Les 10 livres qui vous ont marqué d’une façon ou d’une autre : le choix de Jérôme

nos-2ans-top-10-odp

Pour les 2 ans de notre blog, je me suis faite curieuse. Oui je sais c’est chez moi une seconde nature dès qu’il s’agit de bouquins.

Alors je vous ai demandé quels étaient pour vous les 10 livres qui vous ont marqué(e) d’une façon ou d’une autre.

Vous avez accepté de jouez le jeu et j’en suis ravie

Voici donc quelques-unes de vos réponses.

Aujourd’hui c’est celle de Jérôme

Place à son TOP 10

top-10

 

Top 10

Ce ne sont pas forcément mes 10 bouquins préférés mais 10 bouquins (ou un peu plus !) qui ont marqué et influencé ma vie de lecteur. Ma présentation n’est donc pas par ordre de préférence mais dans l’ordre chronologique de mes lectures.

Hergé, L’affaire Tournesol

J’aurais pu parler du Crabe aux pinces d’Or, le premier livre que j’ai acheté. Mais dans la même série (Tintin, je ne sais pas si vous connaissez), cette Affaire Tournesol a toujours été parmi mes préférés. Peut-être parce qu’il s’agit de la recherche d’un disparu et de l’enquête autour de ses activités récentes. Les points de vue changent sur le personnage, le Capitaine Haddock a toutes les difficultés du monde à se débarrasser d’un sparadrap et une poursuite en voiture et en hélicoptère nous tient en haleine.

Hergé, L_affaire TournesolIl se passe des choses étranges à Moulinsart : tous les objets en verre se brisent les uns après les autres. Des choses d’autant plus étranges que l’on semble être très intéressé par les recherches du professeur Tournesol et que son laboratoire contient des indices troublants.

 

 

 

 

Romain Gary, Clair de femme

L’un des premiers écrivains dont j’ai eu envie de lire plusieurs romans, conseillés par une prof de français. J’ai beaucoup aimé le lire pendant une période. Il y a eu Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable ou La promesse de l’aube ou Chien blanc. J’ai beaucoup aimé ce romancier pour ce qu’il livrait de lui-même dans ses romans. Clair de femme raconte l’errance d’un homme dans Paris alors que sa femme est en train de mourir. C’est poétique, nostalgique et émouvant. On y voit poindre une facette de l’auteur souvent en retrait jusque là et qui peut apparaître comme les prémisses d’Emile Ajar.

Clair de femme GaryCe roman est un chant d’amour à cette «troisième dimension» de l’homme et de la femme : le couple.

L’union de Yannik et Michel est rompue par un destin inéluctable. Mais un désespoir d’amour qui désespérerait de l’amour est pour eux une contradiction qu’ils ne peuvent admettre. Il faut donc triompher de la mort. Yannik dit à Michel : «Je vais disparaître, mais je veux rester femme. Je te serai une autre. Va vers elle. Va à la rencontre d’une autre patrie féminine. La plus cruelle façon de m’oublier, ce serait de ne plus aimer.» Et c’est ainsi qu’apparaît Lydia et que se reformera, dans une célébration passionnée, au-delà de l’éphémère, la patrie du couple, où «tout ce qui est féminin est homme, tout ce qui est masculin est femme».

 

Emile Zola, L’assommoir

Un livre que je devais lire pour le collège et que j’ai aimé, au point de me faire offrir tous les Rougon-Macquart ensuite. Un roman social, un roman noir, peut-être le premier que j’ai lu et qui, quelques temps plus tard, m’a fait revenir vers ce genre.

Le roman social, c’est tout un pan de cette série et la lente déchéance de Gervaise ne pouvant sortir de sa condition, sombrant dans l’alcool à la suite de Coupeau et Lantier, annonce notamment deux des romans les plus noirs de la série, Germinal puis La bête humaine, le roman judiciaire de l’ensemble.

Emile Zola, L_assommoirRécit de la vie et de la déchéance de Gervaise Macquart, jeune blanchisseuse, qui dans le Paris ouvrier du second Empire, sombre peu à peu dans l’alcoolisme. Avec un glossaire des termes argotiques, une liste des salaires et des prix de l’époque, et les grands textes polémiques de Zola qui défendit passionnément son oeuvre.

