La GAV : @Guy Rechenmann sous le feu des flingueuses, épisode 1

Papote d’auteur : @Guy Rechenmann sous le feu des flingueuses

Episode 1

Jeudi 19 avril

Début de la Garde à vue de monsieur Rechenmann

1ère audition par Ge notre porte flingue

La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé)

Allez place à la GAV de Guy Rechenmann


Geneviève : Bonjour à tous et toutes. Début de la garde à vue dans une heure environ
Que l’on prépare notre prévenu du jour
Aline : bonjour Geneviève,
Bonjour tout le monde… je suis prête à garder un oeil sur cette GAV… à tout à l’heure.
Geneviève : 👍
Guy RechenmannGuy : Prêt 
Aline  👍 Bonjour Guy, Geneviève ne va pas tarder à arriver.
Geneviève : Bonjour Aline  je vois que l’on a fait entrer le prévenu. 
Aline : Il a l’air pressé de parler … notre suspect du jour !
Geneviève : 😆 Bonjour Guy. Tu me fais rire Aline !
Début des auditions Samedi 21 à 8h04

Pour commencer ma première question sera puisque nous ne nous connaissons pas que nous ne nous sommes jamais rencontrés préférez-vous que l’interrogatoire se fasse avec le vouvoiement où peut-on tout simplement se tutoyer?

Guy : Turlututu
Geneviève : Donc ce sera le tutoiement ! 
Guy : avec plaisir
Geneviève : 👍 Alors Guy ce matin c’est votre première audition. Pardon c’est ta première audition et c’est la bibliothécaire qui va te poser quelques questions sur toi en tant que lecteur.

Es-tu prêt à te mettre dans la peau du lecteur?

Guy  : ok
Geneviève : Ok mais avant cela j’aimerais que tu te présentes à nos lecteurs. Peux-tu décliner ton nom ton prénom ton âge ton domicile et ton pedigree ?
Danièle : Bonjour Patronne excuse-moi j’étais à la machine à café ! Bonjour  @Guy
Geneviève : 👍 ok pas de soucis Dany
Guy : né en 50 à Libreville, sauvé in extrémis par Schweitzer en 52 j’ai atterri à Bordeaux dans la pâtisserie de mon grand-père… miam miam… études primaires secondaires tertiaires et quaternaires toujours à Bordeaux.
Je commence par être acheteur à l’international chez Ford mais je m’ennuie pourtant la place est belle et je monte ma boîte dans le golf à 29 ans comme quoi Sup de CO mène à tout…
Je la revends très bien à l’âge de 48 ans et je continue la télé en tant qu’animateur dans les directs de 13h sur France 3 Aquitaine…
Et comme j’avais un peu plus de temps libre j’ai commencé à écrire des textes… nouvelles et poèmes principalement… ça plaisait et certaines personnes du milieu littéraire m’ont encouragé à poursuivre sur du long… d’où mon premier roman Les fourmis dans les doigts… et après j’ai enchaîné jusqu’au Scorpion qui est mon numéro 7…
Geneviève : Voilà un parcours intéressant et atypique. Tu es donc devenu un auteur compulsif ? Mais avant cela étais-tu un lecteur compulsif ?
Guy : non pas du tout ma femme Catherine oui… et en plus une vache ne boit pas de lait c’est à dire que je ne lis pas ou peu de polar… un ami m’a dit que Flic de papier lui faisait penser un peu à Vargas et ce n’est qu’à cette occasion que j’ai lu deux Vargas, ma femme elle a tout lu en revanche…
Geneviève 👎 Pas contente la bibliothèque que je suis ! Bon mais …A défaut d’être un lecteur compulsif êtes-vous un simple lecteur ? Pardon on avait dit qu’on se tutoyer. Es-tu un simple lecteur et quelle lecture pratiques-tu
Guy : oui je lis mais pas énormément… j’aime beaucoup Céline, je sais ce n’est pas original mais cet auteur rassemble à lui tout seul le populaire, la fulgurance poétique la dureté et la dérision indépendamment de tout avis politique… j’aime les écritures de Laurent Gaudé, Nathalie Azoulai, Philippe Claudel, Serge Joncourt, Michelle Lesbres , Bohumil Hrabal (une trop bruyante solitude) et mon ami Didier Daeninckx… tu vois rien à voir avec le polar…
Guy : à part Daeninckx et aussi Le Corre… mais des polars intelligents sans trop de découpes…
Geneviève : Mais la bibliothécaire que je suis n’est point sectaire. Il te remercie même de la sortir du polar. Dis moi Guy … Lis-tu la presse ?
Guy : oui je survole, enfin je me tiens au courant…
Geneviève : Préfères-tu lire de la fiction des essais ou des livres documentaires ?
Guy : un peu la fiction mais surtout les documentaires… je m’en sers beaucoup dans mes recherches pour traiter mes thèmes…
Geneviève : Tu lis en papier ou en numérique ?
Guy : papier toujours…
Geneviève : Même pour tes recherches pour tes futurs romans ?
Guy : oui je jette un oeil à wikipédia bien sûr mais j’achète les livres correspondant à mes recherches… pour le Scorpion par exemple j’ai acheté le livre de De Luzan sur la géo biologie et le livre de Rocard sur les Sourciers… avant pour à al place de l’autre, le livre sur le mur de l’Atlantique et pout Fausse note, les Bienveillantes…

