Les 10 livres qui vous ont marqué d’une façon ou d’une autre : Le Top 10 de Nina Nine

votre-top-10-de-nos-2-ans

Pour les 2 ans de notre blog, je me suis faite curieuse. Oui je sais c’est chez moi une seconde nature dès qu’il s’agit de bouquins.

Alors je vous ai demandé quels étaient pour vous les 10 livres qui vous ont ou vous avaient marqué(e) d’une façon ou d’une autre.

Vous avez accepté de jouer le jeu et j’en suis ravie

Voici donc quelques-unes de vos réponses.

Aujourd’hui c’est celle de Nina

Place à son TOP 10

top10

Bonjour,

Voici ma liste des 10 livres pour participer à votre concours.

Pas facile de se limiter à 10….tellement, les choix sont nombreux… 😉

Cela écrit, merci beaucoup de l’organiser ! C’est super ces concours que vous proposez.

La liste des choix littéraires n’est évidemment pas exhaustive, tant d’œuvres ont régalé mes lectures..

Bonne journée à vous

Nina

1 – La seule certitude que j’ai c’est d’être dans le doute _ Pierre Desproges

Transcription d’un entretien, très libre, dé Pierre Desproges avec Yves Riou et Philippe Pouchain en décembre 1986.

Desproges dans toute son intégrité, tout son humour, toute sa lucidité, toute sa sensibilité.

« Je suis assez fragile sur le plan de l’intimité… »

ju1Je suis manichéen moi? Je ne vous permets pas… Ce n’est pas vrai. Je suis quelqu’un du doute. Je suis dans le doute… Être manichéen c’est être persuadé que ça c’est bien et ça pas bien, de dire, la droite c’est des méchants, la gauche c’est des gentils, ou le contraire.  » –  » C’est sincère ou c’est une position comme ça…?  » –  » Je n’aime pas la nuance. Je baise à fond, je bois du calva à 80 , je ne mange pas une cuillère de caviar, il m’en faut six, huit, douze. Je suis sans nuance. J’aime bien le piment… Et puis attention, je suis un caricaturiste, donc je suis obligé de charger.  »

 

2 –  Les visages _ Jesse Kellermann

Comme une toile de laquelle on scrute en premier un détail, puis s’en élargir, en reculant sa vision et atteindre une vue d’ensemble. À l’image de ce polar qui part d’un point précis, jusqu’à nous offrir la globalité de l’intrigue.

ju2Lorsque Ethan Muller, propriétaire d’une galerie, met la main sur une série de dessins d’une qualité exceptionnelle, il sait qu’il va enfin pouvoir se faire un nom dans l’univers impitoyable des marchands d’art. Leur mystérieux auteur, Victor Cracke, a disparu corps et âme, après avoir vécu reclus près de quarante ans à New York dans un appartement miteux. Dès que les dessins sont rendus publics, la critique est unanime : c’est le travail d’un génie.

La mécanique se dérègle le jour où un flic à la retraite reconnaît sur certains portraits les visages d’enfants victimes, des années plus tôt, d’un mystérieux tueur en série. Ethan se lance alors dans une enquête qui va bien vite virer à l’obsession. C’est le début d’une spirale infernale à l’intensité dramatique et au coup de théâtre final dignes des plus grands thrillers.

3 – Les 4 accords Toltèques_ Don Miguel Ruiz

Les 4 règles de vie qu’il fait bon d’appliquer à son quotidien. « Séquence spirituelle »

ju3Castaneda a fait découvrir au grand public les enseignements des chamans mexicains qui ont pour origine la tradition toltèque, gardienne des connaissances de Quetzacoatl, le serpent à plumes. Dans ce livre, Don Miguel révèle la source des croyances limitatrices qui nous privent de joie et créent des souffrances inutiles. Il montre en des termes très simples comment on peut se libérer du conditionnement collectif – le « rêve de la planète », basé sur la peur – afin de retrouver la dimension d’amour inconditionnel qui est à notre origine et constitue le fondement des enseignements toltèques.