 

 

 

 

 

Philippe Djian, Echine

Au lycée, en dehors de ce que l’on nous obligeait à lire, j’ai découvert cet écrivain qui a accompagné toute ma vie de lecteur et qui l’accompagne encore. Echine a une place particulière pour moi dans son œuvre, une question m’a taraudé pendant toute sa lecture et la réponse est donné en fin de bouquin. J’ai découvert qu’un roman pouvait contenir deux lignes narratives (au moins), l’une évidente, celle qui constitue l’intrigue, et l’autre plus souterraine, cachée, celle qui donne peut-être la véritable motivation de l’écrivain, ce pourquoi il l’a écrit. Je ne vous dirai pas quelle était cette question mais juste que cette histoire m’a marqué, celle d’un écrivain et des relations avec son fils alors que la mère du garçon les a abandonnés. Un écrivain en mal d’inspiration, sec. Et tout cela dans un style dont Djian n’a pas dit que du bien ensuite mais que j’ai particulièrement savouré.

Pour ne rien gâcher, je l’ai lu alors que j’étais à Biarritz, ville où je me suis imaginé que se déroulait l’intrigue et où je pensais que l’écrivain vivait au moment de son écriture puis de ma lecture. Quelques fois, notre relation à un livre dépasse ses seules qualités, un contexte lui ajoute une importance que nous sommes les seuls à lui trouver.

 

Philippe Djian, EchineLa quarantaine finissante, Dan n’a plus rien à voir avec l’écrivain surdoué qu’il était. Retranché derrière la plume d’auteurs avariés et une bonne dose d’humour noir, il s’efforce d’oublier que sa femme et sa gloire l’ont quitté le même jour. Depuis, il se contente de peu : une nympho mélomane, ses voisins et Sarah, l’amie de toujours. Mais il y a aussi son fils Hermann.

Pierre Choderlos de Laclos, Les liaisons dangereuses

Juste avant la fin du secondaire, j’ai découvert ce roman. Un roman incontournable, pour moi. L’un des romans importants dans ma vie de lecteur, un roman que j’ai lu et relu.

Un roman épistolaire qui voit s’affronter la marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont. D’abord complices, il se livre ensuite une guerre sans merci, laissant leurs victimes derrière en apprenant à ne pas avoir de sentiments, à ne chercher qu’à être forts en jouant avec les sentiments des autres.

Un grand roman noir, sombre, qui s’enfonce loin dans les penchants les moins avouables de l’âme humaine.

Pierre Choderlos de Laclos, Les liaisons dangereusesDeux aristocrates brillants et spirituels, la marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont, signent un pacte d’inviolable amitié à la fin de leur liaison. C’est au nom de celui-ci que la marquise demande à Valmont de séduire la candide Cécile de Volanges, qui doit épouser son ex-favori, M. de Bastide. Mais Valmont entreprend de séduire la vertueuse Mme de Tourvel.

 

Vladimir Nabokov, Ada ou l’ardeur

Après le lycée, il a fallu que je me prenne en main pour les choix de lecture. Il n’y avait plus de prescription des profs. L’un des premiers vers lesquels je me suis tourné a été Nabokov. L’ensemble de son œuvre est remarquable et Ada pourrait en être la quintessence. L’histoire d’une famille vivant dans une Géorgie à la fois européenne et nord-américaine, d’une initiation et de Van Veen, narrateur et protagoniste principal. Une histoire à plusieurs niveaux, d’une richesse incroyable, l’un des livres qui m’ont le plus marqués.

Après Nabokov ou en même temps, j’ai découvert et savouré Modiano et Le Clezio. Et je suis devenu curieux pour continuer à lire.

Vladimir Nabokov, Ada ou l_ardeur« Le château d’Ardis (les ardeurs et les arbres d’Ardis), voila le leitmotiv qui revient en vagues perlées dans Ada, vaste et délicieuse chronique, dont la plus grande partie a pour décor une Amérique à la clarté de rêve », écrit l’auteur à propos de son ouvrage.