Geneviève : 😮 Si je comprends bien tu ne fréquentes pas les bibliothèques?

Danièle😆
Guy : non je n’y vais que pour parler de mes livres 😉

Mais je fais aussi des expériences physiques comme les régressions dans le Scorpion…

 

Geneviève 😆 En parlera du Scorpion ce soir avec @Danièle. . Tu vas pouvoir tout nous dire sur ton nouveau roman. Et même un peu plus j’espère. Mais pour l’heure je cherche à savoir quel est ton rapport au livre et à la lecture . Aussi peux-tu me dire si plus jeune, quand tu étais gamin tu allais à la bibliothèque ?
Guy : non pas du tout… gamin, pensionnaire, ma porte de sortie était le sport… j’étais assez doué et je participais à toutes les activités du collège… j’étais dans les équipes d’athlétisme, de foot, de natation, de hand ball… j’ai fait tous les championnats de france d’athlétisme par exemple de benjamin à junior… après les études dites supérieures ont eu raison de mon élan…
Geneviève : Tiens je me retrouve dans tes propos. Pourrais-tu me dire quelle place avait le livre dans ta famille ?
Guy : aucun… élevé par mes grands-parents pâtissiers… lever 5h couché tôt… j’ai demandé à être pensionnaire à 12 ans à deux cents mètres de la maison… ma grand-mère, adorable au demeurant, ne lisait que France Dimanche et Ici Paris…
Aline : du coup on se demande d’où vous vient l’amour des mots ?
Guy : ça, c’est un mystère… la réflexion sur mon état d’enfant solitaire sans doute…
Aline : vous pouvez développer ?
Guy : j’ai choisi d’être pensionnaire pour n’avoir plus de décisions à prendre… on me prenait en charge dans ce collège… à l’inverse de chez moi où le conflit était permanent… sans la bonne autorité du père et la protection maternelle j’ai été obligé inconsciemment de me poser des questions… au moins j’ai appris la patience…
Guy : comme mon flic…

Aline : merci

 

Danièle : Quand on te demande quel est ton métier ? Tu réponds …

un mot ou deux

Guy : pas écrivain c’est sûr… couteau suisse…

Danièle : deux mots … ça me va ! Pareil quand tu dis : je pars en vacances ! Tu vas où ?

guy Rechenmann&&&&&

Geneviève : La Pension a été pour toi un échappatoire si je comprends bien ? Est-ce que c’est pendant ces jeunes année que ton imaginaire s’est développé

Guy : la pension … oui indéniablement ça m’a… sauvé je ne sais pas mais ça a permis une certaine construction… avec plein de jour à travers les parois mais qui n’en a pas…