Les Quatre Accords proposent un puissant code de conduite capable de transformer rapidement notre vie en une expérience de liberté, de vrai bonheur et d’amour. Le monde fascinant de la Connaissance véritable et incarnée est enfin à la portée de chacun.

« Le livre de Don Miguel Ruiz trace un chemin vers l’illumination et la liberté ».
Deepak Chopra, auteur des Sept Lois spirituelles du succès.

4 – Un dictionnaire

N’importe lequel car je les collectionne. Ils sont fascinants de mots et d’histoires. Parce que j’aime le verbe. Pour n’en citer que quelqu’uns… :

 ju4

5 – L’obsession Vinci _ Sophie Chauveau

La vie passionnante et trépidante de Léonard, hors des sentiers littéraires connus

 

ju5Qui était vraiment Léonard de Vinci ?

On connaît l’inventeur virtuose, le scientifique précurseur… mais qu’en est-il de l’homme, des ressorts de sa créativité ? Des bas-fonds de Florence à la forteresse de Ludovic le More, des campagnes guerrières de Borgia à la cour de François Ier, Léonard veut tout connaître, tout essayer, tout explorer.

Sa ville, Florence, le boude. Rome le rejette. Venise se méfie de lui… Pourquoi ? Quelles relations eut-il avec ses pairs, Michel-Ange et Botticelli ?

Ce roman révèle les facettes inédites de la personnalité du génie florentin et s’attache notamment à la source de ses obsessions artistiques, philosophiques et scientifiques.

6 – L’amie prodigieuse _ Elena Ferrante

Une belle plongée dans le Naples populaire des années 50. Amitié et rivalité où chacune des protagoniste essaie de se tracer un chemin plus coloré que la grisaille des quartiers d’origine.


ju6« Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l’obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile. »

Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien quelles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition.

Formidable voyage dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse est le portrait de deux héroïnes inoubliables qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse.

7 – L’histoire de l’alimentation de  Massimo Montanari et Jean-Louis Flandrin

À travers la nourriture, le voyage gustatif nous plonge dans l’histoire, les moeurs, la société,

ju7Quand l’Homme a-t-il commencé à cuire ses aliments? Depuis quand peut-on parler de cuisine? A quelle époque les festins sont-ils apparus? Et l’habitude des repas réguliers? Et notre manière de manger, assis sur des chaises autour d’une table haute, chacun coupant sa viande avec un couteau dans son assiette, à l’aide d’une fourchette? Pourquoi d’une société à une autre et d’une époque à la suivante, le choix des aliments, leur valeur gastronomique, leur préparation et la façon de les manger sont-ils si différents?

L’alimentation renvoie non seulement à la satisfaction d’un besoin physiologique, identique chez tous les humains, mais aussi à la diversité des cultures et à tout ce qui contribue à modeler l’identité de chaque peuple: elle dépend de leurs techniques de production agricole; de leurs structures sociales; de leurs représentations diététiques et religieuses, et des prescriptions qui en découlent; de leur vision du monde et d’un ensemble de traditions lentement construites au cours des siècles. Les relations entre ces aspects de la culture et les façons de se nourrir ont toujours existé, de la conquête du feu au débarquement de MacDonald en Europe.C’est cette longue histoire que ce livre nous invite à découvrir. Il y sera question de nourriture quotidienne, du rôle du pain, du vin et des épices, de l’art culinaire, mais aussi des famines qui frappaient périodiquement l’ancienne Europe, ou bien des transformations de la consommation alimentaire depuis deux siècles. On y verra que nos ancêtres avaient déjà des livres de cuisine et que les métiers de l’alimentation étaient encore plus nombreux qu’aujourd’hui. On y verra également comment la tradition occidentale s’est peu ou prou nourrie de cultures voisines: celles de la Mésopotamie et de l’Egypte ancienne, de la Grèce et de Rome, des Byzantins, des Juifs et des Arabes, et, finalement, des Américains.

