstabiliser le lecteur.

Au fait, je ne sais pas si vous l’avez bien compris alors je me répète : J’ai ADORE !!!! Courez vite chez votre libraire préféré !!