Concernant les vacances étant donné que j’ai toujours fait ce que j’aimais dans des domaines de libertés et de plaisir, honnêtement les vacances, c’est tous les jours…je ne pars plus à l’étranger, jeune j’ai fait plein de pays… c’était bien… à l’époque… tu sais entre Bordeaux et le Bassin je ne suis pas malheureux…
Geneviève :  Merci d’avoir répondu franchement. Mais comme le disait Aline plus haut je me pose la question comment peut-on devenir écrivain et vouloir être lu quand on n’est pas un lecteur soi-même ?
Aline👍
Danièle : Désolée patronne c’est ma faute les vacances … j’ai interféré dans la discussion … je me tais jusqu’à ce soir …😬
Geneviève : 😆 Ah Dany, pas de pb !
Guy : je n’ai pas voulu devenir écrivain… au début j’écrivais des textes poétiques à se pendre… Dominique Penide qui est une excellente auteur au demeurant habite au bout de ma rue… un jour par hasard elle tombe sur un de ces textes pesants et ça lui plait… on discute et me convainc de poursuivre en allégeant un peu le propos… ce que j’essaie de faire pris au jeu… elle trouve bien la nouvelle mouture et m’encourage à traiter du hasard et des coïncidences sous forme de roman… d’où Les fourmis dans les doigts édition l’harmattan… à chaque fois je traite de sujets qui ont encombré mon enfance, la résilience, le bien et le mal, l’emprise mentale, la recherche de ses origines, perte de la mère etc etc… ça me fait du bien et il se trouve que ça peut plaire à certains… ma femme grande lectrice trouve que j’ai mon style… et si j’écris maintenant c’est pour lui faire plaisir en grande partie… je ne me suis jamais dit tiens je vais devenir écrivain, jamais…
Guy : raison pour laquelle il y a toujours de l’humour dans mes textes sorte de dérision pour cacher la noirceur…
Geneviève : Je sais que la question n’était pas simple. Aussi si je comprends bien tu as vu dans l’écriture une sorte de thérapie
Guy : sans le savoir… mais on peut le voir comme ça…
Geneviève : Toi tu le vois comment ?
Guy : maintenant comme un exercice de style sur des sujets peu courus… je veux éviter les poncifs même si mes constructions sont parfois casse gueule…dans le prochain je vais en quête d’absolu… tu vois c’est pas gagné… aujourd’hui ça devient un jeu plutôt…

Geneviève : 👍

Guy : j’évite tous les sujets d’actualité pour être à la mode et ainsi être lu par la multitude, je m’en fiche…
Geneviève : 👍
Guy : d’ailleurs tous mes écrits se passent au 20 ème siècle

la sincérité est la clef du bonheur…

Geneviève 👍 Tu parlais de failles dans ta construction d’homme. Peux-tu nous dire quelles sont-elles. C’est quoi ces petits trous à travers les parois ?
Guy : timidité , confiance en soi… c’est la raison pour laquelle je fais de la télé… et d’ailleurs j’y suis très à l’aise… paradoxe…
Geneviève : Penses-tu qu’écrire t’aide aussi à colmater ses petits trous ?
Guy : aujourd’hui j’en suis certain… je peux en parler… par écrits et par oral lors de rencontres… mais ce n’est pas très original, qui n’a pas eu de soucis dans sa construction ?
Geneviève : Aujourd’hui le petit garçon que tu étais est-il satisfait de l’homme que tu es devenu?
Guy : presque… c’eut pu être pire…
Geneviève : Crois-tu qu’il regrette de ne s’être pas inspiré de l’imaginaire des autres pour construire le sien ?
Guy : il n’a fait que ça…dans le noir du dortoir… c’est comme la cuisine… on dispose tous des mêmes produits… après… ?
Geneviève : Pardon mais là c’est moi qui ne te suis plus. Quand je te demandais sinon faut que tu étais c’était nourri de l’imaginaire des autres par les autres j’entendais les autres qui ont déjà écrit des histoires avant toi.  Mais toi tu es a compris quoi?
Geneviève : Le petit garçon a façonné son imaginaire dans le noir de dortoir mais à partir de quoi ? De qui ? Quels ont été ses références. Quelles histoires se racontait-il ?
Guy : ah ok… petit je me nourrissais des histoires de familles unies des autres avec les fratries joyeuses, des vacances, des Noëls des oeufs de Pâques à chercher… par exemple je ne me souviens que d’un seul Noel celui de 57 avec un arbre, la seule année dans ma mémoire où mes parents sont rentrés d’Afrique pour fêter Noel… les autres années pâtisserie aidant la priorité n’était pas là… les oeufs de Pâques itou, je n’ai aucun souvenir de recherche d’oeufs en chocolat… je n’avais qu’à tendre le bras dans le magasin… donc j’avais compris cela concernant l’imaginaire des autres…
Aline : la vie par procuration !
Guy : de plus l’entente entre mon grand père et ma grand mère était plus que précaire donc la fuite s’imposait… et le fait de côtoyer des jeunes heureux me rendait également heureux…