 

 

 

 

Jean-Patrick Manchette, Le petit bleu de la côte ouest

Ma curiosité m’a notamment mené du côté de la série noire et Manchette. Un roman qui n’est que dans l’action, les personnages n’existent que par leur comportement et la violence les entraîne toujours plus loin. Quand je dis les personnages, je parle surtout de Georges Gerfaut, cadre à la vie rangé et qui découvre soudain une autre vie, d’autres préoccupations, celle d’une société qui ne fait pas de cadeau. Froide. Comme ce roman court et d’un bloc que l’on prend comme une claque.

Jean-Patrick Manchette, Le petit bleu de la côte ouestGeorges Gerfaut, un cadre commercial, est témoin d’un accident automobile et emmène le conducteur blessé à l’hôpital. Ce dernier meurt. Un peu plus tard, lors de vacances en famille, deux hommes tentent d’assassiner Georges.

Didier Daeninckx, Les figurants

Après Manchette, ce fut Daeninckx. Meurtres pour mémoire, La mort n’oublie personne, sont des romans forts. Des romans qui racontent des moments que notre société préfère garder dans l’ombre, qu’elle a voulu cacher. Mais les romanciers noirs sont là pour exhumer ces événements peu reluisants, pour mettre en lumière ces aspects de notre société que certains ont cherché à masquer.

J’ai un faible pour ce court roman qui s’intitule Les figurants et qui raconte une découverte particulièrement nauséabonde par un habitué des festivals de cinéma, une bobine qui révèle des moments nauséabonds, glauques, où le côté noir de l’âme humaine est tellement présent.

Didier Daeninckx, Les figurantsValère Notermans est un cinéphile. Sa connaissance du septième art est passionnée, exhaustive, méticuleuse. Venu dans la région de Lille pour un banal festival, il découvre, un jour de braderie, des images fascinantes qui témoignent d’une grande maîtrise. Il ne se résoudra pas à rejoindre son domicile avant d’avoir identifié le réalisateur de cette troublante bobine, avec pour seul indice quelques lettres énigmatiques de la fin du générique…

La nouvelle, chez Didier Daeninckx, bat au rythme du monde. Elle se cherche en scrutant le regard des témoins, et se construit au présent sur la trame de l’Histoire. Les sept textes qui composent ce volume prouvent, s’il en était besoin, que Didier Daeninckx est bien l’observateur le plus intransigeant de la vie sociale et politique de son temps.

 

James Ellroy, Le grand nulle part

J’étais entré dans le roman noir. Et les grands de ce genre qui en contient tant, qui est l’une des composantes majeures de la littérature actuelle, m’ont bouleversé.

En commençant par Ellroy. Après quelques romans dont une trilogie autour du personnage de Lloyd Hopkins, il s’est attaqué à sa ville et ses aspects les plus sombres dans une trilogie, Le quatuor de Los Angeles. Un quatuor magistral dont Le grand nulle part est pour moi le plus réussi. Le plus marquant. Il bouscule, met K.O. le lecteur et recommence, encore et encore.

Les personnages sont torturés, chacun ayant son lot de tares à porter, la société est pourrie et la rédemption n’est pas à la portée de tous. Un grand roman malade dont on sort changé.

James Ellroy, Le grand nulle partLe grand nulle part commence la nuit du premier de l’an 1950 et met en scène trois destins parallèles de policiers. L’inspecteur adjoint Danny Upshaw enquête sur une série de meurtres sexuels avec mutilations. Le lieutenant de la criminelle, mal considine, accepte de servir l’ambition d’un aspirant-procureur en participant à un dossier sur l’influence communiste à Hollywood. Buzz Meeks, homme de main, ex-flic des narcotiques et pourvoyeur de chair fraîche pour Howard Hughes, se joint à la lutte contre «la menace rouge» pour l’argent et le pouvoir. Sans le savoir, les trois hommes ont acheté un billet pour l’enfer.

 

David Peace, 1974, 1977, 1980, 1983

L’un des grands du roman noir actuel. David a entamé son œuvre part un quartet coup de poing, The red riding quartet. Une série autour de l’étrangleur du Yorkshire qui, d’entrée, a tout bousculé.

