Un vent de cendres de Sandrine Collette

Un vent de cendres de Sandrine Collette : à nouveau le coup de coeur.

 Sandrine Collette sera avec nous au salon de Saint Maur en poche 2017

Les 24 et 25 juin

Et j’aurai le plaisir de la recevoir sur un plateau

Un vent de cendres est a été réédité le 21 janvier 2015 aux éditions Le livre de poche. 7€10 ; (286 p.) ; 18 x 11 cm.sandrine Collette vzent de cendres

 Extrait : « Une sorte de nausée le raidit. Le début de la colère. A l’intérieur ça sature, et sa gorge se noue de ne pas laisser sortir les insultes. Ce n’est pas tant le mépris qu’il a de ces gens, il le sait : c’est une vieille jalousie haineuse qui le charcute du dedans à les croire tous heureux, et même si ce n’est pas vrai, si certains sont au bout du rouleau, ils font semblant et rient aux éclats, la tête haute, ils font semblant et ça ne se voit pas. Au fond de lui, Octave n’a que violence et chagrin à présenter. Son visage ne ment pas, défait, livide. »

 

Un vent de cendres de Sandrine ColletteLe livre : Un vent de cendres de Sandrine Collette. Paru le 13 février 2014 chez Denoël, collection sueurs froides. 18,00€ (260 p.) ; 23 x 16 cm

4e de couv :

Un vent de cendres

Des années plus tôt, un accident l’a défiguré. Depuis, il vit reclus dans sa grande maison. Jusqu’au jour où surgit Camille…

Malo a un mauvais pressentiment. Depuis leur arrivée au domaine de Vaux pour faire les vendanges. Octave, le maître des lieux, regarde sa soeur Camille d’un oeil insistant. Le jeune homme voudrait quitter l’endroit au plus vite, partir loin de cette angoisse qui ne le lâche plus.

Camille trouve ses inquiétudes ridicules, mais Malo n’en démord pas. L’étrange fascination d’Octave pour Camille, pour ses cheveux d’un blond presque blanc, le met mal à l’aise. Camille, elle, oscille entre attirance et répulsion envers cet homme autrefois séduisant, au visage lacéré par une vieille blessure.

Ils se disputent et, le troisième jour, Malo n’est plus là. Personne ne semble s’en soucier, hormis Camille qui veut retrouver son frère à tout prix.

Mais leur reste-t-il une chance de sortir vivants de ce domaine, ou le piège est-il déjà refermé ?

L’auteur : Sandrine Collette est née en 1970. Elle est docteur en science politique. Son premier roman. Des noeuds d’acier, a reçu le Grand Prix de littérature policière 2013.
 « Envoûtée par l’attraction qu’exercent les monstres et qui fait qu’on ne peut pas s’empêcher de les regarder, ni de croire qu’ils pourraient se transformer en princes et être sauvés. »

 

Résumé et avis :

J’étais impatiente de lire ce deuxième roman de Sandrine Colette. Il faut dire que le précédent , des nœuds d’acier, avait été un coup de cœur absolu. Alors forcément je l’attendais au tournant. On sais tous qu’après un tel coup d’éclat avec le premier, le cap du deuxième roman est un épreuve à surmonter pour l’auteur.

 Alors je me suis précipitée chez mon libraire quand j’ai su que Mme Collette venait dédicacer son dernier titre en avant première, avant sa sortie nationale. Alors bien sur je me suis plongée dans l’histoire : Camille enquête sur la disparition mystérieuse de son frère Malo au cœur d’un domaine champenois où il travaillait en tant que vendangeur. Elle peut compter sur l’aide du maître de maison, un homme étrange, muré dans le silence depuis dix ans.

J’ai été totalement captivé et j’ai vécu cette semaine de vendange au rythme de cette saison. J’y ai retrouvé une partie de mon adolescence, oui j’ai fait les vendanges et en champagne de surcroît alors que j’étais lycéenne puis étudiante.  Et je ne vous parlerais même pas des fêtes, que dis-je des beuveries que cela engendrait.
Oui j’ai été captivée par les personnages, j’ai complètement accroché à l’écriture, j’ai adorée ce livre.
Je m’y suis totalement plongée comme envoûtée. La semaine de vendange est tellement bien décrite que j’ai eu l’impression d’y être. Et puis l’écriture sobre de Sandrine, moi, me touche toujours autant.
Tout est d’une justesse impeccable, pas un mot de trop. Ses personnages sont bouleversants. Et le mythe de la Belle et la Bête est remarquablement revisité. L’insouciance côtoie le drame. Peut-être même l’engendre-t-elle.

Alors, si vous n’avez jamais lu Sandrine Colette , précipitez vous sur ce titre et découvrez une nouvelle grande plume.
Ou, si comme moi, vous avez adorez son premier roman, alors ne cherchez pas à les comparer. Ils sont totalement différents aussi bien dans leur construction que dans leur façon d’aborder le drame et son intensité.
Mais, au final, il en reste deux œuvres magistrales.

 

Extrait : « Octave l’imagine comme une vague immense, avalant tout sur son passage, et qui comme toutes les vagues ira échouer sans force et sans avenir, vomissant ses violences, sur une plage inerte. Peut-être lui faut-il encore du temps pour apprendre la vie, ses compromis et ses demi-mesures. Il se trouvera bien un jour qui l’obligera à ça. Un jour si proche. »


Publicités

14 réflexions sur “Un vent de cendres de Sandrine Collette

  1. J’ai rencontré Sandrine Collette hier à Bessancourt, où elle présidait la soirée de la nouvelle policière. J’aime beaucoup la manière dont elle évoque les personnages de ses livres et l’univers ténébreux qu’elle tisse page après page. Du coup j’ai acheté Un vent de cendres.

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s