par procuration c’est ça…

Geneviève : Tu réinventais ta vie.
 Aline : vivre par procuration n’est pas vivre pleinement .. avez-vous aujourd’hui une vie à vous, pleine et entière ou vous y avez mis toutes les procurations des autres au réel ou vivez encore par procuration ?
Guy : mais concernant l’imaginaire des autres au niveau de l’écriture je ne pense pas m’en inspirer mais de façon inconsciente parfois des idées resurgissent…
Geneviève : 👍
 Guy : non plus de procuration… j’ai beaucoup construit dans ma vie, une entreprise, trois gosses , cinq maisons, je ne sais combien de sujets télé et maintenant 7 bouquins le 8 ème sortira en 2019 sous forme de recueil de nouvelles et dans la foulée la suite d’Anselme j’espère mais pas chez le même éditeur…
Geneviève et Danièle 👍
Guy  : avec toujours la même femme 😉
Geneviève et Danièle 😍
Geneviève : J’ai effectivement compris que Catherine ta femme était très importante dans ta vie
 Danièle 👍 chiens et chats ?
 Guy : pas du tout siamois…
Geneviève : Tu le laisse, Guy,  transparaître tout au long de cette première audition. 

Une dernière chose et puis on te libère pour ce matin.

 Guy : Catherine a eu une enfance heureuse avec tout ce qu’il faut…
Geneviève 👍 Penses-tu être devenu l’homme que souhaiter être l’enfant que tu étais ?
 Guy  : les gens heureux n’écrivent pas… sinon à leurs grands-mères…

Geneviève 👍 Jolie formule ! La création n’est donc possible que quand on est malheureux ?

 Guy :  si on m’avait dit lors de la finale du 80 mètres haies au championnat de france à Colombes qu’un jour j’écrirai sur la résilience, je n’aurais pas fait dix mètres…

Aline : j’allais dire la même chose : faut-il une blessure pour écrire ?

 Guy : honnêtement je le crois pour être sincère le reste n’est que marketing…
Geneviève : Une position d’auteur intéressante. Je crois qu’il va nous falloir creuser dans ce sens lors de tes prochaines auditions
Danièle👍
Aline c’est certain !
Geneviève : Mais ce soir je pense que nous parlerons de tes romans en plus en profondeur. @Danièle tu me confirmes cela?
Danièle👍
 Guy : avec plaisir… peux tu me préciser à nouveau l’horaire…
Danièle : 18 h ou 18 h 30 ?
 Guy : 18 c’est bon…
Geneviève : C’est bon pour moi aussi
 Danièle : Ça marche alors pour 18 h.
 Guy : à ce soir bonne journée bises
 Aline : je serai sur un autre dossier… je vous lirai plus tard avec plaisir.
Geneviève : Alors merci pour ta sincérité.  Il est 10h29 !  Je mets fin à ta première audition de garde à vue.

Que l’on ramène le prévenu dans sa cellule.Je sais maintenant que par son imaginaire il saura s’en échapper!

Danièle : Merci @Guy. à ce soir !

Guy : 😉

 OK, Guy, les flingueuses et vous aussi mes polardeux, on se retrouve ce soir un peu après 18h

 

Publicités

4 réflexions sur “La GAV : @Guy Rechenmann sous le feu des flingueuses, épisode 1

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s