La forme, le style, le fond, fracasse tout. Le lecteur est bousculé, étouffé, essoufflé, comme les personnages. Pas le temps de respirer, la narration emprunte différentes voies, utilise différentes formes, le style ne cherche pas à nous épargner, à nous mettre à l’aise. Peace ose tout et c’est pour moi, l’un des auteurs les plus marquants de ma vie de lecteur. Il a renouvelé un genre, l’a explosé, pour le remodeler, l’amener à lui. Un auteur inclassable, d’une grande noirceur incontestablement, d’un talent fou.

A ne pas mettre entre toute les mains mais qu’il faut lire (quoi, je me contredis ?) !

 jpg

« Tout est lié. Montrez-moi deux choses qui n’ont pas de rapport. »

Edward Dunford

Jeanette Garland : disparue à Castleford en juillet 1969.

Susan Ridyard : disparue à Rochdale en mars 1972.

Clare Kemplay : vient de disparaître à Morley. Elle revenait de l’école, elle n’est jamais rentrée chez elle. Son cadavre sera bientôt retrouvé dans une tranchée sur un chantier de construction.

Nous sommes en 1974, dans la région de Leeds. Noël approche. Edward Dunford, reporter criminel à l’Evening Post, est encore un néophyte qui fait ses premières armes dans l’ombre du journaliste vedette de la rédaction, Jack Whitehead. Au volant de la vieille Viva de son père, qui vient de mourir, Edward Dunford sillonne les routes de l’ouest du Yorkshire à la recherche d’indices susceptibles d’éclairer ces trois disparitions d’enfants. Sont-elles liées ? Eddie en est persuadé. Au départ, il croit seulement chasser le scoop qui lui permettra de coiffer au poteau Jack Whitehead ; mais plus il enquête, plus il découvre que les ramifications de l’affaire sont multiples. Bien des choses sont pourries au royaume du Yorkshire : policiers corrompus, entrepreneurs véreux, élus complices… Partout, les hommes de pouvoir protègent leurs turpitudes et ce, à n’importe quel prix. Y compris celui de la vie humaine.

Ce premier roman a fait grand bruit en Angleterre lors de sa parution en 1999. La presse, britannique et américaine, a salué un romancier et un écrivain d’exception, s’inscrivant dans la tradition de Robin Cook, mais aussi de James Ellroy.

« On ne saurait échapper à la musique d’une telle douleur. »

Marilyn Stasio, le New York Times

Robin Cook, Quelque chose de pourri au Royaume d’Angleterre

Un grand roman et un grand auteur ! J’aurai pu en choisir d’autres, J’étais Dora Suarez, bien sûr, Il est mort les yeux ouverts, l’autre grand roman de sa série The Factory, mais j’aime aussi celui-ci, Quelque chose de pourri… Un grand roman dystopique. Un homme vit en Toscane, il a fui l’Angleterre après l’élection de celui qu’il avait dénoncé avec acharnement. Il a dû fuir parce qu’une dictature se mettait en place. Mais peut-on fuir son pays ? Peut-on fuir la violence faite à ses semblables ?

Robin Cook, Quelque chose de pourri au Royaume d_AngleterreRichard Watt, journaliste anglais engagé, s’est exilé dans un village d’Italie pour fuir une Angleterre qui a sombré dans la dictature. En effet, le nouveau premier ministre jobling se refuse à organiser des élections à expiration de son mandat et réprime férocement toute opposition politique.

La présence de Watt à Roccamarittima ayant été signalée aux autorités anglaises par un couple Britannique, le journaliste est extradé vers son pays d’origine, où il tombe entre les griffes de ses ennemis…

Publié en Grande-Bretagne en 1970, ce roman semble avoir été écrit hier, tant ses thèmes sont d’actualité. Salué par la presse britannique comme digne de succéder au 1984 de George Orwell, quelque chose de pourri est, avec son titre Shakespearien, un roman impressionnant, superbement écrit, poignant et visionnaire.

 

Hugues Pagan, La mort dans une voiture solitaire

Parce qu’il n’y a rien à jeter chez Pagan, il faut tout lire ! Le premier de ses romans est déjà un petit bijou. Un grand roman. Celui d’un auteur malade de ce monde dans lequel nous vivons et où l’humanité semble s’être perdue.