Cet ouvrage, auquel ont participé une cinquantaine d’historiens, a été dirigé par Jean-Louis Flandrin, cofondateur de la revue internationale Food & Foodways, professeur émérite à l’Université de Paris VIII _ Vincennes et directeur d’études à l’EHESS, et par Massimo Montanari, professeur à l’Université de Bologne et spécialiste de l’alimentation au Moyen Age.

8 –  Le chuchoteur_Donato Carrisi

La lecture fait froid dans le dos

ju8Cinq petites filles ont disparu.

Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.

Depuis le début de l’enquête, le criminologue Goran Gavila et son équipe ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre les oriente vers un assassin différent. Lorsqu’ils découvrent un sixième bras, appartenant à une victime inconnue, ils appellent en renfort Mila Vasquez, experte en affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire…

Un époustouflant thriller littéraire, inspiré de faits réels.

« Un roman policier italien effrayant, bien construit, dans lequel l’horreur n’est jamais traitée avec complaisance « Blaise de Chabalier, Le Figaro et vous.

 9 – 1984_ George Orwell

Un classique incontournable. Et toujours d’actualité

ju9Dans un monde futuriste et totalitaire où Big Brother répète que la guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, et l’ignorance, la force, Winston Smith, employé au ministère de la Vérité, falsifie l’histoire pour ne pas compromettre le pouvoir qui se serait trompé dans le passé. Dans une société où les sentiments de l’humain ont été éliminés, il cherche l’amour et la liberté.

« De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d’en face, big brother vous regarde, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston… Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C’était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance. Seule comptait la Police de la Pensée. »

George Orwell dépeint dans le prophétique 1984 un terrifiant monde totalitaire.

10 – Le parfum _ Patrick Süskind

Un émoi de lecture policière d’adolescente encore prégnant aujourd’hui.

ju0Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s’appelait Jean-Baptiste Grenouille.

Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n’aurait pas survécu. Mais Grenouille n’avait besoin que d’un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n’avait besoin de rien. Or ce monstre de Grenouille avait un don, ou plutôt un nez unique au monde, et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l’univers, car «qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes».

C’est son histoire, abominable … et drolatique, qui nous est racontée dans Le Parfum, un best-seller mondial.

Publicités

38 réflexions sur “Les 10 livres qui vous ont marqué d’une façon ou d’une autre : Le Top 10 de Nina Nine

  1. Trois dans la liste que j’ai lus.
    Je m’arrête sur « les visages » de Kellerman. Un livre qui m’a profondément marqué de par le sujet traité, de par le monde abordé des galeries à New-York, et surtout un livre tellement bien écrit, qui est devenu pour moi totalement littéraire dans la construction du livre. Une écriture aussi belle qu’a dû être ce tableau….et je n’en dis pas plus. J’ai aussi adoré. Il y a longtemps. Je ne me souviens plus trop de l’histoire. L’écriture passe au-dessus de celle-ci. Je me suis régalée. Un doux chant à l’oreille.

    1984, il s’agirait tout de même qu’un jour je m’y mette à lire ce livre devenu une telle référence.

    Le Chuchoteur, j’ai lu celui-ci et je m’étais dit en lire un deuxième. Et puis je me suis laissée emportée par d’autres. …..
    Les quatre accord Toltèques dans ma PAL. 🙂
    Les dictionnaires, j’adore. Ce sont eux qui m’ont beaucoup appris, ceci grâce à maman.
    Je me souviens des images, des planches. A ce jour j’utilise encore de tout vieux dictionnaires synonymes, antonymes, transmis par ce fameux grand-oncle. 🙂
    Dictionnaires aussi de traduction qui furent nécessaires pour mes études.

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s