Il nous donne à voir, à travers les yeux de Schneider, flic désabusé, revenu de tout, un pan de notre société d’une grande noirceur. Un reflet de l’âme humaine peu attirant. C’est un roman désespéré, comme tous ceux du romancier mais avec une telle qualité d’écriture, un univers si personnel qu’il ne faut pas passer à côté, on ne peut passer d’un grand romancier quand on en croise un.

Hugues Pagan, La mort dans une voiture solitaire« A partir d’un argument conventionnel, la relation d’une enquête policière sur le meurtre d’un ponte, Hugues Pagan renoue, sur un mode typiquement français et selon une vision bien personnelle, avec certains des grands archétypes du roman noir américain. Par-delà la description exemplaire de la machinerie policière, il raconte l’histoire d’une vengeance et dresse le portrait d’un homme perdu, l’inspecteur principal Schneider, dont la vie est devenue un long suicide. Plus proche de David Goodis que d’Ed McBain, Hugues Pagan lance le lancinant lamento des vies naufragées dont le blues se répercute à l’infini sur les cercles maléfiques « faits de smogs et de volutes de brouillard à contretemps » de la ville.. » (Jean-Pierre Deloux, Polar)

Paru en 1982 dans la collection Engrenage, La mort dans une voiture solitaire est publié pour la première fois dans son intégralité.

 

David Goodis, Sans espoir de retour

L’un des maîtres du roman noir, l’un de ceux qui en ont fait un genre à prendre en considération, dont on ne peut contester la valeur littéraire.

Avec Sans espoir de retour, il ne offre le portrait d’un de ces personnages qui peuplent ses romans. Un homme qui a renoncé à tout, qui a cherché à se cacher, en devenant un marginal, un sans-grade. Un personnage qui va devoir sortir de l’oubli le temps d’un roman, s’approchant d’une certaine rédemption qu’il ne veut pourtant pas, quand son passé revient le hanter.

Goodis est un maître qu’il faut lire si l’on aime le roman noir. Un romancier qui, comme ses personnages, s’est mis en marge pour pouvoir écrire et vivre de ce qu’il écrivait. Il n’a pas voulu la reconnaissance mais a commis quelques romans particulièrement recommandables.

David Goodis, Sans espoir de retourGerardo reprit son sérieux. Les autres malfrats cessèrent de rire. Whitey se demandait : «Qu’est-ce que j’ai bien pu raconter de si drôle ?» Puis il entendit Gerardo déclarer :

– Pas mal, ton histoire, mon pote. Y a du vrai là-dedans. Mais y en a pas assez. Pas assez de vrai. Il s’en faut même de beaucoup.

Whitey retint sa respiration, cependant que Gerardo poursuivait, sans se presser :

– C’est pas toi qui as tué le flic, parce que je sais, moi, qui l’a fait. Tu veux savoir son nom, à l’assassin ? Il s’appelle Gerardo.

Voilà, pas facile de n’en prendre que dix (treize !). Il y aurait pu y avoir mes derniers très gros coups de cœur, John King et son Human Punk, Jack O’Connell et Et le verbe s’est fait cher, par exemple, ou encore James Sallis, Franz Bartelt, Emile Gaboriau, Jean Amila, Harry Crews, Jean Echenoz, ou encore Tim Dorsey, René Belletto, Jonathan Coe… C’est trop dur d’en éliminer autant ! Mais c’est le jeu.

 

Merci Jérôme, magnifique Top 10++

Il me parle mais ça tu dois t’en douter.

Je vous invite à retrouver Jérôme sur son blog

Moeurs Noires

Publicités

82 réflexions sur “Les 10 livres qui vous ont marqué d’une façon ou d’une autre : le choix de Jérôme

  1. Un Jérôme que je connais pour visiter de temps en temps son blog ou lire ses chroniques sur Babelio !

    « Qque chose de pourri… » je n’ai abandonné, pas moyen d’entrer dedans. 1974, j’ai eu du mal avec lui aussi. Idem pour les liaisons dangereuses.

    Pour les autres, je ne connais pas tout, mais le Zola m’a l’air pas mal du tout !

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s